En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Canal+ et le foot français : la guerre pour préparer la paix

Seul en lice pour le prochain appel d'offres, Canal+ menace de faire baisser les droits de retransmission de la Ligue 1 et d'enfoncer les clubs dans la crise. En arrivera-t-on vraiment là?
Auteur : Jérôme Latta le 21 Fev 2011

 

La LFP vient d'annoncer le lancement, au printemps prochain, de l'appel d'offres pour les droits de retransmission de la Ligue pour 2012-2016, dans lequel le football français va jouer son avenir économique: avec la défection d'Orange Sport, Canal+ a toutes les chances de se trouver seul en lice, en mesure de fixer les prix.... Loin des 668 millions d'euros annuels d'aujourd'hui. Bertrand Méheut prévient: "Je ne suis pas la mutuelle sociale du football français". "Il ne faut jamais se fâcher avec le client", rétorque Frédéric Thiriez.

droits_canal_2.jpg


Déflation brutale
Ce n'est pas la première fois que l'appel d'offres sur les droits de la Ligue suscite quelque angoisse. Début 2003, le Conseil de la concurrence invalide l'offre de Canal+, qui croyait avoir récupéré l'exclusivité de la L1, et prolonge d'une année le contrat d'alors ("Droits télé, guère épais"). Fin 2004, la filiale de Vivendi reconquiert l'exclusivité perdue quatre ans plus tôt en échange de 600 millions annuels (lire "Le foot français touche sa bulle"). De 2005 à 2008, elle diffuse trois matches par week-end et voit TPS disparaître, mais Orange surgit et met 203 millions d'euros annuels pour 2008-2012, qui s'ajoutent aux 465 de Canal+.
Cette fois-ci, le miracle se fait attendre, même si Orange Sport pourrait encore survivre en trouvant un repreneur. Canal+ a envoyé des signaux très clairs en faisant une offre pour le Top 14 qui a ulcéré le rugby professionnel (18 millions par an au lieu des 30 millions actuels), et en multipliant les déclarations quant à la déflation attendue pour la Ligue 1. Pour ne rien arranger, le "partenaire historique" a perdu le goût de l'exclusivité qui avait tant fait monter les enchères jadis, et il peut se contenter d'une partie seulement du championnat de France.


Couper les vivres
Entre provocations et poker plus ou moins menteur, les couteaux sont tirés. Canal+ joue de sa position de force: sur son antenne, le dénigrement de la L1 est devenu une ligne éditoriale (l'esprit critique est autorisé s'il sert les intérêts stratégiques du groupe). Le jeu est un peu dangereux, puisqu'il revient à déprécier ses propres programmes. En corollaire, en tant que financeur plus encore que diffuseur, Canal+ prendrait la responsabilité d'un appauvrissement général du football français qui pourrait lui porter préjudice à terme, quelle que soit la diversification de son offre.
L'opérateur s'exposerait aussi à ce qu'un acteur émergent s'empare de cette position de force, l'attractivité du football national pour les chaînes payantes restant très importante. Un sondage réalisé pour l'UCPF et la LFP, dont Le Figaro a révélé le contenu en début d'année, indiquait que 66% des abonnés de Canal+ se disaient intéressés par la Ligue 2 contre 59% par la Premier League. La même enquête concluait que 64% souhaitaient voir deux ou trois matches de Ligue 1 par journée. Leur préférence allant aussi au vendredi soir, autant dire que l'offre actuelle de Canal+ fait des insatisfaits...

