Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La gazette de l'Euro - première

le 11 Juin 2008

 

Les résultats

Groupe A
Suisse-République Tchèque : 0-1
Portugal-Turquie : 2-0

Groupe B
Autriche-Croatie : 0-1
Allemagne-Pologne : 2-0

Groupe C
Roumanie-France : 0-0
Pays-Bas-Italie : 3-0

Groupe D
Espagne-Russie : 4-1
Suède-Grèce : 2-0



Les 5 gestes des premiers matches

•  Le petit exter d’Iniesta entre deux défenseurs, qui décale si parfaitement Villa que même Djibril Cissé aurait marqué.
• Le renversement parfait, lui, de quarante mètres de droite à gauche et de la ligne centrale à l’entrée de la surface de Joao Moutinho. En dépassant six défenseurs turcs, il a pour seul défaut de trouver l’individualisme de Simao Sabrosa.
• L’enchaînement appui dorsal sur dernier défenseur / demi-tour de Joao Moutinho, qui lui permet de décaler subtilement Raul Meireles pour le deuxième but portugais.
• La claquette olivetomesque de Boruc sur la frappe soudaine de Ballack, avec double flip aérien avant écrasement au sol.
• Le tir dangereux des Bleus que l’on attend encore.


Les 5 antigestes des premiers matches

• Le raté de justesse de Gokan Zan qui, trompé par un rebond anodin d’un ballon que les défenseurs turcs se refilent comme s’il était contaminé, tente de le dégager, mais se contente de désintégrer le tibia de Simao Sabrosa... en se blessant sur l’action.
• Le geste défensif de Nihat Kahveci qui, au moment où son coéquipier Tuncay Sali s’apprête à allumer une mine de vingt mètres plein axe, l’en empêche au moyen d’un subtil coup de pied dans la cheville.
• L’emplafonnage de Panucci réussi par Gigi Buffon pour le placer au bord des rambardes publicitaires, les bras en croix pour couvrir Van Nistelrooy qui plante seul aux cinq mètres.
• La volée de Klose sur le deuxième but, fouettée de l’extérieur du pied droit juste ce qu’il faut pour lever le ballon à son compère Podolski, qui expédie une volée tranchante comme la deuxième lame d’un rasoir.
• Le ballon qui ricoche sur la rotule d’Hansson, qui clôt prématurément la compétition du but le plus moche de l’Euro.



La bannette

La Furlan attitude
Gianluigi Buffon (L’Equipe) : "Nous avons décidé de demander pardon à tous les Italiens".

Le gars qui ne rigole pas avec les règles
Marco Van Basten (L’Equipe) : "Nous gagnons 3-0 en jouant au football de la première à la dernière minute".

Darwin chez Narcisse
Thierry Henry (L’Equipe) : "J'ai une contracture à la cuisse. C'est pour cela que je n'ai pas pu évoluer aujourd'hui".

Le coach peu ambitieux en matière de réalisme
Raymond Domenech (L’Equipe) : "J'aurais préféré gagner 10-0 avec dix mille occasions".

L'équipe qui fait la manche aux feux rouges
Victor Piturca (L’Equipe) : "C'est gentil de leur part de nous avoir laissés prendre un point à ce niveau".

L'attaque frontale sur les Cahiers
Thierry Roland (L’Equipe) : "On est là pour faire passer un bon moment à ceux qui aiment le foot et pas pour faire plaisir à l’intelligentsia parisienne".

Le pardon immédiat
Thierry Roland (L’Equipe) : "J’aime bien Josse et Margotton. Mais pas Balbir. Je déteste qu’on hurle dans le poste".

Le cas non prévu par l'agence mondiale anti-dopage
Lukas Podolski (L’Equipe) : "J’ai deux coeurs: un allemand et un polonais".

Luis Felipe Domenech
Luis Felipe Scolari (L’Equipe) : "La Turquie a joué comme on l'attendait".

Raymond Felipe Scolari
Luis Felipe Scolari (L’Equipe) : "On a fait ce qu'on voulait faire".


domenech_gateau_sarkozy.jpg
"Ouais, Valbuena, Janot, j'y avais bien pensé, mais bon... trop petits pour le poste."
> Suivez aussi l’Euro depuis le Diaporama des lecteurs



La minute Philippe Lucas de Pierre Ménès

"Il faut mettre Govou en plus, il faut mettre Nasri en plus, et se débarrasser de Malouda une fois pour toutes et définitivement! C'est pas une déception Malouda! Ça fait un an que je dis que c'est une catastrophe ambulante! Il joue à peu près quatre-vingt pour cent de ses ballons derrière, mais ça pour faire ça, ben un joueur de PH peut le faire, quoi! (…) A un moment donné, c'est quand même une imposture qui dure depuis trop longtemps, j'veux dire, on a laissé certains joueurs, on a laissé  Ben Arfa à la maison, on a laissé Trezeguet à la maison, et on prend un mec... À un moment donné lui, j'en ai ras-le-bol, je ne veux plus le voir, je ne le supporte plus!" (100% Euro)



La minute Alzheimer de Thierry Roland

"C’est le match le plus important de l'histoire du football français" (M6).


