Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ballon d'Eau fraîche 2011, les candidats: Mavuba et Daf

Un apatride, un exilé: quand ces deux-là font parler leur expérience, c\'est au bénéfice de tous.

Auteur : Gouffran direct et Etienne Mattler le 18 Dec 2011

 

 

Mavuba, Rio des généreux

\"\"Arrivé à Lille en 2007 un peu sur la pointe des pieds, mais pas sans ambition, Rio Mavuba veut oublier une année à Villareal qui a ralenti son élan et l’a éloigné des Bleus. La relance chez les Dogues se fait en douceur, mais après une demi-saison prometteuse et deux saisons pleines, la mayonnaise a pris et le capitaine Mavuba mène sa meute à un doublé qui force le respect des amateurs de foot. Il dispute tous les matches de la saison 2010-2011 en Ligue 1 et en Coupe de France, symbolisant cette fidélité au poste ainsi que la solidité défensive propre au LOSC – tout en sobriété et retenue avec seulement trois cartons jaunes pour ce joueur physique et engagé, mais pas méchant.

 

Toujours souriant et disponible, Rio est un capitaine qui fédère et épaule les jeunes joueurs, et n’hésite pas à recadrer, en privé, ceux plus chevronnés (épisode Adil Rami). Il a la blague facile comme en attestent Cléopâtre (Gervinho) et Cyrano (PAF). Il est aussi très impliqué avec sa fondation pour les enfants de Makala (et non de Makelele). Quand le10Sport lui demande récemment s‘il a tiré un trait sur les Bleus, Rio monte au créneau: \"Je refuse de penser ça. Tant que je jouerai, j’y croirai et je me donnerai à fond dans l’espoir d’être appelé.\" Ses appels du pied (\"Si j\'étais sélectionneur, je me serais pris\") sont restés vains, mais son abnégation son humilité et son sens du collectif laissent penser que plus de quatre ans après sa dernière entrée en jeu en bleu, il ferait beaucoup de bien à cette équipe qui se cherche une âme.

 

Avec une moyenne de 0,03 but par match en 2010-2011, Rio n’est pas vraiment un buteur hors-normes mais sa seule réalisation cette saison fera date. Face à Sainté dans un chaudron bouillonnant, Rio décoche une mine au ras du sol avec toute la grinta et la chance (déviation rentrante) du champion. Sa joie, sans retenue cette fois, précéda les applaudissements du public stéphanois pour ces Lillois héroïques portant en triomphe leur capitaine (+1 pour le caleçon bariolé). Rio est fidèle en amour et pourrait continuer son aventure avec les Dogues jusqu’en 2015 mais, d’ici là, de l’eau (fraîche) aura peut-être coulé sous les ponts…

 


Point fort
Un footballeur doté du sens de l\'humour, ça se célèbre.

 

Point faible
Il est quand même trop star pour le trophée.

 

Le slogan de campagne
\"Se quieres agua fresca necesitas un rio.\"

 

 

 

 

Omar Daf, l\'homme qui vient de loin

\"\"Si Omar Daf vient de loin, ce n\'est pas seulement parce qu’il est passé des frimas du Lomont aux embruns du Ponant, quittant Sochaux au bout de douze ans pour Brest, depuis trois saisons. Omar, le fidèle, qui refuse une offre stéphanoise pour monter en Ligue 1 avec les Bretons. Omar Daf revient de loin, d’entre les ombres de ce 31 Mai 2002 où les supposés demi-sels sénefs foudroyèrent le rêve bleu. Omar, \"le sage de la Tanière\", retrouve son équipe nationale en 2010 après quatre ans d’éclipse. Supplicié par des fissures aux jambes qui lui ont pourri les quatre meilleures années de sa carrière, il se soigne et renaît. Au printemps dernier, il se rompt les croisés. Peu croyaient à son retour. Il rejoue déjà.

