Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le hors-jeu à la limite

Cas d'école: une position de hors-jeu nette du buteur... sur un ballon dévié par un partenaire puis un défenseur. À la fin, c'est vous qui décidez d'accorder le but ou non.
Auteur : pitchdobrasil le 16 Nov 2010

 

[Une version de ce texte est originellement parue sur l'excellent Poteaux carrés]

Avant de sombrer devant Lorient lors de la 12e journée, les Verts avaient réussi à ouvrir le score par Gonzalo Bergessio. L'Argentin doit se croire maudit car l'arbitre assistant d'Hervé Piccirillo avait levé son drapeau pour une position de hors-jeu (réelle, mais était-elle pour autant sanctionnable?). L'arbitre martégal affirmera ensuite devant les caméras de Canal+ qu'il s'agissait d'une erreur du trio. Le cas n'est pourtant pas simple et mérite une petite étude...

bergessio_horsjeu_1.jpg

D'abord, le déroulé de l'action: un ballon mal renvoyé par la défense bretonne parvient dans les pieds de Battles plein axe à l'entrée de la surface. Celui-ci rate son contrôle et le ballon, seulement prolongé vers le but lorientais, est taclé en catastrophe par Romao et parvient à Bergessio qui frappe et marque du gauche.


"Tirer avantage"
La "position" de hors-jeu de l'attaquant stéphanois ne fait pas de doute. Il est à la fois devant le ballon et l'avant-dernier défenseur au moment où le ballon quitte le pied de Battles. Mais est-ce que le fait que le ballon ne lui était pas destiné rentre en ligne de compte? Pas vraiment dans ce cas, car la règle précise que "la position de hors-jeu d'un joueur ne doit être sanctionnée que si, au moment où le ballon est touché ou joué par un coéquipier, le joueur prend, de l'avis de l'arbitre, une part active au jeu en intervenant dans le jeu, interférant avec un adversaire ou tirant un avantage de sa position". C'est dans l'application de ce troisième point que la Berge a été sanctionné.

Dans ses définitions, le Livre des Lois du Jeu 2010 (1) explicite la notion de "tirer avantage de sa position" comme "jouer un ballon qui rebondit sur un poteau ou la transversale dans sa direction ou jouer un ballon qui rebondit sur un adversaire dans sa direction alors qu'il y a position de hors-jeu". Le terme "rebondir" est assez clair: il désigne une action peut-être volontaire (comme une parade du gardien ou une intervention dans les pieds d'un adversaire pour contrer le ballon) sans pour autant être contrôlée ou maîtrisée (contrairement à une passe en retrait manquée).
D'ailleurs, dans les Questions/Réponses du livre sus-cité (dont l'acquisition et la lecture devrait être obligatoire dès l'école primaire), deux cas nous donnent du grain à moudre par rapport à celui étudié ici:

Question 1.
Le ballon est adressé par un attaquant vers l'un de ses partenaires en position de hors-jeu alors qu'un second partenaire de l'attaquant est en position de hors-jeu non sanctionnable. Le ballon est intercepté par un défenseur, c'est alors que le second attaquant vient disputer le ballon au défenseur. Décision? Réponse: l'arbitre assistant doit signaler le hors-jeu du second partenaire au moment où celui-ci va disputer le ballon au défenseur.

Conclusion: Une position de hors-jeu peut être sanctionnée même si le ballon n'était pas à l'origine destiné au joueur dans cette position. Cela signifie aussi que le dernier contact du ballon avec le pied de Battles est celui à prendre en compte pour juger de la position de l'Argentin, même s'il ne s'agit pas, à proprement parler, d'une passe.

Question 2.
Un attaquant botte le ballon en direction d'un partenaire en position de hors-jeu sur la gauche de la surface de réparation. Un défenseur, en tentant de contrer le ballon, détourne celui-ci de la tête vers un second joueur attaquant situé sur la droite de la surface de réparation. Ce joueur était, lui aussi, en position de hors-jeu au moment où le ballon a été botté. Le ballon lui parvient. Décisions?
Réponse: l'arbitre assistant doit lever son drapeau pour signaler le hors-jeu du second attaquant qui récupère le ballon. L'arbitre accordera un CFI au profit de la défense, à l'endroit où se situait le second attaquant. En effet, bien que le ballon ne fût pas destiné au départ à ce joueur, il a tiré avantage de sa position de hors-jeu.

