En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ballon d'Eau fraîche 14/15, les candidats : Claudio Beauvue et Franck Béria

Un Guingampais volant plein d'humilité, un Lillois chambreur, bon client et engagé: deux jolis candidats pour inaugurer les présentations.

Auteur : De Gaulle Volant et Christophe Kuchly le 4 Mai 2015

 

 

LE BUREAU DE VOTE

 

 

Beauvue, Prince de Bel Air

Comme les Zubar(s), Angloma, Sommeil ou Chimbonda, il a porté la tunique des Gwada Boys. À l’image de certains de ses glorieux aînés, Claudio pourrait bien un jour venir frapper à la porte de Clairefontaine. Car Claudio "Air" Beauvue (vingt-sept ans) est une valeur qui monte. Qui monte tard, mais vite et haut. Formé au FC Nantes, transité par l’ESTAC, La Berrichonne de Châteauroux et Bastia, le Guingampais présente une courbe de progression presque aussi atypique que son profil.

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 Beauvue

 

 

Il en devient difficile de trouver des comparaisons pertinentes. À Guingamp, beaucoup le comparent à Florent Malouda, ancien enfant chéri du Roudourou. Qualités sportives quasi similaires, avec notamment une belle polyvalence qui aide énormément le collectif, un sourire charmant, une grande disponibilité et une arrivée sur les bords du Trieux sur la pointe des crampons. Comme "Flo", il est l'antithèse de la star et fait l'unanimité au club. Le profil de Beauvue est de plus agrémenté d’un atout que Malouda n’avait pas: il règne dans le domaine aérien du haut de son... mètre soixante-quatorze. À cœur vaillant...

 

Son parcours et son état d'esprit sont à l’image de ceux de l’En Avant: un peu cahoteux, mais terriblement naturel et accessible. Il est devenu progressivement le principal leader d’attaque et le visage emblématique guingampais, comblant lumineusement le vide laissé par le départ de Mustapha Yatabaré dans un style très différent, tout en combinaisons et en mouvement. Tout a souri à Claudio, auteur d'une saison extraordinaire: maintien assuré en jouant; demi-finale de coupe de France; vingt-cinq buts au compteur toutes compétitions confondues, avec notamment une incroyable épopée européenne en guise de touche de fraîcheur ultime, pour faire fondre les coeurs des footeux de France.

 

Au plus fort de la hype qui l'entourait, Beauvue ne s'est jamais enflammé, n'a jamais oublié d'où il venait, ne s'est jamais détourné du collectif. "Ça fait plaisir, mais de là à se prendre la tête avec ça..., glissait-il alors qu'on lui suggérait un avenir en bleu, au coeur de l'hiver. Je suis sur une bonne série avec mon club, je marque beaucoup de buts, mais il ne faut pas s'enflammer. Tout de suite, un jeune qui flambe, même si je ne suis plus tout jeune, on commence à parler de l'équipe de France..." Comme quoi, régner sur les airs n'empêche pas de garder les pieds sur terre.

 

Point fort

Il est le visage souriant du miracle guingampais 2014-2015.

 

Point faible

Il fait tellement briller ses partenaires que Christophe Mandanne lui ferait presque de l’ombre.

 

Le slogan de campagne

Engagez-vous dans l'armée de l'Air Beauvue

 

 


Béria, le candidat complet

Début mars, il sort sur une civière. Sa saison se termine là, à Guingamp, sous les applaudissements du public breton. Personne ne se réjouit alors de la blessure de Franck Béria, taulier de Ligue 1 désormais âgé de trente-et-un ans et qui mène la belle carrière d’un joueur doué mais pas trop, professionnel réglo sur le terrain, conscient de ses qualités et de ses limites mais aussi de son rôle social.

