En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Foot français : une équation insoluble?

Droits TV en baisse, transferts en berne, affluences en panne... En crise, la Ligue 1 doit s'inventer un nouveau modèle économique.

Auteur : Julien Pillot le 5 Mars 2013

 


Cette semaine marquée par deux "clasicos" fut particulièrement faste pour le football français. Tandis que les diffuseurs (Canal+ et France 3) enregistraient respectivement leurs meilleures audiences de la saison [1], les tribunes du Parc des Princes, copieusement garnies pour l’occasion, voyaient se côtoyer supporters et célébrités tout autant venus célébrer un PSG conquérant et un OM valeureux que pour applaudir les premières foulées de Beckham sur les pelouses de Ligue 1. Toutefois, derrière le clinquant des strass et paillettes, le football français est rattrapé par une réalité économique bien plus maussade qui n’est pas sans présager de lendemains qui déchantent. Brève analyse de la situation.
 


Visibilité et recettes réduites

En 2012, l’arrivée d’un nouveau diffuseur en lieu et place d’Orange devait accroître la pression concurrentielle sur Canal+ et ainsi contribuer à alimenter une inflation continue des droits de retransmission de la compétition phare de la LFP. Las, bien loin d’enregistrer la hausse espérée, le résultat de l’appel d’offres lancé par la LFP fut marqué par une diminution de près de 9% des sommes versées au titre des retransmissions télévisuelles de la seule Ligue 1 (de 668 millions d'euros annuels pour la période 2008-2012 à 607 pour la période 2012-2016). Or, une telle réduction est à considérer dans un contexte où les droits TV pèsent en moyenne pour 58% des revenus des clubs de l’élite française. En d’autres termes, l’issue de cet appel d’offres représente un trou de 5,3% dans le budget déjà très serré des clubs professionnels français.


 

Le deuxième effet pervers du résultat de cet appel d’offres concerne une plus grande dispersion des matches, laquelle donne un écho particulier aux craintes que nous exprimions par ailleurs face à la stratégie de segmentation croissante de l’offre poursuivie par la LFP [2]. La dispersion des rencontres, selon une plage horaire élargie et sur les grilles de programmes de deux opérateurs [3] ne favorise certainement pas une visibilité optimale du championnat de France de L1 [4].
 


 

Prenant comme étalon les audiences communiquées par C+ au titre de la traditionnelle rencontre du dimanche soir – affiche principale constituant le premier choix du diffuseur historique – nous constatons une audience moyenne de 1,43 millions de téléspectateurs en baisse de près de 10% par rapport aux scores enregistrés au titre de la saison précédente. Depuis la saison 2008-2009 (date de la perte du monopole par C+) et ses 1,78 millions de téléspectateurs réunis en moyenne devant le petit écran pour suivre "le grand match", c’est avec une baisse de 20 points d’audimat que doit composer Canal+ tandis que le taux de remplissage des tribunes passait dans le même temps de 75,9% à 68,7%. Plutôt que d’y voir un début de désaffection pour le sport roi, nous préférons y voir un déficit de visibilité qui pèse à la fois sur les recettes au guichet et sur les émoluments publicitaires et de sponsoring enregistrés par les clubs (lesquels, considérés conjointement, représentent 31% des recettes des formations de L1).

 


 


Avenir sportif incertain

Or, cette diminution des recettes doit se conjuguer avec une augmentation concomitante et relativement soudaine des coûts. Des contraintes règlementaires accrues (mise en place prochaine du fair-play financier, suppression du DIC,…), un renchérissement de la pression fiscale (sans même évoquer l’éventuelle préparation de la taxe sur les hauts revenus dont s’acquitteront probablement les clubs plutôt que les joueurs, rappelons que la contribution sociale et fiscale des clubs professionnels français est passé de 570 millions d'euros à 640 millions d'euros entre 2008 et 2012, soit une augmentation de 12%) et des subventions publiques en constante diminution (-28% entre 2006 et 2012 [5]) viennent compléter un tableau déjà peu reluisant. Il n’est dès lors guère étonnant de constater que les capitaux propres des clubs de l’élite tendent à s’étioler tandis que leur déficit ne cesse de se creuser (60 millions d'euros de pertes pour les seules formations de L1 pour la saison 2011-2012).

 


 

Ce contexte particulièrement tendu apporte quelques éclaircissements quant à l’empressement récent des clubs de Ligue 1 à se séparer de quelques-uns de leurs meilleurs éléments, ou plutôt devrions-nous dire, de leurs actifs les plus valorisables et/ou les plus coûteux. [6]
 

Comme l’indique la forte corrélation entre les droites du graphique ci-dessous, le produit des mutations, jusqu’alors un élément important parmi d’autres du modèle économique du football français, est en passe de devenir la véritable variable d’ajustement pour maintenir le chiffre d’affaires des formations de l’élite à un niveau relativement stable (autour de 1.200 millions d'euros) et satisfaire ainsi aux exigences de la DNCG laquelle vise les budgets des clubs professionnels à chaque nouvel exercice.
 


