Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Chroniques bielsiennes : Le quitte ou double

Épisode 2 – La menace du licenciement plane au-dessus de la tête de l'entraîneur lillois mais il continue à croire en la réussite du projet qu'il incarne. La marge de manoeuvre se réduit et sa communication change.

Auteur : Christophe Kuchly le 14 Nov 2017

 

 

La profession est ainsi: la plupart des journalistes sont là pour rapporter l'information mais d'autres préfèrent la créer. Quand le coup d'éclat, réfléchi et préparé, tombe le même jour que celui de l'interlocuteur, le jeu passe au second plan.

 

Le vendredi 3 novembre, la conférence de presse d'avant-match n'a pas tourné autour de Metz-Lille. Ou si peu. Au cœur du débat, Marcelo Bielsa. Attaqué violemment sur son discours et ses choix, mais auparavant beaucoup plus offensif – des mots ciselés à la place d'éclats de voix – au moment d'évoquer sa relation avec Luis Campos, le conseiller du président.

 

 

 

La sortie médiatique

Dans un milieu où répondre "Je ne sais pas" et où le fait de suivre ou non un partenaire sur un réseau social est interprété comme un signe de tension, rares sont les envolées lyriques. Alors, quand Marcelo Bielsa expose pendant un quart d'heure sa vérité sur ses relations avec Luis Campos, son binôme en matière de recrutement et dont le rôle au sein du LOSC est central, on attache sa ceinture et on note bien chaque mot. L'exposé, qui dépasse le quart d'heure mais aurait pu s'étendre – "Je ne vais faire référence qu'à une partie de la vérité, celle que je peux communiquer", souffla-t-il –, insiste d'abord sur la synergie entre les deux hommes. Et puis, c'est le drame.

 

Le ton reste monocorde mais les critiques s'enchaînent. En vrac: "Je lui ai dit que les principes qui le guidaient étaient opposés aux miens et qu’il n’était pas bon d’avoir deux sources de pouvoir au sein de l’équipe première (…) Je dois vivre avec les méthodes qu’il choisit et je ne crois en aucune façon qu’il peut diminuer mon autorité (…) Je ne partage pas la façon dont il gère le public la presse et l'opinion publique."

 

Aussi peu masquées qu'une feinte de frappe de Luiz Araujo, ailier passé de Leroy Sané à Jaouad Zaïri entre la présaison et le début de la Ligue 1, les allusions à des articles sortis dans la presse décrivent Campos comme étant une taupe. Selon qui on interroge, la rébellion des joueurs évoquée par RMC passe d'un moment important de la vie du club à une banale discussion de vestiaire…

 

 

L'un ou l'autre

Après un mercato estival passé en bonne intelligence, il aura donc fallu attendre que les températures baissent enfin pour que la tension monte et que l'entraîneur argentin affiche ouvertement ses désaccords avec le Portugais. Un secret de polichinelle qui n'était d'ailleurs pas très difficile à anticiper.

 

Bielsa comme Campos s'appuient sur des hommes de confiance. Le premier pour former un cercle réduit au sein duquel il ne veut aucune ingérence, le laissant maître du jeu et seul responsable de la situation sportive. Le second pour avoir des leviers d'influence qui le tiennent informé et lui permettent de peser au sein du club. Deux têtus aux méthodes les moins compatibles qui soient.

 

 

Dans ce contexte, la sortie verbale de Marcelo Bielsa apparaît alors comme une forme de quitte ou double. Puisqu'il est à peu près acquis que les deux hommes ne pourront pas travailler ensemble très longtemps, sauf à considérer qu'un club peut réussir quand deux des quatre éléments les plus importants dans le domaine décisionnel ne cautionnent plus grand-chose du travail de l'autre – les positions du président Gérard Lopez et du DG Marc Ingla, difficiles à lire, étant plus ou moins à mi-chemin –, une tête devrait tomber. Et contrairement à ce que le classement laisse imaginer, les cotes ne sont pas très éloignées.

 

 

Sauvé par le gong

Car si Marcelo Bielsa était en danger à Metz, une défaite risquant de vraiment fragiliser un poste qui ne devait en théorie pas être menacé avant le mercato de janvier, il a été sauvé par Mike Maignan. Au cœur d'une première période catastrophique, où l'absence de fond de jeu était moins embêtante que la différence d'engagement avec l'adversaire, c'est comme si les Lillois n'avaient pas envie de se battre pour sortir la tête de l'eau. Comme si de la défaite face à Marseille, match référence où le score (0-1) reflétait bien mal le rapport de force et les progrès collectifs dans le jeu, n'avait émergé qu'un sentiment de fatalité.

