Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ballon de Plomb, les candidats / 1

Découvrez les noms de ceux qui vont se disputer l'édition 2009 du trophée le moins prestigieux du football européen – première partie.
le 17 Nov 2009

 

Stefan Babovic

Arrivé à Nantes avec l’étiquette d’international serbe et de Ballon d’Or en puissance (le) Stefan Babovic est un sérieux candidat – surpassant ainsi son compatriote et ex-Nantais Vladimir Stojkovic – d'autant que le redoutable Christian Larièpe lui sert de caution: "Un joueur de ce calibre, tu ne le trouves pas tous les jours au pied du sapin".
Après quinze matches en L1 en 2009, le bilan est famélique: une passe décisive, zéro but. Un milieu offensif vraiment inoffensif, qui devait "savoir faire jouer ses partenaires" (selon Larièpe). Ils ont bien appris à jouer sans lui. Babovic fut champion 2004/05 avec le Partizan de Belgrade, viré, puis transféré à l’OFK, club belgradois moins huppé que le Partizan et l’Etoile Rouge.

Début 2008, il arrive à Nantes alors en L2. Normal: le président du FC Nantes, Waldemar Kita, est très pote avec son père, riche homme d’affaires. Considéré comme un des surplus d’un effectif nantais pléthorique, il est prêté depuis août 2009 au Feyenoord, En deux mois à Rotterdam, il ne compte aucune titularisation, quarante-cinq minutes en Coupe et cinquante (5 + 45) en championnat.
Le "Messi des Balkans" tient plutôt du "Médor du balcon". Convoqué pour un déplacement avec la réserve de CFA2, il ne s’y présente pas ; mais on le retrouve… dans les tribunes de la Beaujoire. Comme disait Larièpe, "il peut évoluer même en attaque": il agressera son partenaire Djamel Abdoun qui le chambre, et lui brisera la mâchoire. Chouchouté par Larièpe, couvé par Kita, mais haï par ses coéquipiers, il n’a que rarement compris que le foot était un sport d’équipe.

L’atout
Doué du droit – spécialiste du pied en pleine figure.

La faiblesse
Doué du pied gauche – spécialiste du dribble.

Slogan de campagne
"Le coach le sait: je pense juste qu’à mon poste, je suis le meilleur. Dites-moi qui est meilleur que moi pour le Ballon de Plomb?"



Mustapha Bayal

Il se considère lui-même comme l'un des meilleurs défenseurs de la Ligue 1, il a été suspendu une demi-saison par la FIFA, il tourne aujourd'hui à une boulette par match et est incapable de relancer un ballon sans filer des sueurs froides à tout le monde. Il a aussi confié s'être fâché avec ses dirigeants, qui lui refusaient une augmentation réclamée pendant ses quatre mois de suspension. Cela ne l'a pas empêché de revenir à la charge et de mettre le feu aux poudres, l'été dernier, en expliquant que son salaire n'était pas à la mesure de son talent et en menaçant de rester au Sénégal plutôt que de revenir s'entraîner. Non, ce n'est pas Sall, c'est Bayal.

L'atout
Un melon encore plus gros que celui que Marcel Desailly avait… à la fin de sa carrière. Et à l'intérieur du melon, un petit pois à cause duquel il a signé deux contrats pour deux clubs différents "sans comprendre ce qu'il signait".

La faiblesse
Dès sa première saison en Ligue 1, il s'impose comme un des cadres de l'équipe de Saint-Étienne qui a ramené le club en 2007-2008. Il était aussi le patron de la défense détenant le plus petit nombre de buts encaissés par une équipe à domicile (4 en 2007-2008).

Slogan de campagne
"Si je gagne le trophée le moins convoité du football européen, c'est une nouvelle honte qui s'abattra sur mon nom. Il faudra encore changer. Brutal, c'est pas mal, non?"


bdp_bayal.jpg
Pendant les travaux du bloc équipe stéphanois, les piétons sont invités à emprunter les passages protégés transitoires. Merci.



Stéphane Dalmat

Pistonné. Le nom de Stéphane Dalmat n'a même pas été soumis au vote interne de la rédaction: il a été imposé par le soviet suprême (1), qui voit en lui un archétype du Ballon de Plomb – tels Philippe Christanval ou Ibrahima Bakayoko, qui ne l'ont jamais eu non plus. Autrement dit, un postulant d'office. Mais mérite-t-il le titre pour autant? Ou du moins, faut-il accabler un ancien espoir qui joue le maintien dans le Doubs, dont il n'arrive même plus à s'évader — lui l'ancien globe-trotter, le sérial-transféré, le Gravelaine continental? Doit-on se moquer de ses velléités de départ exprimées en juin, quand il disait qu'il considérerait un éventuel départ d'Erding comme la preuve d'un "manque d'ambition" de son club? Peut-on lui reprocher d'aller à l'entraînement un peu éméché afin d'alléger son fardeau, et de pousser l'acte manqué jusqu'à provoquer un accident pour ne pas arriver à Bonal?

