Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

« Kylian, ce n'est clairement pas le Bondynois type »

L'AS Bondy après Mbappé, c'est l'objet du feuilleton de notre revue. Extrait précieux: l'entretien avec Ilyes Ramdani, entraîneur et journaliste. 

Auteur : Antoine Zéo le 6 Nov 2019

 

 

Trois numéros de notre revue, trois épisodes du feuilleton "Bondy building" auprès de l'AS Bondy, club formateur mondialement connu pour être celui de Kylian Mbappé. Antoine Zéo avait raconté l'autre versant de l'histoire de ce club, au plus près de son quotidien, loin de la star du PSG.

 

Dans le deuxième épisode, Ilyes Ramdani – journaliste et entraîneur – lui a parlé des représentations que charrient ces "banlieues" et de la réalité de la pratique du football. Photos Rémi Belot.

 

 

À vingt-trois ans, Ilyes Ramdani est journaliste, spécialisé foot mais pas que (il travaille notamment pour Eurosport et pour le Bondy Blog, où il a appris le métier dans les formations offertes par le jeune média). Il est aussi entraîneur de football: il coache les U19 d'Aubervilliers.

 

En juillet 2016, c'est Ilyes qui a écrit sur Eurosport un des premiers portraits de Kylian Mbappé, annonçant au monde l'arrivée du champion à l'occasion de la finale de l'Euro U19 ("... une jeune carrière que son talent pourrait faire devenir grande"). Il ne s'était pas trompé et il a droit lui aussi, en tant que premier apôtre de la bonne nouvelle, à son lot d'appels et d'entretiens avec divers collègues étrangers.

 

Nous nous retrouvons dans un établissement typique de Bobigny, le resto-grill Drima, spécialisé dans les grillades, les plats chinois, japonais, italiens, les burgers et les brochettes. Les Claude Sautet de notre temps feraient bien d'y venir tourner leurs scènes de couples qui se font la gueule et d'amis qui viennent déjeuner en coup de vent – wesh frère.

 

Quelques jours avant la finale de la Coupe du monde, Ilyes a fait un reportage à Bondy pour Mediapart et le Bondy Blog, avec sa consœur Sarah Ichou: ils ont rencontré des jeunes du même âge que Mbappé, génération 1998. Je souhaite interroger Ilyes sur l'idée de "s'en sortir par le football", abondamment reprise depuis la victoire de l'équipe de France: par le sport et le travail, on pourrait se sortir du quartier.

 

 

 

 

Mbappé semble devoir servir d'exemple alors qu'il est précisément hors-norme. Comment considérez-vous ce paradoxe?

 

Ilyes Ramdani. Chez les garçons, dans les quartiers populaires – et il me semble que c'est une spécificité de ces territoires –, on joue au foot avec l'espoir de devenir pro. Statistiquement, sur une génération de footballeurs, on sait pourtant que la probabilité de devenir pro est d’une sur cinq mille. Ce sont les derniers chiffres de la fédération. Mais ça influe énormément sur ce qu'on attend du football en région parisienne, sur le rapport que les garçons entretiennent avec lui. Il me semble qu'il y a de moins en moins de passion pour le foot comme jeu: il y a encore dix ans, quand j'étais adolescent, les city stades étaient toujours pleins…

 

« Regarder des matches, jouer en bas de chez soi – la pure passion du foot, finalement – on le voit beaucoup moins. »

 

Ce n'est plus le cas aujourd'hui?

 

Non, c'est frappant. Aujourd'hui, tu as des gamins qui tournent entre les clubs, avec une mentalité de consommateurs, parce qu'ils pensent tel ou tel club plus apte à les faire devenir pro, avec une stratégie de réussite sociale. Regarder des matches, jouer en bas de chez soi – la pure passion du foot, finalement – on le voit beaucoup moins. Quand tu es éducateur, tu dois gérer ça.

