Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Fin d'éclipse

On a retrouvé l'équipe de France, égarée avec ses bagages lors d'un transit vers la Corée. Les fantômes disparaissent dans la lumière d'un coup d'éclat infiniment bienvenu. France-5, Slovénie-0.
le 14 Oct 2002

 


Mais où étaient-ils passés? C'est vraiment la question qui se pose au lendemain d'un match au cours duquel on a retrouvé une équipe de France, celle d'avant la catastrophe bien plus qu'une version réinventée. Car son renouvellement supposé, par le biais des appelés, est trompeur. C'est effectivement avec l'ossature des cadres et le schéma tactique post-lemerrien qu'elle a remporté cette large victoire. Après le Mondial, on n'a voulu retenir que les alertes sonnées par les défaites, en occultant des succès obtenus avec une maîtrise totale (Turquie, Portugal, Japon, Ecosse…), dans le droit-fil desquels se situe ce France-Slovénie. Vincent Duluc dans L'Equipe (13/10) affirme que ces scores étaient "menteurs". On plaidera pour la théorie inverse, selon laquelle ce sont les trois matches du groupe A qui n'ont pas dit la vérité en juin dernier. Contre une équipe qui avait aussi peu envie de jouer que l’Uruguay en Coupe du monde, mais qui a en tout cas fait moins d’anti-jeu, l’équipe de France a en effet renoué avec la réussite, en marquant d’entrée et en se mettant à l’abri au moment où elle commençait un peu à flotter. Il semble si simple et si naturel de voir cette formation imposer sa supériorité d'une façon ou d'une autre que la CM 2002 apparaît encore plus comme une mauvaise blague. Plus le temps passera, plus on reconnaîtra que l'épuisement physique a été le facteur déterminant du fiasco asiatique (et de celui d'autres équipes majeures), loin des procès faits à Lemerre, à Desailly, à l'hôtel Sheraton ou aux danseuses bulgares. En pleine possession de ses moyens, ce groupe aurait survécu aux sorts contraires qui l'ont abattu à la surprise générale— même si la conquête d'un nouveau titre restait un exploit forcément improbable. Encore trois points à prendre à Malte, et la thèse du déclin des Bleus aura en tout cas pris du plomb dans l'aile, ce qui va faire mal à de nombreux commentateurs. La continuité dans le changement Si l'on a beaucoup entendu parler de chamboulement dans toutes les lignes et si Santini évoque la "naissance d’un groupe", huit des onze joueurs sur le terrain faisaient partie de l’équipe type du mondial (notons aussi les huit "Anglais" titularisés). Seuls Silvestre, Gallas et Marlet remplaçaient Lizarazu, Lebœuf et Trezeguet. Les bouleversements ne concernent en fait que le banc pour le moment. Coupet ou Sagnol ont plus souvent qu'à leur tour enfourché le thème du sang neuf et insisté sur les "fautes" de la campagne coréenne. Peut-être ont-ils servi d'aiguillon, mais la performance des patrons les a rappelés à leur vrai statut. Sur le plan tactique aussi une certaine continuité est de mise, avec la reconduction du schéma de Lemerre, interprété à sa façon par le sélectionneur (voir A la place d'Henry). Les gars La défense a vu les Slovènes de loin et n'a donc pas subi un véritable test, notamment pour un axe central que Santini avait choisi d'importer tel quel de Chelsea. Gallas et Desailly ont réussi un match rassurant et sobre, aussi probant pour l'un que pour l'autre, bien que ce soit pour des raisons différentes. Si le capitaine lève ainsi un peu de cette pression qui lui pèse dessus depuis la Corée, son assistant, sobre et tranquille, a marqué les points que Santini lui offert de prendre avant Mexès. La timidité offensive des visiteurs a offert des boulevards à Thuram, appliqué en première mi-temps, étincelant en seconde. Avec l'esprit qui le caractérise, sans qu'un mot amer ne sorte dans la presse, il a traversé une nouvelle crise personnelle et semble assumer à nouveau totalement son positionnement. Il a brillé comme aux plus beaux jours, déblayant son couloir pour y dérouler des montées fructueuses et n'a pas été pour rien dans l'esprit offensif général de son équipe. Le paradoxe est que Mikaël Silvestre avait été le meilleur Bleu du match en Tunisie. Soit ses partenaires ont vertigineusement progressé, soit il est en pleine perte de confiance et peine à exprimer un potentiel pourtant évident, même dans ce match en demi-teinte pour lui. C'est d'autant plus dommage qu'il occupe cette fois le même poste qu'en club, même si ce déplacement sur le flanc doit également représenter une crise identitaire, puisque lui aussi se voyait bien dans l'axe. Mais Santini n'envisage pas ainsi la succession de Lebœuf, et l'hypothèse semble oubliée de tous, surtout au moment où le débat n'a porté que sur Gallas et Mexès. On aura pu toutefois apprécier par moments la qualité de ses passes et de ses centres, comme sur le but de Govou. Le duo de récupérateur a été la clé de voûte du dispositif, et à son niveau normal il représente une sacrée assurance. Les Slovènes ont eu toutes les peines du monde à franchir ce rideau-là, mais aussi à en bloquer les relances. Makelele a été particulièrement efficace dans le jeu court, son jeu dépouillé, son activité et ses relais avec Zidane ont contribué à la fluidité du jeu. Le capitaine des Gunners a pour sa part retrouvé la forme, et quand il est en forme, il peut même marquer des buts. Malgré quelques gourmandises, Zidane s'est lui aussi exprimé conformément à ce qu'il montre au Real, même si sa présence près du but, après deux belle tentatives en début de rencontre, n'a pas été très grande. Les "oh!" et les "ah" que ses gris-gris soulèvent au Stade de France ont parfois quelque chose d'irritant, mais on ne va quand même pas se plaindre. Wiltord est l'homme en forme, il s'est une nouvelle fois multiplié, sa conduite de balle et sa vitesse le rendant insaisissable. Il a marqué un but splendide, tout en énergie. La bonne surprise fut Steve Marlet, occupant une rôle inattendu (mais qui est le sien en club) qui lui a permis d'étaler ses qualités de pur numéro neuf. Son efficacité sur deux centres coupés à la perfection, sa détente et sa présence physique ont été des atouts maîtres pour la sélection. Enfin Thierry Henry s'est fait piquer l'axe par Marlet, évoluant le plus souvent à gauche. Plus discret qu'à Arsenal, il n'a pas été moins précieux, animant l'attaque avec brio. Les observations Le public du Stade de France a fait la ola au bout de quinze minutes, mais s'est retenu de chanter "et 1, et 2…". Dire qu'il en suffisait de deux comme ça contre le Danemark… Même Jean-Michel Larqué n'a pas dit trop de conneries, c'est vous dire si c'était un bon match.