Quand on a connu les étoiles de l'Inter, le ciel de Montbéliard doit sembler pâle. C'est d'ailleurs au commissariat du 8e arrondissement de Paris qu'il a effectué sa garde à vue, après une altercation avec un policier sur les Champs-élysées. À défaut d'avoir une actualité sportive extra, le Sochalien a une actualité extra-sportive. Elle lui a fait perdre le brassard de capitaine et un semblant de retour à une vie de footballeur ordinaire... car il n'y a quasiment rien à dire sur une saison disputée, elle, dans la plus grande discrétion. C'est d'ailleurs ce qui le sauvera peut-être d'une consécration repoussée aussi indéfiniment que la concrétisation des espoirs suscités par son talent initial.

L'atout
La tentation des électeurs de couronner l'ensemble de son œuvre.

La faiblesse
Beaucoup croient qu'il a déjà eu le Ballon de Plomb.

Slogan de campagne
"C'est la faute à pas de chance. Des gens comme moi, il y en a énormément sauf que eux, ils ne se font pas choper. J'assume" (lequipe.fr).

(1) Dont les favoris gagnent rarement.

bdp_dalmat
Tiens, les supporters rennais font le forcing pour que leurs dirigeants recrutent Stéphane Dalmat.


Nicolas Dieuze

Nicolas est né un 7 février de l'an de plomb 1979. Date symbolique s'il en est puisque le 7 février 1314, la justice française condamnait à mort pour la première fois un taureau coupable d'avoir encorné un homme. Vous l'aurez compris, Nicolas est un joueur plus combatif que technique.
Parti de Toulouse pour suivre Robert Nouzaret à Bastia afin de former avec André et Née une attaque de niveau européen, il y retourne 36 matches et 2 buts plus tard, en Ligue 2, et commence alors à descendre progressivement dans les compositions. Milieu offensif puis milieu défensif, il finit milieu rébarbatif. Un poste qui lui laisse les coudées franches pour écarter le jeu et ses adversaires jusqu'en dehors du terrain. La raison: "Comme attaquant, j'étais nul à chier [...] Dans mon rôle de milieu de terrain défensif, je me sens vraiment bien. Colmater les brèches, imposer mon physique, ça je sais faire". Il déclare également cette année-là: "Ce qui est marrant au TFC, c'est que, moi qui suis attaquant de formation, je suis le seul à ne pas encore avoir marqué cette saison".

Après six ans pendant lesquels les supporters toulousains ont pu admirer sa technique frustre mais reconnaissable (à base de jambe droite tendue, de tacles grossiers, de chevilles chicotées et de passes boiteuses), il quitte la ville rose – qui lui a bien évidemment manqué de respect –, alors à une marche de la relégation, pour rejoindre Le Havre, fraîchement promu. L'année suivante, Toulouse terminera cinquième et Le Havre bon dernier. Il se lance alors dans une nouvelle prophétie dans France Football: "J'ai connu des équipes qui jouaient le maintien, comme Toulouse par exemple. Mais on était toujours dans les clous jusqu'au bout. Là, l'enjeu à disparu. À part montrer de la dignité, on ne joue plus pour grand-chose. J'ai de la fierté et j'en ai marre qu'on passe pour des cons". Il signe alors à Grenoble.

L'atout
En 2009, avec Le Havre puis Grenoble, il a connu la défaite à 22 reprises, pour 4 victoires et 2 nuls. 79% de défaites, nous vous mettons au défi de trouver un plus beau chat noir parmi les autres candidats.

La faiblesse
Pour attraper les ballons des deux mains dans sa surface, il s'est révélé meilleur que Viviani.

Slogan de campagne
"Pourquoi 'SOS Kezman'? Parce qu'un journal parisianiste comme les Cahiers du football estime que Kezman doit rester dans le gotha? Nous aussi nous avons notre place. Il y a aussi 'SOS Bayal', ''SOS Babovic', 'SOS Dieuze'. Pourquoi faudrait-il absolument que Paris remporte à chaque fois le Ballon de Plomb? Pourquoi? On a bien compris qu'il faut sauver le soldat PSG."


bdp_dieuze.jpg
Pour le foot, c'est pas ça, mais Dieuze était peut-être le Maradona du volley, et personne n'en saura jamais rien.