 

Et donc, on est un peu schizophrènes: on joue sur l'existence de la possibilité de devenir pro (qui est malgré tout réelle, avec la création de nouveaux centres de formation, l'augmentation de leur nombre de places…) tout en soulignant que l'ouverture est très mince… On essaie de leur montrer qu'on peut travailler dans le football autrement qu'en devenant footballeur: éducateur, kiné, ou dans la gestion, le marketing, la communication…

 

Il y a un côté travailleur social dans notre travail: pour beaucoup de jeunes garçons, il n'y a que deux voies connues pour accéder au monde professionnel: celle de papa-maman, souvent dure et qui ne les fait pas rêver, et le foot. Donc on se sert de ça, pour essayer de les garder dans un cadre.

 

 

 

 

Mais à dix-neuf ans, alors que l'écrémage a été fait et que la probabilité de réussite est encore plus faible, est-ce que les garçons ont encore cette ambition?

 

Oui, ils l'ont encore. Mais, évidemment, on essaie de les faire penser à un plan B… Souvent, ils sont dans des filières, notamment en bac pro, qu'ils n'ont pas vraiment choisies, sans beaucoup d'exemples autour d'eux, souvent davantage de débrouille que de réussite. On en a quand même un ou deux qui, à cet âge, réussissent à accéder à des structures pros: sur un groupe de vingt garçons, ce n'est pas insignifiant.

 

Et puis en Nationale 2 et 3, les anciennes CFA 1 et 2, même si tu es amateur, tu gagnes un peu d'argent. Mais on doit leur expliquer qu'avec 700 ou 800 euros par mois, ce ne sera pas assez pour s'en sortir. C'est un travail de longue haleine…

 

« Le sport, objectivement, ça aide à grandir, et les valeurs du sport recoupent souvent les valeurs du quartier. »

 

On parle souvent des valeurs à transmettre par le sport et le football. Mbappé en étant encore une fois le bon exemple: poli, gentil, il chante la Marseillaise et se déclare publiquement fier de représenter la France. Que penses-tu, en tant qu’éducateur, de ces valeurs patriotiques, souvent bien différentes des valeurs du sport lui-même?

 

Le sport, objectivement, ça aide à grandir, et ce qui est intéressant c'est que les valeurs du sport recoupent souvent les valeurs du quartier: grosso modo, passer du temps avec ses potes, passer du temps dehors, sans beaucoup d'argent dans les poches. Donc, et sans vouloir entrer dans d'autres clichés, tu apprends à partager et à te débrouiller.

 

Au foot, c'est la même chose. Sur le terrain, si c'est toi qui as plus de jus, c'est toi qui feras l'effort, qui iras sur le ballon, pour soulager ton pote, et s'il faut tacler sur un synthétique et te racler toute la cuisse, tu vas le faire parce que tu sais que la prochaine fois c'est lui qui le fera.

 

Mais pour revenir à Kylian, ce qu'il est intéressant de remarquer, c'est qu'il n'est pas du tout le prototype du banlieusard: par le niveau social de ses parents, son histoire personnelle, celle de ses parents, son parcours scolaire (dans le privé à Bondy, puis à Clairefontaine, puis à Monaco!), ce n'est clairement pas le Bondynois type. Mais c'est une bouffée d'oxygène.

 

Et on a, quand même, une responsabilité sociale en tant que club de foot: on a appris des choses au club de foot qu'on n'apprenait pas forcément à la maison ou à l'école. Bien souvent, nos parents n'avaient les bons codes, soit parce qu'ils étaient étrangers, soit parce qu'ils étaient dans une situation sociale compliquée; à l'école, les professeurs n'ont souvent pas les codes de la banlieue et on ne s'identifiait pas facilement à eux.

 

« On cherche à faire du footballeur un représentant du quartier, un enfant de la cité, alors que par essence il n'a pas grandi au quartier. »

 

Donc le club de foot devient un lieu de socialisation essentiel?

 

Oui: c'est ce troisième lieu de socialisation, dans lequel tu trouves des éducateurs qui ressemblent aux gamins, qui ont souvent les mêmes parcours que nous, sont à peine plus âgés: c'est souvent au club de foot qu'on a appris des choses très concrètes - dire bonjour, serrer la main, regarder dans les yeux, enlever ton casque de tes oreilles, etc. Alors oui, c'est vertical, mais ce type de valeurs, on les a apprises par le club de foot.

