Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Coupe du monde : la survie des meilleurs

La Coupe du monde en infographies / 4 – Menées à la mi-temps, poussées aux prolongations ou aux tirs au but: quelles équipes s'en sont le mieux sorties dans la difficulté? 

Auteur : Christophe Zemmour et Mathieu Garnier le 13 Juin 2014

 

 
Pour ce dernier volet de nos infographies mondialistes, attardons-nous sur la solidité, la réactivité et la résistance à la pression des 32 nations qualifiées pour Brésil 2014.
 

 


Avec un tel nombre total de résultats nuls, il n’est pas étonnant de trouver l’Italie en tête des participations à des prolongations. Sur les onze qu’elle a dû disputer, elle en a remporté cinq et n’en a concédé qu’une avant les tirs au but, qui lui sont souvent fatals.
 

 


Avec l’Angleterre, la Squadra azzura partage une aversion certaine pour la fameuse séance des tirs au but. Les deux nations européennes, qui sont les meilleures quand il s’agit de l'emporter au cours de la prolongation, ont été éliminées pas moins de trois fois chacune à cause de cet exercice, successivement en 1990, 1994 et 1998 pour la première, et en 1990, 1998 et 2006 pour la seconde.
 

Si la Nazionale a eu un magnifique lot de consolation avec sa victoire en finale il y a huit ans, les Three Lions n’ont jamais su sortir de ce piège. Tout comme le Mexique, éliminé à deux reprises, en 1994 face à la Bulgarie et en 1986 devant l’Allemagne – major de promotion de la séance avec quatre succès en autant d’exercices.

 

 

On ne s'étonne pas de retrouver une Mannschaft si régulière dans ses résultats parmi les équipes les plus "solides", avec 92% de victoires remportées après avoir mené au score à la pause (contre 25% de situations défavorables inversées). L’Italie, qui ne perd pas beaucoup, concède beaucoup de matches nuls et ne conserve pas son avantage de la mi-temps dans presque 20% des cas. Ce qui place les Azzurris derrière un petit groupe de formations composé, entre autres, de l’Argentine, l’Espagne, l’Uruguay et la France. Parmi les sélections qui se sont avérées incapables de changer le cours d’un match, on trouve notamment la France, l’Italie et l’Angleterre.
 

 

 [cliquez sur l'image pour l'agrandir]



Les performances lors des éditions précédentes sont en revanche plus hétérogènes. Derrière les très réguliers et assidus Brésil, Allemagne, Italie et – dans une moindre mesure – Argentine, les nations championnes du monde à une seule reprise (Angleterre, France et Espagne) ont un profil similaire, plus inégal que les quatre précitées, avec une présence dans le dernier carré moins importante.

 

Il est par ailleurs assez surprenant d’observer que les Pays-Bas ont un parcours général “creux” et irrégulier, ponctué çà et là par leurs trois finales (1974, 1978 et 2010). Ensuite, les autres équipes contribuent à un panorama de grosses performances rares et de participations plutôt récentes, soulignant leur régularité propre et expliqué en partie par l’extension du nombre de qualifiés.

 

Et pour finir cette série, un bonbon pour les yeux. Un gros. Cliquez-lui dessus pour vous envoler au Brésil.

 

Réactions

  • Sens de la dérision le 13/06/2014 à 12h16
    L'Allemagne qui ne gagne (presque) jamais en prolongations mais qui gagne tout ses tirs au but, comment on pourrait l'expliquer ? Ce sont de gros patateurs ?

    Sinon le bilan de 0 retournement de situation pour la France est hum comment dire...

  • Jankulowski Desailly Galasek le 13/06/2014 à 13h14
    C'est faux de dire que la France n'a jamais gagné après avoir mené: Cf France-Croatie de 1998 pour le plus célèbre en CdM!

    Ce que l'infographie montre, c'est que la France n'a jamais remporté de match après avoir été menée à la mi temps. Pourquoi cette période serait-elle plus handicapante pour un retour au score qu'un but en retard dans les dix premières minutes, ou les dix dernières, ou bien la 67ème? Pour justifier du choix de la mi-temps comme référence de temps, il faudrait une nouvelle infographie pour prouver que le but "juste avant la mi-temps" ou le non moins fameux but "au retour des vestiaires" sont les plus difficiles à rattraper, ce qui n'est pas une certitude.

  • Jankulowski Desailly Galasek le 13/06/2014 à 13h28
    C'est faux de dire que la France n'a jamais gagné après avoir mené: Cf France-Croatie de 1998 pour le plus célèbre en CdM!

    Ce que l'infographie montre, c'est que la France n'a jamais remporté de match après avoir été menée à la mi temps. Pourquoi cette période serait-elle plus handicapante pour un retour au score qu'un but en retard dans les dix premières minutes, ou les dix dernières, ou bien la 67ème? Pour justifier du choix de la mi-temps comme référence de temps, il faudrait une nouvelle infographie pour prouver que le but "juste avant la mi-temps" ou le non moins fameux but "au retour des vestiaires" sont les plus difficiles à rattraper, ce qui n'est pas une certitude.

  • HumLloriste le 13/06/2014 à 14h26
    Déjà, tout simplement, gagner après avoir été mené au score (quel que soit l'instant), ce serait intéressant à savoir.

    Pourquoi ce choix de la mi-temps ? À mon avis, c'est parce que la plupart des feuilles de match donnent le score à la mi-temps, donc ça facilite les stats et l'analyse ;-)

  • Tonton Danijel le 13/06/2014 à 17h07
    Il manque aussi l'Ukraine dans les vainqueurs de leur seule séance de tirs au but... D'autant plus que Shovkovskiy allait être le seul gardien à n'encaisser aucun des tirs au but adverse en coupe du monde...

  • Ba Zenga le 13/06/2014 à 17h32
    Tonton, Mathieu s'est seulement intéressé aux 32 nations qualifiées.