Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Pays-Bas-Espagne : los campeones

Quatorze Espagnols ont remporté, en finesse, le jeu de démolition lancé par les Néerlandais...

Auteur : Christophe Zemmour le 12 Juil 2010

 

Seulement surpris par un mauvais rebond sur un ballon rendu par les Hollandais (34e), et gêné par Fabregas sur un corner que Mathijsen reprend de la tête au-dessus (96e), Iker Casillas a été impeccable sur les sorties aériennes et les frappes lointaines néerlandaises, notamment celles de Robben au premier poteau (45e+1, 52e). Il est décisif à la 62e, quand il sort au devant de l’ailier batave et stoppe sa frappe du pied droit.

\"matchbox_finale_gars_2.jpg\"


Puyol maître de défense

Excellent dans l’anticipation et le placement, Sergio Ramos a intercepté moult passes, dégagé de la tête sur corner et a bien coulissé dans l’axe pour contrer un Robben qui avait pris la largeur (56e). S’il a obligé Puyol à dégager sur une touche mal négociée (10e), il a encore joué très haut, sollicitant une-deux et usant de passements de jambes. Il fut également le joueur espagnol le plus dangereux sur coup de pied arrêté et a été à deux doigts d’ouvrir le score de la tête (5e et 77e). Son compère de l’aile gauche, Joan Capdevila, a également bien surgi et a eu très peu de déchet dans les passes. Son apport offensif a été moindre, à l\'image d\'un centre qui ne trouve pas David Villa à la 97e.

Gérard Piqué a été précieux dans la couverture et très vigilant dans les airs, domaine dans lequel il n’a jamais été pris en défaut, que ce soit dans le jeu ou sur les coups de pieds arrêtés défensifs. Il est cependant mal inspiré dans la lecture de la passe en profondeur de Sneijder, qui amène la meilleure occasion de Robben. Carles Puyol a été propre dans ses relances courtes en début de match, avant d’être contraint à dégager quelques fois. Aussi utile que son compère de Barcelone de la tête, il a trop croisé ses reprises sur corners (48e et 98e). Prompt à intervenir, il est pourtant pris de vitesse par Robben à la 83e, lequel sera repris par Casillas.


Fabregas, entrée décisive

Dans l’entrejeu, Sergio Busquets, premier à recevoir les attentions de Van Bommel, a d’abord laissé filer une passe dans l’axe qui a profité à Kuyt pour un tir de loin (8e). Jouant plus bas à la reprise, il a été le seul vrai récupérateur de son équipe et est régulièrement venu aider Capdevila à contenir Robben.
Rendu quasiment asthmatique par une semelle de De Jong dans la poitrine (29e), Xabi Alonso a surtout orienté a base de passes courtes, avant de tenter un long coup franc trop croisé (43e). Positionné plus haut à la reprise, il est remplacé par Cesc Fabregas à la 86e, qui a d’abord buté sur le pied gauche de Stekelenburg sur une merveille de balle en profondeur d\'Iniesta (95e). Après ne pas avoir cadré une frappe en bout de course (104e), il a retrouvé le Barcelonais dans la surface pour le but du sacre (117e).

Pedro Rodríguez Lequesma a beaucoup apporté par son activité et sa combativité. N’hésitant pas à décrocher pour demander le ballon, il croise trop sa frappe du gauche à la 38e. Il cède sa place à Navas à la 60e, qui s’est montré très remuant sur le côté droit, obtenant des corners, centrant fort devant le but et surtout, se trouvant tout proche de tromper Stekelenburg sur une frappe contrée par Van Bronckhorst dans le petit filet (101e).

\"matchbox_finale_gars_1.jpg\"


Le soir d\'Iniesta

Globalement axial et très reculé pour venir chercher les ballons dans les pieds de ses défenseurs centraux, Xavi Hernández s’est montré bon dans la protection du ballon et très précis dans ses passes et ses coups de pieds arrêtés. Seulement contré quelques fois par le pressing hollandais aux abords de la surface, il a été également très combatif.

Un peu imprécis dans ses passes en début de match, et surveillé de près par les Oranje (voire de très près par Van Bommel à la 22e), Andres Iniesta est considérablement monté en puissance à l’heure de jeu. Plus présent dans le cœur du jeu, retrouvant ses gestes géniaux (talonnade, une-deux, contrôle orienté), il a poussé les défenseurs hollandais à la faute, notamment Heitinga qui reçoit un second carton jaune à la 109e. S’il hésite à frapper à la 81e et à la 99e après s’être infiltré dans la surface, et s’il lance parfaitement dans le dos de la défense Fabregas à la 95e, il ne rate pas l’occasion de sacrer la Roja à la 117e d’une frappe croisée du droit après s’être remarquablement fait oublier. Action au départ de laquelle il exécute une belle talonnade au milieu de terrain...


Plusieurs fois pris au piège du hors-jeu, David Villa a tenté de presser, de percer et de tirer au but, mais sans succès. Notamment sur une volée du gauche dans le petit filet (12e) ou quand il est contré sur la ligne à la 70e suite à la percée de Navas. Il s’est distingué par quelques jolis gestes techniques et a été remplacé par Fernando Torres à la 106e qui, hormis une déviation de la tête pour Iniesta (108e), a surtout raté un contrôle et un crochet, avant de se claquer sur le dernier ballon en profondeur du match.

\"matchbox_finale_gars_3.jpg\"

Réactions

  • LLBB1975 le 12/07/2010 à 09h12
    Je vois pas comment le ballon d'or peut échapper à Iniesta (même si je l'ai pas trouvé complètement génial hier). J'y peux rien j'adore ce joueur !

  • J'ai remis tout l'allant le 12/07/2010 à 09h17
    Cesc Fabregas, c'est quand même un super supersub !

  • antigone le 12/07/2010 à 10h15
    Dites, dans le cadre d'un Erasmus, y'a pas moyen de les accueillir, ces André Ignace, Serge Rameaux et autres Jean Capdevielle, en échange de mettons, Franco Ribero, Patricio Ebra y Andres-Pedro Jiñaco ?

  • Troglodyt le 12/07/2010 à 14h53
    LLBB1975
    lundi 12 juillet 2010 - 09h12

    Je pense plutôt comme toi.
    En plus, je n'arrive pas à formuler mon idée, mais je trouve que ce serait un très beau moyen de récompenser, par ce trophée individuel, l'idée de collectif.
    (nb: fonctionne avec d'autres joueurs de cette équipe)

  • DarkZem13 le 27/07/2010 à 22h31
    Désolé pour l'erreur, mais il semblerait que ce soit Xavi qui lance Torres en finale de l'Euro 2008, et non Fabregas.