Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Tardelli 1982, un cri dans la nuit

Un jour, un but - Le 11 juillet 1982 à Santiago Bernabeu, Marco Tardelli offre le break à l’Italie à la 69e minute de la finale de la Coupe du monde face à la RFA. Plus que le but en lui-même, la mémoire du football retient l’extase infinie du Juventino.

Auteur : Christophe Zemmour le 11 Juil 2013

 


Antonio Cabrini vient de rater son penalty. La finale du Mundial 1982 est proche de la fin de sa première demi-heure, mais l’issue n’est que repoussée. Éreintée par sa demi-finale au long cours face à la France, la RFA doit faire face à une équipe d’Italie en pleine ascension, forte de ses victoires aux dépens de l’Argentine de Maradona, du Brésil de Tele Santana et de la Pologne sans Boniek. Surtout, la Nazionale compte sur un Paolo Rossi à son zénith – un zénith placé entre sa sortie d’une longue suspension due au scandale du Totonero, son début de tournoi fantomatique et sa carrière future entravée par de sérieuses blessures. Le numéro 20 reste sur cinq réalisations consécutives, trois face au Brésil et deux contre la Pologne. Lors de la finale, il marque son sixième et dernier but à la 57e sur une reprise de la tête à l’entrée des 5,50 mètres. À partir de cette ouverture du score, l’Italie va frapper toutes les douze minutes.
 

 

Tardelli 1982 but Italie

 


De sinistra

La passe de Karl-Heinz Rummenigge pour Paul Breitner est trop appuyée. Après un bon retour de Rossi, le ballon est récupéré par Gaetano Scirea dans ses vingt-cinq mètres. On joue la 69e et le célèbre défenseur initie une contre-attaque jusqu’au rond central. Il donne à droite pour Bruno Conti qui se réaxe et poursuit jusqu'à l'entrée de la surface. Là, Rossi lui chipe le cuir et écarte pour Scirea qui avait suivi. Le libero mué en ailier talonne pour le jeune Giuseppe Bergomi, autre défenseur à participer au contre, qui lui remet après un contrôle. Malgré le bras levé d'Harald Schumacher, l'arbitre ne signale pas Scirea en position de hors-jeu. Ce dernier temporise avant de rentrer intérieur et de servir du gauche Marco Tardelli posté à l'entrée de la surface.
 

Le milieu azzurro effectue d'abord un contrôle orienté de l’extérieur du pied gauche qui lui permet à la fois de se soulever légèrement la balle et de transformer idéalement en position de tir cette passe venue de la droite. A cause du retour de deux adversaires, Tardelli se voit contraint de frapper en taclant. La demi-volée fuse sur la gauche de Schumacher qui ne bronche pas et atteint le petit filet. L'Italie mène 2-0 et Tardelli va alors célébrer sa réalisation d'une manière si graduelle, si intense et si pure que l'image va rester comme l'une des plus fortes de l'histoire de la Coupe du monde. À l’instar du dernier cri de Diego Maradona en 1994, elle va quasiment occulter le but, pourtant joli, à la fois d’un point de vue collectif et individuel.
 


Une joie sans fin

La caméra zoome tout de suite sur Tardelli. D’abord incrédule, le numéro 14 se relève et commence à courir et à secouer la tête. Sa bouche s’ouvre et semble crier quelque chose entre “No!” et “Gol!” Il serre les poings, secoue les bras. Claudio Gentile poursuit son coéquipier qui s’échappe irrémédiablement et Dieu ne sait où. La scène semble durer une délicieuse éternité. John Foot, dans son ouvrage Calcio dont l’image du “cri de Tardelli” fait la couverture, dit: “Peut-être que Tardelli serait encore en train de courir si on ne l’avait pas arrêté.” Sur le blog Ghost Goal, Alan Smithy qualifie cette célébration comme “la plus belle que le football ait jamais vue”. D’autres observateurs, comme Jason de Vos sur CBC Sports, voient en cette extase spontanée l’expression de la réalisation d’un rêve d’enfant.
 

