Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Fatty Foulke, des buts et des tartes

Les joueurs d’exception – William Henry Foulke (1874-1916) fut l’une des premières grandes vedettes du foot anglais. Le gardien de Sheffield United brillait par son talent et son embonpoint. 

Auteur : Richard Coudrais le 16 Nov 2020

 

 

Parfois, dans les tribunes d’Angleterre, résonne un chant curieux: “Who ate all the pies? Who ate all the pies? You fat bastard! You fat bastard! You ate all the pies!” (“Qui a bouffé toutes les tartes? Qui a bouffé toutes les tartes? C’est toi gros bâtard! C’est toi gros bâtard! Tu as bouffé toutes les tartes!”).

 

Cette chanson serait un hommage à William Henry Foulke, l’une des premières grandes figures du football anglais, mais l’intéressé ne l'a probablement jamais entendue. Sa mélodie est celle d’une chanson populaire, Knees up Mother Brown, créée dans les pubs londoniens à la fin de la première guerre mondiale. Or Foulke est décédé en 1916…

 

 

 


Fracasser la barre

William Foulke était un gardien de but énorme. Au sens propre. Au plus fort de sa carrière, le gaillard de 6 pieds 2 pouces (1,88m) dépassait largement les 100kg. Les rares images de l’époque montrent un gardien qui se distingue par son physique hors normes, sorte d’Obélix doté d’un shoot phénoménal qui se replace en remontant son pantalon.

 

Un jour, lors d’une rencontre de championnat largement dominée par ses coéquipiers de Sheffield United, le massif gardien veut tromper son ennui et se suspend à la barre transversale. Celle-ci cède sous son poids et la rencontre doit être interrompue pour réparer le montant.

 

William Foulke se fait un nom à l’occasion d’une rencontre de la Derbyshire Cup. La petite formation amateur de Blackwell Miners Welfare FC tient la grande équipe de Ilkeston Town en échec en grande partie grâce aux exploits de son gardien de vingt ans. Celui-ci est immédiatement recruté par Sheffield United, qui le fait débuter en première division le 1er septembre 1894.

 

Le jeune homme présente alors un vrai physique de sportif dont le poids ne dépasse guère 80 kg. Lorsqu’il ne joue pas au foot, William Foulke participe à des rencontres de cricket au plus haut niveau.

 

Dans les buts de Sheffield United, son agilité, ses réflexes et son coup d’œil font merveille autant que la puissance de son shoot et son autorité. À tel point qu’il se retrouve un jour de 1897 à garder les buts de l’équipe d’Angleterre pour une rencontre contre le Pays de Galles. Sa seule sélection.

 


Un arbitre dans le placard

À l’époque, le monde du foot professionnel est aussi un monde de banquets. Foulke prend goût à ces soirées d’après-match où on refait la rencontre avec coéquipiers et adversaires. Les journalistes trouvent un bon client dans cette grande gueule qui enjolive ses exploits pour alimenter la chronique… et ses rondeurs.

 

Il atteint rapidement les cent kilos, mais ses performances ne déclinent pas. Il participe à la conquête du premier titre national des Blades en 1898 puis au parcours victorieux en FA Cup l’année suivante, ponctué par une large victoire (4-1) contre Derby County au stade de Crystal Palace.

 

 

 

Il reste tout aussi performant au cricket et participe en 1900 à quatre rencontres du Derbyshire County Cricket Club, une des équipes majeures de la discipline.

 

Foulke et Sheffield United disputeront d’autres finales de la FA Cup. En 1901, ils s’inclinent 3-1 face à Tottenham Hotspur. L’année suivante, ils l’emportent contre Southampton à l’issue d’une première finale marquée par un incident.

 

Sheffield a ouvert le score en deuxième période par Alf Common, mais est rejoint dans les toutes dernières minutes par un but de Harry Wood. Celui-ci semble être en position de hors-jeu, mais l’arbitre Tom Kirkham juge que le joueur a reçu le ballon de la part d’un adversaire.

 

Cette décision rend notre gardien fou furieux. La rencontre terminée, il surgit des vestiaires pour chasser l’arbitre et l’obliger à se réfugier dans un placard. Le gardien des Blades aura sa revanche lors du replay, où il se montre décisif et permettra à son équipe de l’emporter 2-1.

 


Légende de comptoir

En 1905, après dix saisons passées dans les buts de Sheffield United, Fatty Foulke rejoint Londres pour un club qui vient tout juste d’être créé, le Chelsea FC. Désigné capitaine, il contribue à l’excellente première saison des Pensioners, durant laquelle il aurait arrêté pas moins de dix penalties.

 

Mais Foulke ne reste qu’une saison à Stamford Bridge. Il rejoint rapidement Bradford City où il dispute sa dernière saison professionnelle. Il se retire à trente-trois ans en avouant un poids de 150kg.

 

William Foulke revient alors à Sheffield, où il tient un magasin puis un pub. On l’imagine bien y relater ses exploits aux clients avides de détails. La légende de Fatty Foulke telle qu’on la conte aujourd’hui provient autant de la vérité du terrain que de l’imagination de l’intéressé autour d’un verre.

 

En 1916, Fatty Foulke meurt à quarante-deux ans d'une cirrhose. “Who ate all the pies? Who ate all the pies? You fat bastard! You ate all the pies!”
 

Réactions

  • cocobeloeil le 16/11/2020 à 11h27
    Bravo.
    Un article de poids. Pas tarte du tout.

  • Lionel Joserien le 16/11/2020 à 12h09
    C'était très intéressant et je me sens plus cultivé qu'en me levant ce matin, merci Richard.
    Et en plus je m'étais toujours demandé à quoi faisait référence "Who Ate All the Pies", on vendait donc des tartes à la viande dans les stades autrefois.

    Au passage, je me rends compte que je n'étais jamais allé sur footichiste, alors que ça parle de plein de films que je ne connais pas, grave erreur.

  • Balthazar le 16/11/2020 à 15h57
    Très chouette, merci !

  • Hydresec le 16/11/2020 à 16h29
    Merci pour cet article fort intéressant. Chelsea a donc toujours été un club d'arrivistes, en fait ?

  • lunatic XV le 16/11/2020 à 18h19
    Lionel: on en vend toujours... dans les stades du Commonwealth en tous cas.

  • gimlifilsdegloin le 21/11/2020 à 11h16
    Un peu tard, mais merci pour cet article : c'est pour ce genre de découverte que j'adore les Cahiers !

La revue des Cahiers du football