 

Et puis, au quartier, tu es souvent dehors entre 17heures et 22heures, parce que le type d'urbanisme le favorise, parce que les parents travaillent très tard… et beaucoup de gamins, quand ils ne sont pas au club de foot, ils ne sont nulle part, dans ces zones grises du quartier, le banc, la cour, le hall. Et quand tu passes trop de temps dehors, on va te proposer de fumer, de voler, de surveiller si la police passe, et peut-être que tu vas le faire. Le foot est une forme de réponse: parce que chez nous, ils passent du temps et doivent respecter les règles du club.

 

 

 

 

C'est valable aussi pour les rares jeunes joueurs qui sont devenus professionnels?

 

C'est un autre paradoxe: on cherche à faire du footballeur un représentant du quartier, un enfant de la cité, alors que le footballeur par essence n'a pas grandi au quartier. Il est parti tôt, en centre de formation à treize ans, à quinze ans au plus tard. Souvent, ils ne connaissent pas le temps long, parfois la misère, du quartier: ils ne reviennent que pour leurs vacances.

 

Les footballeurs peuvent avoir une enfance, une histoire familiale dans la cité, mais ça ne va pas beaucoup au-delà. Alors que souvent, pour les autres, c'est justement à treize ans que les difficultés commencent: difficultés sociales, scolaires, travail…

 

« Qu'est-ce qui se passe dans les quartiers quand personne ne brûle de voiture ou quand Mbappé ne gagne pas la Coupe du monde?

 

Et que penser de la surmédiatisation des banlieues sous l'angle foot? Est-ce que ça apporte quelque chose de positif?

 

L'intention est positive. Le problème vient d'une paresse globale de notre profession qui conduit à traiter les banlieues selon des angles déjà connus. L'autre souci – et c'est toute l'histoire de la création du Bondy Blog –, c'est aussi que, même si c'est pour du positif (ici pour raconter la réussite d'un footballeur), on reste dans l'extraordinaire.

 

Ce qui manque, c'est justement l'ordinaire, le quotidien. Qu'est-ce qui se passe dans les quartiers quand personne ne brûle de voiture ou quand Mbappé ne gagne pas la Coupe du monde? C'est le temps long de la banlieue qui manque, souvent, dans les médias – au-delà du sport.

 

Par exemple, j'aimerais bien savoir: sur les dix-huit garçons qui montent en DSR à l'époque où Kylian est le capitaine de l'équipe, qu'est-ce qu'ils sont devenus, les dix-sept autres? Il y en a peut-être un qui est en prison, un qui est parti s'installer au Canada, un qui a fondé une start-up… C'est ça qui serait intéressant!

 

Et voilà Ilyes qui me propose le meilleur sujet d'enquête du monde. À la télé, il y a RMC Découverte: un reportage sur le transport routier en Allemagne.

 

 

Réactions

  • La parole à la défense le 07/11/2019 à 09h32
    Merci pour cet interview !

    Je suis un peu triste que le foot soit de plus en plus pratiqué dans un espoir de réussite sociale et professionnelle, sans plus de passion que çà. Surtout vu le peu de chances qu'il y a d'y parvenir.

    Je suis complètement d'accord avec Ilyes Ramdani, un reportage sur le rôle social du foot serait passionnant (en tout cas moi ça m'intéresserait beaucoup de le lire). Et non, effectivement, le rôle social du foot ce n'est pas les très rares jeunes qui deviennent pros mais plutôt cette multitude de joueurs lambdas que le foot a transformés, j'ose espérer très souvent en bien. Les timides qui ont appris à se révéler et à prendre confiance en eux, les agités qui se sont canalisés, les individualistes qui ont commencé à penser aux autres... Il y a, à mes yeux, tant de choses positives que le foot peut apporter, en tant que sport co pratiqué par des personnes aux profils très différents.
    Mais bon, le transport routier en Allemagne c'est peut-être intéressant aussi hein !

