Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

DU SANG, DE LA SUEUR ET DES LARMES

Invité : les Cahiers du catch – Les Cahiers du foot sont heureux de saluer la naissance d'un petit frère. Il porte des slips bizarres et bave un peu, mais on va l'aimer.
Auteur : Axl Rothen le 11 Juin 2009

 

gg_cahiersducatch.jpg


Ce "George Guest" est un invité pas comme les autres. Si jusqu’ici cette rubrique a permis aux Cahiers du football d’accueillir et de présenter des sites dont le rapport au football est proche du leur, c’est cette fois un site qui a fait sienne la "méthode Cahiers" qui est à l’honneur. Et si son objet est bien éloigné du rectangle vert et du ballon rond, son style en fait un cousin proche, quoique pas vraiment sortable.

cdc_7.jpgEnfant bâtard
A leur apparition, à une époque lointaine où ni l’équipe de France ni Randy Orton n’étaient champions du monde, les Cahiers du foot ont représenté une bouffée d’air frais dans le paysage médiatico-sportif français. Les Cahiers souhaitaient traiter le football avec humour et dérision, sans négliger pour autant les sujets qui fâchent.

Cette méthode est aisément transposable à d’autres sports et, depuis le temps que les Cahiers existent, on aurait été ravis, mais pas surpris, de voir naître les Cahiers du rugby, du tennis, du basket, du hand, etc. Mais il faut croire que les fans de Kelleher, Federer, Bryant ou Karabatic sont de sacrés fainéants, à la différence de ceux de Chris Jericho. Car le premier site prenant directement pour référence les CdF ne se consacre pas à un sport en tant que tel, mais à cet enfant bâtard de la lutte et de la commedia dell’arte qu’est le catch.


Une passion honteuse qui s’assouvit en cachette
Le catch, nous le savons bien, a mauvaise presse. À en croire ses nombreux détracteurs, il s’agit d’un spectacle grotesque et vulgaire, faisant appel aux plus bas ressorts de l’âme humaine. Si s’y intéresser peut être toléré de la part d’enfants de moins de dix ans, il semble inimaginable qu’un adulte sain d’esprit puisse consacrer du temps de cerveau disponible à ces pitoyables simagrées. Certes, ces arguments sont en bonne partie justifiés. Mais à y regarder de plus près, les mêmes raisonnements n’étaient-ils pas opposés, il n’y a pas si longtemps, aux supporters de football? Jusqu’au triomphe orgiaque de 1998, le supporter de foot n’était-il pas considéré comme un débile, qui plus est potentiellement dangereux dès lors qu’il se retrouvait en meute?

Ne vous en faites pas, nous n’allons pas tresser une fastidieuse comparaison de ces deux passe-temps. Qu’on nous autorise toutefois à affirmer qu’un objet comme le catch, à condition d’être considéré sous le bon angle, peut tout comme le football amuser, enthousiasmer et même fasciner.


cdc_2.jpg
- Regardez! Les gentils, ils font comme les méchants!
- Ça veut dire que nous aussi, on doit faire ça!
- Oui! Semons la mort et la destruction sur la planète!
- Obscurcissons le ciel de la fumée des villes détruites!
- Gloire à Satan!


Quelques grammes de finesse dans un monde de brutes
Evacuons immédiatement un faux débat récurrent: non, évidemment, le catch n’est pas un sport, et oui, évidemment, nous savons que les matchs sont arrangés à l’avance. Il n’empêche que les catcheurs sont (au moins pour la plupart d’entre eux) des athlètes accomplis capables d’accomplir des prouesses physiques sidérantes, et que l’issue des combats, si elle est pré-écrite, n’est pas forcément prévisible pour autant, comme en témoignent les concours de pronostics qui fleurissent sur le net, et notamment sur les Cahiers du catch: on a autant de chances de prédire avec exactitude les résultats de dix combats d’une réunion de catch que de faire une grille parfaite au Loto Foot.