Réactions

  • Géant Vert le 14/10/2002 à 09h53
    Je ne comprends pas que vous n'ayez pas encore fait le parallele entre les ratios buts marqués/selection entre Marlet et Djorkaeff ;-))

  • NoNo93 le 14/10/2002 à 10h34
    Désolé les gars, mais si l'équipe de France se qualifie haut la main pour la coupe d'Europe et se fait éliminer au premier tour, çà n'aura servi à rien saauf à rappeler l'Argentine... Effacer d'un revers de main ce qui c'est passé cet été c'est sans doute bon pour le moral mais mauvais pour la suite de l'aventure (il faut savoir apprendre de ces erreurs)
    Si je suis un peu négatif ici (mal gré un superbe match samedi et une série de 3 matchs pas mauvaise vu que juste après le mondial) c'est que les interviews d'après matchs m'ont un peu énervés : trop d'autosuffisance et pas beaucoup d'humilité... Genre : vous voyez bien c'est çà la vraie équipe de France!!! On est les meilleurs!!!
    Non les gars vous êtes pas les meilleurs, vous essayez d'être les meilleurs et si vous vous qualifiez dans un groupe somme toute très facile en théorie, il faudra faire quelquechose derrière (cet état d'esprit me rappelle justement l'état d'esprit post coupe du monde)
    PS : ceci n'est pas un appel à une quelconque révolution tactique ou de sélection des joueurs, si Santini veut faire un groupe, il lui faut un bon esprit à ce groupe, c'est tout...

  • harvest le 14/10/2002 à 10h44
    Le problème c'est que l'euro se jouera en fin de saison et que nos amis seront de nouveau carbonisés par leurs employeurs , tels des victimes de ces vampires assoiffés de la manne footballistique ( ça c'est au cas un lourdaud passerait par là ).