La minute de coaching théâtral par Francis Huster

"Moi? Vous savez ce que je fais? Vous savez ce que je fais? Je remets exactement la même équipe, et je vide trois joueurs au bout d'un quart d'heure si ça bouge pas! Je fais exactement ce que disait Pierre: je mets Vieira, je mets Henry au bout d'un quart d'heure. Au bout d'un quart d'heure!" (100% Euro).


La minute défricheur de Pierre Ménès

"Très joli but d'un joueur dont je vous avais parlé avant : Sneijder". Apparemment, Pierre Ménès connaîtrait donc les joueurs inconnus des petites équipes espagnoles comme le Real Madrid (100% Euro).


La minute Nostradamus de L'Equipe

"[...] parler de 'groupe de la mort' renvoie à la promesse d’une lutte incertaine entre équipes soudain jugées toutes de même niveau au moment d’éviter l’élimination. Eh bien, c’est faire injure aux statuts de l’Italie, championne du monde, et de la France, son adversaire finaliste du Mondial 2006, d’imaginer cela. Comment ne pas installer par avance les cousins transalpins dans les rôles de favoris du groupe C, au-dessus des Pays-Bas et de la Roumanie, des rivaux plutôt promis à ne pas dépasser le premier tour?" Etienne Bonamy (L'Equipe, rubrique "Opinions")


domenech_speaker.jpg
"-Numéro 23: Grégoryyy Coupet!
- Oui bon, on s'y attendait;
- Numéro 3: Eriiic Abidal!
- C'était prévu;
- Numéro 15: Liliaaaan Thuram!
- Je ne suis pas surpris".



Meilleurs vieux

Si la Coupe du monde 2006 avait vu les sélections décidées à tourner la page de glorieux anciens sans palmarès (Espagne, Hollande) défaites au profit de celles qui avaient avant tout fait confiance à l'expérience (France, Italie), l'Euro 2008 va-t-il livrer le même verdict?

Avoir un oeil sur les résultats du premier tour et un autre sur le nombre de trentenaires sélectionnés par équipe donne déjà quelques réponses. L'Italie en a fait jouer onze (Pirlo et Barzagli ont moins de trente ans, mais Grosso et Del Piero sont entrés), la France cinq, en attendant le sixième et le septième dès le retour d'Henry et Vieira. Les Tchèques ont défendu avec beaucoup de vieux tandis que Grecs et Suédois n’ont fait jouer que la moitié de leur troisième age.
Si l'on considère que les Pays-Bas, le Portugal, l'Allemagne et l'Espagne sont les équipes ayant le mieux démarré la compétition, il semble que cinq à six trentenaires dans le groupe, pour trois à quatre sur le terrain (Hollandais Portugais et Allemands alignant un gardien trentenaire) forment un cocktail efficace. À condition de retrouver ces équipes à la fin du mois de juin, bien sûr.


Nombre de trentenaires sélectionnés.
Entre parenthèses, ceux d'entre eux ayant joué.
Italie: 12 (11)
Suède: 10 (5)
Rep. Tchèque. 8 (6)
Grèce: 8 (4)
France: 7 (7)
Croatie 7 (3)
Portugal 6 (5)
Hollande: 6 (4)
Autriche 6 (3)
Pologne 5 (4)
Espagne 5 (2)
Turquie: 5 (2)
Suisse: 5 (2)
Roumanie 5 (2)
Allemagne: 4 (3)
Russie : 3 (3)+

Notons que doyen de la compétition est l'attaquant autrichien Vastic, 38 ans, né le 29 septembre 69.



Lost, les numéros
 
On croyait les équipes nationales épargnées. Grâce à l’interdiction des sponsors maillot, au contraire de trop nombreux autres sports, rien ne vient en théorie dépareiller les tuniques des équipes internationales. Sauf quand les créatifs des grandes marques du sportswear poussent l’originalité jusqu’au mauvais goût.

Les maillots autrichiens et suisses réussissent le tour de force de choquer l’œil du spectateur. La responsabilité en revient aux numéros "pixélisés", floqués dans le dos, dont la modernité est celle d’un graphisme estampillé NES 1985. Puma, l’équipementier des deux pays organisateurs, nous avaient pourtant habitués à plus d’imagination, voire à plus esprit carrément subversif (comme pour le maillot une pièce du Cameroun, invalidé par la FIFA). Défaits lors de leur entrée dans la compétition, les Suisses et les Autrichiens n’ont visiblement pas joué les bons numéros.



