Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Moins de foot, plus cher

Partagée entre Canal et Orange, la Ligue 1 va frustrer ses amateurs tout en leur faisant les poches.
Auteur : Jérôme Latta le 30 Juil 2008

 

Le week-end du 9 août, le championnat de France français retrouve les terrains... et les écrans. Pour les footballeurs, les pelouses n'auront pas changé, exception faite de celles des promus. Pour les spectateurs, il faudra s'habituer aux nouveaux horaires:  6 matches à 19 heures et un à 21 heures le samedi, 2 matches à 17 heures et un à 21 heures le dimanche (1).
Les téléspectateurs, eux, vont découvrir le nouveau paysage audiovisuel dont a enfanté l'attribution des droits télé pour la période 2008/2011, et qui sera donc le leur pour trois saisons. Non sans dégâts: il faudra choisir entre s'asseoir sur sa frustration ou mettre la main au portefeuille.


orange_foot2.jpgPas de quartier pour Orange
La grande nouveauté, ce sera évidemment l'apparition de la chaîne Orange Foot, l'opérateur de téléphonie ayant acquis, pour 203 millions d'euros par saison, le droit de retransmettre le "grand match" du samedi, à commencer par le premier choix de 21 heures. Cette offre ne sera accessible qu'aux abonnés de l'offre "triple play" d'Orange (téléphone, Internet, télévision), via ADSL ou satellite, contre 6 euros mensuels – qui s'ajouteront aux 29,90 euros d'abonnement + 3 euros de location de la Livebox.
Inaccessible via la TNT, Orange sera disponible par satellite dans les zones où le débit ADSL n'est pas suffisant, moyennant l'installation éventuelle d'une parabole et la location ou l'achat d'un décodeur spécifique (2).

Dans la bataille, Canal+ s'est arrogé le "grand match" du dimanche soir et la priorité pour en désigner l'affiche (3). La chaîne cryptée a aussi conservé un semblant d'exclusivité, puisqu'elle diffusera l'intégralité des matches: en direct et en paiement à la séance via Foot+ pour les huit matches hors les deux affiches, et en différé à partir de minuit pour les matches Premium (dont celui du samedi soir diffusé par Orange).


Dépenser plus pour voir moins
Pour avoir accès à tous les matches, ou plus simplement pour avoir la possibilité de regarder les deux "grands matches" du samedi et du dimanche soir, il faudra s'abonner à la fois à Canal+ et à Orange (en y ajoutant le prix de Foot+). Un abonné C+ qui payait 30 euros pour voir trois matches n'en verra plus qu'un, et devra en remettre 36 dans la corbeille pour avoir le droit de voir l'autre affiche du week-end chez Orange...
Sauf à payer sensiblement plus cher, il y aura donc moins de matches disponibles pour la plupart des téléspectateurs. Ce ne sera pas forcément un mal, la vraie vie étant ailleurs, mais en réalité et en moyenne, l'ensemble des amateurs de football déboursera plus d'argent... tout en voyant moins de foot.

La bonne opération financière (668 millions annuels) réalisée par la Ligue en cassant l'exclusivité de Canal+ et en ouvrant la porte à Orange en tant que diffuseur a failli avoir une conséquence plus marquante: la disparition de toute image de la Ligue 1 disponible sur les réseaux hertziens gratuits, puisque même le magazine du dimanche (Téléfoot puis France 2 Foot la saison dernière) avait été acquis par Canal. Avivé par les protestations de France Télévisions (qui souhaitait récupérer, via une nouvelle loi, un accès aux images), les mobilisations des associations de téléspectateurs et l'inquiétude du CSA, le débat sur "la privatisation du foot français" et le droit à l'information a finalement poussé Canal+ à proposer en clair le magazine du dimanche (4).