 

Heureusement pour les Nordistes, alors que Metz se procurait un wagon d'occasions, dont une bonne partie nées d'absences défensives, le jeune gardien multipliait les arrêts. Et, sur l'une des premières incursions dans la surface adverse, Nicolas Pépé obtenait un penalty. Transformé par l'intéressé, qui ne faisait pourtant pas partie des deux tireurs désignés, il cabossait un peu plus les têtes lorraines.

 

Les jambes alourdies par une première période passée à courir partout, les Messins s'éteignaient complètement après le repos, aidant la cause lilloise dans l'obtention d'un succès bien plus large (3-0) que brillant. Celui que le LOSC a l'habitude d'offrir à ses adversaires.

 

 

Danger zone

Un peu plus d'une semaine plus tard, des rumeurs envoient Luis Campos du côté de Chelsea, où la marge de progression des joueurs est moindre mais le prestige autrement plus grand. Un départ qui pourrait arranger tout le monde, le projet lillois reposant bien plus sur les épaules d'un coach aux méthodes particulières et au prestige certain que sur celles d'une sorte de recruteur en chef doué mais pas plus que d'autres – et qui a passé tellement de temps loin du centre d'entraînement que le club a appris à fonctionner sans lui.

 

 

Cela ne réglerait cependant qu'un seul aspect: la lutte de pouvoir en interne. Sans Bielsa, les jeunes recrues de Campos auraient moins de chances d'être valorisées, peu d'entraîneurs disponibles ayant sur le papier le pédigrée et les convictions pour leur faire passer un cap dans le jeu. Sans Campos, Bielsa aurait les mains un peu plus libres… mais sans garantie que la direction continue de le suivre, surtout avec une dix-neuvième place au classement.

 

Pour le LOSC, l'impératif est de prendre des points pour éviter tout risque d'accident industriel. Hormis à Paris voire à Marseille et Lyon, rares sont les endroits de l'Hexagone où les victoires n'arrêtent pas les crises…

 

 

Et maintenant ?

Si la situation sportive est loin d'être désespérée, et si une victoire sur tapis vert face à Amiens (possibilité vite exclue par la LFP) aurait d'ores et déjà ramené Lille à un point de Nice et trois de la première moitié de tableau, c'est avant tout la qualité des productions qui interroge. Même si, au sein du club, certains s'inquiètent de la faible valorisation des joueurs en cas de mauvais classement final, la progression et la vente de plusieurs éléments pourrait sauver les meubles. Un énorme "si".

 

Les très grosses offres reçues pour Yves Bissouma cet été ne sont pas parties pour être égalées dans un avenir proche. À la rue au poste de latéral droit, le milieu a demandé à ne plus y évoluer. Souhait exaucé mais qui, en l'absence de places dans l'entrejeu, cloue pour l'instant le Malien sur le banc. Ibrahim Amadou, capitaine qui a beaucoup plus de talent que de charisme, intéressera à nouveau l'Angleterre, lui qui est aussi bon en défense qu'au milieu.

 

Le nouveau venu Edgar Ié, défenseur central qui peut jouer à droite, est devenu international portugais et a le niveau pour jouer à Porto, club à qui Lille l'a subtilisé sur le fil. Mais pas sûr que leurs ventes éventuelles, pour un montant qu'on pourrait aujourd'hui imaginer autour des 50 millions (à peine plus qu'un Tiémoué Bakayoko), seraient comblées sans affaiblir énormément l'équipe.

 

Et puis il y a le cas Thiago Mendes. Seul joueur capable actuellement de faire le lien entre défense et attaque, le Brésilien est bien plus doué et intelligent tactiquement que ses partenaires. Depuis son retour, conjugué à des matches disputés dans un 4-2-3-1 qui devient 4-1-4-1 en phase offensive, le LOSC arrive à faire des décalages et approvisionner ses attaquants. Lesquels continuent de faire souvent n'importe quoi mais, avec deux fois plus de ballons exploitables, finissent parfois par faire des différences.

 

Il n'empêche: malgré des sursauts, les problèmes du début de saison restent les mêmes. Et même en voulant croire que le travail acharné finira par payer, la marge de progression de la plupart des joueurs dans la compréhension du jeu est difficile à voir. Il suffirait d'un match face à un adversaire évoluant en 4-4-2, et du retour automatique à un 3-3-3-1 que Lille n'arrive pas à animer, pour que le mouvement sinusoïdal entame une nouvelle plongée.

 

Réactions

  • blafafoire le 14/11/2017 à 14h04
    Merci pour tes chroniques, Radek, un régal à la lecture.
    A propos tu es allé voir d'autres entraînements ?


  • Ba Zenga le 14/11/2017 à 16h29
    Tout pareil, merci Christophe pour cet article que j'attendais. Suivant tout ceci de loin, cela fait du bien d'avoir une analyse de quelqu'un qui suit l'histoire au quotidien.

