Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le hors-jeu à la limite

Cas d'école: une position de hors-jeu nette du buteur... sur un ballon dévié par un partenaire puis un défenseur. À la fin, c'est vous qui décidez d'accorder le but ou non.
Auteur : pitchdobrasil le 16 Nov 2010

 

[Une version de ce texte est originellement parue sur l'excellent Poteaux carrés]

Avant de sombrer devant Lorient lors de la 12e journée, les Verts avaient réussi à ouvrir le score par Gonzalo Bergessio. L'Argentin doit se croire maudit car l'arbitre assistant d'Hervé Piccirillo avait levé son drapeau pour une position de hors-jeu (réelle, mais était-elle pour autant sanctionnable?). L'arbitre martégal affirmera ensuite devant les caméras de Canal+ qu'il s'agissait d'une erreur du trio. Le cas n'est pourtant pas simple et mérite une petite étude...

bergessio_horsjeu_1.jpg

D'abord, le déroulé de l'action: un ballon mal renvoyé par la défense bretonne parvient dans les pieds de Battles plein axe à l'entrée de la surface. Celui-ci rate son contrôle et le ballon, seulement prolongé vers le but lorientais, est taclé en catastrophe par Romao et parvient à Bergessio qui frappe et marque du gauche.


"Tirer avantage"
La "position" de hors-jeu de l'attaquant stéphanois ne fait pas de doute. Il est à la fois devant le ballon et l'avant-dernier défenseur au moment où le ballon quitte le pied de Battles. Mais est-ce que le fait que le ballon ne lui était pas destiné rentre en ligne de compte? Pas vraiment dans ce cas, car la règle précise que "la position de hors-jeu d'un joueur ne doit être sanctionnée que si, au moment où le ballon est touché ou joué par un coéquipier, le joueur prend, de l'avis de l'arbitre, une part active au jeu en intervenant dans le jeu, interférant avec un adversaire ou tirant un avantage de sa position". C'est dans l'application de ce troisième point que la Berge a été sanctionné.

Dans ses définitions, le Livre des Lois du Jeu 2010 (1) explicite la notion de "tirer avantage de sa position" comme "jouer un ballon qui rebondit sur un poteau ou la transversale dans sa direction ou jouer un ballon qui rebondit sur un adversaire dans sa direction alors qu'il y a position de hors-jeu". Le terme "rebondir" est assez clair: il désigne une action peut-être volontaire (comme une parade du gardien ou une intervention dans les pieds d'un adversaire pour contrer le ballon) sans pour autant être contrôlée ou maîtrisée (contrairement à une passe en retrait manquée).
D'ailleurs, dans les Questions/Réponses du livre sus-cité (dont l'acquisition et la lecture devrait être obligatoire dès l'école primaire), deux cas nous donnent du grain à moudre par rapport à celui étudié ici:

Question 1.
Le ballon est adressé par un attaquant vers l'un de ses partenaires en position de hors-jeu alors qu'un second partenaire de l'attaquant est en position de hors-jeu non sanctionnable. Le ballon est intercepté par un défenseur, c'est alors que le second attaquant vient disputer le ballon au défenseur. Décision? Réponse: l'arbitre assistant doit signaler le hors-jeu du second partenaire au moment où celui-ci va disputer le ballon au défenseur.

Conclusion: Une position de hors-jeu peut être sanctionnée même si le ballon n'était pas à l'origine destiné au joueur dans cette position. Cela signifie aussi que le dernier contact du ballon avec le pied de Battles est celui à prendre en compte pour juger de la position de l'Argentin, même s'il ne s'agit pas, à proprement parler, d'une passe.

Question 2.
Un attaquant botte le ballon en direction d'un partenaire en position de hors-jeu sur la gauche de la surface de réparation. Un défenseur, en tentant de contrer le ballon, détourne celui-ci de la tête vers un second joueur attaquant situé sur la droite de la surface de réparation. Ce joueur était, lui aussi, en position de hors-jeu au moment où le ballon a été botté. Le ballon lui parvient. Décisions?
Réponse: l'arbitre assistant doit lever son drapeau pour signaler le hors-jeu du second attaquant qui récupère le ballon. L'arbitre accordera un CFI au profit de la défense, à l'endroit où se situait le second attaquant. En effet, bien que le ballon ne fût pas destiné au départ à ce joueur, il a tiré avantage de sa position de hors-jeu.

