Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Leçon 6 : titres et légendes

Après l'organisation de nombreux séminaires dans le monde entier, l'Académie de journalisme sportif des Cahiers du football est de retour avec une leçon sur un des fondamentaux du métier: l'écriture des titres et des légendes.
Auteur : Le journalisme sportif en 12 leçons le 22 Jan 2002

 

Fiche technique de la leçon
Niveau : facile.
Thème : titres et légendes.
Branche : presse écrite.

Introduction
Si elle existait, l’option "Niveau de lecture pour la presse sportive" serait sans doute la plus prisée par les étudiants des écoles de journalisme: et pour cause, ce serait celle où l'on apprendrait qu’il n’est besoin ni d’être original, ni d’être informatif pour titrer un article ou légender les photos. C'est une des raisons pour lesquelles cette fonction revient au secrétaire ou au responsable de rédaction. Si vous avez quelque ambition, soyez donc particulièrement attentifs et n'hésitez pas à multiplier les exercices du type de ceux que nous proposons en fin de leçon.


ÉTAPE 1 : TROUVER UN TITRE

Le jeu de mots

Le jeu de mots est consubstantiel de la presse elle-même et prend racine dans ses origines pamphlétaires. Il a cependant été proscrit dans certains médias, pour différentes raisons: sens du sérieux au Monde, absence totale de sens de l'humour au Figaro. Dans la presse sportive, c'est soit le calembour basique qui l'emporte, soit le calembour officiel employé de manière systématique (notons aussi le calembour consternant, type Cahiers du football).

Même sans assistance informatique, il est très simple de trouver un jeu de mots pour un article parlant de football. Dans la majeure partie des cas, le papier en question relate le déroulement d’un match. Qui dit "match", dit "équipe", et qui dit "équipe" dit "ville". Le premier des réflexes consiste donc à réaliser un jeu de mot basique à partir de la particularité géographique de chaque club.

Exemple 1 : "Ça se corse pour Bastia"
Note : ce jeu de mot peut être utilisé dans un sens comme dans l’autre (Ex: "Addition corsée pour l’OM")
Exemple 3 : "Brest reste en rade".
Note : cette formule très usitée jusqu'au début des années 90 a quasiment disparu depuis, du fait que Brest est vraiment resté en rade.
Exemple 2 : "Lens, un leader en Nord", convient également pour "Lille, un leader en Nord".
Note : Ce dernier titre fonctionne moins bien avec Valenciennes et Dunkerque.

Le jeu de mot peut également être décliné avec des variantes plus ou moins subtiles issues des noms des clubs.

Exemple 1 : "Pari gagné pour le PSG"
Exemple 2 : "Lyon sort ses griffes"
Note : la métaphore du "lion" est aussi utilisable pour Sochaux, dont c’est l’emblème. Il faut donc éviter ce jeu de mot pour les matchs opposant ces deux clubs, des confusions pouvant en résulter.
Exemple 3 : "Pouliquen emprunte Lorient express"

Les noms de joueurs peuvent aussi faire l’objet de détournements divers, même si le bon journaliste évitera de systématiser ce procédé au regard de la susceptibilité quelque peu exacerbée des joueurs professionnels: n’oubliez pas qu’il est possible que vous en rencontriez certains dans le futur pour une éventuelle interview.

titrecorse.jpg
Certaines rédactions utilisent des générateurs automatiques de titres. Quand elles appartiennent au même groupe de presse, il arrive qu'elles partagent leurs ressources. (L'Equipe du 17/01/02 et France Football du 18/01/02)


L’adjectif qualificatif

Outre les jeux de mots, un titre facile peut également résulter de l’emploi d’un adjectif qualificatif. Ce type de pratique convient en particulier pour les "unes" de journaux les lendemains d’exploit. Des mots comme "Fantastique" ainsi que l’ensemble de ses synonymes et termes plus ou moins proches ("Exceptionnel", "Grandiose", etc.) peuvent être utilisés. Eventuellement, un point d’exclamation peut être utile pour insister sur le caractère rarissime de la prouesse, mais celui-ci n’est pas indispensable.

Pour les exemples, voir les exercices pratiques en fin de leçon.


L’astuce

Les exploits sportifs n’étant pas particulièrement fréquents dans une saison sportive (tout au plus un ou deux par an), il est possible de réutiliser certains vieux adjectifs ayant servi il y a quelques années (pour l’épopée des Bleus en 84 ou les victoires marseillaises du début des années 90 par exemple). Il est également pratique de les employer dans les surtitres et autres chapeaux des articles.