De plus, le catch actuel, du moins tel que pratiqué dans la plus grande fédération mondiale, la WWE (World Wrestling Entertainment, qui est la seule fédération que nous suivons attentivement du fait de sa plus grande exposition et aussi par manque de temps pour les autres), donne la part belle aux talents d’acteurs des protagonistes. Semaine après semaine, show après show, le plus grand cirque du monde raconte des histoires dont les matchs ne sont que des éléments parmi d’autres. Le catch est un ensemble unique, constitué à la fois de combats souvent spectaculaires et de saynètes faisant avancer le récit. C’est ce qui en fait le charme et l’unicité. C’est aussi ce qui nous a d’abord intrigués puis aimantés. Et finalement donné envie d’écrire.


Un paysage médiatique uniforme
Aux Etats-Unis, ce spectacle total est entré dans les mœurs depuis plusieurs générations, si bien que bon nombre de papas de Seattle ou de Louisville racontent à leurs enfants les exploits des catcheurs d’antan avec la même émotion que nos propres pères nous narrent encore les performances des footeux des années 1970. Une presse diversifiée et d’innombrables sites Internet sérieux y sont consacrés. En France, on n’en est pas là (qui a dit "heureusement"?). Le catch, en pleine expansion depuis un an ou deux après de longues années d’éclipse (une émission hebdomadaire y avait été consacrée sur Canal+ au milieu des années 1990), est principalement l’affaire des enfants et des adolescents. L’offre médiatique est à l’avenant: une diffusion télé encore balbutiante, une presse axée sur le jeune public et une blogosphère vivante, constellée de quelques sites excellents, mais très inégale et globalement submergée de skyblogs dédiés au culte de tel ou tel catcheur en langage SMS.

C’est dans ce contexte que, forts de nos années de lecture assidue des Cahiers (auxquels nous avons même eu l’honneur de contribuer épisodiquement), nous avons immodestement lancé, au début de l’année 2009, les Cahiers du Catch. Un peu comme en 1997 les pères fondateurs des CdF postaient leurs premiers articles comme des bouteilles à la mer, espérant qu’il se trouverait quelque part des lecteurs partageant leur vision, nous avons voulu faire le site que nous aurions aimé lire. Fondamentalement, il s’agit de pester contre des histoires abracadabrantes ou des matchs foireux, ou au contraire de s’incliner devant la maestria des scripteurs et des acteurs, mais toujours en ricanant, sans hésiter de temps à autre à sombrer dans un mauvais goût régressif auquel le spectacle invite souvent, on ne le nie pas.


cdc_1.jpgDes types qui comprennent rien, d’autres qui viennent de se faire casser la gueule, et une gonzesse à poil: on est bien au Jugement dernier de la WWE.

Are you rrrrready to rumble?
Si vous vous aventurez jusqu’à nos pages, vous trouverez donc des analyses hebdomadaires des deux principaux shows de la WWE (Raw et Smackdown); des comptes-rendus des pay-per-view mensuels; des rubriques consacrées aux grands catcheurs du passé ou à des thèmes globaux (traitement du catch féminin, vision géopolitique propre à la WWE, attitude face au dopage, et ainsi de suite); et bien sûr plusieurs formats humoristiques qui pompent éhontément des concepts Cdfiques comme les faux reportages ("24 heures dans la vie de…"), les vignettes ou encore des sondages tout à fait idiots (faut-il être idiot pour se demander à quel catcheur ressemble le plus Nicolas Sarkozy, alors que l’un d’entre eux est un nain particulièrement ignoble?). Sans oublier de confortables modules vidéo. Tout pour être heureux, en somme (jusqu’à ce que les Cahiers du foot nous collent un procès pour plagiat sur le dos).

La saison de foot est terminée, et il n’y a pas de Coupe du monde ou d’Euro à se mettre sous la dent cet été. Alors plongez-vous dans le monde merveilleux du catch!

>> Lire aussi : 11 raisons de préférer le catch au football.

gg_cahiersducatch.jpg

Réactions

  • sansai le 11/06/2009 à 01h13
    C'est le 1er avril en retard ? C'est un vrai sport le catch ? Ils font pas semblant ?
    J'ai dû mal lire, je recommence.