Ce deuxième exemple est le plus instructif, car, outre le fait qu'il nous enseigne que ceux qui rédigent les guides de Lois du Jeu maîtrisent l'imparfait du subjonctif, il est le plus proche de l'action du but refusé à Gonzalo. Tout dernier élément crucial afin de bien interpréter la Loi XI: pour décrire une action où un gardien dégage un ballon sur un adversaire en position de hors-jeu (non sanctionnable donc), le législateur parle bien de "recevoir le ballon d'un adversaire qui en avait le contrôle" pour justifier le fait d'accorder le but. Dans la question 2, deux termes indiquent clairement que l'action du défenseur n'est pas maîtrisée: "tenter de contrer le ballon" et "détourner".


Une action dans l'action?
En fait, les seules particularités de l'action étudiée sont d'abord que le tacle du Lorientais se fait assez loin des pieds de Battles, ensuite, qu'il change significativement la direction première du ballon ce qui donne l'impression qu'une nouvelle "action dans l'action" commence. Est-ce suffisant pour juger que c'est un geste à assimiler à une passe, ou un dégagement raté alors que Romao avait pris le contrôle du ballon? L'arbitre assistant a estimé que non. Apparemment, il s'est trompé d'après l'interprétation actuelle demandée, car ce que le défenseur réalise est un geste technique: l'arbitre assistant aurait dû considérer que le défenseur central avait le temps de faire autre chose que l'adresser à son adversaire.

On en revient finalement à l'éternelle question de l'interprétation humaine dans l'arbitrage et du flou qui peut entourer des situations précises. Doit-on considérer que l'intervention du Lorientais est volontaire et maîtrisée ou que Bergessio tire avantage de sa position de hors-jeu? À vous de juger!


(1) Édité et disponible au prix de 25 euros auprès de Promo Foot 59 – 62. Tél: 03 59 08 59 62.

[Passez au vert: lisez Poteaux carrés]

bergessio_horsjeu_pc.jpg

Réactions

  • Arthur33 le 16/11/2010 à 01h33
    Ce n'est pas évident d'arbitrer l'action, en effet. J'aurais pour ma part tendance à me ranger du côté de la décision qui a été prise pendant le match, car on ne peut pas dire que le lorientais voulait envoyer la balle vers le joueur, ni dégager la-dite balle, mais plutôt voulait interposer son pied pour empêcher le ballon de continuer sa course.

    Après, c'est très dur d'arbitrer dans cette situation, et chaque arbitre peut avoir son interprétation. Si l'arbitre avait accordé le but, ce n'aurait pas été scandaleux.

  • Brest Of Burden le 16/11/2010 à 08h49
    Très clair, merci !

    En revanche, il n'est toujours pas clair pour moi comment arbitrer la situation suivante : si Battles adresse une passe à un coéquipier en position de hors jeu, mais que la balle est contrée par un défenseur (qui est positionné pour couper cette passe potentielle), et arrive dans les pieds d'un autre attaquant en position licite. Convient-il de signaler un HJ sur le premier attaquant ? Les récentes consignes semblent dire que non (on attend qu'il ait le ballon pour éventuellement le signaler), mais ne prend-il pas une part active au jeu (la passe lui étant visiblement destinée) ? Ne peut-il pas interférer avec un adversaire (ou son jeu)autrement qu'en le gênant dans sa course (en faisant un appel par exemple) ? Est-ce au défenseur de décider de ne pas s'occuper de l'attaquant en se disant que de toutes façons, il est HJ ?
    J'avoue que ce point est toujours flou pour moi, et j'aurais tendance à signaler le HJ, et je ne suis pas partisan du "le doute profite à l'attaquant".

  • LLBB1975 le 16/11/2010 à 08h59
    Je trouve que nos explications étaient bien plus claires sur EVECT...

    Blague à part, cette péripétie stéphanoise montre bien la difficulté d'être arbitre...

