Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Fennecs plus ultras

[saga Mundial 1982] Le 16 juin 1982, l'Algérie s'ouvre à la Coupe du monde de football et fait sensation en battant le futur finaliste. 

Auteur : Christophe Zemmour le 16 Juin 2022

 

L'Algérie découvre le parfum d'une phase finale d'une Coupe du monde en ce 16 juin 1982. Pour ce baptême du feu se dresse face à elle la RFA championne d'Europe en titre. Une sélection de classe mondiale avec des joueurs comme Karl-Heinz Rummenigge ou Paul Breitner, pour ne citer qu'eux.

On a prêté aux Allemands des propos assez méprisants avant ce match. Le sélectionneur Jupp Derwall aurait déclaré qu'il prendrait directement le train du retour en cas de défaite. On dit aussi que certains de ses joueurs auraient préparé des dédicaces à leur famille aux cinquième, sixième, septième buts inscrits.

Ce n'est pourtant pas le genre des Allemands de mépriser l'adversaire à ce point. Quatre ans plus tôt, en Argentine, ils avaient été tenus en échec par la Tunisie. Dans les années soixante, ils ont beaucoup joué au Maghreb. Ils connaissaient donc la qualité du football algérien.

 

 

Agacement allemand et prodiges algériens

Que ces paroles eussent été vraiment proférées ou non, elles ont peut-être servi de motivation aux Fennecs. Mahieddine Khalef et son adjoint Rachid Mekhloufi décident d'aligner une équipe très offensive. 

Les meneurs Lakhdar Belloumi et Mustapha Dahleb sont titulaires au milieu de terrain, soutenant un trident d'attaquants composé de Salah Assad, Djamel Zidane et du jeune Rabah Madjer, alors âgé de vingt-trois ans et jouant au pays comme la plupart de ses coéquipiers.

L'Algérie mise sur sa force principale, qui est d'avoir le ballon, et accroche en première période une RFA qui commence alors "à s'agacer", comme en témoignera Ali Fergani. 

À la 54e minute, sur une action collective de toute beauté, initiée depuis leur propre camp suite à un tacle rageur, les Fennecs remontent le terrain, en quelques passes sans contrôle, pour lancer Belloumi face à Harald Schumacher. Le tir est détourné par le portier allemand, mais Madjer devance les défenseurs et ouvre le score.

Le stade de Gijón explose, l'invraisemblable est en train de se produire. Mais évidemment, le robot Rummenigge égalise un petit quart d'heure plus tard. Qu'à cela ne tienne : sur l'engagement, l'Algérie use encore d'échanges rapides et de dédoublements.

Lancé en profondeur côté gauche par un Dahleb maître du temps, Assad centre fort au second poteau et trouve Belloumi. Schumacher ne peut pas intervenir, l'offrande est parfaite, l'exécution inévitable, ressemblant étrangement à la finition de Rummenigge une minute plus tôt. 

Encore une merveille de but collectif qui donne un avantage définitif à l'Algérie, qui n'aura jamais douté et aura récité son football jusqu'au bout.

 

 

Le scandale de Gijón

C'est le premier match des Fennecs et c'est aussi la première victoire d'une équipe africaine face à une sélection européenne lors d'une phase finale de Coupe du monde. Pas n'importe quel adversaire, et pas de n'importe quelle manière...

La vérité est que l'on est au-delà de la surprise ou d'un phénomène inexpliqué. La vérité est que la RFA a perdu contre une magnifique équipe de football, composée de joueurs que l'on ne présente plus, et qui n'a cessé de progresser depuis quelques années.

La beauté de ce succès initial restera pour toujours dans les mémoires, mais elle sera malheureusement gâchée par cette élimination précoce qu'il faut bien rappeler...

La victoire 3-2 le 24 juin face au Chili ne suffira pas à rattraper la défaite contre l'Autriche qui, elle, s'inclinera docilement 0-1 le lendemain dans ce "match de la honte" qui qualifiera les deux équipes européennes.

