Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L’Alki, dernier d’Europe

Le pire club européen de foot actuel évolue dans l’élite chypriote. Laminé sportivement et financièrement, l’Alki Larnaca compte actuellement... -35 points.

Auteur : Toni Turek le 11 Fev 2014

 

 

Zéro victoire et deux nuls en vingt et un matches: à Chypre, le bilan sportif de l’Alki Larnaca est épouvantable. Avec le douzième du classement – et ultime qualifié pour les play-down locaux – qui affiche seize points, l’espoir de maintien de l’Alki, aux quatre cinquièmes de la phase régulière, est sportivement moins que minime.
 


Le troisième club de la troisième ville

Troisième plus grande ville à Chypre, Larnaca héberge cinq clubs de football de l’élite locale: l’AEK, l’Alki, l’Ermis Aradippou – club de la banlieue – ainsi que deux équipes de Famagouste, délocalisées par la force des choses [1]. Pour autant, Larnaca n’est pas la place forte du foot chypriote: ces derniers temps, ce sont les clubs des deux plus grandes cités de l’île, Nicosie et Limassol, qui ont trusté les titres. Le dernier sacre en championnat d’un club de Larnaca remonte à 1988, et la ville de la côte sud-est n’a remporté qu’un unique trophée depuis 1970.


  

 

La hiérarchie locale ne plaide pas en faveur de l’Alki dernièrement. Le meilleur club de Larnaca est l’AEK, résultat de la fusion en 1994 du Pezoporikos avec l’EPA, les deux clubs de la ville qui avaient un palmarès – six Coupes, cinq championnats. L’AEK s’est ainsi qualifiée pour les play-off européens en 2008, 2011 et 2013, et a gagné la Coupe en 2004. L’Alki a eu son heure de gloire vers les années 1970, avec cinq finales de Coupe – toutes perdues. Avec un unique tour joué en Coupe d’Europe depuis sa fondation en 1948, et plusieurs titres de champion… de deuxième division, l’Alki n’est qu’un club de second rang. Depuis sa dernière remontée dans l’élite en 2010, l’Alki vivote autour de la dixième place d’un championnat à quatorze. Seules réussites récentes: l’Alki esquive les play-down en 2012, et voit pour la première fois en 2013 un des siens, le Portugais Bernardo Vasconcelos, être sacré meilleur buteur du championnat de Chypre.
 


L’Alki l’arnaqué

Ces petites joies ne durent pas. Historiquement lié à l’AKEL – le parti communiste à Chypre – récemment englué dans plusieurs scandales, l’Alki connaît lui aussi de sérieux déboires côté finances. Au point de voir l’intégralité de son imposante armada étrangère partir à l’été 2013, souvent dans des championnats méconnus (Vasconcelos en Pologne, d’autres en Australie, Azerbaïdjan, Isräel ou Luxembourg). Pour pallier cette quinzaine de départs, l’Alki accueille une douzaine de très jeunes joueurs, presque tous du pays, en majorité prêtés par les clubs de la capitale et l’AEK Larnaca. Avec un effectif aussi jeune et inexpérimenté, où seul le gardien et capitaine Demetris Stylianou a plus de vingt-deux ans, le club bleu et rouge n’évolue pas au niveau de ses adversaires, et cumule les larges revers. Son rang de relégable, occupé depuis la deuxième journée, en est la logique conséquence.


Manque d’argent à l’Alki? Pas pour tout le monde: le président du club, Nikos Lillis, un homme d’affaires local de quarante-deux ans, a été arrêté l’an passé pour sa participation à une affaire mêlant fraudes et corruption – une embrouille immobilière aux profondes ramifications, qui implique un patron des télécoms locaux, des cadres du premier parti d’opposition (l’AKEL) et des dirigeants syndicaux. L’Alki, qui a touché de l’argent de l’AKEL pour éponger des dettes, s’est aussi vu infliger en sept mois cinq retraits de points, pour un total de seize unités, faute d’avoir respecté les critères financiers de l’UEFA. Et cet hiver, il a été sanctionné à trois autres reprises, cédant vingt et un points supplémentaires pour ne pas avoir participé aux frais liés aux arbitres lors de ses matches joués à domicile. Le bilan mathématique de l’Alki, à -35 points au classement actuellement, est pour sûr un record d’Europe. Assuré ainsi de sa relégation, l’Alki ne peut même plus prétendre à un nombre positif de points. Et de nouvelles pénalités ne sont pas à exclure.
 