Ce deuxième exemple est le plus instructif, car, outre le fait qu'il nous enseigne que ceux qui rédigent les guides de Lois du Jeu maîtrisent l'imparfait du subjonctif, il est le plus proche de l'action du but refusé à Gonzalo. Tout dernier élément crucial afin de bien interpréter la Loi XI: pour décrire une action où un gardien dégage un ballon sur un adversaire en position de hors-jeu (non sanctionnable donc), le législateur parle bien de "recevoir le ballon d'un adversaire qui en avait le contrôle" pour justifier le fait d'accorder le but. Dans la question 2, deux termes indiquent clairement que l'action du défenseur n'est pas maîtrisée: "tenter de contrer le ballon" et "détourner".


Une action dans l'action?
En fait, les seules particularités de l'action étudiée sont d'abord que le tacle du Lorientais se fait assez loin des pieds de Battles, ensuite, qu'il change significativement la direction première du ballon ce qui donne l'impression qu'une nouvelle "action dans l'action" commence. Est-ce suffisant pour juger que c'est un geste à assimiler à une passe, ou un dégagement raté alors que Romao avait pris le contrôle du ballon? L'arbitre assistant a estimé que non. Apparemment, il s'est trompé d'après l'interprétation actuelle demandée, car ce que le défenseur réalise est un geste technique: l'arbitre assistant aurait dû considérer que le défenseur central avait le temps de faire autre chose que l'adresser à son adversaire.

On en revient finalement à l'éternelle question de l'interprétation humaine dans l'arbitrage et du flou qui peut entourer des situations précises. Doit-on considérer que l'intervention du Lorientais est volontaire et maîtrisée ou que Bergessio tire avantage de sa position de hors-jeu? À vous de juger!


(1) Édité et disponible au prix de 25 euros auprès de Promo Foot 59 – 62. Tél: 03 59 08 59 62.

[Passez au vert: lisez Poteaux carrés]

bergessio_horsjeu_pc.jpg

Réactions

  • Chaban del Match le 17/11/2010 à 11h45
    @ syle

    La base de ma réflexion c'est :
    Pourquoi se limiter à quelques cas puisque je persiste à croire que tout est important, et peut potentiellement changer le résultat d'un match, dans le jeu ?
    Et dans ce cas ça va être un beau merdier pour appliquer l'arbitrage vidéo.

    Et surtout, surtout, un arbitre fait quoi qu'il arrive beaucoup moins d'erreurs que n'importe quel joueur se trouvant sur le terrain. Si les erreurs techniques des joueurs sont dans l'ensemble très bien acceptées, pourquoi celles des arbitres feraient polémique ?
    N'oublions pas non plus qu'au départ l'arbitre n'existait pas dans le football. S'il a été introduit c'est dû à l'incapacité des joueurs à s'autogérer sur un terrain.
    L'arbitre fait partie du jeu, et ses bons ou mauvais coups de sifflets ne devraient pas être plus sujets à la polémique qu'un bon ou un mauvais contrôle, qu'une frappe sur la barre ou un marquage au kilomètre.

  • Hurst Blind & Fae le 17/11/2010 à 14h18
    Tonton Danijel
    mercredi 17 novembre 2010 - 10h01
    Si la vidéo est un option envisagée, alors on a le même point de vue. C'est juste un mot très rarement évoqué dans ce cas-ci, peut-être un tabou.
    Quant à la remarque sur la simplicité et le coût, c'est juste que vu le nombre de caméras autour d'un match de foot, cela ne me semble pas compliqué de se reposer sur les images existantes dans un premier temps par rapport à d'autres technologies (hawk eyes, "ballon intelligent") qui nécessiterait un nouvel investissement pour un gain de fiabilité non garanti...
    -----------------
    Peut-être que le tabou permet de marquer une différence bien nette entre le franchissement de ligne (qui n'est pas de l'arbitrage) et l'arbitrage vidéo?

    Sur le nombre de caméras autour d'un match de foot, il ne faut pas oublier que seuls les gros matches sont filmés par 17 caméras. Dans les pays riches les autres en ont plutôt une dizaine, et je ne sais pas combien de caméras utilisent les Slovènes ou les Albanais mais 4 ou 6 caméras derrière les buts ça doit être proche d'en doubler le nombre.

  • syle le 17/11/2010 à 14h33
    Chaban del Match
    mercredi 17 novembre 2010 - 11h45


    "La base de ma réflexion c'est :
    Pourquoi se limiter à quelques cas puisque je persiste à croire que tout est important, et peut potentiellement changer le résultat d'un match, dans le jeu ?"