Revoir le modèle

Outre le fait que la crise touche de manière relativement uniforme la plupart des places fortes du football européen, et que la bulle spéculative sur les transferts paraît devoir de plus en plus reposer sur une poignée d’institutions fortunées et de clubs "nouveaux riches", ce vivier de joueurs à valeur ajoutée conséquente n’est pas inépuisable et oblige les clubs français à investir dans la formation et la détection. Si certains clubs semblent avoir pris une longueur d’avance en la matière, le niveau pour le moins inconstant de nos sélections nationales mesure le chemin qu’il reste à accomplir. Il n’en demeure pas moins que l’activité de (re)vente de joueurs reste significativement incertaine et nos clubs ne peuvent en aucun cas baser leur rentabilité sur un exercice spéculatif par essence.

 


 

Il est par conséquent urgent de trouver des relais de croissance et des sources de revenus supplémentaires. Que les présidents de Ligue 1, Vincent Labrune et Jean-Michel Aulas en tête, se démultiplient à la recherche de nouveaux investisseurs n’est pas le fruit du hasard. L’agrandissement des enceintes sportives en vue de l’Euro 2016 devrait augmenter les recettes "match day" (à condition de parvenir à attirer le public massivement), tandis que la curiosité que constitue le PSG devrait permettre de revaloriser les droits de diffusion de la L1 (aujourd’hui négligeables) à l’international. Pas de quoi, néanmoins, enrayer la nécessaire cure d’austérité imposée au football français, cure d’austérité qui met directement à mal la compétitivité de nos représentants dans la prestigieuse et lucrative Ligue des champions (lire "Les vrais vainqueurs de la Ligue des champions").
 

Recettes et visibilité en baisse, coûts en augmentation, austérité à marche forcée, avenir sportif incertain… Après de nombreuses années à surfer sur un engouement post 98 et à alimenter une bulle spéculative aujourd’hui au bord de l’éclatement, le football français se trouve dans l’obligation de revoir son modèle économique en profondeur. Une telle réforme demande l’action conjuguée et concertée de la "famille du football" dans son ensemble, des instances dirigeantes aux présidents des clubs professionnels en passant par les partenaires économiques majeurs. De sa capacité à se réinventer dépendra l’avenir sportif et économique de notre championnat. Fort de ses stars et de pétrodollars coulant à flots, le PSG semble évoluer dans des sphères bien éloignées de ces préoccupations pragmatiques. Dans le championnat de France de L1, et pour l’heure, il est bien le seul…
 


[1] Canal+ et France 3 parvenant à fédérer respectivement 2,8 millions (soit une part d’audience record de 41,6% d’abonnés) et 5,5M de téléspectateurs (21,5% de part de marché).
[2] Lire : J. Pillot (2009), "La valeur du produit Ligue 1 risque-t-elle de se déprécier?", Revue Lamy Droit de l'Immatériel, 48(4), 46-50.
[3] À raison deux premiers choix sur Canal+, les huit autres rencontres étant visibles sur beIN Sport.
[4] Et ce en dépit d’une diminution de la facture globale pour un consommateur qui voudrait s’assurer de pouvoir voir l’intégralité des matchs de chaque journée de championnat en direct par rapport à la situation qui prévalait lorsque C+ et Orange se partageaient le marché. Lire : J. Pillot, op. cit.
[5] Une diminution, il est vrai, en partie compensée par des investissements relativement important de certaines collectivités locales dans la rénovation et l’agrandissement des enceintes sportives, notamment au moyen de partenariats public-privé (PPP) aux vertus incertaines (lire "Euro 2016, le milliard des stades").
[6] Le dernier mercato d’hiver fut, à ce titre, particulièrement révélateur tant nombre de transferts semblaient aller à l’encontre de toute logique sportive. Un OM à l’attaque moribonde laissant partir Loïc Rémy ; un OL poussant Michel Bastos vers la sortie quand Lisandro Lopez et Bafetimbi Gomis ne sont restés dans la capitale des Gones que du fait de l’absence de débouchés probants ; le LOSC se séparant de Mathieu Debuchy et de Mickaël Landreau ; le VAFC luttant pour le maintien envoyant Foued Kadir à Marseille et Gil aux Corinthians ; ou encore l’ASNL cédant Yohan Mollo et André Luiz sont autant d’exemples qui illustrent les impératifs de vente et d’allègement des masses salariales des clubs de Ligue 1.

