En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ballon d'Eau fraîche 14/15, les candidats : Cheick Diabaté et Jérémy Morel

Le premier est un grand échalas terriblement attachant, le second s'en est pris plein la figure sans broncher et est passé dans 30 Millions d'Amis: bref, un sacré duo d'eau fraîche.

Auteur : Si vis pacem, para Bellion et Gilles Juan le 7 Mai 2015

 

 

LE BUREAU DE VOTE

 

 

Cheick Diabaté, grand corps malien

Exilé sur le sol, au milieu des huées, ses jambes de géant l'empêchent de jouer. L'histoire de Cheick Diabaté est celle d'un mec taillé pour mettre des coups, et qui aura passé le plus clair de son temps à en prendre.

 

Maladroit. Inélégant. Prétentieux. Les qualificatifs, injustes, lui collent à la peau comme la tunique marine et blanc enfilée pour la première fois avec la réserve (mais non, Cheick, on ne veut pas t’y renvoyer) en 2006, à son arrivée en France. Alors âgé de dix-huit ans, Cheick n'avait aucune envie de quitter son pays natal. "Je voulais jouer au foot, mais au Mali. Je me voyais passer ma vie à côté de mes parents parce que je me sentais en sécurité, se souvient-il dans L’Équipe. Des fois, ma mère me disait: ‘Tu crois que tu vas rester toute ta vie à côté de ta mère? Tu es un homme, un jour, il faudra partir.’ Quand elle me disait, ça je pleurais."

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 Diabate

 

 

Au décès de celle-ci, Cheick, encore adolescent, se laisse convaincre de tenter l’aventure européenne. Les Girondins l'essaient et adoptent immédiatement ce grand gamin qui ne parle pas encore français. L'acclimatation sera difficile et Diabaté n'ose pas – durant plus d'un an – lever la tête quand son coach, Patrick Battiston, lui parle. "Chez nous, quand on parle avec un aîné, il faut baisser les yeux, c'est une forme de respect." Tout près de laisser tomber, Diabaté travaille deux fois plus et s'accroche, au mental.

 

Deux ans avec les équipes de jeunes et la réserve, puis un prêt concluant à Ajaccio en Ligue 2 (quatorze buts), et l'attaquant toque à la porte de l'équipe première. Celle-ci reste fermée: on l'envoie à Nancy, c'est un échec. Alors il se met sur la pointe des pieds et rentre par la fenêtre. Prenant sans broncher les bribes de match qu'on lui offre, il finit par marquer avec les Girondins en 2011, faisant à peine taire les sifflets. Son style et son manque de réalisme lui valent raillerie de la part des journalistes (Julien Cazarre lui dédiera une chanson), des supporters adverses et, plus dur, de son propre public. “Ils sont très gentils avec moi, mais ils sont obligés de montrer lorsqu'ils ne sont pas contents, c'est normal”, confie-t-il. L’envol tardera encore un peu, mais il finira par arriver. Celui dont personne ne semblait vouloir offre la qualification pour l'Europa League à son club en plantant un doublé à Geoffroy-Guichard lors de la dernière journée. La légende est lancée.

 

Auteur notamment d'un doublé en finale de Coupe de France, l’attaquant enchaîne les banderilles comme il aligne les punchlines involontaires: "Je suis Cheick Diabaté, qui aime le football et prend du plaisir"; "Cheick Diabaté reste toujours costaud mentalement. C'est le football, c'est la vie, et voilà !"... Les médias méprennent encore et toujours son phrasé pour de l'arrogance: maîtrisant encore mal le Français, qui n’est pas sa langue maternelle, Cheick s’exprime à la troisième personne. Du Diabaté, ça ne se lit pas, ça s'écoute.

 

Ses interviews d'une candeur extrême ne peuvent laisser personne indifférent, au milieu de joueurs coachés pour débiter les mêmes platitudes sans jamais laisser paraître la moindre émotion. Cheick est une véritable bouffée d'air frais, un "attachant de pointe" timide, touchant, honnête. Quelques jours après la polémique Sagnol sur les joueurs africains, Diabaté marque, et vient immédiatement prendre dans ses bras son entraîneur, ému aux larmes. On aurait pu taxer n'importe quel autre joueur de démagogie. Pas lui.

 

Au delà de ce coeur tendre, "Cheick Diabaté n'est pas un buteur, c'est un guerrier". Handicapé par les blessures, Diabaté joue sous infiltrations, ou sur une jambe, notamment pour aider son pays à se qualifier pour la CAN ("J'aime trop le Mali pour penser aux douleurs"). Allé jusqu'au bout de lui-même, il finit par se faire opérer en janvier, lorsque son corps n'en peut définitivement plus. L'homme manque presque autant aux supporters girondins que le joueur, qui reste meilleur buteur de l'équipe malgré quatre mois d'absence. Après neuf années (déjà!) en Gironde, l'ombre de l'Albatros a effacé celle de l'Aigle des Açores.

 

Point fort

Sa candidature réunit les amoureux des Ballons de Plomb et d'Eau Fraîche.

 

Point faible

Isolées et hors contexte, ses déclarations ressemblent à du Yohan Mollo.

 

Le slogan de campagne

De l'eau fraîche, Cheick en boit!

 

 


Morel est hardi

Jérémy Morel a tout gagné avec l’OM. C’est-à-dire que tout ce qu’il a gagné, c’est avec l’OM. Au Trophée des champions et à la Coupe de la Ligue pourrait maintenant s’ajouter un Ballon d’Eau Fraîche, qu’il sera allé chercher avec le même panache que le soir du 5 avril, lorsqu’il parvint à se défaire du marquage d’Ibrahimovic (qui lui rend quand même vingt-trois centimètres), s’arracha pour tacler victorieusement le centre dévié de Pastore et trompa un Mandanda cloué sur place, ce qui sans doute est un pléonasme (“cloué sur place”, pas “Mandanda cloué”).

