Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Blanc 1998, le but en Nord

Un jour un but – Le 28 juin 1998, au stade Félix-Bollaert de Lens, Laurent Blanc libère la France en inscrivant un but en or qui met fin à un étouffant huitième de finale face au Paraguay.

Auteur : Richard Coudrais le 28 Juin 2018

 

 

Sur le côté droit, Robert Pirès fait valoir ses talents de dribbleur. Il contourne Caniza en entrant dans la surface de réparation et adresse un centre vers David Trézéguet. L’attaquant français, au point de penalty, s’élève et envoie le ballon de la tête dans la course de Laurent Blanc. Le libero français, seul face au gardien au niveau des six mètres, frappe du pied droit. Il parvient à tromper, enfin, l’impressionnant José Luis Chilavert.

 

 

L’or en blanc

On en est alors à la 113e minute de ce huitième de finale de la Coupe du monde 1998. Un match étouffant que l’équipe de France a en grande partie dominé, mais sans jamais parvenir à prendre en défaut le Paraguay. Il a donc fallu le premier but en or de l’histoire de la compétition pour voir les Bleus se qualifier pour les quarts de finale de leur Mondial.

 

 

Privé de Zinédine Zidane, qui purge son deuxième match de suspension après son carton rouge reçu contre l’Arabie Saoudite, Aimé Jacquet compose une équipe très offensive, avec un trio composé de Bernard Diomède, David Trézéguet et Thierry Henry. Youri Djorkaeff est placé en meneur de jeu, soutenu par Didier Deschamps et Emmanuel Petit. Derrière, on retrouve le cinq majeur de la défense française: Thuram, Blanc, Desailly et Lizarazu, qui protègent le gardien Fabien Barthez.

 

 

De but en blanc

Les joueurs français s’installent très vite dans le camp paraguayen et se procurent un grand nombre d’occasions. Trézéguet envoie une frappe enroulée qui frôle le poteau. Diomède frappe à son tour et met Chilavert à contribution. Djorkaeff tente sa chance de loin mais manque le cadre. Henry trompe le portier... mais voit le ballon s’écraser contre le poteau. Après la mi-temps, c’est Desailly qui y va de sa tête, laquelle est stoppée par Chilavert.

 

Le gardien paraguayen est dans un grand jour et sa réussite donne confiance à ses partenaires. Quelques contre-attaques sont rondement menées et les attaquants sud-américains se payent quelques occasions. Mais, dans l’ensemble, c’est la France qui domine. Thierry Henry, blessé après l’heure de jeu, est remplacé par Robert Pirès, puis Bernard Diomède cède sa place à Stéphane Guivarc’h. Rien à faire, la défense paraguayenne dresse une forteresse face à la cage de Chilavert et maintient le 0-0 jusqu’à la fin du temps réglementaire.

 

 

La lumière est venue...

Les prolongations sont disputées selon le principe du but en or: la première équipe qui marque l’emporte. Une règle mise en place lors de l’Euro 1996 et que beaucoup de joueurs critiquent, notamment Laurent Blanc. La France continue d’attaquer. Elle se procure de nombreuses occasions mais José Luis Chilavert semble de plus en plus grand et de plus en plus infranchissable. Et puis la lumière est venue de Laurent Blanc, dixit Thierry Gilardi. Depuis le début de la prolongation, le défenseur français reste aux avant-postes, au grand dam de son co-défenseur central Marcel Desailly, rouge de colère à force de devoir défendre tout seul.

 

Le but en or de Laurent Blanc est curieusement le premier d’une courte tradition tricolore. Deux ans plus tard, les Bleus de Roger Lemerre deviendront champions d’Europe en usant par deux fois de cette règle. Les Bleus remporteront également la Coupe des confédérations 2003 sur un but en or. La règle, jugée contraire à l’esprit, disparaîtra en 2004. Tandis que le gardien paraguayen José Luis Chilavert, assurément l’homme du match, s’en va relever un à un ses coéquipiers abattus, la France fête ses héros et se met à croire en son équipe. Encore faut-il passer l’Italie en quarts de finale.

 

 

 

Réactions

  • Ba Zenga le 28/06/2018 à 08h05
    Ah ce match et ce but... Quelle angoisse et quelle délivrance. Je pensais qu'on ne marquerait jamais! J'étais en transe après le but. Merci Richard pour ce très joli flashback.

  • Mallardeaufraiche le 28/06/2018 à 09h00
    Vu dans un bar de Bordeaux, place de la Victoire. Les bars étaient bondés et l'ambiance aussi lourde que sur le terrain. En prolongations, on entendait les mouches voler. Et puis sur le but, tout à valsé en l'air, bières, tables, chaises... Les quelques Croates de passage dans la rue ont même du avoir peut de cette marée humaine qui sortait des bars, chercher de l'air après cette victoire à l'arrache dans une atmosphère irrespirable.

  • Tonton Danijel le 28/06/2018 à 09h33
    Gilardi avait sûrement son lot de défauts, mais son émotion sur ce but et sa célèbre formule contrastait avec le froid "oui" de son consultant...

    Sinon, peut-être le match le plus stressant de cette épopée, tant on avait l'angoisse d'arriver aux tirs au but face à un tel gardien (j'étais plus serein face à l'Italie tant les Azzuris étaient poissards dans l'exercice à l'époque).

  • Japhet n connerie le 28/06/2018 à 09h45
    Ce but fait partie de ceux que je regarde de temps en temps quand j'ai un coup de mou footballistique avec le coup de boule de Boli en 93 contre le PSG, le but de Trezeguet en finale de l'Euro...

  • Kéruzorro le 28/06/2018 à 19h37
    Sur ce tournoi 98 c'estcelui marqué par l'équipe de France que je préfère.
    Celui que je préfère deux ans plus tard à l'euro, c'est l'égalisation de Wiltord.
    A ce moment là, on a compris que rien ne pouvait nous empêcher de prendre un second trophée consécutif !
    Merci pour cet article !