  • Chaban del Match le 16/11/2010 à 09h16
    Et bon courage aux partisans de la vidéo sur ce coup là tiens.
    Les images sont limpides mais comment les interpréter ?

    Pour moi si le défenseur ne la met pas volontairement dans les pieds de l'attaquant, il a quand même botté le ballon déliberement. Ce n'est pas comme si le ballon lui avait rebondi dessus. Il fait un geste avec sa jambe, un reflexe sans doute mais geste quand même. Le pied va au ballon.
    Encore si il avait sauté en bougeant les jambes et que le ballon avait ricoché sur son tibia ou sa cuisse on peut plaider la non intention de botter le ballon mais là, c'est une action nette pied-ballon.

    Alors oui Bergessio est hors jeu au moment où Battles touche le ballon, mais si le but est validé ça a l'air réglementairement acceptable.


  • syle le 16/11/2010 à 09h51
    Je rejoins en grande partie l'appréciation (et les doutes) de Brest of Burden (amateur des Stones ?)
    La règle du hors-jeu passif m'a même toujours semblé aberrante tant un hors-jeu peut difficilement être passif.
    Il est impossible pour le défenseur de dire "il y a hors-jeu, donc je laisse tomber le marquage de ce joueur" tant que rien n'est sifflé... parce-que le hors-jeu est parfois difficile à apprécier pour le corps arbitral, et ne sera peut-être jamais sifflé même s'il profite à l'attaquant. Donc, le(s) défenseur(s) est obligé d'appliquer un principe de précaution. Le gardien doit aussi tenir compte de ce paramètre.
    Et à partir du moment où la défense doit se préoccuper d'un joueur en position de hors-jeu, le hors-jeu en question ne peut plus être réellement passif. Il a forcément une influence sur le jeu. Même si le joueur ne reçoit jamais le ballon (le jeu sans ballon, diantre, le jeu sans ballon !)
    On laisse donc là une immense liberté d'interprétation sur des actions décisives, ce qui ne va pas vraiment dans le sens de la lisibilité.
    Et on prend clairement le parti de favoriser l'attaque par rapport à la défense.
    Pourtant, pour une défense, jouer le hors-jeu est tout un art... un art bien dangereux qui ne paie plus. Dommage...
    Bref, je trouve logique de refuser le but sous prétexte que Bergessio profite de sa position de hors-jeu initiale, mais effectivement, selon les lois du jeu, valider le but n'est pas non plus une totale aberration (même si je trouve que ce n'est pas dans l'esprit du jeu... grrrrrrrrrrr !)

    Chaban del Match, je ne vois pas bien ce que la vidéo vient faire là...
    D'une part, se saisir d'un exemple aussi précis, d'un argument aussi spécieux, pour dire que la vidéo ne sert à rien n'a fondamentalement pas plus de valeur que de souligner l'évidence de l'utilité de la vidéo après avoir vu valider le non-but de Wendel ce week-end.
    D'autre part, la vidéo n'a pas vocation à devenir un arbitre automatique. Elle peut seulement permettre à l'arbitre d'avoir une vision claire et précise d'une action décisive et de prendre sa décision en toute connaissance de cause. Ca n'exclue absolument pas la part d'interprétation qui incombe à l'arbitre et à lui seul, et cette action en est un exemple précis.
    Cette action serait d'ailleurs plutôt à mon humble avis un exemple type de non-utilisation de la vidéo, dans le sens où j'imagine mal un arbitre demander la vidéo pour une action qu'il a parfaitement vue et appréciée. Après, il peut en avoir une interprétation à froid différente de celle qu'il a eue à chaud, mais il ne s'agit de toutes façons que de l'interprétation, qui lui appartient pleinement.
    Et en l'occurence, il est tanquille : persone ne peut lui reprocher de s'être planté (à part éventuellement le mec beurré en slip devant sa télé qui avait de toutes façons déjà insulté 15 fois sa mère depuis le début du match....)