Fred

Ses compatriotes sont les spécialistes du retour de vacances tardif? Fred l'a élevé au rang d'art de vivre, nous procurant les meilleurs moments de "Bernard et Jean-Michel ne savent pas quoi répondre", entre menaces de rupture de contrat ou d'amendes et peur de voir un transfert à 12 millions partir en fumée. L'échéance n'aura finalement été que repoussée jusqu'à une résiliation à l'amiable avant le terme du contrat. Fred part à Fluminense après quelques mois de chômage.

Pourtant, le Brésilien a indéniablement été un excellent footballeur sous le maillot de l'Olympique lyonnais. Plusieurs fois meilleur buteur du club, son "échec" en Europe en est d'autant plus incompréhensible. Objet de quolibets multiples à propos d'une compagne prétendument volage, le sosie de Francis Perrin n'aura jamais réussi à être considéré à la hauteur de son talent: entre Anderson et Lisandro, il fut le seul vrai bon recrutement de l'OL à la pointe de son attaque.
Mais trois ans pour apprendre les bases de la langue française, deux ans pour différencier salaire brut et salaire net, six mois pour aller consulter son médecin de famille au Brésil, six autres pour résilier son contrat sans jamais franchir de fameux palier font de Frederico Chaves Guedes un candidat sérieux au plomb suprême.

L'atout
Pour lui, le Ballon de Plomb sera livré avec une chaîne qu'il pourra attacher à la cheville de sa femme

La faiblesse
Il est intrinsèquement meilleur que tous les autres nommés réunis.

Slogan de campagne
"Qu'est-ce que tu fais pour les vacances?"
 

bdp_fred.jpg
"Non, c'est ma femme qui adore venir au hammam. Mais avec toute cette vapeur, je la perds souvent. D'ailleurs, vous l'avez pas vue?"


Elliot Grandin

Ayant fait son trou au plus haut niveau, la génération 87 devait également être représentée au plus bas. Elliot Grandin, c'est Franck Dumas qui en parlait le mieux, alors que l'international espoirs quittait Caen pour Marseille: "C'est un jeune plein de qualités mais qui a du mal à comprendre ce qu'on lui dit. Cela fait deux ans qu'il m'emmerde, je suis désolé de dire ça, mais à chaque fois qu'il doit jouer, il est en boîte la veille. Peut-être qu'en l'éloignant de ce qui le retient à Caen, dans un grand club, il comprendra ce qu'est le haut niveau". Il n'en faut pas plus pour qu'un intérêt particulier pour Elliot naisse.

Capé en équipe de France des moins de 15, de 17, de 18, de 20 ans et en espoir, le Caennais d'origine arrive en terre phocéenne précédé d'une réputation flatteuse et enchaîne quelques bons matches avant de disparaître progressivement de l'équipe. Ce n'est pas Messi, Elliot. Avec l'abnégation de Ben Arfa et les prédispositions de Valbuena alors qu'il aurait mieux valu avoir l'inverse, il est prêté à Grenoble pour qui il joue huit matches. Il n'est plus apparu sur un terrain de football depuis le 4 avril 2009, et résilie son contrat avec Marseille en septembre. À vingt-deux ans, Grandin est chômeur.

L'atout
Atout: au rythme où va sa carrière, c'est certainement l'année ou jamais pour lui.

La faiblesse
Elliott qui?

Le slogan de campagne



bdp_grandin.jpg
La jonction temporelle est souvent délicate entre un has been et un may be.



Les candidats, seconde partie
candidats2_ballon_de_plomb.jpg
.

votez_ballon_de_plomb.jpg

Réactions

  • Popopop le 17/11/2009 à 11h44
    Tonton Danijel
    mardi 17 novembre 2009 - 11h14
    Popopop
    mardi 17 novembre 2009 - 10h14

    Ce qui me gêne avec Kezman, c'est que tous les supporters du PSG risquent de se ruer sur son nom comme sur le premier Mendy venu.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

    C'est possible. Mais ce que je dis en premier lieu, c'est que si l'gars Mateja venait à être élu, ce serait, selon moi, tout sauf un scandale. Après, je ne sais pas s'il bénéficiera d'un soutient démesuré de son kop, un peu comme les tocards qui font un parcours indécent à la Nouvelle Star, mais il fera tout de même un beau vainqueur.

    Mais j'ai beau relire la liste, je vois pas de candidat présentant une fiche aussi complète, à part peut être Babovic, qui risque en effet de se retrouver hors course faute de médiatisation.

    Et je précise qu'en tant que supporter Gigi, je montre l'exemple, puisque la tentation de voter Placente ne serait pour moi qu'une forme de basse vengeance, et donc ne m'a que brievement traversé l'esprit.

