En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Top 10 : les plus grosses affluences au Stade Louis-II

On raille le public monégasque, mais quand l'ASM joue à guichets fermés, c'est souvent pour des matches épiques. Avec Klinsmann, Vialli, Hoddle, Weah, Romario ou Morientes sur le terrain.

Auteur : Guillaume, ex-Mousquetaires le 8 Avr 2011

 

top10_louis_II_0jpg.jpg
 


1. 1992 – Monaco-AS Roma : 1-0 (20.000 spectateurs)

L'ambiance la plus hostile qu'ait jamais connue le Louis-II... Les supporters italiens, dont le club est favori de la compétition, ont passé la frontière en force pour pousser leur équipe, tenue en échec 0-0 à Rome. Mais c'est le petit Portugais Rui Barros, d'un génial coup de tête au détriment du géant Aldair, qui qualifie le club princier pour les demies. La rencontre se terminera sous une pluie de lires, soigneusement limées pour l'occasion.



2. 1990. Monaco-Sampdoria : 2-2 (20.000 spectateurs)

La première demi-finale de l'histoire du Louis-II se jouera en C2, dans un "derby" face aux cousins génois. Les voisins italiens se sont encore déplacés en nombre. Le match est extrêmement tendu et se solde par un nul qui élimine quasiment les Monégasques. Nul obtenu grâce a ce roublard de Gianluca Vialli, qui abuse l'arbitre et tout le stade d'un maître plongeon pour obtenir un penalty bien généreux sur le second but de la Samp.



3. 1992 – Monaco-Marseille : 0-3 (20.000 spectateurs)

La "finale" du championnat se déroule au Stade Louis-II. Si l'ASM l'emporte, elle passe devant l'OM et pose une main et demie sur le titre, à une poignée de journées de la fin. Malheureusement, ce soir-là, dans une ambiance électrique avec un stade mi-bleu mi-rouge, certains joueurs monégasques, pourtant impériaux durant la  saison, vont étrangement sombrer. Arsène Wenger et Manu Petit exprimeront plus tard leur ressentiment envers les méthodes de Bernard Tapie.


top10_louis_II_4.jpg



4. 1989 – Monaco-Galatasaray : 0-1 (20.000 spectateurs)

Le premier quart de finale de coupe d'Europe de l'ASM est de triste mémoire. Ce match aller au Louis-II, cette fois devant une forte colonie turque, voit les Monégasques se faire secouer et, malgré le retour de blessure de Glen Hoddle, qui a joué une mi-temps sur une jambe, s'incliner sur un but de Colak. Le match retour, disputé á Cologne, restera dans les mémoires, avec 80.000 supporters du club stambouliote déchainés (pour un stade de 60.000 places...).



5. 1997 – Monaco-Newcastle : 3-0 (20.000 spectateurs)

Monaco avait déjà marqué les esprits lors du match aller, avec une victoire 1-0, première d'un club français en Albionie. Lors de ce match retour, les Rouge et Blanc, devenus favoris de la compétition – là encore une première pour un club français – déroulent. Les Anglais sont surclassés par la bande à Tigana et notamment par une cacahuète de vingt-cinq mètres de Sylvain Legwinski, actuel entraineur adjoint de l'ASM.



6. 1997 – Monaco-Inter Milan : 1-0 (20.000 spectateurs)

De mémoire de supporter, le pire souvenir de coupe d'Europe. Favoris de la compétition, les joueurs de la principauté ont un goût amer dans la bouche, suite au match aller, que les Interistes ont remporté 3-1 avec les deux premiers buts marqués de façon assez contestable. Mais le pire aura lieu au retour. Dans un stade blindé de Transalpins, les Monégasques ouvrent le score d'entrée de jeu par Djetou, qui se jette bien sur un corner. Malheureusement, ce but sera refusé on ne sait pas trop pourquoi.
L'Inter est en mode béton. Monaco pousse. Passée l'heure de jeu, Thierry Henry marque, mais après cinq minutes de palabres, l'arbitre russe annule encore une fois ce but, on ne sait toujours pas pourquoi. Dix minutes plus tard, Legwinski dévie du bras un ballon, pour Ikpeba, apparemment hors-jeu, qui marque. Le moins valable des trois buts sera accordé par l'arbitre. En fin de match, sur un corner, Barthez aura la balle de match dans les pieds, mais son tir finira dans le petit filet.