  • Jean-Patrick Sacdefiel le 16/11/2010 à 10h05
    Syle : "Cette action serait d'ailleurs plutôt à mon humble avis un exemple type de non-utilisation de la vidéo, dans le sens où j'imagine mal un arbitre demander la vidéo pour une action qu'il a parfaitement vue et appréciée".
    ---

    Ah, parce que selon toi, la vidéo serait demandée par l'arbitre? Je dis ça parce que d'autres pro-vidéo estiment qu'elle devrait intervenir à la demande des entraîneurs. Genre avec deux ou trois droits par rencontre (comme ça, des matches seront gagnés sur un bon "coaching vidéo", génial).
    Bref, donc l'arbitre, dans le doute et dans ton système, demandera les images. Dis donc, avec la pression qu'ils ont, les arbitres, et l'intolérance générale contre les "erreurs", ils vont demander les images combien de fois par match?

    [ceci était un aparté offert par l'association "Parlez-nous un peu des modalités d'application de la vidéo, qu'on rigole"]

  • LLBB1975 le 16/11/2010 à 10h19
    Cela serait marrant si on ajoutait la notion d'intentionnalité comme pour la passe en retrait vers le gardien où le joueur doit botter le ballon vers le gardien pour être sanctionné...

    Par ailleurs, il me semble que le hors-jeu avait été institué pour éviter que les attaquants campent trop près du but en attendant le ballon. A mon sens, cette notion a été oubliée puisque, maintenant, on sort le pied à coulisse (Copyright Larqué) pour voir si l'attaquant est hors-jeu.

  • Tonton Danijel le 16/11/2010 à 10h47
    En même temps, la passe à l'adversaire intentionnelle, c'est tout un concept...

  • arnaldo01 le 16/11/2010 à 10h48
    Est ce que Batlles a fait une passe ?
    Non, il a juste rate son controle donc selon moi il n'y a pas hors jeu.

  • syle le 16/11/2010 à 11h40
    Gigodanho
    mardi 16 novembre 2010 - 10h05
    Ah, parce que selon toi, la vidéo serait demandée par l'arbitre? Je dis ça parce que d'autres pro-vidéo estiment qu'elle devrait intervenir à la demande des entraîneurs. Genre avec deux ou trois droits par rencontre (comme ça, des matches seront gagnés sur un bon "coaching vidéo", génial).
    Bref, donc l'arbitre, dans le doute et dans ton système, demandera les images. Dis donc, avec la pression qu'ils ont, les arbitres, et l'intolérance générale contre les "erreurs", ils vont demander les images combien de fois par match?

    [ceci était un aparté offert par l'association "Parlez-nous un peu des modalités d'application de la vidéo, qu'on rigole"]

    --------------

    L'application de la vidéo à la demande des entraîneurs, ça me semble être le dernier des non-sens, mais je ne vais pas perdre mon temps à prêcher des convaincus ! Les innombrables objections sont évidentes.
    De toutes façons, considérer ce genre de modalités d'application pour les mettre au débit du principe même de l'utilisation de la vidéo, ce n'est pas sérieux. Tout comme il n'est pas sérieux de guetter le moindre cas de figure où la vidéo n'apporterait rien (et ils sont nombreux) pour apporter de l'eau à son moulin.

    Si je peux envisager le recours à la vidéo, ce n'est en effet que sur demande de l'arbitre central, et uniquement sur des actions décisives (qui amènent un but ou un penalty, donc).
    Ca limite déjà pas mal, et ça ne ralentit pas le jeu puisque ça s'inscrit dans le temps où 18 joueurs de pressent systématiquement autour de l'arbitre pour réclamer ou protester pendant 2 minutes.
    Et puis si l'action n'est pas décisive (pour savoir si elle va l'être, ça implique de laisser jouer dans le doute, ce qui sert le spectacle), on s'en bat un peu l'oeil de savoir s'il fallait siffler ou pas. Donc, dans ce cas, pas de retour en arrière : ça joue.
    L'idée, c'est clairement de donner un outils supplémentaire aux arbitres, en préservant l'ensemble de leurs prérogatives.

    [ceci était un aparté offert par l'association "tentons d'avoir une discussion constructive et pas totalement manichéenne avec les conservateurs qui ne veulent de la vidéo dans le football sous aucun prétexte"]