Alki profite le crime?

Une remontée immédiate est improbable avec la prochaine réduction de l’élite à douze clubs. Sans légion étrangère – contrairement à la plupart des clubs de l’élite de l’île, particulièrement fournis en Portugais, Brésiliens et Espagnols, entre autres – et avec un groupe professionnel de vingt ans de moyenne d’âge – au sein duquel le "meilleur" buteur Leandros Lillis n’est même pas majeur – l’Alki Larnaca n’a probablement pas les armes pour assurer sa place en seconde division. L’Alki, où ont brièvement évolué Kaba Diawara et Lamine Sakho voici cinq ans, devra patienter pour un nouveau titre de champion de D2.


L’Alki n’est pas le seul mauvais élève de l’île. La FIFPro a indiqué l’été dernier que c’était à Chypre que le nombre d’impayés de clubs envers leurs joueurs était le plus important, loin devant les championnats turc et grec pourtant orfèvres en la matière. En tout, cinq clubs de l’élite îlienne ont été sanctionnés au classement ces deux dernières années, et quatre d’entre eux ont fini – ou vont finir – relégués. Un autre, l’APOP Kinyras Peyias, créé en 2003, lauréat en Coupe en 2009 et encore dans l’élite en 2011, a fait faillite et disparu depuis. Quant à la deuxième division, cette saison, trois relégués récents y cumulent trente-six points de pénalités...


Comme en Grèce, ces malheurs ne touchent pas que les équipes modestes. L’Anorthosis Famagouste a ainsi dû vendre l’été dernier sa vedette colombienne Ricardo Laborde au FC Krasnodar pour la somme record de 1,7 millions d'euros, afin d’aider à la résorption d’un passif voisin de 15 millions d'euros. L’Omonia Nicosie, plombée par des éliminations précoces sur la scène européenne et une politique dispendieuse en transferts, récupérait plusieurs millions en faisant appel à ses fans pour purger une partie de ses dettes d’un montant comparable. L’Alki est un spectaculaire exemple de vertigineuse descente aux enfers, mais si le fair-play financier est strictement appliqué à Chypre, d’autres clubs pourraient vite le suivre dans sa chute.

 

[1] Famagouste étant située en zone turque (RTCN), ses clubs de l’Anorthosis et de la Nea Salamina sont accueillis à Larnaca. Pour la même raison, la Doxa Katokopia est hébergée dans la région de Nicosie.

 

Réactions

  • Richard N le 11/02/2014 à 08h22
    Un club dont on a envie de devenir supporter. Merci Toni pour cette découverte !

  • Mandandamadeus le 11/02/2014 à 09h07
    Super article bien mou, merci Toni et VL !
    Ces gredins de l'Alki réalisent une sacré performance à l'envers cette saison. Ils font quand même pire que l'Academia Chisinau en terme de résultats. Pire quoi ! C'est improbable !!!

  • magic_patator le 11/02/2014 à 09h39
    Et à l'heure actuelle ils sont partis pour éclater le record à l'envers du Cukaricki 2010/11!

  • timath le 11/02/2014 à 09h43
    /mou Toni et VL

    Mon 10e choix de draft reçoit enfin l'attention qu'il mérite ! Merci pour cet article fort complet (qui ne dit pas si je peux espérer prendre un 3e point avant la fin de la saison... à mon avis non).
    A noter que le fameux ailier gauche et meilleur buteur (il a quand même mis 4 buts !), Leandros Lillis, n'est autre que le fils de Nikos, le président véreux. A 17 ans c'est apparemment un vrai espoir du football chypriote, il joue avec les U19 et serait déjà sur les tablettes de clubs locaux et étrangers (l'histoire ne dit pas s'il court vite pour échapper au fisc).

  • Toni Turek le 11/02/2014 à 18h08
    timath, selon les stats actuelles, si ton club de coeur survit aux trois matches à jouer contre l'APOEL Nicosie, le déplacement à Paralimni pour la 23. journée (le 23/02 à 16:00 heure locale) constitue la dernière possibilité sérieuse de prendre un point.

  • visant le 12/02/2014 à 16h38
    C'est vraiment curieux que Toni ait échappé à la draft de ce club cette saison.
    Merci les mous pour cet article.

  • chapoto le 13/02/2014 à 02h19
    Mourci pour ce mol article.

La revue des Cahiers du football