Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Kangourouste

La magie du Parc des Princes a opéré pour cette victoire large comme l'Australie, qui a ressuscité quelques joueurs, et surtout une qualité de jeu qu'on n'attendait plus.

le 12 Oct 2013

 


Le "contrepied parfait" est une des expressions les plus galvaudées du commentaire de football, mais le football sait en infliger de bien réels: avec huit buts inscrits en deux mi-temps, dix en deux matches, l'équipe de France a fait sauter les stats qui en faisaient une équipe des plus stériles sous le mandat de Didier Deschamps: de 0,85 but par match après la Géorgie, la voici à 1,4. Évidemment, l'effet est un peu d'optique, mais autant arriver maintenant avec cette dynamique, avant la Finlande et les barrages. Côté "coaching gagnant", on retiendra aussi l'entrée sur du velours de Benzema, qui a enfin fait taire cette minuterie qui devait lui taper sur le système.
 

 


 


Redressement productif

On peut donc passer à autre chose. Enfin, pas tout à fait puisqu'on ne se privera pas de rester sur les bonnes impressions laissées par ce match, même si l'opposition du soir les pondèrent sérieusement: les Australiens ont attendu une heure pour obtenir une occasion, sans réussir à solliciter une seule fois Lloris. Mais puisque l'on soulignait aussi la faiblesse des adversaires des Bleus quand ils déjouaient, il faut bien saluer l'impeccable manière dont ils ont rendu facile ce match – amical mais disputé avec une grande implication, en partie en raison des points FIFA à prendre, mais aussi, probablement, de l'envie des uns et des autres à figurer dans le groupe s'il se qualifie... ou encore du travail accompli par le sélectionneur sur les mentalités.
 

Ce résultat marque peut-être une tendance également favorable pour le 4-2-3-1 vainqueur deux fois de suite, même si ce sont surtout l'animation et la variété du jeu qui ont été remarquables. Utilisation de la largeur pour déborder et centrer, combinaisons à une touche de balle et décalages, dribbles, positions de frappes et efficacité de celles-ci, tout indique cette équipe a peut-être plus de ressources qu'on ne lui en a prêtées jusque-là. Reste à les exploiter de nouveau dès mardi. Quelques doutes se sont certes manifestés avec les facilités observées après le dernier but, mais la volonté retrouvée après la série de remplacements opérés à la 63e minute constitue plutôt un autre signe positif. Il n'est pas déplaisant de les collectionner après une si longue série de sombres augures.

 


 

 

Les gars

Dommage que Lloris n'ait pas eu sa gastro plutôt hier soir: elle aurait été sans conséquence pour la défense bleue, et il aurait même pu se soulager dans les cages sans être remarqué.
 

La huitième charnière centrale différente alignée par Deschamps n'a pas vraiment subi de test au Parc des Princes, tant Varane et Abidal ont vu le jeu de loin. Dans ces cas-là, on soigne la relance, qui a effectivement été bien traitée.
 

Très vite impliqué dans les bons coups (il sollicite Giroud sur un centre en retrait à la 4e), Évra a trouvé les bons enchaînements avec Ribéry et Nasri, et c'est un centre appliqué de sa part qui précède la réalisation de Debuchy. Comme il n'a pas eu à défendre, c'était un match idéal pour lui. Cela ne l'empêche pas de rester énervant: son double contact un peu prétentieux en seconde période a été puni quelques secondes plus tard par un taquet australien.
 

S'il n'avait pas marqué d'une belle demi-volée, puis placé une bonne tête au second poteau (89e), son homologue Debuchy aurait été l'auteur d'une prestation plus discrète, tous les buts étant d'ailleurs venus depuis l'autre flanc – même le sien.
 

Peu sollicités, Cabaye et Pogba ont contribué à l'équilibre général en échangeant ponctuellement leurs positions et en alternant les montées. Leur bagage technique et la latitude qui leur a été laissée leur a permis d'assurer une bonne qualité de passes, notamment quand le Juventino a cherché à allonger le jeu. Son compère a inscrit son deuxième but en sélection (le premier, c'était contre l'Ukraine à l'euro 2012).
 

Il était attendu au tournant – un de plus dans une carrière qui l'a souvent vu effectuer des demi-tours – Nasri a réussi un match plein. Fluide, altruiste, juste dans ses transmissions, il a été convaincant en meneur de jeu. Dommage qu'il ait un peu plus joué pour lui même en fin de rencontre (deux bonnes frappes, mais un enfermement djorkaévien au milieu de trois défenseurs).
 

Pour Ribéry, on peut faire court: impliqué dans les six buts (!), auteur de trois passes décisives et d'un penalty. Patron.
 

Plutôt inspiré en début de rencontre, Rémy a ensuite eu du mal à maintenir son niveau de contribution. Son passage à gauche après l'heure de jeu, du côté des caméras, a mis en évidence ses hésitations: un duel gâché par une frappe à l'envers (71e), une mise en échec par le gardien (77e). Ce poste offensif droit des Bleus reste à pourvoir, d'autant que Ménez a récemment envoyé sa lettre de démotivation.
 