  • leo le 14/10/2002 à 12h26
    Chapeau les cahiers, la valeur d'une équipe se mesure aux résultats obtenus en match amicaux et encore, uniquement ceux où ça s'est bien passé et non à ceux récoltés en match officiels, qui plus est dans la plus importante compétition.
    En même temps, c'est vrai, quelle valeur accorder à une Coupe du Monde où le Brésil, que les Bleus, les vrais, avaient atomisé 3-0 un soir de 98, remporte la victoire ?
    Juste pour rappel : les Bleus ont atomisé le Portugal, qui n'est pas sorti des poules (et qui jouait sans Rui Costa et avec un Figo diminué par un nez cassé 4 jours auparavant), le Japon, qui n'est pas sorti des poules, l'Ecosse, qui ne s'est pas qualifiée pour le Mundial et la Slovénie qui n'est pas sortie des Poules. La seule "grosse" équipe que la France a battu de façon convaincante est la Turquie et c'était il y a bien longtemps.

  • cours-la-ville le 14/10/2002 à 12h52
    Ce qu'il advient d'une équipe en phase finale c'est une autre histoire leo. Toi aussi ça te fout les boules de reconnaître que l'edf n'est pas devenue aussi nulle que ça? Et est-ce parce que l'edf n'a disputé que des matches amicaux entre 2000 et 2002 qu'aucun ne peut servir de référence?

    C'est marrant ce que cette victoire contre la Slovénie révèle de déception chez certains... Il ne s'agit pas de s'enflammer bêtement, c'est sûr, mais il fallait être aveugle samedi soir pour ne pas voir que les Bleus sont revenus à un niveau conforme à leur potentiel. La déroute à la CM, pour moi c'est ça qui est illogique et aberrant.
    Mais bon, la France n'étant plus championne du monde de football, le Français redevient champion du monde de l'auto-dénigrement...

  • gigantic le 14/10/2002 à 13h07
    Moi, je suis plutot d'accord avec Cours-la-ville et les CdF sur ce coup-la, a savoir que ce n'etait pas la vraie equipe de France qu'on a vu en juin. La deroute coreenne etait due a quatre facteurs evidents :
    - l'absence des deux joueurs-cles (Zidane, Pires)
    - la fatigue a l'issue d'une saison eprouvante ou les Bleus avaient collecte une moisson de titres, sans compter l'impact du decalage horaire et toutes les fatigues accumulees avec le depart en Coree (les deux prochaones grandes competitions se derouleront, rappellons-le, en Europe).
    - la presence de joueurs en fin de carriere, et sans doute plus au niveau (Leboeuf, Djorky)
    - sans doute (mais la on rentre dans les ragots) un probleme de communication et d'entente entre Lemerre et certains joueurs

    Resultat : les bleus ont recupere pendant l'ete, il y a un nouveau selectionneur, Zidane est a nouveau la, les boulets ont ete vires ... et on voit le resultat.

    Je suis d'accord avec les Cahiers, la deroute de juin etait trop anormale pour etre vraie. D'ailleurs, malgre tous les problemes qu'avait l'Edf a cette epoque, personne ne me fera croire que la CdM n'aurait pas ete un petit peu differente si Trezeguet n'avait ps mis son tir 5 cm plus a gauche a la 20eme minute de France-Senegal.

    Cela dit, c' est vrai, il ne faut pas s'enflammer prematurement.

    PS pour leo : le Japon est sorti des poules a la CdM (defaite contre la Turquie 0-1 en 8emes).

  • obiwan le 14/10/2002 à 13h07
    pour Leo, et juste histoire d'etre chiant, le japon est sorti de sa poule a la derniere CdM...

  • leo le 14/10/2002 à 13h14
    Quand les Bleus n'assuraient pas avant la COup du Monde 98, Mémé Jacquet disait que la seule vérité était celle de la compétition et les Bleus ont été au rendez-vous. 4 ans plus tard, les Bleus flambaient avant la Coupe du Monde, tout le monde les voyait déjà en finale contre l'Argentine, "on ne dépend que de nous" disait Vieira à la veille du match contre le Sénégal, méprisant totalement ses adversaires. Après la série de résultats négatifs juste avant le départ pour la Corée, les joueurs disaient qu'ils étaient des compétiteurs et qu'ils allaient retrouver la gnac lors des matchs de compétition. Et puis rien. Comme l'Espagne que tout le monde chambre comme championne des matchs amicaux. Comme l'Argentine qui avait écrasé les qualifs sud-américaines.

