Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le Blanc est-il encore supérieur au Noir ?

Il faut parfois savoir trancher les polémiques et mettre un terme aux mauvais procès. Défense de Pierre Ménès et Lilian Thuram (dans cet ordre décroissant). 

Auteur : Gilles Juan le 9 Sept 2019

 

 

On ne pouvait déjà plus rire de tout, voilà qu’on ne peut même plus raconter ses week-ends. Les violentes réactions au témoignage émouvant de Pierre Ménès sur le plateau de Cnews montrent une fois de plus que la bien-pensance a pris le dessus.


Beaucoup s’offusquent en entendant ce bon vieux Pierrot le Foot ne rien dire d’autre que la vérité vraie, qu’un simple tour en bagnole démontre: oui, le foot est gangréné d’abord et avant tout par le racisme anti-blanc, comme l’avait déjà démontré l’affaire des quotas, ce complot gauchiste pour réduire le nombre de Blancs dans le foot.

 

 

 

 

Noir sur blanc

Qu’a-t-il dit de si grave? Il a confié que son fils nul au foot ne recevait pas de passe de la part de ses coéquipiers noirs. C’est un fait ou ce n’est pas un fait? C’est un fait. Et il faut avoir le courage d’écrire qu’il est scandaleux. Le fils Ménès aurait dû recevoir des passes, bien que nul, parce que blanc.


Sauf que voilà. Les temps ont changé (par effet de mode?) sur une question que l’on croyait réglée: celle de la supériorité de l’homme blanc sur les autres races. Longtemps, en effet, la question ne s’est pas posée. L’expression “homme blanc” elle-même relevait presque du pléonasme, tant il était acquis que le concept d’homme, en son sens le plus exigeant, le plus ambitieux, le plus prometteur, sous-entendait autant la masculinité que la blancheur.

 

Le fait même que l’homme blanc soit blanc était déjà bien compris un signe de supériorité: c’est en effet la couleur de l’innocence, de la pureté, de la perfection, de la paix. Et à ceux qui ironisent au prétexte que l’homme blanc n’est justement pas blanc, il convient de répondre: raison de plus! L’homme occidental convient tant aux symboliques vertueuses de la couleur blanche, qu’il fallait qu’elle lui soit octroyée, quand bien même il s’en éloigne en petit peu. Tandis que l’homme noir… Eh bien il est noir. Noir.



Amitiés blanches et animosités noires

Au XVIIIe siècle, le naturaliste Buffon explique fort bien que le blanc est d’ailleurs la couleur d’origine de l’humanité, et que le noir en est la dégradation manifeste. Or que se passe-t-il aujourd’hui? Ceci.

 

 

Un dénommé (je rappelle que le masculin l’emporte sur le féminin pour signifier le neutre) “chupei” se pose encore cette question évidente, dont la réponse est évidemment oui, et démontre qu’on n’apprend plus rien à l’école. On en est là.


Le Noir descend du Blanc, et d’ailleurs le singe aussi (ce qui démontre que les cris dans les tribunes ne sont pas racistes), comme le prouve cette ressemblance flagrante entre un Blanc et un singe.

 

 

Enfin bref. Le racisme a en réalité toujours été dans le même camp, celui du ressentiment, c’est-à-dire le camp des Noirs. L’expression de cette haine (que la psychologie blanche peut certes expliquer) a pris, la semaine dernière, ses deux formes désormais banalisées.

 

Il y a d’abord ceux qui veulent nier les différences. Ah ah ah ! Et ceux, encore pire, qui veulent renverser l’ordre établi. Ils disent: ”Ce n’est pas le Noir qui est raciste, c’est le blanc!” Le Blanc qui a apporté les lois de la trigonométrie et du commerce, l’art, le langage, la religion, puis la géopolitique, et enfin le sport, et le capitalisme, à tous les primitifs sans distinction: raciste…


Bien sûr, ces théories ne sont pas dominantes (en tout cas en France), mais le moins qu’on puisse dire est que les réseaux sociaux aidant, elles ont désormais une certaine influence, au point que des universités françaises commencent à s’en réclamer. À ce jour, aucune preuve de l’égalité des Noirs avec les Blancs n’a toutefois été apportée. Les Noirs courent certes toujours aussi vite, mais quand on les interviewe à la fin de sprints de seulement dix secondes, le simple effort de fabriquer des phrases courtes les essouffle.

 

 

L’universalisme en crise

Et c’est là que Lilian Thuram, un Noir lucide s’il en est, a essayé de venir au secours de Pierre Ménès: grand bien lui en a pris… Lui aussi a reçu les leçons de morale de la bien-pensance. Les réactions outrées à la théorie qu’il a esquissée, pourtant difficilement contestable, sont scandaleuses.


On reproche à Thuram d’avoir “essentialisé” l’homme blanc, d’être “raciste” en ce sens-là, et en effet, c’est vrai qu’on ne peut pas généraliser, il y a en effet des hommes blancs qui ne se sentent pas supérieurs, mais la faute à qui? On essaye tellement de faire culpabiliser l’homme blanc de sa supériorité, que certains finissent pas en douter.
L’homme blanc est supérieur, mais l’air du temps est ainsi fait qu’il n’a plus le droit de l’exprimer, de le montrer, de le ressentir.

 

Thuram a dû s’excuser, regretter d’avoir dit “tous les Blancs”, mais on voit bien ce qu’il voulait dire, et il disait juste. D’autant que lui sait bien qu’il est l’un des Noirs les plus cultivés du monde grâce à l’enseignement blanc, et qu’au lieu de chipoter, on devrait regarder tout ce que Blancs et Noirs s’apportent depuis leurs positions respectives.