    ------------

    Précisément pour ne pas pourrir le jeu. Le but est de servir le jeu et le spectacle, pas de l'exécuter sommairement.
    C'est un peu une question de bon sens, à un moment donné.
    On m'a mis Internet au taf, je l'utilise parfois, mais je bosse quand même toujours autant.
    J'ai 10 steaks dans mon réfrigérateur : je m'en fais cuire un, pas les 10 (hummm... encore que... mauvais exemple...)
    Ma bagnole peut faire du 220 km/h, mais je mets le régulateur à 140...
    J'ai 17 Whiskies différents dans le placard, mais je n'en bois qu'un verre ou deux le week-end... je pourrais pourtant me faire 17 fois plus plaisir, et ce chaque jour de la semaine.
    Je suis si "raisonnable"... Va savoir ce qui me retient.

    D'où, à mon avis, la possibilité de limiter l'usage de la vidéo à une portion "raisonnable" clairement définie.





    Et surtout, surtout, un arbitre fait quoi qu'il arrive beaucoup moins d'erreurs que n'importe quel joueur se trouvant sur le terrain. Si les erreurs techniques des joueurs sont dans l'ensemble très bien acceptées, pourquoi celles des arbitres feraient polémique ?

    ----------

    Les joueurs font toujours plus d'erreurs que les arbitres ? Ouais, pas faux, en y pensant... mais ça tient sûrement au fait que l'on n'a jamais vu Skoblar et Duhamel sur le même terrain.

    Non, plus sérieusement, mon souci n'est pas d'éviter les polémiques et d'éviter que Kévin ne balance sa kro dans sa télé en insultant la mère de l'arbitre.
    Le souci est d'apporter un "plus" dans un domaine du jeu.
    Et c'est au niveau de l'arbitrage que c'est le plus facile de le faire.
    Sinon, je te promets que si je savais comment procéder, je commencerais par rendre Brandao adroit devant le but ! Mais là, l'aide technique pour y parvenir, je ne l'ai pas.

    Après, quand je vois un match, je préfère que le résultat reflète une certaine logique sportive. Quand je vois le non-but de Wendel validé en toute fin de match pour arracher les 3 points, ça ne va pas m'empêcher de dormir, ça ne va même pas m'énerver, mais j'aurais clairement préféré que ça puisse se passer autrement. Si ça pouvait se passer autrement, je considérerais cela comme une amélioration pour le jeu de football (mais pas à n'importe quel prix bien entendu).

  • Chaban del Match le 17/11/2010 à 14h53
    La "raison" dont tu parles tiens au fait que si tu ne bois pas tes 17 whiskies c'est parce que tu sais que ça aurait des repercussions sur ta santé. Or quelque part le sport en général et le foot en particulier a quelque chose de déraisonable en soi. Regarde la passion que cela génère, cela se manifeste sous bien des formes, mais même si je ne t'imagine pas te trimballer torse nu dans les tribunes comme j'en ai vu à Nungesser samedi dernier malgré les conditions atmosphériques très difficiles, je suis persuadé qu'il y a quelque chose dans le foot qui t'emmène au delà de la raison.
    Et fais gaffe avec ton régulateur, ça serait domage de chopper un PV parce que tu roules à 140.

    Mais si Kévin insulte la mère de l'arbitre et jette sa Kro dans son écran plat tout neuf ce n'est pas bien grave. Déja c'est bon pour la consommation car il va aller en acheter un autre. D'autre part la mauvaise foi étant dans chacun d'entre nous (les supporters), Kevin aura beaucoup d'autres occasions d'en vouloir à la Terre entière pour des futilités. Dèjà parce qu'il y a fort à parier qu'il ne connaisse pas le réglement. En même temps si on ne lui explique pas, ou mal, forcément ça ne peut pas aller en s'améliorant.

    Admettons qu'on arrive à rendre Brandao plus adroit devant le but (je n'ose pas émettre la même hypothèse avec Mazou, Bellion, Gouffran), tu ne ferais que déplacer le problème de l'erreur. Puisqu'en suite il faudrait apprendre aux gardiens à faire plus d'arrêts.

    Alors oui parfois les résultats ne reflètent pas de logique, qu'elle soit réglementaire ou sportive. Ca fait partie de la beauté du foot. Même en étant 10 fois moins bon que son adversaire on peut gagner.