 

Réactions

  • Luis Caroll le 05/03/2013 à 19h50
    matthias
    aujourd'hui à 16h10

    @Luis Caroll

    Avec des matchs aller-retour, qui deviendraient vraiment intéressants à partir des 1/4 de finale disons, ça fait 13 matchs en tout à diffuser. Si TF1 peut mettre 4 millions sur un Géorgie-France en début d'éliminatoire de l'Euro, pourquoi ne les mettraient-ils pas sur un OM-Bordeaux qui peut envoyer l'une des deux équipes en C1? Tout cumulé, je ne pense pas qu'il soit impossible d'atteindre les 50Millions d'€ pour une Coupe de France revalorisée au maximum. Ce qui comblerait les pertes sur les droits TV du championnat (toujours sans compter la billeterie et le merchandising pour les clubs).
    ----

    Un PSG-OM en clair (5,5M de téléspectateurs) fait moins qu'un match amical de l'équipe de France. Si TF1 perd déjà de l'argent là dessus, imagine le prix qu'ils vont payer 13 (13!!) matches dont un seul PSG-OM possible, et plein de Geugnon-Lille ou de Nice-Rennes tout à fait indiffusables en prime time.

    Le prix de ce genre de compétition c'est aux alentours de 10/12M€, peut-être 20 grand maximum pas loin de ce que paye France Télévisions pour la Coupe de la ligue. Pour 20 clubs ou 16 clubs, + les clubs des divisions inférieures, ça fait une goutte d'eau. Surtout si tu retires les revenus annexes de la Coupe de la Ligue en espérant que 1 fasse plus que 1+1.

  • Henri Désiré Landreau le 05/03/2013 à 21h42
    Article très intéressant. Néanmoins, il me semble que si le football français hors PSG vit actuellement une sorte de cure d'austérité, cette cure peut être vertueuse pour justement établir un modèle économique plus équilibré sans trop de casses au passage. A l'inverse, j'ai l'impression que les clubs espagnols et anglais continuent d'alimenter la bulle financière autour du foot et que pour eux, surtout les Espagnols, la chute n'en sera que plus dure.

  • Julien Pillot le 05/03/2013 à 21h48
    @Matthias
    En l’état actuel, supprimer la coupe de la Ligue aurait des avantages (calendriers allégés, revalorisation sportive de la CdF), mais également des inconvénients (accélération de la raréfaction du football français sur les chaines gratuites, pertes de revenus additionnels) dont il est délicat de dire lesquels l’emporteraient sur les autres. Rappelons simplement qu’il s’agit de deux compétitions organisées indépendamment l’une de l’autre, respectivement par la FFF (pour la coupe de France) et la LFP (pour la coupe de la Ligue). Compte tenu des calendriers mais également des effectifs réduits des clubs de L1, il paraît pour le moins inapproprié d’envisager des rencontres de coupe au format aller-retour, d’autant qu’il n’est pas garanti que les chaines gratuites continueraient à se montrer intéressées le cas échéant. Pour information, France Télévisions débourse actuellement 10,5M€ pour diffuser la coupe de la Ligue, tandis que la FFF touche 14,125M€ par an au titre des droits audiovisuels de la coupe de France (diffusée par France Télévisions et Eurosport). Rappelons également que lors de la remise en jeu des droits de la coupe de la Ligue en janvier 2012, C+ avait fait une offre à hauteur de 15M€ par saison (avant que la LFP ne privilégie finalement une offre en clair) ce qui démontre une appétence nouvelle des chaînes à péage pour ces compétitions. Pour le reste, la capacité de ses rencontres à se montrer réellement profitables pour leur diffuseur en clair, à plus forte raison si elles étaient démultipliées par l’instauration de rencontres aller-retour, Luis Caroll me paraît être dans le vrai.

  • matthias le 05/03/2013 à 22h28
    Le fan club de Fréd' Thiriez serait en train de phagocyter la sphère webo-footballistique?

  • José-Mickaël le 06/03/2013 à 02h24
    > Il est par conséquent urgent de trouver des relais de croissance et des sources de revenus supplémentaires.

    Je suis résolument contre ! Cette fuite en avant est en train de mener le football à un grand n'importe quoi. Je préfère qu'on retrouve la raison, qu'on baisse les budgets, qu'on devienne moins bon en coupe d'Europe et qu'on arrête de construire des stades modernes.

    Je rappelle que la croissance du football n'est pas une croissance économique comme les autres : elle ne crée pas d'emplois, elle sert juste à permettre aux clubs d'augmenter la masse salariale de ses joueurs. Les sous que réclame Aulas iront dans la poche des vedettes de l'O.L. afin de les empêcher de partir à Newcastle.

