Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'affaire DSK dans la langue du foot

Le jargon sportif contamine les médias, alors poussons la logique jusqu'au bout en racontant le scandale avec les mots du foot.
Auteur : Jérôme Latta le 23 Mai 2011

 

Traduite dans le langage des joueurs, des entraîneurs et des journalistes sportifs, à quoi ressemble l'affaire DSK? Reconstitution chronologique.

dsk_football2.jpg


Jouer le match dans sa tête
"23% d'intentions de vote au premier tour, j'y pense en me rasant, j'y pense aussi en me savonnant."

Montrer de l'envie
"Quand DSK sortir de la douche, DSK toujours comme ça."

Céder aux sirènes de l'étranger
"Alors comme ça, vous êtes guinéenne ?"

Manquer l'immanquable
"Tiens, et si je foutais en l'air un destin tout tracé en faisant quelque chose d'insensé ?"

Faire le mauvais choix
"Ce serait bien le diable si le patron du FMI ne pouvait pas culbuter une rescapée de ses politiques économiques en Afrique."

Le contact un peu viril
"Allons, vous voyez bien que vous ne pouvez pas me résister."

* * *

Le rouge direct
"OK, je quitte le terrain."

Dévorer les espaces
"Chauffeur, vous pouvez rouler un peu plus vite ?"

La faute bête
"Merde, qu'est-ce que j'ai foutu de mon téléphone ?"

Penser au match d'après
"Bon, direction Berlin. Merkel, ça devrait me calmer un peu."

Tomber dans le piège du hors-jeu
"Please leave your seat and follow us out of the plane, Mr Strauss-Kahn."

Multiplier les appels
"Allo, Anne? Non, c'est pas ce que tu crois, je peux tout expliquer. Trouve-moi d'abord un avocat. Un cher."

* * *

Le renard des surfaces
"L'inspecteur Fox, de la police scientifique, a passé la scène du délit au peigne fin."

Mouiller le maillot
"L'analyse ADN des vêtements de la victime est en cours."

Opter pour le synthétique
"Des prélèvements ont également été effectués sur la moquette."

Les débordements de supporters
"Il n'y a pas mort d'homme." "Qu'il y ait eu une imprudence (...), je sais pas comment dire, un troussage... un troussage de domestique"

Perdre son statut de titulaire
"Les traits tirés, le regard dans le vide, DSK prend place sur le banc."

Être dans le collimateur des arbitres
"On vous connaît, vous autres Européens lubriques sans accord d'extradition vers les États-Unis. Liberté conditionnelle refusée."

Prendre une leçon de réalisme
"Bienvenue à Rikers Island !"

Lancer le nouveau maillot de l'équipe de France
"C'est complètement raté, ces rayures horizontales."

Garder sa cage inviolée
"Salut, moi c'est Big G et ça c'est notre douche".

* * *

Courir après le score
"Combien de chefs d'inculpation ? Sept ?!"

Renoncer au titre
"C’est avec une infinie tristesse que je me vois obligé aujourd’hui de proposer au conseil d’administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI".

Le coaching gagnant
"On va faire rentrer ma femme et ma fille."

Payer son erreur cash
"La caution est donc fixée à un million de dollars comptant et cinq millions de garantie."

Finaliser son transfert
"Est-ce que je peux récupérer mes lacets, maintenant ?"

* * *

Jouer en bloc
"La copropriété refuse à l'unanimité la présence de ce monsieur dans l'immeuble."

Profiter du moindre espace
"Bon sang, il y a vraiment des gens qui arrivent à vivre dans moins de 200 mètres carrés ?

Revenir dans le club de son cœur
"Anne, tu peux me passer mon peignoir s'il te plaît ?"

Le marquage individuel
"Mais non ce n'est pas une arme, c'est une érection. Serrez-moi d'un peu moins près, aussi!"

Le tacle par derrière
"Il me semble évident que si DSK, dans l'hypothèse où il serait condamné, demandait à venir en France, le gouvernement français appuierait sa demande."

Manger la feuille
"J'étais à combien déjà dans les sondages, la semaine dernière ?"

Le match dans le match
"Martine Aubry et François Hollande désormais favoris pour l'investiture du PS."

Le spectre de la relégation
"Dominique Strauss-Kahn risque jusqu'à vingt ans de prison."


