Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Des arbitres dans la tourmente

Bibliothèque - Le livre Faute ! de Thibaut Martinez-Delcayrou revient sur de grandes polémiques arbitrales qui ont agité l'histoire du sport, et notamment celle du football.

Auteur : Richard Coudrais le 21 Mars 2022

 

L'erreur d'arbitrage existe depuis que le football est football. Elle reste pourtant, de nos jours, considérée comme une anomalie du jeu et un mal qu'il faudrait absolument faire disparaître. L'erreur d'arbitrage fait obsessionnellement débat, au détriment du jeu et des joueurs. Le résultat d'un match lui-même perdrait de sa légitimité dès lors qu'un arbitre se serait trompé.

La faute d'appréciation de celui que l'on appelle encore parfois l'homme en noir sert fréquemment de parapluie pour les acteurs (joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters et même journalistes) qui ne veulent pas assumer la responsabilité d'un échec. Très vite, et c'est là que commencent les dérives - on remet en cause l'honnêteté même de l'arbitre.

 

 

Il est vrai, malheureusement, que l'histoire du football, et du sport tout entier, ne manque pas d'exemples où les arbitres ont été soumis à de telles pressions que leurs jugements ont pu en être altérés. Il ne faut toutefois pas en faire une généralité.

Le livre Faute !, du journaliste Thibaut Martinez-Delcayrou, revient sur de grandes polémiques qui ont agité l'histoire du sport et de l'arbitrage. Chacun des chapitres raconte une histoire où l'arbitrage fut commenté à des titres divers. Le football se taille la part du lion : huit chapitres sur quinze sont consacrés au ballon rond.

Dans la peau de l'arbitre

D'emblée, l'ouvrage nous fait remonter le temps jusqu'en 1934 et la Coupe du monde en Italie où, selon les recherches de l'historien Marco Impiglia, les arbitres pour les rencontres de la Squadra Azzurra n'avaient pas été désignés par hasard. Les organisateurs avaient pris soin de sélectionner des hommes jeunes et influençables, alors qu'ils n'étaient même pas numéro un de leur pays.

On pourrait craindre que le livre consiste en une longue énumération de charges contre l'arbitrage. À tort. L'ambition de l'auteur est de replacer l'éventuelle erreur dans son contexte. Et, s'il doit dénoncer quelque chose, ce sont surtout les circonstances dans lesquelles ont été placés les directeurs de jeu.

Lorsqu'au-delà d'une opposition entre des athlètes ou des équipes, ce sont des États qui se confrontent, l'arbitre est soumis à une pression considérable. Il peut être parfois conditionné par l'importance de la victoire de l'équipe locale dans le storytelling des dirigeants en place. L'auteur revient sur la Coupe du monde de rugby 1995 ou sur le Mondial asiatique de 2002 durant lequel la désignation des arbitres semble avoir eu les mêmes motivations qu'en 1934.

Mais Thibaut Martinez-Delcayrou tient surtout à placer le lecteur dans la peau de l'arbitre. Quand, par exemple, celui-ci se retrouve à diriger une rencontre où naissent des sensations curieuses et inhabituelles, comme Robert Wurtz et Jean-Marie Véniel, qui se sont respectivement retrouvés au cœur de rencontres telles Argentine-Pérou en 1978 et Valenciennes-Marseille en 1993.

L'arbitre se retrouve parfois absolument seul à devoir prendre une décision pour mettre fin à une situation explosive non prévue par les règlements, comme l'Ukranien Myroslav Stupar, officiel alors soviétique du France-Koweït lors de la Coupe du monde 1982, marqué par l'inédite intrusion du cheikh sur le terrain.

L'homme et le système

Il lui arrive même de devoir s'isoler dans un endroit tenu secret, comme le Suisse Urs Meier, menacé de mort pour un but qu'il a refusé à l'équipe d'Angleterre lors de l'Euro 2004, et qui a conduit quelques supporters à rôder autour de sa maison.

La légende olympique ne manque pas non plus d'affaires où le politique a su forcer le destin du sportif. Notamment cette incroyable finale du tournoi de basket aux Jeux Olympiques 1972 où le président de la FIBA descend de sa tribune pour prêter main-forte à des arbitres empêtrés dans des points techniques du règlement, sur fond de guerre froide.

On se souvient aussi de l'imprudence d'une juge française aux Jeux d'hiver de Salt Lake City, qui révèle au monde que le système des notes du patinage artistique est pollué par de sournois échanges d'intérêts. Ou des mésaventures de feu Alexis Vastine, boxeur français pris dans la tourmente de l'arbitrage controversé de sa discipline.

L'ouvrage de Thibaut Martinez-Delcayrou dénonce ainsi moins les défaillances d'un homme ou d'une femme que le système, impitoyable et peu regardant sur la méthode, qui les a poussés à la faute. Au-delà de l'aspect un peu sensationnel de sa couverture, Faute !donne un éclairage passionnant sur des affaires que l'on a soi-même classées un peu vite.

La lecture du livre ne doit toutefois pas nous conduire à penser que toute erreur d'arbitrage serait le fruit d'une machination ourdie en haut lieu. Elle reste bien souvent d'ailleurs une affaire d'interprétation, comme l'a démontré la VAR dans le football, censée régler certains problèmes, mais qui en a surtout ajouté d'autres.

 

Faute !, de Thibaut Martinez-Delcayrou, éd. Hugo Sport, 2022, 19,95 euros.

Réactions

  • L'amour Durix le 21/03/2022 à 20h55
    Oh mon dieu ! Quelle horrible couverture !
    Non, je parle pas d'Alexis Vastine.

  • Pascal Amateur le 21/03/2022 à 21h35
    Ah, y avait pas penalty sur Nilmar, je le savais.

  • Mangeur Vasqué le 21/03/2022 à 23h49
    Il a l'air vraiment intéressant ce bouquin. Merci pour cette synthèse, Richard.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.