  • Luis Caroll le 06/03/2013 à 07h45
    matthias
    05/03/2013 à 22h28

    Le fan club de Fréd' Thiriez serait en train de phagocyter la sphère webo-footballistique?
    --

    On parle bien sûr de ce qui est possible, pas de ce qui serait hypothétiquement souhaitable.

  • Julien Pillot le 06/03/2013 à 08h08
    @José-Mickaël
    Outre le fait que vous sortiez la phrase de son contexte (qui est celui de l'urgence), je voudrais revenir une seconde sur votre affirmation selon laquelle "la croissance du football n'est pas une croissance économique comme les autres".

    En tant qu'économiste, je pense être bien placé pour infirmer votre propos. Il n'y a pas différents types de de croissances, il y a croissance, stagnation ou décroissance. Certaines croissances sont plus intensives en travail, d'autres plus intensives en capital (le football est à ranger dans cette catégorie). C'est d'ailleurs lorsque la croissance d'une industrie est trop intensive en capital que les risques de spéculation sur les actifs à risque (dans le cas qui nous intéresse, les joueurs, mais également, dans une moindre mesure les droits TV) surviennent et que peuvent apparaître des bulles dont l'explosion peut avoir des conséquences économiques très difficilement soutenables. Relisez l'article, vous verrez que je n'élude aucunement ce problème. Faire dégonfler une bulle spéculative n'est pas incompatible avec le maintien d'une croissance (même moins soutenue): il s'agit de compenser la perte artificielle générée par la dévaluation des actifs à risques (sur le marché des transferts) par de nouveaux apports en capitaux basés, eux, sur de l'économie réelle (recettes "match day", placement de produit stratégique, etc.).

    Enfin, votre vision est quelque peu étroite lorsque vous affirmez que la croissance du football ne génère pas d'emplois. La professionnalisation du football a non seulement créé de nombreux emplois dans le football avec des clubs et des instances dirigeantes gérés comme de véritables entreprises (effectifs élargis, équipes de jeunes, centres de formation, encadrants et staff technique, équipes de management, services économique, juridique et comptable, etc.). Le football crée également de très nombreux emplois indirects que ce soit chez les diffuseurs, dans les entreprises de BTP (les infrastructures ne se montent pas seules), chez les équipementiers, etc. Je crois me souvenir que l'économiste Pascal Perri avait fait une estimation de la valeur travail découlant du football et que le chiffre était plutôt impressionnant.

  • theviking le 06/03/2013 à 09h25
    Le chocolat Poulain est 2 fois plus crémeux !

  • Sens de la dérision le 06/03/2013 à 11h00
    Luis Caroll
    05/03/2013 à 19h50
    Un PSG-OM en clair (5,5M de téléspectateurs) fait moins qu'un match amical de l'équipe de France. Si TF1 perd déjà de l'argent là dessus, imagine le prix qu'ils vont payer 13 (13!!) matches dont un seul PSG-OM possible, et plein de Geugnon-Lille ou de Nice-Rennes tout à fait indiffusables en prime time.
    ----
    Attention toutefois à ne pas oublier un paramètre essentiel : la chaîne. Un PSG-OM sur France 3 fait moins qu'un match amical sur TF1. Si on inverse les rôles, pas dit que la conclusion soit la même.


    José-Mickaël
    aujourd'hui à 02h24
    Je suis résolument contre ! Cette fuite en avant est en train de mener le football à un grand n'importe quoi. Je préfère qu'on retrouve la raison, qu'on baisse les budgets, qu'on devienne moins bon en coupe d'Europe et qu'on arrête de construire des stades modernes.
    ----
    Tout dépend ce qu'on veut. Des budgets baissés, des clubs pas bons en Coupe d'Europe (voire complètement absents), des stades pas modernes, ça existe, ça s'appelle la Ligue 2, le National etc etc. Et ça n'intéresse qu'une frange réduite de supporters.

  • Espinas le 06/03/2013 à 11h37
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 11h00

    Luis Caroll
    05/03/2013 à 19h50
    Un PSG-OM en clair (5,5M de téléspectateurs) fait moins qu'un match amical de l'équipe de France. Si TF1 perd déjà de l'argent là dessus, imagine le prix qu'ils vont payer 13 (13!!) matches dont un seul PSG-OM possible, et plein de Geugnon-Lille ou de Nice-Rennes tout à fait indiffusables en prime time.
    ----
    Attention toutefois à ne pas oublier un paramètre essentiel : la chaîne. Un PSG-OM sur France 3 fait moins qu'un match amical sur TF1. Si on inverse les rôles, pas dit que la conclusion soit la même.
    ---
    Attention aussi, avec la raréfaction du foot à la télé, seuls 4-5 clubs feraient de l'audience sur une chaine nationale, vu qu'il est quasiment impossible de connaitre les joueurs de la moitié des équipes de L1.