---
Petit commerce
"À partir de là..." est épuisé, mais "Oui, je crois que bon..." est encore disponible dans la boutique des Cahiers.
ojcqb_solo.jpg

Réactions

  • Christ en Gourcuff le 23/05/2011 à 09h38
    Très, très bon !! De quoi bien entamer la semaine !!

  • antigone le 23/05/2011 à 09h44
    Le touzième homme

    Guinée saute-au-paf est baîllonnée, hé.

  • Tonton Danijel le 23/05/2011 à 10h19
    Les débordements de supporters
    "Il n'y a pas mort d'homme." "Qu'il y ait eu une imprudence (...), je sais pas comment dire, un troussage... un troussage de domestique"
    - - - - - - - - - - - -

    Le pire, c'est que ces deux répliques ne sont pas du tout inventées. La deuxième phrase est de Jean-François Kahn (ressortir le troussage de domestique comme argument de défense, il fallait l'oser), la première d'un autre de ses brillants défenseurs (je ne sais plus lequel, peut-être Cambadélis). Finalement, avec des soutiens pareils, je comprends que Sarko juge ne pas avoir besoin de trop en rajouter...

  • PEM8000 le 23/05/2011 à 10h20
    La première est de Jack Lang.

  • Nicaulas le 23/05/2011 à 11h00
    Le "Garder sa cage inviolée", d'après Mozinor, c'est râpé.

    lien

  • Zof le dernier Dino le 23/05/2011 à 14h57
    Tonton Danijel
    lundi 23 mai 2011 - 10h19

    Attention au grave contre-sens, repris un peu partout par ceux qui ne font que reprendre et propager des bout de citations sans prêter la moindre attention au reste de la phrase : Jack Lang a il me semble dit qu'il était rarissime qu'il n'y ait pas de mise en liberté sous caution quand il n'y avait pas mort d'homme.
    Ce qui a bien entendu été repris un peu partout comme "Jack Lang dit qu'il n'y a pas mort d'homme" (sous-entendu, Jack Lang dit que ce n'est pas bien grave)
    De la même façon, Quand J-F Kahn parle de "troussage de domestique", il fait allusion à une pratique dégueulasse,et malheureusement encore trop souvent considérée comme anodine, une sorte de reliquat désuet de l'ancien régime. Je ne pense cependant pas qu'il cautionne ou trouve ça "normal", comme cela est souvent sous-entendu quand il est cité.

    Par ailleurs, je trouve cet article d'un humour très noir assez rafraîchissant en ces jours sombres pour la vie politique en général.

  • Pascal Amateur le 23/05/2011 à 15h07
    Et pas le moindre marquage à la culotte ??

  • emink le 23/05/2011 à 15h29
    antigone
    lundi 23 mai 2011 - 09h44

    Guinée saute-au-paf est baîllonnée, hé.
    ----

    Clap clap clap !

  • axgtd le 23/05/2011 à 19h25
    Zof le dernier Dino
    lundi 23 mai 2011 - 14h57
    --------------------------------

    Pour Lang, je ne sais pas, mais pour JFK l'enregistrement est accablant (lui-même dira le lendemain que l'expression était "inacceptable").

    lien

    Il se dit "pratiquement certain" (se basant sur rien) qu'il n'y a pas eu "tentative violente de viol" mais "imprudence" (autre expression inacceptable !) et, donc "troussage".
    "Troussage de domestique". Il le dit deux fois.

    Franchement, même avec ses remords, c'est injustifiable. Un éditorialiste en vue de ce début du XXIème siècle, parler comme une caricature de bourgeois du XIXème ? Et c'est à froid, deux ou trois jours après l'arrestation de DSK, contrairement a ce qu'il affirme dans ses excuses. Injustifiable.

  • king carrasco le 23/05/2011 à 19h33
    Là-dessus Guéant a dit : "Trousser une domestique, ça me semble gravissime".
    Donc :
    1. En fonction de la victime, un viol est requalifiable en "troussage".
    2. Mais trousser, c'est quand même grave, hein.
    3. Une employée d'hôtel, c'est une domestique.

    Ceux qui nous gouvernent sont des personnes humainement remarquables. Je dépose une gerbe à leur gloire.