Exemple 1 : "Déchaînés, les Parisiens ont écrasé les Roumains du Steaua Bucarest grâce à l’efficacité d’un Rai phénoménal" (L’Equipe).
Exemple 2 : "Extraordinaire depuis le début de la Coupe du Monde, Lilian Thuram, a, hier, été le sauveur des Bleus" (L’Equipe).

Une variante de l’adjectif qualificatif est le nom commun, simplement précédé de son pronom défini. Cette technique est utile pour titrer une performance de moindre envergure que la précédente, mais qui mérite tout de même d’être soulignée à sa juste valeur.

Exemple 1 : "La consécration" (victoire du PSG en Coupe des Coupes: L’Equipe, jeudi 9 mai 1996).
Exemple 2: "La délivrance" (victoire de la France contre le Paraguay en Coupe du Monde : L’Equipe, lundi 29 juin 1998).



ETAPE 2 : RÉDIGER UNE LÉGENDE
Accompagner une photo d’une légende, c’est bien. Mais attention : il ne faut pas trop donner d’information dans cette dernière, faute de quoi le lecteur pourrait ne pas lire votre article en entier. Il faut donc éviter les statistiques pertinentes et autres indications d’ordre technique ou tactique. Dans une bonne légende de photo sportive, le journaliste se contente donc de décrire l’image qu’il voit et de trouver un parallèle avec le match pendant laquelle elle a été prise, sur la base du résultat de la partie.

Exemple 1 : "Djibril Cissé s’élève plus haut que la défense marseillaise. Hier soir, c’est l’ensemble de l’équipe auxerroise qui a dominé de la tête et des épaules".
Exemple
2 : "Vikash Dhorasoo grimace: les Girondins ont eu le plus grand mal à se défaire de leur adversaire rennais".

L’Astuce

Il arrive parfois que la série de clichés pris par le photographe ne correspondent pas parfaitement au déroulement du match. Il arrive également que le résultat du match ne soit pas totalement le reflet de la physionomie de la rencontre. Ces cas complexes ne permettent pas d’établir un parallèle entre l’image et le résultat du match. Ce n’est pas grave. L’astuce consiste à s’arranger un peu avec ce qui a pu se passer sur le terrain en misant sur le fait que le lecteur ne lira que la légende, ou en espérant qu’il sera suffisamment distrait pour ne pas s’apercevoir de la supercherie.

Exemple
: légende d’une photo illustrant la laborieuse victoire de Nantes contre Guingamp le samedi 12 janvier 2002: "Frédéric Da Rocha virevolte devant Claude Michel" (L’Equipe : dimanche 13 janvier 2002).



EXERCICE PRATIQUE N°1 : les titres

Associer à chacun de ces événements le titre qui lui a été donné :

exercice1.jpg
1. Bordeaux-Milan AC (3-0), quarts de finale de Coupe de l’UEFA (L’Equipe, mercredi 20 mars 1996).
2. PSG-Steaua Bucarest (5-0), tour préliminaire de la Ligue des champions (L’Equipe, jeudi 28 août 1997).
3. France-Italie (2-1), finale du Championnat d’Europe des Nations (L’Equipe, lundi 3 juillet 2000).



EXERCICE PRATIQUE N°2 : les légendes

Pour chacune de ces photos, rédiger la légende appropriée, en n’omettant ni de bien décrire l’image, ni de faire un parallèle avec le déroulement du match.

exercice2.jpg

A. Rennes-PSG, championnat de France (L’Equipe, dimanche 13 janvier 2002).
B.
Bordeaux-OM, championnat de France (L’Equipe, samedi 30 janvier 1999).



CORRECTION DES EXERCICES

Exercice 1 : les titres
A. : 2.
B. : 3.
C. : 1.

Exercice 2 : les légendes

A. "Le Roux vient tacler dans les pieds de Déhu tandis que Pochettino surveille la situation. Rennes s’est créé de nombreuses occasions mais le réalisme, hier, était parisien".
B. "Cerné par Micoud, Pavon, Afanou et Alicarte, Domoraud semble complètement perdu dans le piège girondin".

—————————————————————
Le journalisme sportif en 12 leçons
Leçon 1 : les transferts
Leçon 2 : recopier la dépêche AFP
Leçon 3 : l'interview minée
Leçons 4&5 : l'autopromotion et l'éloge du patron
Leçon 6 : titres et légendes
Leçon 7 : pomper les articles des Cahiers
Leçon 8 : interviewer un footballeur
Leçon 9 : le consultant télé

Réactions

  • GMAN le 22/01/2002 à 17h45
    Légendes:

    A. Déhu fait une démonstration de sirtaki à Le Roux, et le PSG une démonstration de réalisme.

    B. Domoraud élimine d'une superbe feinte 4 bordelais: une maigre consolation pour les 4 fois où la défense marseillaise a été feintée.