  • Moravcik dans les prés le 17/11/2009 à 11h45
    Au fait, qu'est ce qu'on a comme oubliés marquants cette année ?

    Bon, évidemment il y a Ben Arfa, mais je devine qu'il s'agit là d'un choix conscient de la rédac (dont j'aimerais d'ailleurs connaître l'argumentation). Discutable quand même, s'il y en a un avec écrit 'Ballon de Plomb' sur le front, c'est bien Hatem.

    Quelqu'un a mentionné Cavenaghi, je n'y avais pas pensé mais c'est effectivement une bonne idée. Perso je rajouterai bien Matsui, tellement en chute libre depuis qu'il a quitté Le Mans que c'en est presque surnaturel. Sinon, je ne sais pas, Mirallas, Gérald Cid, Jemmali, Le Tallec...

    Trop tôt pour Ederson, Mbia, Ciani ou Gudjohnsen ? Ok, trop tôt. En parlant de l'édition 2010, côté Verts de gros espoirs pour Sanogo et Bergessio. Je ne sais pas pourquoi mais je la sens bien la prochaine. En attendant, allez Bayal !

  • Le_footix le 17/11/2009 à 12h16
    La liste des oubliés est en partie 2...

    Et je ne vois pas pourquoi Cavenaghi y figurerait. Titulaire et serial buteur l'an dernier, injustement sur le banc en LDC, avant de se blesser pour de longues semaines et de revenir en toute fin de saison. A du mal à retrouver le chemin des filets depuis. Ne s'est jamais plaint de moins jouer. Veut absolument prolonger à Bordeaux où lui et sa famille se sentent super bien.

  • Parisiano le 17/11/2009 à 12h57
    injustement, injustement... Bordeaux est aux sommets sans lui, il n'y a rien d'injuste. Je ne dis pas qu'il en mériterait un, mais il aurait pu faire partie de la liste quand même. Et pourtant je l'aime bien.

  • Moravcik dans les prés le 17/11/2009 à 13h00
    Ah merci je n'avais pas vu.
    Je m'incline pour Cavenaghi, tu as raison.
    Pour ma part je regrette la présence annuelle de sélectionnés à peine apparus sur les terrains. Douglao, Everton/Souza, Placente... on a vraiment pas eu le temps de les connaître (et c'est sans doute tant mieux, mais quand même).

  • Tonton Danijel le 17/11/2009 à 13h12
    Ouais enfin, ils sont surtout nommés parce que justement, ils sont venus avec une étiquette de crack et qu'ils n'ont pas été conformes à leur réputation. Après, le gars qui vient du National et qui ne s'impose pas, on ne va pas lui en vouloir.

  • Le_footix le 17/11/2009 à 13h15
    Douglao, c'est plutôt l'inverse. Sa réputation vient du fait qu'il a été recruté en 3e division brésilienne, et propulsé titulaire en L1 comme ça, d'un seul coup, sans réfléchir.

    Au moins il est titulaire et il semble faire une saison correcte à Kavala en Grèce à présent.

  • Qui me crame ce troll? le 17/11/2009 à 13h28
    lubomir
    mardi 17 novembre 2009 - 11h45
    Au fait, qu'est ce qu'on a comme oubliés marquants cette année ?

    Bon, évidemment il y a Ben Arfa, mais je devine qu'il s'agit là d'un choix conscient de la rédac (dont j'aimerais d'ailleurs connaître l'argumentation). Discutable quand même, s'il y en a un avec écrit 'Ballon de Plomb' sur le front, c'est bien Hatem.
    -----
    Ca serait bien que même en tant que Ballon de Plomb, Ben Arfa reste un éternel espoir.

  • Gillou le 17/11/2009 à 13h33
    Hatem n'a pas été nommé pour éviter de briser sa carrière à venir...
    Et puis, même les marseillois ne sont pas d'accords sur son compte.
    Babovic semble intouchable, mais Kezman et Keita seront pas loin à mon avis, et puis mon vote.
    A moins que comme l'année dernière, Dame Redac ne choisisse de clore les votes beaucoup trop tôt.

  • Moravcik dans les prés le 17/11/2009 à 13h33
    Justement, "ne s'est pas imposé", c'est bien léger comme raison unique de voter pour un candidat. Everton et Souza, on ne savait tellement pas qui ils étaient qu'ils ont été nominés ensemble. Je ne me vois pas voter pour un joueur que je ne reconnaitrais même pas.

    Non, décidément, je regrette l'absence de Jemmali. Il avait tout : équipe (Grenoble), comportement (violent), déclarations publiques (lamentables), niveau de jeu (jemmaliesque), vraiment le candidat parfait.

La revue des Cahiers du football