droits_canal_1.jpg


De l'austérité à la banqueroute
À plus forte raison en période de crise, qui voit fondre les revenus issus de la revente des joueurs et la Ligue 1 atteindre 115 millions de déficit annuel cumulé, la perspective du dégonflement de la bulle des droits TV a de quoi faire frémir les clubs français, qui feraient (tardivement) les frais de leur télé-dépendance (les droits pèsent pour 57% de leurs revenus), et ne peuvent encore compter sur les ressources attendues des nouveaux stades. La hausse des revenus issus du sponsoring grâce à la légalisation des paris sportifs en ligne (lire "Paris sportifs, on parie que vous allez perdre") ne suffiraient évidemment pas à compenser le manque à gagner. Si une telle coupe franche intervenait, plusieurs clubs déjà en pleine cure d'austérité risqueraient la banqueroute ou, au mieux, une dégringolade dans la hiérarchie nationale – sans parler de l'affaiblissement par rapport aux autres nations européennes. "On a déjà fait toutes les économies possibles, affirme le co-président stéphanois Bernard Caïazzo. Il faudra vendre sur un marché des transferts qui se casse la figure. La seule solution sera d'appauvrir considérablement notre équipe." (L'Équipe, 18 février)


Sauter sur la TNT
De son côté, la Ligue engage des manœuvres qui accentuent le rapport de forces. D'abord très réticents à l'idée de lancer eux-mêmes une chaîne de télévision susceptible de concurrencer Canal+, les clubs français se sont finalement rangés derrière Frédéric Thiriez, un peu en désespoir de cause mais en ordre de marche. Le président de la LFP a emporté une première victoire avec l'obtention d'une fréquence de TNT payante, accordée par le CSA en fin d'année dernière. CFoot émettra dès juillet prochain, avec un modèle économique incertain et des contenus pas encore définis (lire "CFoot, écran de fumée?" sur Une Balle dans le pied).
L'idée est de limiter la casse et, quitte à assumer le manque à gagner, de sanctionner la chaîne cryptée: si l'enveloppe s'avérait insuffisante et les négociations de gré à gré infructueuses, CFoot pourrait récupérer les droits ou une partie des droits de la L1 et les commercialiser elle-même. On évoque même la possibilité de racheter Orange Sport... Même si l'objectif reste d'amener Canal+ à de meilleures dispositions: "Le Conseil de la concurrence l'a dit: le football est totalement irremplaçable pour une chaîne à péage. Tout le monde parle de son déclin, mais il fait les meilleures audiences sur les chaînes gratuites, sur la TNT."


droits_canal_3.jpg

Lost week-end
Pour rendre l'offre attractive à un plus grand nombre d'acheteurs potentiels, la Ligue va aussi actionner un autre levier. Frédéric Thiriez annonce la couleur : "On va améliorer le produit, le séquençage des matches, l'exposition des clubs, le nombre de matches en premium, leur positionnement sur la semaine, le week-end... On peut tout imaginer" (Le Parisien, 12 février). L'idée de proposer des rencontres le vendredi soir, mais aussi le samedi et/ou le dimanche après-midi, a fait son chemin. Il faut donc s'attendre à un éclatement du planning hebdomadaire, à une augmentation des rencontres disponibles et à leur dispersion sur un plus grand nombre de canaux différents. On parle même de placer une journée entre les fêtes, pour créer un boxing day à la française. Devant la raison financière, l'allègement des calendriers devient secondaire et le téléspectateur peut s'attendre à être lui aussi découpé en tranches et mangé à toutes les sauces.


Sortie de crise par le haut... du panier
Tout aussi logiquement, les clubs professionnels présentent un visage uni, pour quelques mois du moins. Le comité de pilotage de l'AO réunit Jean-Claude Dassier, Jean-Michel Aulas, Bernard Caïazzo, Olivier Sadran, Michel Seydoux, Gervais Martel et Jean-Pierre Louvel. Dimanche soir sur Canal+, Jean-Michel Aulas, ne doutant pas de pouvoir compter sur Canal+, annonçait la problématique à venir avec des propos sibyllins sur la nécessité de réduire le "nombre de parts" pour maintenir la compétitivité des clubs français en Europe. Comprenez une Ligue 1 à dix-huit clubs et un système de répartition des droits corrigé au profit des clubs les plus riches...
Si Canal+ exprime plus précisément, pour remettre la main au pot, la nécessité d'avoir un championnat plus attractif et des cadors mieux dotés, les deux parties vont se trouver des objectifs communs, voire un terrain d'entente... La redistribution des cartes ne concernerait alors pas seulement les diffuseurs, mais aussi les clubs français eux-mêmes.

