Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Championnat de France : le palmarès 1974-2014

Infographie – La chronologie de 40 ans de D1 et L1 rappelle quel genre de domination les clubs ont instauré sur notre championnat, entre règnes longs et alternances, mais aussi la paradoxale concentration des titres au sein de quelques formations.

 

Auteur : Jérôme Latta le 20 Mai 2014

 

 
40 années de championnat de France de 1974 à 2014, ce sont 40 titres distribués (41 moins celui non attribué en 1993) au cours de ce que l'on peut qualifier arbitrairement d'ère moderne si l'on considère que Valéry Giscard d'Estaing a fait entrer notre pays dans la modernité.


L'aperçu de cette période met en évidence une constante assez frappante: l'alternance entre des périodes de règne d'un club remportant plusieurs titres consécutivement et des périodes d'alternance systématique du champion. À noter que ces règnes sont uniques pour les clubs concernés, aucun n'ayant réussi à les réitérer [1].
 

L'avenir dira si, comme on le pressent, nous venons d'entrer dans un nouvel âge de domination – celle du Paris Saint-Germain –, après les quatre saisons ayant suivi la série (record) de l'Olympique lyonnais. Auquel cas le PSG se mettrait dans les pas de l'AS Saint-Étienne, des Girondins de Bordeaux, de l'Olympique de Marseille et donc de l'OL.


À leurs côtés, l'AS Monaco et le FC Nantes constituent d'autres vainqueurs multiples, mais jamais consécutifs. Fait marquant: sur cette période 1974-2014, les sept clubs ayant remporté plus d'un championnat... en ont remporté au moins quatre. À eux tous, ils ont glané 35 des 40 titres attribués, soit près de neuf sur dix. Seuls le RC Strasbourg, l'AJ Auxerre, le RC Lens, le LOSC et le Montpelier HSC sont parvenus à se glisser au palmarès, à une seule reprise donc.


Palmarès chronologie championnat de France

 


[1] De l'après-guerre jusqu'à 1973, seule l'AS Saint-Étienne a réussi à remporter plus de deux titres d'affilée (quatre, de 1967 à 1970). Les auteurs de "doublés" sont l'OGC Nice (1951 et 1952), le FC Nantes (1965 et 1966) et l'Olympique de Marseille (1971 et 1972).

 

Réactions

  • Julow le 20/05/2014 à 10h46
    Traîtrise !
    "Quand je vois une idée, je lui demande : qui sers-tu ?" disait Brecht.
    Tous les historiens du monde sont pourtant d'accord : l'ère moderne commence en 1967, avec le nouveau gouvernement Pompidou. Cette présentation aurait donc pu gagné en scientificitude et en octuplitude. Au lieu de servir les intérêts de qui-on-sait.

  • PiMP my Vahid le 20/05/2014 à 11h12
    Sept clubs à plusieurs championnats, douze champions différents, ça me semble au contraire une exception dans le paysage européen où la domination de mêmes clubs historiques se perpétue de générations en générations (sans même parler de cas extrêmes comme l'Ecosse ou le Portugal).

  • Sens de la dérision le 20/05/2014 à 11h29
    En regardant le championnat d'Angleterre, depuis 74, il y a eu 11 champions différents avec ManU à 13 titres, Liverpool à 8, Arsenal à 4. C'est surtout depuis la Premier League que ça change avec notamment MU qui gagne ses 13 titres.
    Pour la Liga, 7 champions différents dans le même temps dont Barca 14 titres et Real 17, tout le reste à moins de 3 titres.
    Bon j'ai regardé ça à l'arrache quand même.

  • Julow le 20/05/2014 à 11h53
    Faudrait qu'un courageux zinzin nous fasse des écarts-types sur les grands championnats depuis 40 ans (en tenant bien sûr compte du nombre de clubs en D1 dans chacun et en négligeant les montées/descentes), pour comparer les concentrations.
    Faudrait.

  • Coach Potato le 20/05/2014 à 12h56
    Titrisation et produits financiers dérivés

    L'infographie subversive qui rappelle l'importance de Monaco dans le palmarès du foot français avec 5 titres. Manquerait plus qu'on leur fasse payer une redevance pour l'utilisation de la L1.

    Le groupuscule parlementaire Démocratie-Libéro Cédéfiste et l'amicale des anciens gardiens de musée à Vulcania approuve le périmètre de l'étude.

  • PiMP my Vahid le 20/05/2014 à 13h28
    je confirme donc : le championnat français est le plus incertain parmi les 10 premiers du continent (au coeff UEFA) sur les 40 derniers épisodes.

