Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La Zambie, une victoire sur le destin

L\'outsider l\'a emporté sur la Côte-d\'Ivoire en finale... L’histoire était trop belle pour que cette 28e CAN se passe d’un épilogue aussi inattendu qu’émouvant.

Auteur : Richard N. le 13 Fev 2012

 

Il était écrit que cette vingt-huitième Coupe d’Afrique des Nations ne serait pas remportée par un favori. Déjà, l’Egypte, triple tenante du titre, n’avait même pas pu se qualifier pour le tournoi, tout comme les géants que sont le Cameroun et le Nigeria. En phase de poule ensuite, le Sénégal et le Maroc ont fait les frais du bouleversement hiérarchique, laissant au bout du compte aux seuls Ghana et Côte-d’Ivoire le soin de porter la lourde étiquette de favori.


Le drame de 1993

La situation d’ouverture a bien sûr donné des ambitions aux seconds couteaux, parmi lesquels les deux équipes hôtes du tournoi, le Gabon et la Guinée Équatoriale. Mais en dépit d’un début de parcours enthousiasmant, toutes deux virent leur chemin brutalement stoppé dès les quarts de finale. Leur équipe éliminée, les hôtes gabonais n’ont pas longtemps hésité à se choisir un nouveau favori: la Zambie.

 

Car à Libreville, nul n’a oublié le drame qui endeuilla, le 27 avril 1993, le football africain. Ce jour-là, l’AF-319 qui transportait l’équipe de Zambie vers le Sénégal s’abîma en mer au large des cotes gabonaises. L’avion avait embarqué trente personnes, dont les équipes de foot masculines et féminines de la Zambie. Depuis Lusaka, il avait prévu de rejoindre Dakar après deux escales. La première à Brazzaville, où déjà avaient été signalés des problèmes de moteur. La deuxième à Libreville, où l'un des moteurs pris feu lors du décollage. Le pilote, fatigué, se trompa de manœuvre et coupa le mauvais moteur. L’avion perdit toute sa puissance pendant sa montée et se crasha dans l’océan.

 

 

Les deux vedettes de l’équipe, Charly Musonda et Kalusha Bwalya, n’étaient pas dans l’avion. Le premier jouait à Anderlecht. Blessé, il était resté se soigner à Bruxelles. Le deuxième, capitaine et figure emblématique de l’équipe, jouait au PSV Eindhoven et avait été retenu pour un match de championnat. Il devait rejoindre Dakar, seul, par la suite.

 


Reconstruire

La Zambie est alors une puissance montante du foot africain. Aux Jeux Olympiques de Séoul, en 1988, les KK Eleven (surnom de l’équipe à l’époque) avaient signé un retentissant 4-0 contre une dream team italienne, avec trois buts de Bwalya, qui termina l’année avec le Ballon d’Or africain. La sélection zambienne s’imposait peu à peu sur le continent africain, terminant troisième de la CAN 1990, puis quart-finaliste de l’édition 1992.

 

Après Libreville, Kalusha Bwalya prit en main l’équipe nationale, qui disputait malgré le drame la CAN 1994 en Tunisie. Porté par une sorte de force indicible – cette même force sans doute qui en 1958, porta Manchester United en finale de la Cup quelques mois après le drame de Munich – les Zambiens atteindront la finale de la CAN, finalement battus par le Nigéria (2-1). En 1996, la Zambie termina la CAN sud-africaine à la troisième place, Kalusha Bwalya terminant meilleur buteur du tournoi avec cinq buts. Mais peu à peu, la Zambie, faute de successeurs, entra dans le rang et ne participa plus à la CAN que pour y faire de la figuration.

 


Renard et sa meute

Ainsi sa présence à la CAN 2012 fut-elle des plus discrètes. L’équipe zambienne n’était qu’un élément du décor tombé dans un groupe où un gros favori (le Sénégal) un co-organisateur ambitieux (la Guinée Equatoriale) et une curiosité potentielle (la Libye, qualifiée malgré les évènements qui ont agité le pays) s’attiraient les faveurs des médias. C’est pourtant cette Zambie, dirigée par un coach français totalement inconnu, Hervé Renard, qui termina en tête de ce groupe, sans perdre un seul match. Si sa nette victoire (3-0) en quart de finale contre le Soudan fut mise sur le compte de la faiblesse de l’adversaire, celle en demi-finale contre le Ghana, énorme favori, éveilla l’intérêt pour les Chipolopolos ("boules de cuivre", surnom des joueurs zambiens).