 

Omar Daf vient de loin, peut-être d’un autre temps. Alex Dupont \"Omar sera un excellent éducateur. Quand on a la chance et le privilège de rencontrer des garçons comme lui, on dit qu\'on fait vraiment un métier formidable. […] Il n\'en faudrait pas beaucoup, sinon on n\'aurait même plus besoin d\'entraîneur.\" Le président Plessis: \"C\'est un diplomate, un conciliateur de première. C\'est l\'homme qui est capable d\'aller voir l\'imam s\'il y a un problème entre le club et un jeune musulman. C\'est un sage\". Le vieux complice David Sauget: \"Un gars qui a le cœur sur la main. Tu peux être sûr qu’il ne te trahira pas\".

 

Latéral brestois, il lui arrive pourtant d\'être brutal: expulsé pour un tacle qui brise le protège-tibia d’un Havrais, il serre la main de l’arbitre interloqué. Et pleure. Omar Daf revient de très loin. En 1995, Arte lui consacre un documentaire: Omar Daf, un footballeur africain montre un rêve d’enfance qui s’abîme dans un sordide club de D2 belge [1]. Parti en CFA à Thonon retrouver son grand frère, Omar a su reprendre le fil, devenant le grand frère de ses jeunes coéquipiers. Omar Daf, héros de cinéma.

 


Point faible
Un nom de camion hollandais du Paris-Dakar.

 

Point fort
Un prénom qui facilite la vie des portraitistes paresseux. Omar, l’Armoricain.

 

Le slogan de campagne
\"Je n\'ai rien à voir avec Omar da Fonseca.\"

 


[1] Extrait de l’article de Libé à propos du film, retranscrivant les propos du président de Westerlo: \"Il a une bonne tête. Il sourit... Attend de voir quand il aura touché son premier salaire... Faut pas lui laisser les coudées franches, c\'est dur ici, pas comme chez les Sénégalais. Il est là pour jouer, sinon je le garde pas...\"
 

 

\"\"

Réactions

  • Marius T le 18/12/2011 à 12h12
    J'espère que Rio en venant chercher son ballon d'eau fraîche pensera à récupérer sa médaille du trophée de Champion et celle de ses coéquipiers.

  • Belhanda loose le 18/12/2011 à 13h39
    Rio Mavuba est certainement un bon gars, mais sa déclaration sur le fait qu'il devrait être en bleu est digne d'un trézéguet ou d'un Pirès, ce qui pour moi le disqualifie totalement pour ce trophé.

    Sinon très beau portrait de DAF. Ca va peut être me faire changer d'avis sur mon vote qui au départ était réservé pour Sub ce héros !!

  • José-Mickaël le 18/12/2011 à 18h53
    Dugamaniac a bien parlé.

    Maintenant, évidemment il y a le risque que la notoriété de Gomis et Mavuba faussent les votes, mais j'ose espérer que tout le monde lira les portraits (très intéressants !) avant de voter.

  • I want my Mionnet back le 19/12/2011 à 02h36
    Quand Mavuba parle de l'équipe de France, il en parle beaucoup plus à la manière d'un Cissé (que je n'aime pas d'un point de vue personnel pour d'autres raisons, mais qui a un attachement indéniable à la sélection loin de la vanité mal placée d'un Pirès) : il n'a pas la prétention d'avoir un statut, il est juste très déterminé et aime l'équipe de France ce qui en fait pour lui un objectif.

    Il m'est extrêmement sympathique et sera très sûrement dans mon top 3.

  • Mandandamadeus le 19/12/2011 à 09h30
    Très très très joli portrait d'Omar Daf. Vous bousculez complètement mes premières idées de vote (et j'adore ca). En tout cas, vous m'avez donné envie de m'interresser de près au bonhomme !

    Par contre, j'ai toujours eu un peu de mal avec Mavuba. Je sais pas si c'est son humour qui me le fait passer pour un simple chambreur un peu lourd, combiné à cet épisode assez ridicule des médailles du dernier trophée des Champions... bref, c'est pas franchement mon favori.

La revue des Cahiers du football