    Pour n'avoir vu joué qu'une seule fois Lille (contre l'OM, évidemment), je fais un peu le même constat. Celui d'une équipe qui manque cruellement d'efficacité et d'idée offensive, mais avec quelque chose de pas dégueu dans le jeu, notamment grâce à Thiago Mendes.

  • Christ en Gourcuff le 14/11/2017 à 17h40
    Le coup du "chronique Lesbienne" ca le fait à chaque fois, c'est dingue!

    Sinon, que le climat à Lille -je dis bien Lille, on parle pas d'un top club européen- soit aussi délétère alors qu'on vient de faire venir Bielsa -je dis bien Bielsa, on parle pas de Casoni- il y a trois mois, me semble hallucinant pour ne pas dire ecoeurant.

    Ecoeurant comme l'a été Gourcuff dans exactement la même situation à 12 mois de travail près.

    Que dans un top club on espère des résultats à la minute, ok, mais au LOSC?

    Tout ça pour quoi? faire venir un coach qui a 30 ans de ligue 1 dans les pattes?

    C'est ridicule et ne mène qu'au dégout du foot pro (pour ma part).

  • Marius T le 14/11/2017 à 18h09
    C'est normal ce bordel, avec l'arrivée d'un gars qui vit pour le foot et seulement pour le foot au beau milieu de gars qui vivent par le foot.
    Ils ne font pas parti du même monde cela ne peut pas bien se passer.
    Il faut remettre un gars qui vit par le foot, un médiocre et tout se remettra à tourner normalement.

  • blafafoire le 14/11/2017 à 18h46
    @Christ
    Pas tout à fait d'accord. Le fait que Bielsa fasse sur-réagir (en bien comme en mal) est manifeste. Cependant, pour rappel, le budget du LOSC, ses investissements et aussi les promesses des nouveaux dirigeants ont conditionné la presse et les supporters à attendre des résultats qui ne viennent pas. 19e à la fin de la 12e journée, c'est tout de même loin de ce qu'on peut attendre du 5e budget, derrière l'OM. Pour tout dire, je trouve les remous internes assez modestes vu le contexte...
    On a entendu bien pire sur Garcia (même si je sais bien que l'OM et le LOSC ne sont pas comparables en terme de poids médiatique) dans un contexte pourtant plus favorable.

    @Marius
    Le soucis, c'est que je ne vois pas trop où Bielsa pourrait atterrir.

  • Radek Bejbl le 15/11/2017 à 03h42
    blafafoire
    14/11/2017 à 14h04

    Pas depuis quelques semaines mais, de toute façon, on n'y apprend pas grand-chose sur le jeu. Et je n'ai aucune idée sur ce qu'on peut déduire des rapports entre les joueurs vu le peu de séances publiques. Exemple bête : à chaque fois, Malcuit était très nerveux et me faisait mauvaise impression. Au final, il était peut-être le plus impliqué auprès des supps après la chute de barrière. Hormis pour voir l'importance réelle du traducteur, je ne sais pas si être présent à la 4e séance apporte beaucoup quand tu as compris la dynamique des 3 premières.

    Plus globalement, on sait des choses sur ce qui se passe à l'intérieur mais pas tout. Des sources a priori sûres m'ont dit qu'il était hors de question de virer Bielsa alors que L'Equipe, bien plus informé que moi logiquement, écrit qu'il saute si défaite à Metz. Même chose sur les relations entre le coach et les joueurs : certains amis de joueurs disent que tout va bien et d'autres que les gars en ont marre.

    Ce qui est certain, c'est que si j'étais dirigeant, la dernière personne que j'embaucherais serait Campos.

  • Daijinho le 15/11/2017 à 10h05
    Radek Bejbl
    aujourd'hui à 03h42

    Ce qui est certain, c'est que si j'étais dirigeant, la dernière personne que j'embaucherais serait Campos.
    --
    Comme recruteur, il a un beau carnet d'adresse et une bonne réputation, le LOSC peut porter à son crédit un mercato calme et bien géré, et je ne crois pas avoir entendu Bielsa se plaindre du recrutement comme il l'avait fait à l'OM.

    Par contre, une fois le mercato fini, il faut vite le mettre à la porte oui.

  • Radek Bejbl le 16/11/2017 à 19h55
    Bielsa a en effet apprécié le mercato mais, si ce qu'il dit est vrai, Campos a pris Ballo-Touré et Soumaré sans trop que le coach analyse les mecs en amont quand Bielsa a lui pris unilatéralement Mendes et validé Ié, autrement meilleurs. Le prix n'est évidemment pas le même mais, avec Bahlouli, ça fait quelques recrues étiquetées Campos dont le niveau actuel interroge. Je ne pense pas que ce soit un mauvais recruteur mais il a plus de déchet que Cordon par exemple, qui lui a succédé à Monaco.