Les organisateurs, qui avaient décidé de décaler d'un jour les troisièmes journées de chaque poule n'avaient pas imaginé cette situation où un score arrangerait les deux équipes. Depuis, les dernières rencontres sont jouées à la même heure pour éviter de reproduire le scandale de Gijón. 

L'Algérie aurait mérité d'aller au second tour de ce Mundial. Qu'importe, elle en a quand même écrit, elle aussi, la légende.

 

 

RÉTRO COUPE DU MONDE 1982

13 juin. España 1982, nos années Naranjito

14 juin. Un jour, un but : Socrates, deux feintes et une mine

15 juin. Un jour, un but : Milla 1982, l'histoire manquée

16 juin. Un jour, un but : Robson 1982, coup de chaud à Bilbao

17 juin. Fennecs plus ultra

21 juin. Un jour, un but : Giresse 1982, la controverse de Valladolid

24 juin. Manu Amoros, forte tête

28 juin. Un jour, un but : Genghini 1982, la lucarne bleue

2 juillet. Arconada 1982, le moral dans les chaussettes

4 juillet. Guerre froide au poteau de corner

5 juillet. Le saint suaire de Paolo Rossi

8 juillet. Battiston, lendemains de choc

Réactions

  • Tonton Danijel le 17/06/2022 à 12h08
    Les Algériens qui était même qualifiée à la mi-temps de leur match contre le Chili vu qu'ils menaient 3-0 et que l'Autriche et la RFA ne pouvaient pas, tous les deux, lui passer devant au goalaverage... Malheureusement, ils ont faibli en deuxième mi-temps (les chiliens auraient même pu arracher le match nul).

  • dugamaniac le 17/06/2022 à 13h56
    Du mouvement, des appels, des passes, c'est vraiment du beau football sur les buts algériens.

    (merci pour cette série mondial 1982, j'adore)

  • Mangeur Vasqué le 18/06/2022 à 13h20
    Merci Christophe et Richard pour ces articles vintage si évocateurs.

    Superbes buts algériens, je me souviens relativement bien de ce match, j’adorais Mustapha Dahleb (je supportais le PSG et allais souvent au Parc, entre 1980 et 1983 approx. Un billet au Parc coûtait alors 15 francs, qui était aussi le prix d'une place de cinoche. J'ai fait quelques déplacements aussi, c'était sympa).

  • Raymundo Menech le 18/06/2022 à 21h07
    Ce match c’est mon premier vrai souvenir de foot parce qu’à l’époque on habitait à Alger avec mes parents et donc c’est un souvenir particulier. Jusqu’à ce match le foot pour moi c’était juste un jeu avec une balle pour s’amuser avec les copains à la récré ou en bas de l’immeuble. J’ignorais tout des compétitions et des joueurs. C’est cette coupe du monde, ce match, France-Irlande du Nord et France-RFA qui m’ont rendu amateur de foot pro.

    Pour en revenir au match, pas un chat dans les rues pendant le match et au coup de sifflet final tout Alger a déferlé dans les rues pour un dèlire qui a duré jusque tard dans la nuit.

    Quelques jours plus tard les algériens perdent face à l’Autriche. Grosse déception mais en pleine nuit on entend des cris de joies, des gens sortent dans la rue. Le lendemain on apprend qu’une rumeur a circulé dans la ville comme quoi les autrichiens étaient dopés et que la victoire avait été attribuée aux algériens par la FIFA.

    Et puis il y a eu le match RFA-Autriche… je me souviens de mes parents pestant devant la télé et moi comprenant qu’il y avait une sorte de magouille en cours mais sans trop comprendre comment et pourquoi.

  • dugamaniac le 20/06/2022 à 13h51
    Rumeur de dopage des autrichiens en 1982 mais hélas 40 ans plus tard on sait que les algériens n'étaient pas sain non plus et en ont payé un prix trop cher pour du simple football.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.