Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

6% Foot

Étude: en pleine Coupe du monde, une infime partie de Téléfoot a été consacrée au jeu. À croire que le Mondial est fini... ou que les télés aiment de moins en moins le football.

Auteur : Jérôme Latta le 6 Juil 2010

 

 

Dimanche 4 juillet, au lendemain de quarts de finales spectaculaires ou dramatiques, Téléfoot a consacré deux minutes trente à Argentine-Allemagne et trois minutes quinze aux trois autres matches, expédiés dans un "best of de la Coupe du monde". On n'atteint donc pas les six minutes de football, sur une émission de trois quarts d'heure de temps effectif (déduction faite des deux interruptions publicitaires).

 

Six minutes de football? Même pas: sur ce total, on ne compte que deux minutes trente-cinq d'images de jeu, le reste consistant en scènes de célébrations de but, plans sur l'entraîneur ou les tribunes, déclarations d'après-match et autres interviewes de journalistes... Soit moins de 6% de football.

Salut 

telefoot_minutes.jpg

Le reste? Un sujet sur Thierry Henry, "Une star à New York?", deux minutes quarante. Trois minutes trente d'interview de Didier Deschamps. Et puis un morceau de bravoure: douze minutes sur "Le foot français dans la tourmente". En résumé: le 8.298e reportage en dix ans sur Thierry Henry, un repli stratégique sur le club national phare (l'OM reprend, les affaires aussi), et des efforts un peu désespérés pour étirer indéfiniment les polémiques sur l'équipe de France et la Fédération.


Le solde, c'est-à-dire environ vingt-et-une minutes et près de la moitié de l'émission, correspond aux interventions des personnes présentes en plateau ou en duplex: d'interminables échanges de vue entre gens généralement d'accord: Bixente Lizarazu, Franck Lebœuf et Robert Pires – aréopage estampillé "France 98" et interrogé par Denis Brogniart. Comme pour mieux signifier que le spectacle vivant n'est décidément pas la priorité, ce sont d'anciens footballeurs qui trustent l'image et le son.

 

Conclusion : alors que se déroule le principal événement du football mondial, Téléfoot donne l'impression d'avoir déjà quitté l'Afrique du Sud. Une Coupe du monde sans équipe de France ni starlettes internationales prématurément éliminées, ça n'intéresse plus TF1. Avec Canal Footbal Club, son émission dominicale de variétés aussi audacieuse que Vivement Dimanche, Canal+ avait déjà inventé l'émission de football sans football.

 

La Une peaufine le concept et confirme que des chaînes disposant pourtant des droits sur les images des compétitions préfèrent se soumettre au standard indépassable des programmes sportifs: le talk-show durant lequel des experts patentés vont s'écouter parler et aligner les opinions sans jamais que cela "fasse débat", au propre comme au figuré.



telefoot_minutes2.jpg

Réactions

  • Il m'harcèle de saillies le 06/07/2010 à 14h59
    Jean-Luc Skywalker
    mardi 6 juillet 2010 - 11h04
    Gros changement aussi, avant, je regardais jdf sans connaître les résultats des matchs, et on pouvait de temps en temps déceler en fonction du ton du commentateur comment les choses allaient tourner.

    Oh putain... mon jeu préféré !

  • Pascal Amateur le 06/07/2010 à 15h18
    "Daniel Moreira tire une nouvelle fois, mais ça passe encore à côté. Il ne reste alors plus que huit minutes à jouer. Et c'est alors que Tony Vairelles finit son échauffement sur le bord du terrain. Beaucoup d'inquiétude autour de son genou gauche, mais il a insisté pour entrer en jeu."

  • Jean-Luc Skywalker le 06/07/2010 à 15h26
    "En cette fin de match, les Parisiens se jettent vers l'avant mais les effets du match de coupe d'Europe commencent à se faire sentir et la défense montpellierraine est bien en place"

  • Pascal Amateur le 06/07/2010 à 16h49
    Jean-Luc Skywalker
    mardi 6 juillet 2010 - 15h26
    "En cette fin de match, les Parisiens se jettent vers l'avant mais les effets du match de coupe d'Europe commencent à se faire sentir et la défense montpellierraine est bien en place"...

    ... d'autant qu'au cours de la semaine, la contre-attaque a été très travaillée à l'entraînement."

  • Mykland le 06/07/2010 à 18h04
    Pascal Amateur
    mardi 6 juillet 2010 - 16h49
    Jean-Luc Skywalker
    mardi 6 juillet 2010 - 15h26
    "En cette fin de match, les Parisiens se jettent vers l'avant mais les effets du match de coupe d'Europe commencent à se faire sentir et la défense montpellierraine est bien en place"...

    ... d'autant qu'au cours de la semaine, la contre-attaque a été très travaillée à l'entraînement."

    "Sur une énième montée rageuse, Sylvain Armand perd le ballon au profit d'Aït Fana qui s'engouffre dans le trou béant laissé par l'arrière gauche parisien. Son accélération laisse sur place le pourtant vigilant Sammy Traoré..."

  • Pascal Amateur le 06/07/2010 à 18h21
    "Et là, on se dit, non, de cet angle, Emil Kostadinov ne pourra jamais marquer."

  • Di Meco le 06/07/2010 à 19h47
    Jean-Luc Skywalker
    mardi 6 juillet 2010 - 15h26

    Ou plus simplement : "Les joueurs du PSG entrent sur le terrain, déterminés"

  • Pascal Amateur le 06/07/2010 à 20h19
    "Grenoble n'a pas remporté un seul match cette saison. Alors, quand on reçoit un ténor comme Toulouse, on se dit : non, cette spirale négative ne peut pas se poursuivre indéfiniment."

La revue des Cahiers du football