top10_louis_II_6.jpg




7. 1989 – Monaco-Marseille : 3-0 (19.021 spectateurs)

Le club du Rocher, champion de France en titre, reçoit le voisin marseillais aux dents de plus en plus aiguisées, notamment par Bernard Tapie dont l'ambition réclame des titres au plus vite. Mais les Marseillais vont subir la loi du champion. Hoddle dès la deuxième minute, George Weah avant la mi-temps, puis Fofana dès le retour des vestiaires vont avoir raison d'une équipe marseillaise dont la mayonnaise tarde à prendre. En fin de saison, les courbes s'inverseront et ce seront les Olympiens qui réaliseront le doublé.



8. 2005 – Monaco-Liverpool 1-0 (18.995 spectateurs)

Finaliste de l'édition précédente, la bande à Didier Deschamps galère pour se sortir de cette phase de poule. Le jeu est moins vivant, moins alerte, moins fluide que l'an passé. Mais face aux hommes de Rafael Benitez, les Bandoneros de l'attaque monégasque vont faire le boulot. Une petite main de Saviola pour le contrôle, puis une reprise écrasée suffisent pour rattraper la déroute du match aller. Monaco sombrera en huitièmes, alors que les Reds finiront champion d'Europe.



9. 2004 – Monaco-Chelsea : 3-1 (18.523 spectateurs)

Face à la version 1.0 de Chelski, les Monégasques, portés par leur exploit contre le Real, ouvrent le score par Prso, avant que Crespo n'égalise. Le dernier quart d'heure est d'anthologie. La sévère expulsion de Zikos après une simulation grotesque de Makelele va galvaniser l'ASM. En contre, Morientes double le score d'une superbe reprise. Puis Shabani Nonda, perdu pour le football il y a de cela six mois, plonge sur un centre de Jérôme Rothen et conclut cette belle histoire par un but qui lance idéalement Monaco vers la finale de la Ligue des champions.

top10_louis_II_9.jpg



10. 1994 – Monaco-Barcelone : 0-1 (18.500 spectateurs)

Qualifiée en Ligue des champions à la suite du déclassement de l'OM pour l'affaire OM-VA et du refus du PSG, pourtant second, de profiter de la qualification, l'AS Monaco va faire bonne figure dans cette compétition qui n'en n'est qu'à la version beta. Dominateurs dans les autres rencontres, les hommes d'Arsène Wenger ne seront plus de taille face à la bande à Johan Cruyff. Les Puel, Klinsmann ou Scifo se font surclasser par les Guardiola, Romario, Stoitchkov et autre Koeman. Le match au Louis-II sera sans surprise. Stoitchkov marquant des la fin du premier quart d'heure, le reste sera une ode à l'impuissance monégasque.


> L'auteur de ce Top, pilier des ex-Mousquetaires de l'ASM, déblogue désormais ici.

Réactions

  • José-Mickaël le 08/04/2011 à 02h14
    Guillaume :
    > Monaco avait déjà marqué les esprits lors du match aller, avec une victoire 1-0, première d'un club français en Albionie.

    Plus précisément : la première depuis Bastia en 1977 (c'était contre Newcastle aussi d'ailleurs - 3-1 là-bas).

  • J'ai remis tout l'allant le 08/04/2011 à 06h06
    Sachant que l'affluence moyenne de Louis II est actuellement de 5753 spectateurs, à raison de 400 rapports par an avec 1,4 partenaires en moyenne (moyenne réhaussée suite à des séjours en Italie mais en chute libre après juillet 2011), calculez combien compte le Prince d'enfants cachés, et l'affluence moyenne pour la prochaine saison en Ligue 2.

    Vous avez 2 minutes, je vais pisser.

  • Adoa de Formosa le 08/04/2011 à 09h21
    Merci Guillaume pour ce petit moment de nostalgie. J'etais au stade pour les quatre derniers matchs en date, beaucoup d'emotions.

    Le match contre l'Inter, c'est mon France-Allemagne 82 a moi... sans doute ma plus grande deception footballistique. Je me souviens encore de T. Henry, assis sur la pelouse completement deboussole apres son but refuse. Puis la frappe de Barthez qui passe juste a cote.