Enfin mis dans de bonnes conditions avec une fréquence élevée de centres, d'emblée, Giroud a converti par un doublé les bonnes dispositions de son équipe, et il a de nouveau montré qu'il savait aussi être très précieux dans les remises. Une merveille de reprise lobée, en déséquilibre, pour le 2-0, et un placement parfait pour le 3-0, tranquille, du droit cette fois.
 


Sakho est l'auteur d'un des rares gestes défensifs notables côté français: un bon tacle sur le ballon pour couper une transmission dans la profondeurs (71e). Clichy n'a pas eu l'occasion de se faire remarquer, lui, Matuidi ayant pris le relais de Pogba sans difficulté et Sissoko ayant redonné du physique en toute fin de rencontre.
 

La rentrée de Valbuena (63e) a été remarquable: il met ainsi Rémy (71e et 77e) et Benzema (79e, 88e et 90e+1) en position de marquer, et trouve Debuchy sur un centre (89e). Encore pas très heureux dans certains choix, Benzema a fait l'essentiel en convertissant au premier poteau le centre de Ribéry. Il aura moins la pression dans l'avenir proche, mais aussi, probablement, moins de temps de jeu.
 


France-Australie Ribéry
 

 


Vu du forum

=>> Freddy - 21h27
Mais qu'est ce qu'il se passe, ça joue au foot? Il manquerait plus qu'ils aient un short blanc et des bas rouges, on pourrait presque apprécier ce qu'on voit.


=>> AKK, rends tes sets - 21h30

Qu'est-ce que vous faites dans le même rêve que moi ?


=>> newuser - 21h30

Donc le but c'est de faire cinq matches pourris pour ensuite mettre une mine à une équipe sympa qui a déjà pour désavantage de porter un maillot à peine montrable.
 

=>> Leroy Cantona - 21h32
Franchement, Benzema pourrait éviter de faire la tronche pendant son jubilé en équipe de France.
 

=>> michelidalgo - 22h12
Moi je reste une peu sur ma faim. Toujours pas d'essai.
 

=>> Marius T - 22h12
Mon fils me demande si il peut rentrer pour mettre un but en équipe de France.
 

=>> Jankulovic Hasek - 22h20
Tim Cahill, je crois bien qu'il est dans sensible soccer 1997.
 

=>> newuser - 22h33
En fait quand tu vois les gabarits des Australiens je peux pas m'empêcher de penser que les mecs ont pris option foot étant jeunes pour éviter de mourir trop vite
 

=>> La Metz Est Dite - 22h39
En fait, DD a fait croire à ses joueurs que c'est le match de barrage non ?
=>> Rolfes Reus - 22h41
Ce serait plutôt l'inverse, le truc à faire, leur faire croire lors du barrage que c'est un match amical, ça éviterait de voir une équipe tétanisée comme contre l'Irlande.
=>> Freddy - 22h45
Sans la tétanie, Titi n'aurait peut être pas eu la main aussi ferme contre l'Irlande.
 

=>> lyes215 - 22h48
174e but de sa carrière pour Benzema ce soir. Pas mal pour un type de vingt-cinq ans qui ne sait pas marquer.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Et Benzema Aussie
Australopiquette
Lostralie
Camberra Blaireaux
Sleep kangourous
Ouah la bise !
L'aubaine d'Australie
Soccerouste
 

Le titre auquel vous n'avez pas échappé est de @moustacheFC, ceux-ci-dessus ont été glanés via Twitter.

 

Réactions

  • Hydresec le 12/10/2013 à 07h53
    Titre de l'année.

  • Licha Sauvage le 12/10/2013 à 10h00
    J'ai pensé ça jusqu'à ce que je voie que "Soccerouste" a été rejeté.

  • Jus de Nino le 12/10/2013 à 11h32
    . Ce poste offensif droit des Bleus reste à pourvoir, d'autant que Ménez a récemment envoyé sa lettre de démotivation.

    --------

    Pas pour longtemps. Govou est en train de revenir à Lyon.

  • Pascal Amateur le 12/10/2013 à 11h42
    Autralopiquette : c'est beau comme du Darwin.

  • Josip R.O.G. le 12/10/2013 à 12h33
    Pourquoi pas Australopiquette au fait?
    A moins qu'une astuce réside dans cette absence de "s".

  • Coach Potato le 12/10/2013 à 12h35
    Hexagonal

    Ils s'abonnent dès le mois d'Aout,
    Car une nouvelle saison commence,
    Mais la passion a mis les bouts
    De cette pauvre équipe de France.
    Passent les stages et les semaines,
    Y'a que la com' qui évolue,
    La mentalité est la même :
    Tous des tocards, tous des faux-culs.

    Ils sont pas lourds, deux ans après,
    À se souvenir de Knysna,
    Des exécuteurs patentés
    Qui firent qu'on en est rendu là.
    La France est un pays tragique,
    Mais certainement pas de foot,
    A part leurrer le grand public
    On jurerait bien qu'ils s'en foutent.