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 Morel

 

 

Il n’aime surement pas qu’on lui rappelle ce but et il a raison. On le mentionne pourtant car ce csc incarne ce qui a changé cette saison pour Jérémy Morel. L’an dernier, il aurait été moqué, contesté, désavoué, mais cette année c’est le sentiment d’injustice qui a prédominé, car sa saison est pleine, et ce but est entré en contradiction avec elle: efforts généreux, sens du placement, interventions conquérantes ont récompensé semaine après semaine un travail consciencieux et un état d’esprit irréprochable.

 

La nomination de l’ancien latéral est le point d’orgue d’une année placée sous le signe de la revanche. Mais sans animosité, sans arrogance, sans amertume. Face aux éloges ou aux critiques, il reste le même et parle travail, esprit d’équipe, investissement, balade dans la nature. Avec ses trois Terre-Neuve, forcément, devenus des célébrités depuis leur passage dans 30 Millions d’Amis. C’est d’ailleurs une sacrée référence dans un CV d’eau fraîche par ailleurs bien garni. À son crédit, par exemple, mesure et lucidité, notamment envers l’arbitre, après le choc Marseille-Lyon qui avait fait perdre leurs nerfs à certains Olympiens.

 

Régulièrement, Jérémy remercie les supporters, félicite les partenaires, n’oublie pas de soutenir le club de Lorient où il débuta en benjamin et joua neuf ans en pro. Il use mais n’abuse pas des réseaux sociaux, intégrant habilement, pour le fond, quelques nouvelles personnelles et quelques preuves de dérision au milieu de ses commentaires des matches, et distribuant, pour la forme, un nombre parfaitement mesuré de smileys, de points d’exclamation et de suspension. Il faut voter pour lui, maintenant que son jeu est aussi juste que son ton.

 

Point fort

L'eau fraîche, c'est parfait dans le pastis.

 

Point faible

Son entraîneur est encore plus eau fraîche que lui.

 

Le slogan de campagne

C'est bon pour le Morel.

 

 

 

Réactions

  • Jean Christophe Tout vénal le 07/05/2015 à 08h54
    Cheikh, Cheikh, your Booty !

  • et alors le 07/05/2015 à 09h14
    C'est dommage d'écrire correctement CheiCK Diabaté partout, et CheiKH dans le titre de l'article. En tout cas il aura ma voix, c'est le candidat le plus touchant.

  • kelly le 07/05/2015 à 09h50
    Cheick 4 przdnt !

  • Mallardeaufraiche le 07/05/2015 à 10h14
    Votez Cheick Déboîté !

  • Tonton Danijel le 07/05/2015 à 13h31
    Houla, je voyais Danzé favori, mais c'était oublié la solide candidature du Cheick, un mec que j'ai toujours trouvé attachant malgré ses maladresse ( lien) et autant dire avant que Pascal ne la fasse qu'il m'a charmé, l'Cheick.

    Et puis, c'est une certaine continuité avec Moussa Maazou, j'espère juste que contrairement à son illustre prédécesseur il ne tuera pas les éditions suivantes du scrutin.

  • Paul de Gascogne le 07/05/2015 à 14h56
    Petite anecdote concernant Diabaté. Je l'ai peut-être déjà narrée ici. Il y a deux ou trois ans, alors que sa carrière decollait il cherchait une nouvelle maison où habiter (jusque là il vivait dans un appart assez miteux). Ayant du mal avec les formalités administratives et la langue française en général il demande l'appui du club. Lequel mandate un intermédiaire spécialisé (mon pote) qui part à la rencontre du joueur pour connaitre ses prétentions. "une maison, 4 chambres minimum, en location, et pas plus de 1000€ par mois".

    Autant vous dire que ça a été galère de trouver une seule maison candidate, mais pour Diabaté c'était hors de question de mettre plus. Au final il arrive à trouver une maison, assez médiocre d'apparence et surtout située à moins de 20m de la rocade, un bordel de tous les diables. Diabaté l'a prise direct. Quand mon pote lui a demandés'il était sûr que le bruit ne le dérangerait pas il lui a répondu "chez moi, le silence était signe de danger. Le bruit était la norme, ça nous rassurait".

  • Sens de la dérision le 07/05/2015 à 15h06
    Voilà le type d'anecdote que j'attends d'un postulant au Ballon d'Eau Fraîche (je rajoute Diabaté à ma short list).

  • Mama, Rama & Papa Yade le 07/05/2015 à 20h10
    Soyez fun, voter Diabaté c'est pas ludique. Nous aussi on peut vous sortir la Ford Fiesta de Souleymane Camara. Sinon, on peut vraiment pas voter Omar Daf?

  • Rolfes Reus le 08/05/2015 à 02h42
    Contrairement à mon confrère ci-dessus, j'aurais presque envie de voter Diabaté après ce sympathique portrait (même si je ne l'avais pas attendu pour noter quelques unes de ces déclarations rigolotes et touchantes). Presque, parce que j'ai encore ce truc-là en travers de la gorge : lien.

    Morel, très admiratif de sa "rédemption" après avoir été la risée de pas mal de monde, mais je ne connais pas assez sa personnalité pour en avoir une opinion bonne ou mauvaise. Ce qui est en soi reposant pour un joueur de l'OM, après des Gignac, Amalfitano et autres Thauvin.

  • Mallardeaufraiche le 08/05/2015 à 05h46
    Mama, Rama & Papa Yade, sauf que Souleymane Diawara il n'a pas besoin du ballon d'eau fraîche, il y est... au ballon !