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 Béria

 

 

Pour la presse, il est le bon client. Pas tant parce qu’il aime vanner hors caméra que parce qu’il s’arrête toujours, analyse les choses avec recul et une certaine aisance d’expression. Des qualités utiles pour cet étudiant en Master 2 en management du sport qui a fait ses premiers pas sur les terrains de l'élite en 2001. À l’époque, il est au FC Metz, qu’il a rejoint à l’adolescence après avoir débuté à l’INF Clairefontaine. Et c'est après une saison pleine en Ligue 2 et près de cent matches en lorraine qu'il rejoint Lille en 2007. Ce sera son deuxième et, pour l’instant, dernier club. "J’ai un rôle d’ancien, ce qui prime c’est le club, qui m’a tant donné, explique-t-il dans La Voix du Nord. J’ai connu beaucoup de choses. Tout le bonheur que j’ai pu connaître ici, à un certain moment donné, j’ai envie de le faire partager. Moi aussi j’ai été jeune. Je vais tout faire pour transmettre."

 

Joueur de club, il est aussi utile sur le terrain que dans le vestiaire, au sein duquel ce grand chambreur fait le lien entre les générations. "Mon rôle? Oui, plus leader, encadrer les plus jeunes, répond-il. Mon expérience, ce que Flo (Balmont) ou moi représentons, on est important pour le groupe, qu’on joue ou qu’on soit sur le banc." Trimballé à tous les postes de la défense depuis son arrivée – il lui est même arrivé de jouer à gauche, à droite puis dans l’axe en l’espace d’un mois –, il n’a jamais rien réclamé, même si cette instabilité l’a peut-être empêché de passer un cap supplémentaire et d’intégrer le groupe France. Pas de regrets, pas non plus de joie excessive quand les titres sont arrivés, Béria est avant tout content d’être là. Et s’il n’est plus au niveau.... "J’aime bien qu’on mérite les choses. Si demain je ne mérite pas ma place, je le saurai au fond de moi, et ça m’embêterait que quelqu’un d’autre en pâtisse."

 

C’est la notoriété apportée par son statut qu’il met au service d’associations: parrain d’ELA et de Stand’Hope, qui travaille avec des handicapés mentaux à Villeneuve-d’Ascq, il participe régulièrement à diverses actions humanitaires dans la région. Sans faire la tournée des plateaux ou se préoccuper de son image publique, simplement pour servir des bonnes causes. Un joueur loin des mauvais stéréotypes, attachant et sans casseroles, qui partira sans doute aussi discrètement des terrain qu’il y est arrivé.

 

Point fort

Près d’une décennie en Lorraine puis dans le Nord: si ça c’est pas l'amour du foot...

 

Point faible

Il est beaucoup moins médiatique que Rio Mavuba.

 

Le slogan de campagne

Béria bien qui rira le dernier

 

 

 

Réactions

  • l'angle Oma le 04/05/2015 à 12h20
    Ca fait plaisir de voir Franck Beria ici, le plombier comme il était appelé à l'époque Garcia. Toujours très lucide sur ses performances et celles de son équipe, c'est aussi quelqu'un de très "visible" et disponible dans le coin.

    Par contre, pas certain de ça : "même si cette instabilité l’a peut-être empêché de passer un cap supplémentaire et d’intégrer le groupe France". L'équipe de France c'est quand même une marche beaucoup trop haute pour lui même avec l'excuse "incessants changements de postes".

    Quand il ne sera plus sur le terrain, je regretterai sa spéciale : je suis mal embarqué car un adversaire me presse et je risque de perdre le ballon, alors je m'écroule tout en saisissant la balle dans mes bras pour que l'arbitre se sente obligé de siffler dans mon sens à 90%...Pas très eau fraîche, mais bon, on peut lui pardonner.

  • Hydresec le 04/05/2015 à 16h08
    "Tout a souri à Claudio, auteur d'une saison extraordinaire: maintien assuré en jouant; demi-finale de coupe de France; vingt-cinq buts au compteur toutes compétitions confondues, avec notamment une incroyable épopée européenne en guise de touche de fraîcheur ultime, pour faire fondre les coeurs des footeux de France."

    "extraordinaire, "incroyable", "ultime"...
    On dirait une réclame de TF1 pour un match de qualif' de l'équipe de France contre la Lituanie.

    Et sinon, rappelez-moi on vote pour un joueur ou pour un club ?

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.