    Dans les matchs qui auraient sans doute aussi pu y figurer, il y a le quart de finale contre le Manchester U. de Giggs et Scholes en 1998. C'etait la premiere fois que je voyais un public pareil. Je me souviens encore de l'ambiance dans les rues de Fontvieille, entre l'alcool et les chants des supporters, un vrai choc dans ma vie de jeune supporter monegasque.

  • Tonton Danijel le 08/04/2011 à 09h24
    Sympa, ce top 10, je suis étonné de ne pas y voir figurer la rencontre d'anthologie contre le Real en 2004.

    Sinon, énorme regret en effet sur la campagne 1996-1997. L'ASM dominait le championnat, avait surclassé outre Newcastle (tombeur du FC Metz en huitième), Hambourg et Mönchengladbach avant de rater complètement sa première mi-temps face à l'Inter à San Siro, mené 3-0 à la pause à cause notamment de ce joueur méconnu, Maurizio Ganz. Tigana dira par la suite être déçu d'avoir dominé 3 mi-temps sur 4 pour se faire éliminer... Gros regret aussi l'année suivante, où après une déroute au Sporting 3-0 dès le premier match, l'ASM montera en régime, battant notamment le même Sporting au retour 3-2 suite à une fin de match épique, sortant MU (qui remportera la Ligue des Champions la saison suivante) grâce à une praline de XIII à Old Trafford, avant d'être à nouveau victime du réalisme transalpin face à la Juve en demie (avec Del Piero et Buffon exceptionnels à Louis II, le premier marquant un superbe but en extension, le deuxième évitant une incroyable déconvenue après la victoire 4-1 de l'aller en faisant notamment une "Gordon Banks" sur une tête à bout portant de Thierry Henry). Superbe équipe grâce notamment à l'association XIII-Henry en attaque.

  • LLBB1975 le 08/04/2011 à 09h33
    Merci de m'avoir rappelé que Monaco est mon club français préféré après les verts bien sur et à égalité avec Bordeaux...

    Ah, l'ambiance de Louis II. Je n'y ai jamais connu de telles affluences. Dommage car le stade est magnifique. Cela me rappelle une blagounette :

    Quelle est la différence entre GG et Louis II ?

    A GG, tous les supporters connaissent le nom de joueurs par coeur.

    A Louis II, tous les joueurs connaissent le nom des joueurs par coeur.

  • LLBB1975 le 08/04/2011 à 09h34
    Bon, en allant trop vite, j'ai loupé la chute de ma blague. Il faut lire : tous les joueurs connaissent le nom de supporters...

  • Tonton Danijel le 08/04/2011 à 09h35
    L'autre blague, c'était de dire qu'avec le décès du prince Rainier, l'ASM avait perdu la moitié de ses supporters...

  • Ba Zenga le 08/04/2011 à 10h34
    Tonton, Buffon était déjà à la Juve en 1998? C'était pas Peruzzi le gardien à l'époque?

    Sinon, je partage ces moments de nostalgie, même si je suis marseillais. Monaco m'a bien fait rêver en 2004 notamment.

  • Josip R.O.G. le 08/04/2011 à 11h11
    Le match de la saison 88-89 ( buts de Hoddle, Weah et Fofano) est d'octobre 88 et ça s'était rempli vraiment que sur la fin. Je m'en souviens parce que j'avais improvisé un déplacement en partant de Marseille à 18h00 et que j'étais arrivé ric-rac en m'installant dans le quart de virage en face du banc de touche. Belle branlée, rien à dire.

    Quatre ans plus tard j'ai pas ressenti les choses comme Petit et Wenger, moi je dirais plutôt Mozer, Boli, Waddle, Steven, Deschamps et Pelé contre Puel, Dib, le jeune Petitla et la fatigue d'une ASM qui avait joué le mercredi en coupe d'Europe alors que l'OM était éliminé.

    Mais bon, je dois pas être objectif.

  • Josip R.O.G. le 08/04/2011 à 11h13
    Quoi, vous connaissez pas Fofano?
    C'était le joueur préféré de Valbueno quand il était (?) petit.