Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Cahiers du foot: le magazine s'arrête à l'orange

Après 43 numéros, les Cahiers du football, le magazine, c'est fini. Explications et solutions pour que l'histoire continue avec les Cahiers du football, le site.
le 18 Nov 2009

 

Il y a six ans, à quelques jours près, le numéro 1 des Cahiers du football, mensuel de foot et d'eau fraîche, arrivait dans les kiosques. La dernière page du numéro 43, paru en juin dernier, aura aussi été celle de l'aventure des Cahiers en papier.

Trop lourd
Si nous avons tant retardé le moment de faire cette annonce, c'est qu'il a fallu du temps pour que l'évidence d'un arrêt s'impose à nous. Il a même fallu quelques coups de grâce pour enfoncer ce point final. Car nous avons vraiment cru pouvoir continuer à paraître, même à un rythme moindre. Nous avons vraiment cru boucler le #43 bien plus tôt, arriver à terminer les numéros suivants et même travailler à une nouvelle formule. Pour ce défaut de lucidité et de communication au moins, nous devons des excuses aux lecteurs et aux abonnés.

unes_cahiers_quatre2.jpg

Il n'y a pas d'explication simple ni unique à cette panne qui nous vaut aujourd'hui de l'ébahissement devant cette capacité que nous eûmes de sortir dix numéro par an pour un total dépassant la quarantaine. Une chose est sûre: si notre situation économique est aujourd'hui précaire, ce ne sont pas des difficultés financières qui ont compromis la parution régulière du magazine, mais bien un effondrement de notre disponibilité et de notre capacité de production. Pour accomplir ce qui nécessite théoriquement une équipe complète de salariés, nos handicaps de départ, dont nous avons pu tirer quelque force au départ, sont devenus trop lourds: principe du bénévolat, absence de locaux, contributeurs éparpillés... Nous y avons ajouté nos propres défauts et nos erreurs, certainement.


Calamités
On n'accusera donc pas la météo ou l'état du terrain, mais l'année 2009 aura été marquée par une pluie de difficultés personnelles et de diverses calamités – dont le récent vortex qui a emporté notre serveur n'est qu'une manifestation presque amusante. Le jugement en appel consternant dans l'affaire Balbir-Sacdefiel (lire "Une défaite, mais pour qui?") nous vaut, outre un sentiment de désolation sur le fond, des dommages et intérêts particulièrement malvenus en la période.
Nous venons aussi d'apprendre la mise en liquidation judiciaire de notre prestataire pour la boutique et la gestion des abonnements. Alors que nous devions mettre en ligne un formulaire permettant aux abonnés d'exprimer leurs souhaits de remboursement (lire ci-dessous) et appeler les lecteurs à relancer la consommation en achetant nos livres et nos tee-shirts, nous nous trouvons devant un travail considérable pour mettre à jour le fichier, le stock et la comptabilité.

Auparavant, la crise avait fait ressentir ses effets, avec une baisse brutale des ressources publicitaires issues du site et la fin de partenariats (vente de contenus) ponctuels ou récurrents. L'activité magazine, à peu près à l'équilibre, n'aurait pas pu générer des ressources suffisantes. Les deux emplois successivement créés pour animer, gérer et développer les Cahiers du football n'existent plus aujourd'hui (1). Grâce à un modèle économique spartiate, la situation des Éditions du 12 juillet n'est pas désespérée, mais les mois à venir seront décisifs.


Poursuivre l'aventure
Car l'objectif, bien entendu, est de poursuivre l'aventure originelle là où elle est née, à cette adresse où vous vous trouvez précisément. Avant tout parce que le désir (on laissera l'envie aux footballeurs) est toujours là et qu'en toute modestie, nous estimons rester parfaitement indispensables au football français et à ses médias. Le site, pour lequel nous avons déjà bien des projets, restera aussi actif qu'aujourd'hui et permettra d'assurer à moyen terme des ressources pour rembourser les abonnements et les commandes non-honorées, et enfin remettre les comptes à flot (2).

D'ores et déjà, nous abandonnons notre traditionnelle pudeur pour vous appeler à y aller de votre obole sur le compte PayPal ci-dessous ou directement par chèque (3). Si chaque lecteur de la Gazette donne deux euros pour le forfait de ses 38 éditions par saison, nous serons rapidement en mesure de racheter le Palais de justice de Metz. Nous étudions d'ailleurs le lancement de l'opération caritative la plus absurde de l'histoire: "Au lieu de soutenir la lutte contre la faim dans le monde ou contre la prolifération des armes nucléaires, aidez les Cahiers du foot à verser 3.000 euros à Denis Balbir".

En attendant, merci de cette fidélité qui nous a permis de réaliser un magazine dont, pour éteint qu'il soit désormais, nous avons été très fiers et qui ressemblait de très près à celui que nous rêvions de faire.



Soutenir les Cahiers (avec des sous)



Tout récemment, le site psgmag.net a pris l'initiative de réaliser une interview du rédac chef des Cahiers. Ce long entretien avait été l'occasion d'aborder de nombreux aspects de la vie du site et du journal, et l'on peut recommander sa lecture en ce jour un peu particulier. Que Vivien et psgmag.net en soient remerciés ici.