Réactions

  • Tonton Danijel le 21/02/2011 à 09h27
    Dommage qu'Orange Sport, vue la variété de sa programmation (du foot, mais aussi de la NBA, du tennis, de la boxe... Bref de quoi bien s'occuper quan dle week-end est pourri), disparaisse pour une chaîne 100% Ligue 1 - Ligue 2. En même temps cette chaîne semblait condamnée de par le montant versé pour la seule Ligue 1, montant énorme par rapport au nombre d'abonnés pouvant la recevoir. CFoot présentera l'avantage d'être accessible sans nécessiter un abonnement internet, pour un prix plus faible, mais je m'interroge sur sa viabilité vue la faible variété de sa programmation...

  • Metzallica le 21/02/2011 à 09h43
    En même temps si il suffit de payer une fois pour avoir tous les matchs (moins un sur canal) je préfère largement ca à devoir m'abonner à 10 chaînes différentes. C'est pour le coup plus simple et plus attractif.
    Reste à voir le prix.

  • visant le 21/02/2011 à 10h05
    Metzallica
    lundi 21 février 2011 - 09h43

    C'est un peu le cas aujourd'hui avec Foot+ (8 matchs sur 10) mais avec une chaine "morte" quand il n'y a pas match, des horaires vraiment bâtards (19h le samedi quoi...), le tout pour 7€ par mois en étant obligé d'être abonné à CanalSat.

  • Tonton Danijel le 21/02/2011 à 10h11
    Pour CFoot, ce serait 4€/mois (contre 6€/mois pour Orange Sport). L'avantage de CFoot, c'est que tout le monde peut la recevoir sans discrimination liée au fournisseur d'accès internet.

    Du coup, ça me soulève une autre question: l'abonnement à Orange Sport est plutôt bon marché, mais couplé à l'abonnement à un fournisseur d'accès internet (ce qui porte la facture à 36€/mois en tout). A 4€/mois pour une simple chaîne télé, l'investissement peut-il être rentable?

  • Sens de la dérision le 21/02/2011 à 10h14
    Ce qui semble sûr, c'est que la L1 semble être dans la mouise. À moins qu'une surprise de dernière minute se pointe.
    Canal a de toute façon besoin de la L1 : comme dit par ailleurs, ils ne peuvent plus compter sur une offre de films tout simplement nulle. Mais étant donné qu'il n'y a apparemment personne qui veut se positionner sur la L1...
    Bref, le fossé va encore se creuser entre les championnats étrangers et la L1.

  • Tonton Danijel le 21/02/2011 à 10h22
    Pour que le fossé se creuse, il faudrait voir si les offres des autres championnats vont continuer à grimper ou si ils vont aussi être victimes d'une négociation à la baisse.

    Entre autres paramètres expliquant ce bras de fer, il y a le passage de la crise économique et la stagnation des salaires qui fait que Canal ne peut pas non plus mettre trop d'argent sur le foot, au risque de perdre de l'argent ou des abonnés (en cas de hausse de l'abonnement)... Je me demande si l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie voire l'Allemagne ne risquent pas eux aussi d'être "bloqués" par des droits de retransmission devenus incompatibles avec la demande.

  • José-Mickaël le 21/02/2011 à 10h29
    Ça ne me dérange pas que la Ligue 1 s'apauvrisse : elle génère trop d'argent (il suffit de voir à quelle vitesse l'inflation est montée depuis 10/20 ans). Un club qui a moins de recettes est-il condamné à descendre en Ligue 2 ? Non, puisque ce sera pareil pour tous. Le seul inconvénient, c'est l'affaiblissement par rapport aux championnats étrangers. Et alors ? Depuis la fin du Grand Lyon (2003-2007 en gros), aucun club français ne peut espérer avoir la moindre chance de remporter la C1, et aucun ne s'intéresse vraiment à la C3 (oui, le PSG la joue toujours à fond, mais c'est en attendant de parvenir à se qualifier pour la C1). Bref, pour ce que ça va changer...

