Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Touré 1983, sensuel et sans suite

Un jour, un but – Il y a trente ans, José Touré s’envole au-dessus du commun des footballeurs et capture le ballon de la finale de la Coupe de France pour inscrire un but inoubliable.

Auteur : Richard Coudrais le 13 Juin 2013

 


José Touré tente un petit pont sur Dominique Bathenay, mais le capitaine parisien a bien vu le coup et repousse d’un tacle assuré. Le ballon flotte sur la pelouse avant d’être récupéré par Seth Adonkor. À trente mètres de la cage parisienne, le natif d’Accra a le choix. Au milieu des défenseurs du PSG, trois coéquipiers devant lui dressent une ligne aux abords des seize mètres: Loïc Amisse, complètement sur la gauche, Vahid Halilhodži? sur l’arc de cercle et, intercalé entre les deux, José Touré.
 


Plein les yeux

Cela fait quarante minutes que cette soixante-sixième finale de la Coupe de France nous en met plein les yeux. Les joueurs du Paris Saint Germain, tenants du trophée, et ceux du FC Nantes, tout récents champions de France, sont portés ce soir-là par une envie toute simple, celle de jouer au foot. Les deux équipes ont lancé le match sans attendre. D’entrée, sur un coup franc lointain, Pascal Zaremba a envoyé une frappe de mule dans la cage de Jean-Paul Bertrand-Demanes. Paris a ouvert le score, mais Nantes, à peine ébranlé, s’est mis à faire circuler le ballon et à réciter ses gammes: jeu en mouvement, circulation de balle, quadrillage du terrain, les Nantais se sont emparés du match et c’est presqu’en toute logique que Bruno Baronchelli, bien lancé par William Ayache, s’est échappé pour aller mystifier Dominique Baratelli d’un petit lob… à la Giresse.
 

 



 

Le match est d’une extraordinaire qualité. Les actions se succèdent pour le plaisir des yeux. On voit José Touré tenter un retourné spectaculaire sur un centre de Bossis. Michel N’Gom inscrire un but que l’arbitre refuse pour un contrôle du bras. Dominique Baratelli s’offrir un vertigineux plongeon aérien sur un centre d’Adonkor. Avec le recul, tout semble avoir été préparé pour le chef-d’œuvre à venir.
 


Brésilien

40e minute : Adonkor choisit d’alerter José Touré, et lui envoie un ballon aérien. En suivant ce ballon des yeux, Touré entre dans la surface, légèrement décalé sur la gauche. Il est suivi par deux défenseurs parisiens, Tanasi l’arrière droit et Lemoult l’arrière gauche. Le Nantais s’envole, ouvre les bras et accueille le ballon sur sa poitrine – il dit souvent que c’est son geste préféré. Revenu au sol, il ne laisse pas rebondir le ballon. Il le maintient en l’air d’un petit contrôle, puis lui fait décrire un arc de cercle au dessus le lui-même, échappant ainsi à ses deux adversaires tout en s’ouvrant la voie du but. Et sans attendre, Touré frappe le ballon de volée du pied gauche. Il est un peu excentré, mais il frappe juste. Le ballon passe à quelques centimètres du pied d’un Dominique Baratelli désarticulé et s’en va finir sa sublime trajectoire dans le petit filet.
 

C’est une explosion de plaisir qui secoue le Parc des Princes. Le public applaudit à tout rompre cet enchaînement d’une audace folle. Le banc de touche nantais s’émoustille tandis que le parisien reste béat. Les journalistes cherchent le superlatif qui correspond le mieux à cette arabesque. À la télé, les ralentis défilent, et le commentateur ordonne: "Messieurs, des buts comme ça, on en redemande!"



Sans suite

Un mois plus tôt, le Nantais avait déjà régalé le stade parisien lors de sa première sélection en équipe de France, où il ponctua d’un but de félin une victoire éclatante des Bleus face à la Yougoslavie (4-0). Pour son élégance et son aisance technique, associées à sa peau mate et au maillot jaune de son club, José Touré est fréquemment surnommé le Brésilien. La presse ne résiste pas au plaisir de l’imaginer évoluant aux cotés des Socrates, Zico et Falcao, inoubliables magiciens du récent Mondial espagnol. Des chroniqueurs plus zélés se félicitent de ces touches de couleurs qui illuminent le sport français: Yannick Noah vient de remporter Roland-Garros, Serge Blanco mène le jeu du Quinze de France, et Touré, donc, annonce l’avenir du foot français.
 

La carrière du Brésilien ne tiendra malheureusement pas toutes ses promesses. José Touré illuminera bien quelques saisons encore les pelouses de l’Hexagone, mais une grave blessure en 1986 accompagnée de différents problèmes d’ordre personnel le rangeront à la marge. José Touré fait désormais partie, avec Jean-Marc Ferreri, Philippe Vercruysse ou Daniel Bravo, de la génération qui devait poursuivre la voie tracée par celle de Platini et Rocheteau, mais dont le talent a volé en éclat face aux turpitudes du foot-business des années 1980.
 

La suite de la finale de la Coupe de France 1983 n’appartient quant à elle plus au FC Nantes. L’équipe de Jean-Claude Suaudeau s’est laissée griser par son propre jeu, sans s’apercevoir en deuxième période que son adversaire reprenait le dessus. Le Paris Saint Germain inscrira deux buts et remportera la finale (3-2), l’une des plus belles de l’histoire.
 

 

 

Réactions

  • José-Mickaël le 13/06/2013 à 01h04
    Ah, Touré ! Toute mon enfance...

    J'ai le souvenir d'un but encore plus beau vu à Téléfoot (match de championnat). Je crois qu'il jouait alors à Monaco, donc trois ou quatre ans plus tard. Il déborde sur la gauche, puis s'avance vers le but en longeant la ligne de corner. Tout le monde s'attend à ce qu'il centre. Non : il lobe le gardien ! Ça m'a épaté parce que c'était à la fois inattendu (personne ne fait ça) et évident (de sa position, le lob est tout simple). D'ailleurs c'est un geste que je m'étais amusé à reproduire...

    Mais je ne me souviens plus c'était contre qui, et quand. Ça vous dit quelque chose ?

  • Tonton Danijel le 13/06/2013 à 10h11
    Et dire que je n'ai pas pu voir ce but parce qu'une gamine a débranché mon antenne...

  • Ba Zenga le 13/06/2013 à 10h12
    Tonton, c'est toi le mec dans Amélie Poulain alors?

    Merci pour l'article, j'adore cette série en général et ce but en particulier.

  • Kikifaitlatouche le 13/06/2013 à 12h28
    Et quand tu vois la passe d'Adonkor, franchement sublime!!!

    Quel joueur c'était celui-là!!!

  • lyes le 13/06/2013 à 15h05
    Merci pour la pudeur des "problèmes personnels" en parlant de la fin de sa carrière, on reste mieux concentré sur ce but magique et ce talent pas encore gâché.

  • Tecumseh le 13/06/2013 à 17h49
    Pas tout à fait sans suite; il fait le doublé et une demi finale de Coupe d'Europe avec les Girondins en 1987. Il marque d'ailleurs d'un superbe lob le troisième but de la victoire de Bordeaux contre Marseille en championnat.