Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le football, prolongement du conflit israélo-palestinien

Alors que l'équipe de Palestine a obtenu une qualification historique pour la prochaine coupe d'Asie des nations, sa fédération a déposé une motion visant à exclure Israël de toute compétition internationale.

Auteur : Nicolas P. le 9 Avr 2015

 

 

En Palestine, le football tient nécessairement du combat politique. Et le prolongement du conflit qui l'oppose à Israël sur les terrains de football ne date pas d'hier. En 2013 déjà, après une "descente" des Israéliens au siège de sa fédération, la Palestine avait réclamé l'exclusion d'Israël de toutes les compétitions internationales. Elle a renouvelé cette demande il y a quelques jours par l'intermédiaire de son président, Jibril Rajoub.

 

Un projet d'expulsion de la fédération israélienne devrait donc faire l'objet d'un vote au prochain congrès de la FIFA. Jibril Rajoub, en tout cas, assume le caractère politique de sa démarche: il veut "faire entendre sa cause, ses souffrances ou les restrictions auxquelles elle fait face sous l’occupation israélienne". En déposant une telle motion devant les instances dirigeantes du foot mondial, il espère ainsi "convaincre la communauté internationale de [les] soutenir pour défendre [leur] droit à l’autodétermination et à la liberté".

 

 

 

 

Que reproche la fédération palestinienne à Israël? De faire preuve d'un "comportement raciste à l'encontre des Arabes" et d'entraver la libre circulation de ses athlètes et employés, qui doivent passer outre d'innombrables contrôles et checkpoints entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. En 2007, les joueurs palestiniens, privés de visas de sortie, n'avaient pas pu jouer un match de qualification pour la Coupe du monde 2010 contre Singapour et avaient dû s'incliner 3-0 sur tapis vert.

 

Israël impose aussi "pour raisons de sécurité" un contrôle strict sur le matériel qui entre en Palestine: Michel Platini avait même dû menacer la présence d'Israël à l'UEFA pour que le matériel envoyé par cette dernière passe la frontière. Les Palestiniens font également savoir que cinq clubs israéliens, qui ont été créés en territoires occupés, participent aujourd'hui aux championnats nationaux israéliens, "en violation du droit international". À cela, il faut ajouter le fait que de nombreuses infrastructures ont été bombardées pendant l'été 2014, notamment le siège de la fédération palestinienne, que la FIFA a promis de reconstruire. Plusieurs joueurs sont également morts ou ont été arrêtés au cours des différentes opérations militaires israéliennes en Palestine.

 

 

Miracle footballistique

La pauvreté et le bombardement de certains stades, accusés de servir de bases de lancement pour les roquettes du Hamas, ont longtemps privé le football palestinien d'un développement correct. Pourtant, ces dernières années, et en dépit des difficultés, les Lions de Canaan ont créé la surprise à plusieurs reprises, gagnant des matches importants et grimpant au classement FIFA: actuellement à la 140e place, ils sont montés jusqu'à la 94e après leur qualification historique à la Coupe d'Asie des nations 2015, qu'ils ont disputée en janvier dernier en Australie (seul État, en dehors des États-Unis, à avoir voté contre la résolution de l'ONU pour la création d'un État indépendant en 2017).

 

 

 

 

Composée de joueurs résidant en Palestine, de quelques membres de la diaspora et de trois ou quatre Arabes israéliens, la sélection nationale n'a vu le jour qu'en 1998, après son intronisation officielle à la FIFA. Cinq ans plus tôt, elle jouait son premier match "d'envergure" contre le Variétés Club de France. Aujourd'hui encore, elle est parfois contrainte de s'entraîner en Égypte, et d'organiser ses matches "à domicile" à Doha.

 

Les Palestiniens, aujourd'hui, jouent carte sur table: "À travers cette équipe, nous espérons atteindre un but politique, montrer que nous méritons un État et que nous avons construit nos institutions, malgré l'occupation, la séparation entre Gaza et la Cisjordanie et la guerre contre nous", a déclaré l'entraîneur Ahmed Al-Hassan, avant d'ajouter que son équipe était capable de "faire des miracles". Ce miracle footballistique, que permet l'incertitude du sport, doit ainsi servir de symbole pour une cause politique engluée dans un conflit qui, année après année, peut avoir fait disparaître tout espoir de solution pacifique.