    Et quand finit l'année civile,
    Arrive l'heure du ballon d'or,
    Toujours à ses maîtres, servile,
    Le bon peuple en réclame encore.
    Ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
    Quand il vendange la Coupe du Monde,
    Mais c'est bien de joie qu'ils trépignent
    Pour avoir ce trophée immonde.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    C'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
    Et le futur roi, sur son trône,
    J'parierai bien qu'il est all'mand.

    On nous a dit, qu'ils étaient nuls,
    À la télé, dans les talk shows,
    Ce n'est pas l’arbitre on t'adule,
    Que l'on enseigne à nos petiots.
    A coup d' grisou ou bien d'épaule,
    Tous les vieux réflexes débiles,
    Ne rendent pas ce spectacle drôle ;
    Ils font pitié ces imbéciles.

    Si vient la crise des vocations,
    Le renoncement des hommes en noir
    A force d'être traités de cons
    On aura une toute autre histoire.
    Dans les petites divisions,
    Sans ces trois juges assermentés,
    Ils ne seront pas des millions
    A saisir drapeaux et sifflets.

    Alors derrière la main courante
    Ils continueront d'incendier,
    Ils jetteront dans la tourmente
    Celui qui va se dévouer.
    Ils oublient que dans leurs studios,
    A l'abri pour lancer des paings,
    Ils se comportent comme des idiots.
    Les bénévoles sont des Turpin.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    C'est pas la gloire, en vérité,
    Et le futur roi, sur son trône,
    Il pourrait parler portugais.

    Ils célèbrent le douze juillet,
    Souvenir d'une consécration,
    Qui avait enfin conjuré
    Un bon siècle de frustration.
    Même si la liesse est populaire,
    A l'issue des célébrations,
    C'est le foot qu'on a mis en bière
    On nous a bien pris pour des cons.

    Le premium c'est la liberté,
    Après le jour où l'on turbine,
    De beaucoup trop cher se payer
    La vue d'un jeu qu'on assassine.
    D’Espagne, d'Angleterre ou de France,
    Sans banderoles et sans ultras,
    Débarrassés de cette engeance,
    Le spectacle continuera.

    A chaque fois que l'on contraint,
    De supporter en liberté,
    Quand c'est le Paris St Germain,
    Ils sont pas nombreux à gueuler.
    Un panier moyen se ramène,
    Bras ouverts il est accueilli,
    Consommateur c'est la gangrène
    À Manchester comme à Paris.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    C'est vraiment pas une sinécure,
    Et le futur roi sur son trône,
    Ne s'ra pas français, j'en suis sûr.

    Finies les qualif' en octobre,
    Nos équipes stagnent au même niveau,
    A force de prestations ignobles,
    On coule dans le Rhône ou à Bordeaux,
    Les supp' ont beau pleurer de rage,
    Après leur élimination,
    Le français reste un bon tirage
    En dépit des déclarations.

    Sortis de la ligue Europa,
    Les Foreziens estomaqués
    De notre indice UEFA,
    Font enfin une réalité.
    Leur amour va se reporter,
    Sur notre belle équipe de France,
    au fond du classement FIFA,
    Où elle s'enfonce avec constance.

    Au mois de juin l'apothéose,
    Les annonceurs peuvent faire les beaux,
    Un jeu toujours aussi morose,
    Mais on promet de mettre le turbo,
    Mais pour aller jouer au Brésil,
    Il faut passer par les barrages;
    Le supporter n'est pas tranquille,
    En foot aussi, la France surnage.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    On peut pas dire qu'ça soit bandant
    Si l'roi des cons perdait son trône,
    On n'est pas dans les prétendants. Tatatin !

    Ceux qui ont choisit Hexagonal ont aussi aimé le cycle du Kumquat.
    Réservez dès maintenant le cycle du Kumquat à paraître en novembre aux éditions de l'OuLiFooPo (Ouvroir de Littérature Footballistique Potentielle).

  • Josip R.O.G. le 12/10/2013 à 12h38
    Ribéry , Giroud, Cabaye et Debuchy ont marqué.
    ...Benzema aussie.

    Désolé.

  • José-Mickaël le 12/10/2013 à 13h30
    Comme on dit en championnat, il vaut mieux gagner six fois un zéro que gagner une fois six zéro. Du coup c'est très mal joué.

    Eh oui, même après une victoire 6-0 j'ai trouvé une raison pour les critiquer !

  • Kireg le 12/10/2013 à 16h05
    Habituellement imperméable à la Patate, je dois bien dire que cette fois, j'ai grave kiffé!

  • Van Der Wiel Age People le 12/10/2013 à 16h28
    Alors là M.Patate chapeau !!!

    S'inspirer de mon homonyme chanteur, qui plus est avec son 1er tube, en l'adaptant au foot, il fallait oser et c'est très réussi, j'en ai la larme à l'oeil.

    On va dire que c'est çà le football gagnant...

    Mon cher Patate, je suis Amalfitano...euh morgan...de toi (au sens épistolaire du terme bien sûr) !!!

La revue des Cahiers du football