Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Fronce 98

À quel moment Bixente Lizarazu est-il devenu insupportable?
Auteur : Jamel Attal le 1 Avr 2009

 

De guerre lasse, on avait renoncé à évoquer dans la Revue de stress du numéro 43 sa dernière apparition dans le supplément "Sport & Style" de L'Équipe Magazine. Las, ces pages sur vélin à peine digérées, l'animal surgissait à nouveau sur le papier moins luxueux de l'hebdomadaire gratuit Sportweek. Toujours dans ce style d'acteur mono-expressif dont semble ne jamais se départir Bixente Lizararu, très soucieux dès que surgit un objectif. Un souci qui explique probablement cette double ride verticale constamment arborée sur son front, lui conférant cet inimitable regard pénétré.

lizarazu_3.jpg


On se souvient du documentaire auto-filmé Merci beaucoup und au revoir que Canal+ avait produit sur sa fin de carrière à Munich (non, pas sa fin de carrière à Marseille), le montrant en train de faire sa lessive en slip, de se coiffer devant le miroir ou de baguenauder dans des pâturages philosophiques: "C’est quoi la vraie vie? Si je dois donner une image, tu vois, tu t’embarques sur un bateau, et tu as décidé d’aller à un endroit, et tant que t’es pas arrivé à cet endroit, il est pas question de rentrer, voilà, c’est un peu ça".

D'autres reportages a priori plus anecdotiques ont ensuite offert quelques chefs-d'œuvre à ce genre en soi (relire "Mi-homme, mi-planche de surf"). Et puis, en tant que consultant sur Canal+, l'ancien champion du monde a peaufiné son image en associant à ses savantes décoiffures une bande-son dans laquelle le taux de "moi je" approche celui du président de la République (en proportion inverse de l'utilité de ses analyses). Après un apéro et en plissant un peu les yeux, le téléspectateur peut même voir le monde tourner autour de Lizarazu.

lizarazu_4.jpg


On l'aimait pourtant, le Liza footballeur de la fin du 20e siècle, bien avant qu'il ne devienne un rentier de 98 épris de grandeur océanique mais s'abaissant à allumer le sélectionneur comme les autres. Dans Sportweek, c'est le surfeur sapé qui est à l'honneur, celui qui "communie avec la nature", évidemment. Face à la mer, comme s'il attendait que l'hostie en surgisse. Les yeux tout froncés. Liza est inquiet. Liza est écologiste, il espère que la plage est bien propre.

Allez, peut-être vieillira-t-il bien, et puis on s'y fera de toute façon: l'amateur de football – comme le supporter du FC Metz, d'ailleurs – a développé un stoïcisme qui lui permet déjà de vivre avec Jean-Michel Larqué et tant d'autres tortures. Mais de grâce, Bixente, aide-nous un peu: défronce-toi.


Photos (détails) : Marcel Hartman (L'Équipe Sport & Style, décembre 2008); Pauce et Éric Chauché (Sportweek, 27 mars 2009).

Réactions

  • grattepoil le 01/04/2009 à 01h06
    On dirait qu'une photo de Johnny Hallyday s'est subrepticement glissée parmi celles de Lizarazu : saurez vous la reconnaître ?

  • mollows le 01/04/2009 à 01h18
    Et n'oublions jamais que la sélection de Gourcuff contre la Serbie était bien trop prématurée.

  • Troglodyt le 01/04/2009 à 07h24
    Barthez: "Ouais Liza, allez-viens quoi, défronce-toi!"

  • Moravcik dans les prés le 01/04/2009 à 07h38
    "une bande-son dans laquelle le taux de "moi je" approche celui du président de la République (en proportion inverse de l'utilité de ses analyses)"

    Euh, 'en proportion inverse de'... pardon, quoi ?
    Ou c'est moi qui suis bourré, ou alors il va vraiment falloir envoyer ce papier à un mec de droite.

  • Et Micoud, c'est du poulet ? le 01/04/2009 à 08h52
    J'ai relu aussi en 2 fois. En proportion inverse aux analyses de Liza, pas de Sarko.

  • Croco le 01/04/2009 à 09h07
    En même temps, vous chipotez: vous avez déjà vu Sarko analyser quelque chose??? Il vient avec sa solution clé en main à chaque fois?

  • Qui me crame ce troll? le 01/04/2009 à 09h29
    C'est vrai que Liza c'était le mec cool qui relativisait, qui faisait de surf, tranquille...
    En fait ce qui lui est arrivé, c'est qu'il a commencé à se prendre au sérieux.
    Tiens en voyant sa tronche, je me suis demandé s'il n'a pas changé de tête depuis le début de sa carrière, vous savez du genre augmentation des maxilliaires etc

  • Portnaouac le 01/04/2009 à 09h40
    Certes, la phrase semble un peu bancale (peut-être qu'un "et" placé au début de "en proportion inverse..." aurait dissipé toute interrogation sur son sens) ; cependant, située dans un article des CdF, il y avait peu de place au doute, non ?

    C'est marrant quand-même, cet esprit "gardien de la révolution" que l'on croise parfois au détour de certaines réactions ; il y en avait déjà eu une en milieu de semaine dernière quand la régie publicitaire avait eu la malencontreuse idée de faire paraître une pub gouvernementale en haut de cette page (du genre "Aurait-on vendu son âme et enterré toutes les proclamations des débuts des CDF?") ; aujourd'hui, c'est Jamel Attal dont on se demande (visiblement inquiet) s'il n'aurait pas mentionné l'existence d'une qualité chez notre bon président.

    Visiblement, s'il le fallait, les candidats à un poste au sein d'un éventuel comité de salut public ne manqueraient pas...

  • arnaldo01 le 01/04/2009 à 09h44
    Kim, il y a peut-etre un peu de ca mais je pense surtout qu'on lui a demandé son avis sur tout et n'importe quoi ! Et il y a moyen que ca grise un homme de se voir si demander, on est obligé de penser qu'on est important. Et une fois que tu as un role bien précis, ca doit etre tres difficile de le changer puisque tu es toujours invité pour ce role-là.

  • safetsusic le 01/04/2009 à 09h51

    Portnaouac
    mercredi 1 avril 2009 - 09h40
    ....
    Visiblement, s'il le fallait, les candidats à un poste au sein d'un éventuel comité de salut public ne manqueraient pas...


    Je ne sais pas pour les autres mais moi, oui, tiens, je serais candidat.


    Par ailleurs, ta philippique, certes vigoureuse et rayonnante de noble vertu, me semble rater l'essentiel : Lubomir n'a pas su lire correctement la phrase (mais n'était-il pas bourré, de son propre aveu? D'aucuns ont ajouté in petto "et Stéphanois", je ne rejoins pas ce choeur, tout occupé à rédiger mon acte de candidature au Comité de Salut Public à venir).