Il est en effet émouvant de voir qu’aujourd’hui le Blanc peut compter sur le Noir alors même qu’il l’a généreusement affranchi de l’esclavage. N’est-ce justement Lilian Thuram, le Noir qui en demi-finale a permis d’aller en finale, où des Français blancs ont alors marqué trois buts pour remporter la Coupe du monde? (Dans un élan de gratitude, on a cru la décennie suivante pouvoir donner le capitanat des Bleus à des Noirs: on en est revenu après Knysna…)

 

 

Appendice

 

Mon éditeur (blanc) me signale que Zinédine Zidane, double buteur en finale en 98, n’est pas exactement un “Blanc”, au sens scientifique de l’approche, mais qu’il est ce qu’une large frange des électeurs de la région PACA nomme “un gris” (même si l’expression a perdu du terrain face à son concurrent imagé, certes plus chantant, et très typique de l’inventivité française en matière de figures de style, le “melon”).

 

Cette nomenclature permet de rappeler que la dégradation culturelle se signale par la dégradation des couleurs, et puis elle me rapporte à la mémoire une bonne blague de Jean Roucas sur le sujet, une blague de la fin du XXe siècle, quand les Pierre Ménès n’auraient été emmerdés par personne, et quand des Thuram auraient été félicités pour leur affirmation médiatique du légitime sentiment spontané de supériorité de l’homme blanc. La voici pour finir par une touche d’humour.


C’est une famille de Sénégalais. Il y a le papa, la maman, et le petit garçon, et ils ont un peu de mal à s’intégrer. Un jour, ils voient une réclame pour “Le savon Michael Jackson qui rend blanc” et le papa dit:
"On va se badigeonner, pour nous-mêmes, là, on sera tout blanc et après on sera tranquille mmmouiii!!" [1]

Ils achètent le savon, et alors la maman se lave la première. Effectivement, elle ressort toute blanche de la baignoire. Le père se lave aussi. Il est tout blanc. Il n’y a que le petit garçon qui ne veut pas.
“Non, je ne veux pas être blanc !
- Viens ici !
- Non, je ne veux pas être blanc !
Et le père dit à la mère :
- Tu vois, ça fait cinq minutes qu’on est blancs et on est déjà emmerdé par un Noir…”
[2]
Rires.


[1] Pour l’éventuel lecteur des Cahiers du foot qui aurait moins de 35 ans, des expressions comme “pour nous-mêmes, là”, ou “mmmouiii” reflétaient, ainsi que le comprenait bien le public, le parler des Noirs.
[2] Jean Roucas, Roucasseries, la compilation.

 

Réactions

  • L'amour Durix le 10/09/2019 à 07h18
    L'homme blanc n'est pas blanc, certes.
    Mais l'homme noir n'est pas noir non plus. Il suffit de demander à n'importe quel enfant de 3 ans (en tous cas parmi ceux que j'ai fait): il est marron. Et c'est parce qu'il mange plus de chocolat.
    Voilà, le racisme à 3 ans c'est mignon.
    Après soit on évolue, on apprend, on grandit, on s'éveille au contact des autres, soit on devient Pierre Ménès (ou un autre, il y a le choix malheureusement).

  • OLpeth le 10/09/2019 à 09h09
    J'ai bien envie de relayer l'article sur FB, mais j'ai tellement peur qu'il soit pris au 1er degré...

  • Sens de la dérision le 10/09/2019 à 09h21
    De toute cette polémique, il y a quand même un truc qui me choque : c'est qu'au foot, sport collectif, blablabla, si t'es nul, ben personne ne te fait la passe. Que ce soit en club, à la récré, avec tes potes... Et que tout le monde trouve ça normal.

  • Marius T le 10/09/2019 à 09h45
    Sens de
    C’est faux ce que tu dis, en réalité tu fais la passe, puis tu regrettes quand tu t’aperçois de l’identité du destinataire parce qu’il arrive que le nul soit bien placé avec ses pieds plats.
    C’est un peu comme pour Bouna Sarr, ses coéquipiers lui font des passes tout en sachant qu’il ne va pas réussir son centre. Ils s’obstinent même à courir dans la surface pour recevoir le centre qui n’arrivera jamais.

  • Glassmann le 10/09/2019 à 10h38
    Rarement lu un article des Cahiers aussi caricatural et niant le droit à la réflexion.
    Une espèce de Grosse Bertha qui tire sur un cratère.
    L'objectif de faire disparaître complètement le racisme mérite mieux qu'un texte d'élève de 1ère ES, sincèrement.

  • Save Our Sport le 10/09/2019 à 11h00
    Si je me réjouis que ce gros (qualitativement) con va sûrement se voir viré d'une antenne télé avec un +, je me désespère d'avoir attendu cette polémique chiasseuse pour aboutir à ce premier acte de délivrance.

    Pis après je me rappelle qu'en vrai je m'en fous comme Mario Balottelli d'un U15 de Man City.

  • Tonton Danijel le 10/09/2019 à 12h02
    Euh, c'est acté que Ménès va se faire dégager? Il était encore sur le plateau du CFC ce week-end, en pleine polémique.

  • Marius T le 10/09/2019 à 12h21
    Il ne va rien se passer. Un truc à la con va bien venir pour prendre la place de cette polémique.

  • MarcoVanPasteque le 10/09/2019 à 13h57
    Pour répondre partiellement à la question du titre : en Alsace, le blanc est supérieur au noir (mais inférieur au gris). Si l'on parle de pinot évidemment.

  • la rédaction le 10/09/2019 à 14h00
    @ Glassmann
    Tu peux développer s'il te plaît? On n'a pas compris…