    Bon j'ai exclu la Russie et l'Ukraine parce que forcément avant ils ne formaient qu'un seul championnat (ce qui pourrait se reproduire prochainement à en croise l'actualité). Et j'ai pris les 40 derniers championnats pour chaque pays, soit depuis 1974/75 sauf France et Italie depuis 1973/74 parce qu'ils ont eu un championnat sans vainqueur désigné.

    J'ai donc calculé l'entropie associée à la distribution des vainqueurs, qui mesure l'incertitude sur l'identité des champions : ça vaut zéro si c'est toujours le même vainqueur, et plus plus les trophées sont répartis entre des clubs avec peu de victoires chacun. Entre parenthèse je mets la distribution du nombre de trophées pour chaque club du pays.

    Sans plus attendre le classement :
    1. France 2,27 (7 5 5 5 5 4 4 1 1 1 1 1)
    2. Angleterre 1,93 (13 10 5 3 2 2 1 1 1 1 1)
    3. Italie 1,73 (15 9 7 2 2 2 1 1 1)
    4. Allemagne 1,72 (19 5 3 3 3 3 2 1 1)
    5. Belgique 1,57 (17 11 4 3 2 1 1 1)
    6. Espagne 1,46 (17 13 3 2 2 2 1)
    7. Pays-Bas 1,16 (17 17 3 2 1)
    8. Portugal 1,02 (22 13 4 1)

  • Julow le 20/05/2014 à 14h23
    Classieux.
    Enfin, je dis ça, je comprends pas bien ce qu'est l'entropie associée à des distrib avec nombre de vainqueur inégaux (question naïve : ça change quelque chose si tu mets autant de 0 derrière qu'il y a de clubs, sur 18 ou 20, n'ayant rien gagné ?). Je comprends pas bien ce qu'est cette entropie tout court, d'ailleurs. J'ai des questions de cave, si les réponses ne sont pas trop coûteuses :
    - c'est quoi la différence (les avantages) par rapport à un bête écart-type ?
    - t'as un lien pédago expliquant l'indicateur ? ("l'entropie de Shanon" sur wiki, c'est trop dur pour moi)

  • PiMP my Vahid le 20/05/2014 à 14h49
    J'ai fait ça en 2-2, du coup j'ai pas trop pris le temps d'expliquer.
    Cela dit j'aurais du mal à faire beaucoup mieux que Wikipedia dans la pédagogie. L'idée c'est juste que tu peux associer à chaque club une probabilité qu'il soit champion (simplement le pourcentage de saisons où il a été champion). Ca te donne donc une distribution de probabilité (la somme de toute les probabilités des clubs d'un même pays). L'entropie mesure l'incertitude à cette probabilité, ou si tu veux le degré de bordel. Ca vaut 0 si c'est toujours le même club qui gagne, 1 si 2 clubs se partagent les trophées en nombre égal (car tu peux coder le vainqueur sur 1 bit : 0 ou 1), 2 si ça se partage entre 4 équipes, etc. Je sais pas si ça t'avance plus ...
    Au passage les clubs sans trophée (donc proba = 0) n'influe pas le calcul de l'entropie donc on s'en fout du format de la compétition.
    Le bête écart-type ne marche pas parce qu'il donnerait 0 aussi bien pour un seul club ayant raflé tous les championnats que pour 40 clubs ayant gagné une seule fois.

    Au passage, j'ai rajouté 6 pays (Turquie, Grèce, Suisse, Ecosse, Autriche, Roumanie), la France reste loin devant l'Angleterre suivie de la Suisse (1.89 bits). L'Ecosse fait tout juste pire que le Portugal avec 1 bit tout rond, ce qui veut dire qu'il y autant d'incertitude dans le championnat écossais que dans le jeté d'une pièce de monnaie avec Celtic d'un côté, Rangers de l'autre.

  • PiMP my Vahid le 20/05/2014 à 14h52
    parenthèse incomplète : "(la somme de toute les probabilités des clubs d'un même pays vaut 1)", et coups et blessures involontaires sur la personne de l'orthographe française.

  • Julow le 20/05/2014 à 15h06
    Je crois que je pige,mais je suis pas sûr. Faut que je réfléchisse. Avec un seau d'eau. Peut-être que je reviens t'embêter demain si t'es encore là
    (pour l'écart-type, pas d'accord : disons qu'il y a 20 clubs sur 40 ans, la moyenne est de deux titres par clubs, si la distrib c'est vraiment 2 titres par club, alors e=0, si 1 club gagne 40, alors e=racine (76), sauf si j'ai vraiment mal vieilli)