    J'ai bon ?

  • alain theRoc le 22/01/2002 à 18h03
    Pas mal GMAN.

    A moi

    Option 1 : imaginons la légende si Rennes et Marseille avait gagné..

    A : Frédéric Dehu, incrédule, regarde le ballon filer suite au tacle surpuissant de Le Roux. Le combat était inutile, Rennes était trop fort.

    B : Les bordelais n'ont rien pu faire hier face à la technique en mouvement stupéfiante de Cyril Domoraud. Afanou à terre, Micoud qui bascule, Pavon et Alicarte immobiles : c'est toute l'équipe bordelaise, hier, qui a subi face à la perle noire marseillaise.

    Option 2 : imaginons le légende la plus ridicule

    A : Christophe Le Roux est extrêmement bien placé pour apprécier la série d'entrechats dont Frédéric Dehu a gratifié le public du stade de Lorient à la 76e minute de l'opéra intitulé "Les bucherons en Bretagne"

    B : A la stupeur générale, Afanou décide en début de 2e mi-temps de rejoindre le camps marseillais suite au refus de Dugarry de lui prêter son serre-tête dans les vestiaires. On le voit ici tacler le ballon dans les pieds de Johan Micoud, à l'aide de son coéquipier d'un soir, Cyril Domoraud. Alicarte et Pavon sont restés neutres.

  • alain theRoc le 22/01/2002 à 18h16
    ok ok désolé pour l'orthographe, il est 1h du matin..

  • medifel le 22/01/2002 à 19h54
    JE VOUS RETOUVE ENFIN EN PLEINE FORME.

    A moi donc la tentative de légende ridicule.

    A : Ayant réussi a reveiller Le Roux de sa sieste en executant un double contact aero-zidanien au dessus du breton, Frederic Dehu decida de fêter ce geste technique de grande classe en imitant Pauleta.

    B : Aggacé de ne pouvoir toucher le ballon lors d'une partie de ballon prisonnier, Cyrille Domaureau s'attaque avec une violence inouïe au stratège bordelais. Kodjo Afanou tentera de sauver son amis, mais c'est déjà peine perdue.

  • MerciLilian:-)) le 23/01/2002 à 02h21

    Et puis tant qu'ils seront les plus beaux, les plus forts et que Zidane y jouera, on va en bouffer du:

    "Le Real a le beau Raul" etc.

  • papa cammayo le 23/01/2002 à 03h26
    1) Déhu a beau jeu d’imiter Kate Winsley. Hier, tandis que Leonardo Di Ruello sombrait, à l’image d’un Le Roux en perdition, Paris fut sauvé des eaux.


    2) L ‘un croche-patte, l’autre récupère la balle tandis que leurs deux copains veillent à ce que personne n’approche de la scène. Hier, c’est le jeu collectif des girondins qui a fait la différence.


    J’espère que j’aurais au moins la moyenne …

  • MerciLilian:-)) le 23/01/2002 à 04h00

    Le titre "ENORME!" a été utilisé au lendemain de la victoire en demi-finale (CM rugby) sur les All-Blacks.

  • piem le 23/01/2002 à 05h11
    Jeux de mots réccurents sur Nantes selon les saisons :

    Les canaris sont cuits.

    Les canaris chantent.

    Suggestions de mauvais jeux de mots :

    Pour cette année :

    Les canaris déchantent.

    Les canarient jaunes.

    Les canaris dicules.

    Pour une bonne saison :

    Les canaris tocrates.

    Les canaris vres de bohneur.

    Les canaris ches en points.


    Ets...

  • harvest le 23/01/2002 à 07h00
    Bizzare que les CdF puissent utiliser le logo de l'Equipe en toute impunité :-)
    Moi j'en dit rien , mais c'est curieux quand même.
    Attention ,je n'insinue pas que des séides du journal cité seraient à l'origine de ce site ou l'auraient infiltré après coup.
    Tant qu'on voit pas le logo de vivendi , je m'en fous.

  • MerciLilian:-)) le 23/01/2002 à 07h10

    Harvest, connais-tu la législation en vigueur dans ce domaine?
    Lorsque l'on fait une revue de presse, on a le droit de citer les journaux, non?

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.