Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'éthique en prime, ou le prix de la vertu

Une Balle dans le pied – Les primes d'éthique ne sont pas propres au PSG, et ne concernent pas seulement l'obligation de saluer les supporters. Mais elles témoignent d'une forme de cynisme désenchanteur. 

Auteur : Jérôme Latta le 12 Nov 2018

 

 

(…) D’un point de vue peut-être "moraliste", mais pas illégitime – le point de vue de personnes probablement moins blasées et moins résignées que l’amateur de football –, on peut s’étonner que ce qui semble le minimum à assurer de la part de professionnels soit l’objet d’une gratification financière.

 

Saluer les kops à la fin du match est un geste symbolique auquel les supporters sont attachés ; savoir que les joueurs sont rétribués pour l’accomplir est pour le moins attristant. Certains le font sans doute spontanément, mais le doute est sur tous quand l’obligation morale, désintéressée, devient une obligation contractuelle et rémunérée (ou sanctionnée financièrement si elle n’est pas respectée).

 

D’un autre point de vue, qui n’adhère pas à ce moralisme et à cette exigence d’exemplarité des joueurs, ces démarches mettent en œuvre une sorte de police comportementale, qui assure le respect des bonnes mœurs et de l’hygiène de vie. On célèbre les bad boys de jadis, fêtards et fauteurs de troubles, mais les moindres écarts sont aujourd’hui accueillis par la réprobation générale. On déplore la langue de bois, mais on cautionne un code de bonne conduite, un dispositif disciplinaire qui proscrit les critiques envers le club ou l’entraîneur… (…) 

 

 

LIRE L'ARTICLE


Réactions

  • osvaldo piazzolla le 12/11/2018 à 15h21
    Jamel, tu es sûr que les retards (à l'entraînement, c'est le cas le plus évident) sont des exceptions à l'interdiction des retenues sur salaire dans le droit français ?
    Evidemment, la pratique est quasi unanime (jusque très bas dans les divisions), mais il me semblait qu'elle est formellement illégale. Si tu as un lien qui dit le contraire, je suis preneur.

  • Jamel Attal le 12/11/2018 à 15h31
    Attention, je ne parle pas des footballeurs en particulier, mais des salariés dans leur ensemble. Et sur ce point, toutes sources que j'ai consultées confirment la possibilité d'une retenue sur salaire sous certaines conditions.

    Par exemple : "Le montant de la retenue (dont les modalités de calcul sont exposées plus bas) doit tout d'abord être proportionnel au temps d'absence du salarié. (…) La retenue ne doit donc pas excéder le temps non-travaillé, sous peine de constituer une sanction pécuniaire interdite par la loi." ( lien)

  • Rhônealpinho le 12/11/2018 à 15h38
    Je confirme que, dans la prestation de service, en cas de retard supérieur à 8 minutes, l'agent est amputé d'une partie de son salaire (le temps non travaillé est déduit quoi). Et il est déchu de sa prime de ponctualité et d'assiduité.

  • Tonton Danijel le 12/11/2018 à 19h32
    Les primes sont-elles aussi imposables que les salaires? Parce que, vu que lesdites primes ont l'air automatiques, je me demande si ce n'est pas en fait une manière de déguiser une partie des revenus des joueurs...

  • osvaldo piazzolla le 13/11/2018 à 04h08
    Merci pour vos réponses!

  • OLpeth le 13/11/2018 à 08h07
    Le cœur de l'article selon moi c'est cette partie : "D’un autre point de vue, qui n’adhère pas à ce moralisme et à cette exigence d’exemplarité des joueurs, ces démarches mettent en œuvre une sorte de police comportementale, qui assure le respect des bonnes mœurs et de l’hygiène de vie. On célèbre les bad boys de jadis, fêtards et fauteurs de troubles, mais les moindres écarts sont aujourd’hui accueillis par la réprobation générale. On déplore la langue de bois, mais on cautionne un code de bonne conduite, un dispositif disciplinaire qui proscrit les critiques envers le club ou l’entraîneur…"

    Les footballeurs sont à la convergence d'exigences contradictoires, tu m'étonnes qu'ils deviennent schizos. On veut des mecs à personnalité mais qui font pas de vagues. Qu'est-ce que prendrait un George Best aujourd'hui...