 

C'est cette instrumentalisation assumée du foot, précisément, que fustigent les Israéliens: "La FIFA, Sepp Blatter et tous les dirigeants des fédérations n’accepteront pas une demande qui mélange sport et politique d’une manière contraire aux principes de l’organisation et aux règles du jeu." Blatter lui-même s’est opposé à une exclusion d’Israël, au motif que "la suspension d'une fédération, quelle que soit la raison, est toujours nuisible à l'organisation dans son ensemble". Il est vrai que football et politique n'ont pas toujours fait bon ménage. Les Palestiniens, de leur côté, tentent de poursuivre la lutte là où ils le peuvent.

 

Réactions

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 09/04/2015 à 08h51
    J'en profite pour poser une question qui me trotte dans la tête depuis 20 ans : pourquoi l'équipe d'Israël est-elle affiliée à l'UEFA ?

  • Ligue Huns le 09/04/2015 à 09h08
    Raisons de sécurité je crois.

  • narcoleps le 09/04/2015 à 09h24
    Israël a été exclu de la Confédération d'Asie dans les années 70 sous la pression de pays arabes.

  • Ibranche le 09/04/2015 à 11h42
    Quel est l'intérêt de cet article, sinon de reprendre les déclarations des uns et des autres ?

  • Milan de solitude le 09/04/2015 à 11h46
    Celui de connaître la situation.

  • Ibranche le 09/04/2015 à 12h00
    Justement on ne risque pas de connaître la situation si on se cantonne à relayer les déclarations (biaisées, est-il besoin de le préciser, et déjà connues de tous) des acteurs sans fournir un travail d'investigation, et surtout sans fournir d'analyse.

  • Jamel Attal le 09/04/2015 à 14h20
    @Ibranche

    "on ne risque pas de connaître la situation si on se cantonne à relayer les déclarations"
    -> l'article ne se cantonne à ça. Mais exposer les points de vue des uns et des autres, c'est toutefois bien utile pour comprendre une situation.

    "(biaisées, est-il besoin de le préciser)"
    -> pas besoin, non, c'est un peu le principe des déclarations, qui n'engagent que ceux qui les font.

    "et déjà connues de tous"
    -> hélas, nous n'avons pas tous ta connaissance de ce dossier.

    "sans fournir un travail d'investigation, et surtout sans fournir d'analyse."
    -> compte tenu de cette connaissance, il est dommage que ton commentaire se résume, en pire, à ce que tu reproches à l'article.

    Merci de nous éclairer de tes lumières en les tournant plutôt vers nous.

  • osvaldo piazzolla le 09/04/2015 à 16h08
    Ah? mais c'est l'occasion de ressortir du placard cette excellente interview dans les cahiers : lien
    :)

  • Ibranche le 09/04/2015 à 18h09
    @Jamel
    Relayer les déclas est utile à la compréhension ? C’est sans doute une première étape. Mais d’une part nous parlions de connaissance de la situation, et d’autre part, cela ne change rien au fait que l’article ressemble plus à une brève de l'Equipe qu’à ce que les Cahiers mettent habituellement en avant. La plus-value est limitée. D’ailleurs ces déclas ont déjà maintes fois été relayées dans les journaux (même ici partiellement dans le déclarama). Il n’y a pas de travail d’analyse, et c’est en ça que je me demande pourquoi ce papier est mis en une. En soi, l’intérêt de l’article n’est pas nul, mais il manque quelque chose. Quant à me répondre qu’il n’y a pas non plus d’analyse dans mon commentaire, cela revient à exiger la même chose d’un article que d’un commentaire d’article. En revanche, j’admets volontiers que mon commentaire est inutilement agressif, et que j’aurais pu mettre les formes, et écrire un truc du genre «merci pour ce point sur le dossier, dommage que ce ne soit pas suivi d’une réflexion».

La revue des Cahiers du football