 

 


Tardelli confirme: “C’est comme si un volcan explosait. Dans ces instants, tu penses aux choses que tu as faites dans ta vie, à ta famille, à tes frères, en Italie. C’est un peu comme quand on dit que tu vois ta vie défiler au moment de mourir. A ce moment-là, j’étais parvenu à un sommet que n’importe quel enfant rêve d’atteindre.” Cette célébration est restée dans la culture populaire italienne. L’image a été diffusée en boucle à la télévision transalpine. Le cri de Tardelli a également trouvé un écho certain dans la joie de Fabio Grosso après son but en demi-finale du Mondial 2006. Qui sait, il y a peut-être aussi du Marco Tardelli dans le Super Pippo.


Sandro Pertini, le président de la République italienne est assis à côté du Roi Juan Carlos, spectateur de ce moment historique qui aura généré presque 95% des parts de marché télévisuels transalpins de ce 11 juillet 1982. Après le troisième but inscrit par Alessandro Altobelli, il se lève à nouveau et déclare: “Ormai non ci riprendono più”. Oui, ça y est, plus personne ne peut rattraper les Azzurri. Et encore moins l’un d’entre eux, que l’on aimerait voir courir encore et encore.

 

Réactions

  • pipige le 11/07/2013 à 07h17
    Super rticle, comme toujours ! Ou l'on constate que Tardelli est à l'Italie ce que Giresse est à la France !

  • le Bleu le 11/07/2013 à 08h44
    Je suis un vieil aigri + jeune blasé né après Séville ou bien je n'ai rien vu d'extraordinaire ?

  • magnus le 11/07/2013 à 09h29
    C'est détaillé dans l'article, la caméra filme uniquement la joie hallucinée du joueur. Pas de plan extérieur intrusif, pas de célébration alambiquée avec gestes compris uniquement par le joueur. Et oui, je n'y ai jamais pensé mais ça fait penser à Giresse.


  • Van Der Wiel Age People le 11/07/2013 à 11h13
    Même sans être Italien, on ne peut que trouver cette jubilation magnifique. Quel grand souvenir de sport...wouah


    Il s'en dégage une telle pureté et un tel absolu
    que le terme "rêve d'enfant" utilisé dans l'article est tout à fait approprié.

    Côté français, on peut effectivement évoquer la joie de Giresse après le 3ème but en demi...mais le souvenir (qui devrait être positif)
    est (en ce qui me concerne) terni par la défaite et n'a que trop le goût des regrets.

    Par contre, en 2000, la joie de Trézéguet en finale est de même nature (et Titi qui court avec lui jusqu'à sauter dans les bras de Roger Lemerre...miam).

  • Jus de Nino le 11/07/2013 à 20h03
    VDWAP,

    j'allais justement écrire que ma célébration Italienne préférée est celle de 2000... mais c'est juste parce que je suis d'humeur taquine.

  • Mipoulet le 11/07/2013 à 20h52
    Je ne sais pas s'il court longtemps, on le voit 5 secondes à l'écran, avant de passer sur papi qui se reboutonne en tribune. Déjà à l'époque la réalisation était pourrie.

  • Troglodyt le 12/07/2013 à 07h24
    Sur la contre-attaque, les Allemands se replacent n'importe comment alors que les Italiens leur laissent un peu de temps...

  • Richard N le 12/07/2013 à 11h59
    Bravo pour l'article. Cela reste une des images fortes du Mundial 1982 : Le visage de Tardelli ravagé par un bonheur trop difficile à contenir. Souvent imité par ses successeurs, jamais égalé dans son intensité.

  • lyes le 12/07/2013 à 21h26
    Plus proche de nous c'est le Ribery de 2006 qui me revient en tête, son but face à l'espagne et ce bonheur si spontané et éclatant. Du même acabit que Giresse, Tardelli ou Trezeguet pour la course de malade.

    Parler de Trezeguet ça me fait penser que des joies de buteur "en or" il y en a eu tellement peu, un petit cercle fermé, ça mériterait pitetre un article pour les compiler.

  • Ba Zenga le 15/07/2013 à 09h41
    Merci pipige et Richard!