    De toute façon vouloir suivre les grands championnats étrangers, c'est vouloir suivre une dérive néfaste à long terme (surtout en temps de crise : ça ne pourra pas durer éternellement). C'est comme si un coureur cycliste se dopait de plus en plus sous prétexte que ses concurrents le font. Non : à un moment donné il faut arrêter. Tant pis, acceptons d'être temporairement beaucoup moins forts que nos voisins, mais ne commettons pas leurs erreurs, ne fonçons pas avec eux droit dans le mur. Le championnat anglais est trop souvent pris pour modèle alors que malgré les milliards venus des Émirats ou de Russie et malgré son prestige, ses clubs sont de plus en plus endettés !

    Enfin, je termine en faisant remarquer que notre championnat sera toujours attractif. Dans les années 1990 on avait plein de vedettes (Papin et Weah ballons d'or) et nos clubs étaient parmi les meilleurs d'Europe. Depuis 1996, nos meilleurs joueurs sont partis progressivement. Pourtant le Français moyen continue à se passionner pour son championnat, les affluences aux stades n'ont pas été divisées par 2 et les télespectateurs continuent à vouloir regarder le championnat à la télé.

    À mon avis on peut extrapoler, car ce qui passionne le public, ce n'est pas que les stars (ça, c'est ce que les médias essaient de nous "vendre"), mais aussi le suspense, les rebondissements, les classements serrés, les surprises (le petit qui bat le gros), et bien sûr le club préféré de chacun d'entre nous. Si la Ligue 1 devenait équivalente à la Ligue 2 actuelle, tout ça continuerait à exister.

  • le petit prince le 21/02/2011 à 10h37
    Oui JM, c'est ce que je me suis dit cette saison en découvrant les ambiances de Sochaux et Fribourg (hier, cf fil approprié), qui proposent du bon football/spectacle pas cher. Avant mes références de clubs pauvres c'était le TFC et le RCS : avec aussi peu de football, forcément ça n'aide pas à croire à la décroissance.

    Mais alors les Coupes d'Europe ? On essaierait même plus de faire semblant d'essayer d'aller se prendre des 3-0 en finale ? C'est fini ?

  • Jean-Noël Perrin le 21/02/2011 à 10h44
    José-Mickaël
    lundi 21 février 2011 - 10h29
    Le seul inconvénient, c'est l'affaiblissement par rapport aux championnats étrangers. Et alors ? Depuis la fin du Grand Lyon (2003-2007 en gros), aucun club français ne peut espérer avoir la moindre chance de remporter la C1, et aucun ne s'intéresse vraiment à la C3 (oui, le PSG la joue toujours à fond, mais c'est en attendant de parvenir à se qualifier pour la C1). Bref, pour ce que ça va changer...
    -----------

    On a le droit de penser que c'est mieux d'avoir deux clubs éliminés en quarts de C1 plutôt qu'un club éliminé au tour préliminaire ou en phase de poules ?

  • Sens de la dérision le 21/02/2011 à 10h48
    Il y a un paramètre oublié dans les deux dernières analyses à mon sens : la France n'est plus un monde fermé et les championnats étrangers ont plus de poids en France.
    Du coup, Canal peut mettre moins d'argent sur la L1 et rediriger son pognon vers la Premier League. J'ai l'impression qu'aujourd'hui les gamins suivent plus facilement le Barca ou Manchester que le club français le plus proche de chez eux.
    Je ne suis pas certain que ce qui passionne le public, c'est le suspense, le championnat serré, les surprises etc. Le club préféré bien sûr (encore qu'au vu des affluences en L2 où même Nantes se traîne à peine plus au dessus des 10000). Le championnat était-il moins suivi quand Lyon écrasait tout ? La Ligue des Champions est-elle moins suivie parce qu'on retrouve toujours les mêmes équipes en demi ?