 

 

Ce 12 février 2012, à Libreville, l’équipe de Zambie avait donc rendez-vous avec son histoire. La Côte-d’Ivoire avait beau se créer les meilleures occasions, tout indiquait que cette soirée était celle des Zambiens: un penalty manqué de Drogba, deux autres tirs qui frôlèrent les poteaux de Mweene… Au bout d’un 0-0 pas trop ennuyeux, au bout d’une série de tirs au but qui semblait pourtant s’éterniser, la Zambie remporta enfin sa première CAN. À quelques kilomètres de l’endroit où avait disparu l’une des plus belles générations du foot zambien.
 

Réactions

  • le_merlu_frisé le 13/02/2012 à 10h51
    Merci pour cet article, c'est vrai que finalement ils ont eu beaucoup de bons résultats entre la fin des 80's et le milieu des 90's. Puis un trou jusqu'en 2008 (1/4). C'est à peu près pareil pour la CIV, qu'on a pas vu entre 94 et 2006.

    (Sinon, "Libye" et "Syrie")

  • sansai le 13/02/2012 à 10h53
    J'étais un peu supporter de la Zambie hier soir, malgré qu'ils m'aient éliminé mon Ghana.
    Une équipe fraîche dont les rares exilés hors d'Afrique évoluent dans des clubs aussi prestigieux que les Young Boys de Berne (Emmanuel Mayuka), le Dalian Shide en Chine (ancien club de Ouédec, et actuel club de James Chamanga), ou encore le club de milieu de tableau de première division russe, le FC Ural Sverdlovsk Oblast (Chisamba Lungu), plus quelques joueurs de clubs africains prestigieux comme le Tout-Puissant Mazembe (Congo), Supersport United et Orlando Pirates (AfSud)...

    Et le tout chapeauté par un ancien entraîneur de Draguignan et Cherbourg.

    Faire tomber les superstars ivoiriennes en affichant cette volonté de jouer, de défendre debout, de relancer court et propre, malgré la crispation de la finale, j'adhère forcément.

  • Sue Oddo le 13/02/2012 à 12h09
    Merci du rappel.

  • Marius T le 13/02/2012 à 13h29
    Draguignan où il y a aussi fini sa "carrière" de joueur.
    Ancien stagiaire de l'AS Cannes, il était meilleur en muscu et UV qu'en football.
    Les jeunes stagiaires faisaient des paris : A qui lui ferait le plus de petit pont sans prendre une gifle lors des oppositions à l'entrainement.

  • Yes, Hakan! le 13/02/2012 à 14h01
    Point "vocable" : ne dit-on pas d'un avion qu'il s'abîme en mer ? L'échouage c'est pour les bateaux non ? Et en l'occurrence, on s'échoue rarement en mer mais plutôt "sur les côtes", par exemple, me trompe-je ?

  • PiMP my Vahid le 13/02/2012 à 16h05
    Une petite tranche gratuite de 'Moi, ma vie' :
    J'avais vu jouer la Zambie en finale du tournoi 2009 de la Cosafa (Afrique Australe) contre le Zimbabwe au stade d'Harare (victoire du Zim 3-1). Les Sudafs et Angolais étaient venus au tournoi avec des équipes de jeunes, et franchement j'avais pas été ébahi par le niveau de jeu. Plus par le brushing du mystérieux entraîneur français des zambiens.

    Bref, félicitations aux Chipolata boys !

  • Safet le prophète le 13/02/2012 à 21h17
    Une belle histoire qui donne envie de croire aux Dieux du foot.

    Pour les qualifs de coupe du monde, la Zambie est avec le Ghana. Un seul sortira du groupe pour accéder aux barrages. Outch !

  • Tonton Danijel le 13/02/2012 à 21h50
    En même temps, avec l'Egypte, on est habitué à ne pas voir le champion d'Afrique en coupe du monde...

    Sur Orange Sport, Claude Le Roy a balancé une anecdote sur Hervé Renard (Ken sélectionneur). A savoir, il avait monté une entreprise de nettoyage, mais l'envie d'entraîner était trop forte et il a revendu son entreprise pour rejoindre Claude comme adjoint de la sélection Ghanéenne. C'est assez beau, une vocation qui réussit à ce point.

  • pipige le 14/02/2012 à 18h04
    Belle article qui rappelle ce tragique évènement. Par curiosité je suis allé voir l'effectif de l'équipe de Zambie, et j'ai été surpris de voir que la quasi totalité des joueurs étaient "du pays". C'est plutôt sympa de se dire que les "joueurs à l'étranger" ne font pas une sélection.