    Ce qui m'énerve, et je l'ai déjà dit sur l'ancien forum, c'est ce côté : on bat la Slovénie 5-0, on est des cadors, vous avez vu comme on est beaux, c'est là notre vrai visage, si ça avait été le Brésil ou l'Italie on les aurait bouffé de la même manière. Alors que quand l'équipe de France perd, c'est un accident, on était fatigués, on boit trop de Romanée-Conti, les autres c'est des méchants qui veulent pas jouer au foot et qui défendent à 10 ou alors ils sont trop motivés et ils tirent les maillots.

  • leo le 14/10/2002 à 13h18
    J'avais pas lu les 3 derniers posts.
    Personne ne me dira que l'histoire aurait été la même si Di Biagio met son tir 5 centimètres plus bas pendant la séance des tirs aux buts en 98, si l'arbitresiffle la faute sur Boban sur le but de Thuram contre la Croatie, si Raul met son péno ou si l'arbitre met une minute de moins d'arrêts de jeu pendant la finale de l'Euro.

  • NoNo93 le 14/10/2002 à 13h49
    Cours la ville et Gigantic, je pense que vous prenez le raisonnement à l'envers, ce qui ne veut pas dire que vos arguments sont faux loin de là :

    - L'important c'est pas les matchs amicaux et dans une moindre mesure les matchs de qualif dans des groupes taillés sur mesure, c'est les résultats en phase finales.

    - Et force est de reconnaître qu'on a été ridicule en CDM et qu'il va bien falloir en tirer des leçons, çà sert à rien de refaire la CDM dans tous les sens, c'est pas de l'objectivité (en plus dire que c'était une petite coupe du monde rien que parceque des gros ont pas été à la hauteur, c'est du mépris pour l'adversaire). Et ce n'est pas anormal, vu qu'il y a des raisons à cette déroute

    - Donc raisonnons sur les problèmes :
    Trouver un plan B (cf les CDF) à l'absence de Zidane et Pires et s'entraîner à cette éventualité
    La fatigue : éviter les déplacements à l'autre bout du monde et faire tourner l'effectif (pour des matchs faciles ou déjà pliés protéger nos joueurs clés)
    Joueurs en fin de carrière : donner leur chance aux jeunes, ce qui en plus de préparer 2006 correspond bien à l'idée de faire tourner l'effectif.
    Problème du coach : on verra bien si il est réglé avec Santini.

    Moi je rajoute à ces raisons de la déroute : la grosse tête et l'impression d'avoir déjà gagné qui est allié à un climat "on va gagner et on peut donc en faire qu'à notre tête" : ce qui à mon avis est à l'origine de tous les ragots et demi-vérités écrits çà et là.. les femmes, les agents des joueurs et les représentants des sponsors ayant accès aux joueurs qui eux ont eu l'air d'être plus occupés par leur contrats publicitaires et les "je te donne des nouvelles de la CDM tous les jours sur ton SMS"

    Et c'est là l'origine de mon post de tout à l'heure : quand on entend les réactions des joueurs et des médias y compris les cdf, çà y est, on a retrouvée la vraie équipe de France (avant c'était des faux?) et on va voir ce qu'on va voir... Bref on est déjà les meilleurs, ce qui pour moi prouve qu'on a pas bien compris les leçons de juin... Dans toute compétition, on tente d'être le meilleur, on doit gagner pour le prouver et on doit toujours tenter de s'améliorer, je pense que c'est ce qu'avait réussi à faire Jacquet qui avec un groupe moins étoffé ou moins talentueux, avait créé une équipe de mort la faim capable par exemple de remonter 2 buts à la Croatie...

    Dire tout çà n'est pas du dénigrement de l'équipe de France : je suis extrémement content des trois derniers matchs (j'ai bien dit les 3), je pencherais volontiers pour dire que Santini va dans le bon sens, les joueurs sont excellents et évidemment tout n'est pas à brûler en EDF après la CDM.

    Par pitié ne faisons pas comme la plupart des journalistes : soit tout est mauvais (après CDM) soit tout bon (avant CDM et après Slovénie)...