  • Sens de la dérision le 07/11/2019 à 10h20
    La parole à la défense
    aujourd'hui à 09h32
    Les timides qui ont appris à se révéler et à prendre confiance en eux, les agités qui se sont canalisés, les individualistes qui ont commencé à penser aux autres...
    ----
    J'en aurais presque la larme à l'oeil si je ne me rappelais pas : Des pas très bons au foot relégués sur le banc, des glandeurs talentueux qui passent devant les bosseurs moins forts, de la victoire à tout prix, des parents insultant leurs gamins sur le bord de la touche, des arbitres pris à parti...

  • La parole à la défense le 07/11/2019 à 10h41
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 10h20
    ----------------

    Je ne nie aucunement tout cela.

    Mais quand même, se retrouver en équipe, 2 à 3 fois par semaine, avec d'autres personnes possiblement très différentes de toi, tout çà pour aller vers un objectif commun, ça te fait grandir. Et même la part intrinsèque d'injustice de ce jeu y participe je trouve.
    Le foot est, à mes yeux d'amoureux, le sport collectif qui réussit le mieux la synthèse du mérite collectif et du mérite individuel. Chaque joueur est important mais aucun n'est suffisant (pour garantir la victoire, pas au sens "les joueurs du PSG se sont montré suffisants").

    Après, oui, je sais, l'amour rend aveugle.

  • dugamaniac le 07/11/2019 à 11h22
    Je l'avais déjà dit mais ce feuilleton sur les 3 premières revues, ça a été mon coup de cœur de la 1ère saison, la 1ère chose que je suis allé chercher en recevant le 2 et le 3.

    Sur le propos en lui même, super intéressant, je pense que les enfants ont toujours rêvé d'être pro, le principe de s’identifier à Cruyff, Platini, Zidane, Messi, Mbappe, ça me parait normal et universel.
    Donc je ne suis pas si certain que l'évolution soit du côté des enfants, on m'a déjà expliqué sur le forum la pression exercée par les parents dans la projection d'un rêve utopique d'avoir enfanter le nouveau Zidane.
    Je trouve aussi que certains éducateurs se sont mis à se rêver un peu trop en Guardiola ou Jorge Mendes.

    J'ai un peu honte de conclure sur cela puisque tout le reportage racontait l'inverse à Bondy, je l'ai bien noté.

  • Pier Feuil Scifo le 07/11/2019 à 12h57
    Merci pour l'article.
    Et oui le sujet proposé à la fin serait merveilleux à traiter et encore plus à lire. J'imagine !

  • Chaban del Match le 08/11/2019 à 15h57
    dugamaniac
    07/11/2019 à 11h22
    (...)

    Sur le propos en lui même, super intéressant, je pense que les enfants ont toujours rêvé d'être pro, le principe de s’identifier à Cruyff, Platini, Zidane, Messi, Mbappe, ça me parait normal et universel.
    ---------------
    Quand j'étais petit, fin des 70's début des 80's ,e je trouvais ça incongru qu'on puisse être payé pour JOUER au foot, comme si on pouvait être payé pour jouer au Monopoly ou à la bataille navale. Même si évidement j'avais cette envie de devenir pro, mais pas pour gagner de l'argent (en même temps les sommes n'étaient pas comparables), pour jouer dans des grands stades, gagner la Coupe du Monde 3-2 contre le Brésil ou l'Italie.
    Ce que j'ai fait des milliers de fois dans ma chambre, mais c'est une autre histoire.

  • leo le 08/11/2019 à 18h24
    Chaban del Match
    aujourd'hui à 15h57
    ---

    Platini disait d'ailleurs que ça ne lui était jamais passé par la tête de devenir footballeur professionnel et d'être payé pour ça, que "footballeur" (prononcé à la Platoche, évidemment, foutebAlleur et pas foutebôleur), il ne savait pas que c'était un métier.

  • Johnny Ringo le 08/11/2019 à 21h05
    Cet interview est très chouette. Et sa conclusion ouvre, en effet, sur quelque chose qu'on aimerait tous lire.

  • Redalert le 09/11/2019 à 01h42
    Ouais, super interview, super feuilleton sur le « temps long » du club.

    Antoine Zéo a un pseudo sur le forum ?

  • la rédaction le 09/11/2019 à 17h11
    @Redalert
    Yep, Manx Martin.