  • Hurst Blind & Fae le 17/11/2010 à 15h27
    syle
    mercredi 17 novembre 2010 - 14h33
    Quand je vois le non-but de Wendel validé en toute fin de match pour arracher les 3 points, ça ne va pas m'empêcher de dormir, ça ne va même pas m'énerver, mais j'aurais clairement préféré que ça puisse se passer autrement. Si ça pouvait se passer autrement, je considérerais cela comme une amélioration pour le jeu de football (mais pas à n'importe quel prix bien entendu).
    -----------------------
    Il y a pourtant un moyen facile d'empêcher Wendel de faire ça: deux ans de suspension. Crois-moi qu'il va aller lui même voir l'arbitre pour lui dire que le but n'y est pas.

  • Chaban del Match le 17/11/2010 à 15h30
    Hurst Blind & Fae
    mercredi 17 novembre 2010 - 15h27
    syle
    mercredi 17 novembre 2010 - 14h33
    Quand je vois le non-but de Wendel validé en toute fin de match pour arracher les 3 points, ça ne va pas m'empêcher de dormir, ça ne va même pas m'énerver, mais j'aurais clairement préféré que ça puisse se passer autrement. Si ça pouvait se passer autrement, je considérerais cela comme une amélioration pour le jeu de football (mais pas à n'importe quel prix bien entendu).
    -----------------------
    Il y a pourtant un moyen facile d'empêcher Wendel de faire ça: deux ans de suspension. Crois-moi qu'il va aller lui même voir l'arbitre pour lui dire que le but n'y est pas.
    -------------
    Vous êtes sur que c'est pas Gouffran le coupable ? Non ? Maazou alors. Non plus ? On peut dire que c'est Jussié alors ?
    Pffff....

  • Hurst Blind & Fae le 17/11/2010 à 15h46
    D'ailleurs, il y a un cas de figure amusant à imaginer.

    L'assistance vidéo a été validée pour les franchissements de ligne et uniquement pour les franchissements de ligne, le monde crie victoire, Thiriez rase sa moustache (il avait promis)

    Un but est marqué, le franchissement n'est pas évident, l'arbitre demande à son assistant vidéo si le ballon est rentré.

    L'assistant constate que le but est bel est bien rentré... mais voit sur l'image qu'il a été marqué de la main.

    Que pasa?

  • syle le 17/11/2010 à 16h16
    Effectivement, ce serait cocasse...
    Mais bon, on a déjà eu droit à la jurisprudence "coup de boulard zidanesque" où la vidéo a bel et bien été utilisée par le 4ème arbitre.

    Mais ton exemple illustre pourquoi je ne conçois pas non plus l'usage de la vidéo limité au franchissement de ligne. Je vois plus ça comme un moyen de valider un but. Reste une limite à fixer, qui pourrait être par exemple la surface de réparation.
    Et aux esprits chagrins qui ne vont pas manquer de me demander "pourquoi la surface de réparation et pas le rond central, où une action décisive peut s'amorcer", je répondrai : PARCE-QUE !!!

    Chaban, pas de problème, si tu veux, on charge Mazou !
    Je propose même d'infliger une suspension de deux mois à Néné !
    Et puis un Néné bien suspendu, hein ? alors bon !

  • Hurst Blind & Fae le 17/11/2010 à 16h26
    syle, en passant du franchissement de ligne à la surface de réparation, tu passes d'une aide au jugement à un réarbitrage. Pour moi, c'est là que tes ennuis commencent.

    Et je pense que ta réponse montre qu'il est illusoire de vouloir mettre des limites une fois le doigt dans l'engrenage. Sur l'action que j'ai décrite, tu aurais pu répondre "PARCE QUE" quand on te demande pourquoi tu valides le but quand même.

  • syle le 17/11/2010 à 17h04
    Sur la première partie, je ne suis pas d'accord avec la notion de "réarbitrage" du moment que c'est l'arbitre himself qui demande la vidéo pour valider un but.
    Il demande une information afin d'éclairer son arbitrage, c'est tout.

    Sur la seconde partie, il est possible que tu aies raison, mais je serais malgré tout curieux de voir ce système testé. Je ne considère pas que le système actuel soit parfait, donc par définiton, il est perfectionnable. Peut-être pas comme je l'envisage, mais bon...
    Mais ton exemple me donne un argument sympa : avec le système de contrôle du franchissement, l'arbitre accorde un but tout en constatant qu'il n'est pas valable. Avec mon système, il n'est pas contraint à une pareille extrémité, et il n'a même plus à redouter une exécution sommaire à l'interview du débriefing du CFC ! Elle est pas belle, la vie ?
    (bon, du fin-fond de ma mauvaise foi, une petite voix me pousse à avouer que cet argumentaire est très peu honnête, mais je vais m'empresser de la faire taire !)

La revue des Cahiers du football