Impressions soleil levant

La Coupe du monde 2006 semble si proche qu’on peine à comprendre comment les observateurs peuvent tomber dans le panneau de la première impression. Pleurons l’absence d’allant offensif des Bleus – il serait temps, un jour, le foot sera commenté par des journalistes nés après 86, et cela cessera d’être un fantasme – et envions les débuts si déterminés des Pays-Bas, de l’Allemagne, du Portugal et de l’Espagne, qui leur valent l'annonce d’un avenir radieux dans la compétition.

L’humilité en vigueur depuis le parcours des Bleus en Allemagne n’aura pas tenu au-delà de l’entrée en compétition timorée des hommes de Domenech. La similitude des oppositions stériles proposées aux Suisses de 2006 et aux Roumains de 2008 n’offre pas de crédit aux Bleus. Les mêmes quatre équipes, accompagnées de l’Argentine, avaient fait la plus forte impression au début de la Coupe du monde. L’Italie et la France avaient pourtant joué la finale. Lors du précédent Euro, on avait raillé l’élimination des Bleus face à la Grèce en quarts de finale pour s’enthousiasmer des footballs tchèques et portugais. Les Grecs finiraient par battre ces deux équipes de la même façon qu’ils avaient éliminé les Bleus. Sans remonter aux premières mi-temps oppressantes des entrées en compétition de 84, 86 ou 98 que les délivrances de Platini, Papin et Dugarry ont fait oublier, la mémoire de 2006 pourrait inciter, à défaut d’optimisme, à une dose de patience.

Trajectoire
Il est trop tôt pour désespérer. À cette heure, l’épopée victorieuse suivante est encore envisageable pour les Bleus :
• France-Pays-Bas : 0-0
• France-Italie : 1-0 (csc de Materazzi)
• 1/4 > France-Grèce : 0-0 (victoire aux tab)
• 1/2 > France-Roumanie: 0-0 (victoire aux tab)
• Finale > France-Suisse : 0-0 (victoire aux tab)



Les observations en vrac / best of

• Le duel le plus glamour de l’Euro est indubitablement celui qui a opposé Senderos à Koller.
• Si Behrami est surnommé Beckham, on veut bien que Balmont se fasse appeler Gattuso.
• Merci, merci d’avoir réuni à nouveau la paire Jankulowski Galásek.
• Les grands joueurs sont ceux qui savent être au rendez-vous des grandes compétitions: meilleur départ de la saison pour Cristiano Ronaldo, qui s’effondre sur effleurement adverse au bout de 24 secondes.
• Si la Turquie joue ses deux prochains matches à Genève, il est statistiquement impossible qu’on échappe au jeu de mot sur Servet.
• On n’avait pas entendu Jean-Michel Larqué s’inquiéter autant pour la condition physique de joueurs depuis la cuisse de Zidane. C’est dire dans quel état se trouvent les Croates.
• Au pays du ski roi, les défenseurs autrichiens feraient d’excellents poteaux de slalom, quoiqu’un peu brutaux.
• Il aura fallu attendre soixante et onze ans pour entendre Thierry Roland dire du bien d’un Fritz.
• On a réussi à exporter la folie de la Ligue 1 en Suisse.
• Pour l’instant, Coupet ne voit pas beaucoup de différence avec sa Coupe du monde 2006.
Duverne, démission !
• La Roumanie, en fait, c'est une Italie sans attaque.
• L’Italie, en fait, c’est une Roumanie sans défense.
• Quand Zlatan a planté sa patate dans la lucarne de Nikopolidis, on a bien cru entendre le même râle vengeur émaner des quatre coins du continent.



Les questions des premiers matches

• Comment la palette d’Angel Marcos sur L’Equipe TV, une simple table sur laquelle il déplace à la main des maillots numérotés tout en y dessinant des flèches à la craie blanche, peut-elle mettre un si gros coup de vieux à la "palette plus" de Philippe Doucet?
• Personne n'a pensé à organiser un barrage entre la Suisse et l'Autriche pour relever le niveau des seize?
• Technique, rapide, milieu offensif, blond, un physique gracile, n°14… Luka Modric aurait-il reçu des conseils de Camel Meriem et Mourad Meghni ?
Arsène Wenger ne commentera-t-il que les matches sur lesquels il aura un joueur à vendre ou à acheter?

Réactions

  • funkoverload le 11/06/2008 à 12h09
    Il faut que reconnaître que la leçon de tactique que nous avons infligée à la Roumanie était magistrale. J'en ai d'ailleurs parlé avec des musicos qui sévissent sur la 6, ils étaient foutrement impressionnés.