  • sansai le 11/06/2009 à 01h15
    Bon, j'avais mal lu. Mais du catch ? Vraiment ?!
    Je veux dire, DU CATCH ?!?!?

  • Marko Tsubasa le 11/06/2009 à 01h19
    Yeah !
    J'espère que quelqu'un aura la même idée pour le free-fight.

  • Raspou le 11/06/2009 à 01h40
    Axl? THE Axl? Le seul l'unique?

    Dans mes bras ami parisien pour cette magnifique initiative (d'autant qu'on se la pétait beaucoup amateurs des Belles-Lettres, ici, ces derniers temps).

    Eh oui, j'adore le catch. Jamais plus de 5 minutes d'affilée, car ensuite je craque, mais pendant 5 minutes je rigole comme un gosse (ou comme un ado libidineux dans le cas du catch féminin).

  • Hurst Blind & Fae le 11/06/2009 à 01h46
    Quelques grammes de brutalité dans un monde de brutes, ça pourrait péter comme slogan.

  • mollows le 11/06/2009 à 01h52
    Moi aussi, j'aimerai surement à rire comme un abdo lipideux.
    Pas passé le pas pour le moment.

    Sinon, ce pseudo Axl Rothen là, c'est une allusion fine au "Fais moi mal, Johnny Johnny Johnny" de Boris Vian ou plutôt une dédicace douce amère aux "Roses blanches" de Berthe Sylva ?

  • Troglodyt le 11/06/2009 à 09h20
    Du catch?
    Cette exhibition pour insomniaques impuissants qui se complaisent dans la glorification de la simulation?
    (la preuve: ils ont Canal+)
    Du catch quoi...

  • Qui me crame ce troll? le 11/06/2009 à 09h25
    Ah le catch, je peux pas. Enfin je peux plus. J'aurais tendance à faire du "c'était mieux avant" quand The Undertaker, Big Bang Bigelow, Shawn Michael, Bret "Hit man" Hart ou Yokozuna étaient sur le ring.

  • Fier Panpan le 11/06/2009 à 09h29
    Le catch !



    LOL !!

  • Ovale Masqué le 11/06/2009 à 09h47
    Aaah le catch... même si j'ai franchement décroché, je dois avouer que moi aussi, ce 'truc' m'a toujours un peu fasciné. Petit, parce que j'aimais la castagne et parce que la plupart des lutteurs hauts en couleurs étaient de vrais personnages de cartoon. Plus tard, ben je sais pas trop pourquoi en fait. Peut être parce que ça ressemble à rien d'autre, mélange de sport, chorégraphie et de commedia dell'arte en effet, souvent grotesque mais pouvant atteindre des moments de grâce. Et surtout c'est très divertissant, encore plus en France d'ailleurs car nous avons des commentateurs passionnés (Agius surtout) mais également capables de faire ressortir tout le second degré et la drôlerie de la chose.

    J'ai toujours eu du mal à exprimer à mon entourage ce qui pouvait être intéressant dans le catch et je trouve que ce texte le fait très bien. Je vous encourage à pousser un peu le réflexe naturel "catch = beaufs, en plus c'est truqué" et de découvrir cet "art" et ce milieu si particulier, comme on peut le voir dans le très bon film The Wrestler. Et sachez que si la WWE est une gigantesque pompe à frique et que parfois ça ressemble plus à Plus Belle la Vie meets Chuck Norris, ce qui peut inspirer le dégout à bien des égards, le catch est quelque chose de très sérieux et de quasi religieux dans certains pays comme le Japon, le Mexique et à moindre mesure le Canada. Définitivement un phénomène intéressant, qu'on adhère ou pas.

    Une recommandation: le film Wrestling with Shadows, documentaire sur le catcheur canadien Bret Hart et sa (touchante) famille de déglingués: catcheurs de pères en fils voire filles. Gage de la qualité du machin, il avait été diffusé sur Arté en VOST il y a quelques années, vous devriez le trouver dans cette version dans des endroits pas Hadopifriendly, je crois que c'est le seul moyen de l'avoir en français de toute manière.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.