Aux abonnés
Comme expliqué plus haut, la liquidation judiciaire de la société qui assurait la vente en ligne et les abonnements nous empêche de recueillir tout de suite les souhaits de remboursement des abonnés. L'encours des abonnements étant notre principale dette, notre trésorerie ne nous permet pas de rembourser l'intégralité des montants immédiatement. Aussi allons-nous proposer plusieurs formules, non sans solliciter le soutien des abonnés:
• Un remboursement au prorata des numéros restants.
• Une offre de compensation (tee-shirts, livres, anciens numéros).
• Un remboursement ultérieur.
• Un abandon de la créance en guise de don aux Cahiers.

Tout pressés que vous soyez de nous faire part de votre décision, merci d'attendre que le formulaire soit en ligne et de ne pas passer par le formulaire "contact" pour nous la livrer, nous n'aurions pas les moyens de gérer le flux de mails.
Nous espérons être en mesure d'honorer les commandes non livrées (tee-shirts, livres) dès que nous aurons trouvé un moyen de vous les faire parvenir, la disparition de Logodata le disputant à des fournisseurs récalcitrants dans la série des obstacles qui nous ont empêché d'y parvenir jusqu'ici.


(1) Toute offre pouvant concerner un profil bénéficiant d'une expérience très concrète et très diverse dans les métiers de l'édition de médias presse et en ligne peut être transmise via le formulaire "contact".
(2) Même si à l’heure actuelle nous devons à nos "clients" l’équivalent de deux ans de revenus publicitaires du site, nous maintiendrons les limites fixées au départ, comme le refus de publicités intrusives – en dépit de la marginalisation qu'il implique sur ce marché.
(3) Les Cahiers du football, 195 rue du faubourg Saint-Denis 75010 Paris, à l'ordre des Editions du 12 juillet.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
unes_cahiersdufoot_small.jpg

Réactions

  • Lubo le 18/11/2009 à 09h32
    @ Gone : Grognon s'est barré avec l'argent. On a plus de nouvelles.

    @ Tous : Snif, snif, snif.

  • poiuyt le 18/11/2009 à 09h33
    Bon, ben merde... Le seul journal dans lequel j'ai jamais écrit qui s'en va, c'est triste...
    Combien on vous doit pour le plaisir qu'on a eu à vous lire pendant des années??

  • poiuyt le 18/11/2009 à 09h35
    Et au fait, c'est 66% ou 75% la défiscalisation des dons??

  • rom's le 18/11/2009 à 09h36
    Qui me crame ce troll?
    mercredi 18 novembre 2009 - 09h30
    (...) Je me demande même si je ne le préférais pas au site. (...)

    => Le contraire pour moi, au point que je n'ai acheté et lu le mag papier qu'une fois. Ca ne m'empêche pas d'être déçu et désolé pour les lecteurs et plus encore les "rédacteurs".

  • Tonton Danijel le 18/11/2009 à 09h39
    RabbiJacob
    mercredi 18 novembre 2009 - 09h27
    Un peu comme dans "Good bye Lénine", j'aurais peut être préféré qu'on continue à faire semblant d'attendre l'arrivée du prochain numéro papier.
    --------------------------------------------------

    Quitte à faire dans le ciné, je me serais amusé d'une fausse annonce de décès comme dans 'Good morning England': "Les CdF disparaitront à minuit" et à minuit précise, devant les yeux pétillants d'un type à la gomina, sortie d'un article "Mais non, on déconnait!"

  • Gone n' Rosette le 18/11/2009 à 09h40
    Ca y est je suis allé sur Paie Paul, et je me suis réabonné à 1 an de Cahiers, un peu plus même.
    Quand est-ce qu'il sort le n°44 ?





    Booooouuuuuhhhhh snif snif

  • Cantona rien à dire le 18/11/2009 à 09h41
    Triste nouvelle ce matin.

    J'espère que la majorité des abonnés choisira comme je le ferai l'abandon de créances et que cela permettra à l'aventure de continuer.

    Bon courage la Rédac.

  • animasana le 18/11/2009 à 09h42
    A bientôt pour un retour (dans un an, deux?) du mag papier, cela va se relancer à un moment, c'est une évidence. Je vous attends, en tout cas.

    Pour la situation actuelle, juste un merde lâché au passage, l'air un peu sonné.
    Concrètement, gardez les sous de l'abo, et je fais mon petit don dès que cela marche. Au pire, vous revendez Bala, ça fera plaisir aux amis verts.


  • Rose & Borg le 18/11/2009 à 09h43
    A titre purement personnel (et sans avoir lu les autres commentaires), j'aime trop vous lire pour prétendre à un remboursement de l'abonnement.

    Bon courage et encore merci pour tout votre travail.

  • JP13 le 18/11/2009 à 09h44
    bcolo
    mercredi 18 novembre 2009 - 09h07

    - s'inspirer de l'expérience d'Arrêt sur Images qui a lancé début 2008 un site dont une partie de l'accès est payant (différentes formules, 3 euros par mois ou 30 euros par an, avec une gamme de tarifs réduits) et qui marche plutôt bien. Schneidermann a fait ce choix, pas évident au départ, en se passant de pub, en préférant des ressources garanties à un revenu aléatoire. On pourrait imaginer un abonnement de 10, 15 ou 20 euros par an qui donnerait accès aux articles, le reste (forum, diaporama et brèves) étant en accès libre. Vu la richesse et la diversité des contenus mis en ligne, ça me semble légitime. Un petit sondage auprès des lecteurs actuels pourrait servir à prendre la température.


    ______________________


    L'idée me semble intéressante, (je me suis abonné à "Arret sur images".