  • Takinho le 11/06/2008 à 12h22
    Au vu de l'intégralité de cette première journée et des matches des favoris, une chose saute aux yeux: le nombre de combinaisons (jeu à une touche de balle, triangle,une-deux) et de dribbles tentés en petit espace par les Allemands ou les Espagnols (et ce dès qu'ils étaient à 40 mètres du but adverse et pressés par leurs adversaires) leur ont permis de faire voler en éclats des oppositions du niveau de la Roumanie. Ce n'est pas tant le système de jeu ou les consignes de Domenech qui inquiètent, c'est l'état d'esprit conquérant affiché par les Allemands ou les Espagnols qui contraste sérieusement avec une équipe incapable de provoquer la défense adverse alors qu'elle en a le potentiel. Et c'est dommage que les joueurs (à part Gallas et Ribéry) se cachent derrière ces excuses (en plus de la chaleur) pour éviter de dire qu'ils ont peu tenté et qu'ils n'ont pas mis de la folie dans un match qu'ils ne pouvaient pas perdre en défendant à un de moins sur Niculae, isolé à 60 mètres de ses collègues du milieu. Niveau compo, sur ce match, je pense que L.Diarra, Evra et Nasri auraient fait beaucoup de bien grâce à leur qualité de percussion et leur vitesse de transmission mais il est compréhensible que dans une dynamique de matches à répétition, Domenech mise sur la même base de titulaires.

    Maintenant, on sait que l'équipe de France aime jouer les équipes susceptibles de se relacher après une grosse perf' et à partir de là, tout est encore possible, à commencer par une victoire sur les Pays-Bas (un 2-1 avec buts marqués dans le jeu ferait l'affaire) qui permettrait aux Bleus de jouer petit-football contre la Squadra pour un 0-0 qui éliminerait les champions du monde avant de jouer coffrefort contre l'Espagne où Raymond ressortirait son plan Govou dans la prolongation. Donc j'y crois mais je rejoins le camp des patatrasques en cas de contre-performance contre les Hollandais. Mais qu'il est désagréable de supporter une équipe aussi frileuse, bien qu'obtenant des "résultats" !

  • Roberto Cabanastonvilla le 11/06/2008 à 12h33
    "• Quand Zlatan a planté sa patate dans la lucarne de Nikopolidis, on a bien cru entendre le même râle vengeur émaner des quatre coins du continent."


    grrr, snif & "nobody like them but..."

  • luckyluke le 11/06/2008 à 12h34
    Funkmachin> ça t'embête tant que ça, de mettre un "y" à Ribéry?

  • funkoverload le 11/06/2008 à 13h04
    Eh bien lukiluk, si le respect des noms et des pseudos te tient tant à coeur, commence par respecter le mien.
    J'écris ribéri parce que ça me plait, parce que c'est graphiquement bien plus satisfaisant, parce que la fraternité avec béri-béri est doublement sublime, phonétiquement et sémantiquement : francki est un fléau pour ses adversaires.
    Et puis hein bon. Enfin, tu m'as compris.

  • Qui me crame ce troll? le 11/06/2008 à 13h12
    le nombre de combinaisons (jeu à une touche de balle, triangle,une-deux) et de dribbles tentés en petit espace par les Allemands ou les Espagnols [..] leur ont permis de faire voler en éclats des oppositions du niveau de la Roumanie.
    -----
    Reste à prouver que la Russie et la Pologne sont du niveau de la Roumanie. A la limite, la Pologne je veux bien, mais la Russie, de ce que j'ai vu, ça ne valait pas, défensivement parlant, la Roumanie.

  • BigS le 11/06/2008 à 13h15
    Plus qu'une affaire de niveau, c'est surtout de projet de jeu qu'il est question. Russie et Pologne ont joué au ballon et payé leurs faiblesses et la supériorité de l'adversaire. La Roumanie, bon...

  • le_merlu_frisé le 11/06/2008 à 13h21
    La typo des numéros des maillots Puma est effectivement horrible. Mais c'est le cas de tous les maillots Puma, l'Italie, la Pologne, la lien ont les mêmes numéros "Nintendo". Le truc c'est que la typo est différente, selon que l'équipe joue avec son maillot domicile ou son maillot extérieur. La typo des maillots extérieurs est beaucoup plus classique.

  • Le_footix le 11/06/2008 à 13h27
    Sinon, le parcours théorique des Bleux jusqu'au titre se heurte à un problème lié aux séances de tirs au but. Il y a en effet deux lois à l'exercice:
    - les Allemands ne perdent jamais aux tirs au but
    - une équipe qui arrive pour la seconde fois d'affilée aux tirs au but perd
    ---
    Le Brésil 98 a battu aux tab la Hollande en quarts et le Danemark en demi.

    Ca ne concerne que l'Euro, ton théorème ?

  • BigS le 11/06/2008 à 13h33
    Contre le Danemark c'est pas aux tirs au but. Par ailleurs, c'est danemark en quarts en PB en demies, mais ça n'est pas la question

La revue des Cahiers du football