orange_foot1.jpg


Moins populaire
Le saucissonnage de la Ligue 1, s'il constitue une réussite sur le strict plan économique pour les clubs de Ligue 1, aura pourtant des effets difficilement mesurables. Déjà, certains présidents se sont aperçus avec retard que l'exposition du championnat serait très réduite par rapport aux saisons précédentes. Non seulement il n'y a plus que deux affiches au lieu de trois, mais de surcroît, la première diffusée par Orange va toucher un nombre famélique de téléspectateurs, l'offre démarrant à peine et n'offrant pas la garantie de conquérir des audiences aussi larges que celles de Canal (déjà restreintes à 5,3 millions d'abonnés). La chaîne va d'ailleurs – comme TPS avant la fusion – mettre en valeur la Premier League sur son antenne du samedi après-midi...

Le retour à la concurrence aura aussi pour effet d'instaurer une logique purement commerciale pour le choix des matches. "Nous serons un peu moins 'démocrates'. Nous choisirons à chaque fois la meilleure affiche possible", confiait récemment Cyril Linette à L'Équipe. Cela signifie que certains "petits" clubs pourraient ne plus jamais être diffusés, au profit des plus médiatiques (5)... Or, la répartition des droits télé entre les clubs est en partie calculée sur le nombre de diffusions. On comprend quel effet de levier va se mettre en place, consistant à faire aller toujours plus d'argent aux mêmes formations.


La vente à la découpe du championnat de France creuse ainsi l'écart entre l'industrie du football et ses consommateurs. Elle résulte d'une vision à court terme, dont les conséquences ont peut-être été très mal mesurées par ceux qui vont croire en profiter: à l'arrivée, le danger est tout simplement de dévaluer le produit en le rendant moins populaire. Ce risque-là a-t-il été calculé?



(1) La première journée, pour laquelle tous les matches seront disputés le samedi à 21 heures, sera diffusée en multiplex par Canal+ (hors le match d'Orange Foot du samedi soir). Il en ira de même pour les 20e, 37e et 38e journée. Par ailleurs, lors des 2e et 3e journées, les matches du dimanche après-midi auront lieu à 16 heures au lieu de 17.
(2) Orange dispose aussi de l'exclusivité de la diffusion sur téléphones mobiles, sur lesquels huit rencontres seront disponibles (hors les deux grands matches du samedi soir et du dimanche soir). L'opérateur commercialisera en vidéo à la demande (VOD) un magazine hebdomadaire disponible à partir de dimanche minuit.
(3) Lots "Premium 1 et 2" de l'appel d'offres (les 10 plus belles affiches plus les 28 autres matches du dimanche soir). Canal+ s'est ainsi d'ores et déjà réservé toutes les confrontations entre l'OM et l'OL, ainsi qu'entre l'OM et le PSG. De son côté, Orange aura la priorité pour désigner 10 matches du samedi soir.
(4) Diffusé de 19h40 à 20h40 et animé par Hervé Mathoux et Nathalie Ianetta à partir du 31 août, "Canal Football Club" sera selon Cyril Linette – nouveau directeur des sports – "un grand show familial (...) un peu à l'italienne, avec un grand décor et un public de 300 personnes". Il comportera, outre les résumés des rencontres du samedi et du dimanche, "des débats, un module de divertissement, un journal people" (Le Parisien).
(5) Même si une règle empêche chaque opérateur de diffuser plus de 19 fois la même équipe en prime time.

Réactions

  • fabraf le 30/07/2008 à 14h52
    Jean-Noël Perrin
    mercredi 30 juillet 2008 - 14h23

    Le foot a quand même une base nettement plus solide que le basket, qui était à l'époque un sport "en devenir" alors que le foot est déjà le numéro 1 sur tous les plans (popularité, économie, etc.).

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Voici la réponse que je faisais pour "contrer" cet argument :

    Je reprends l'exemple du basket et du rugby.
    Suite à la victoire de Limoges en 93, le basket était devenu le 2e sport et avait les honneurs de France 3 le dimanche après-midi.
    Les présidents de club voulant se faire plus d'argent ont donné les droits à TPS et laisser seulement la finale en clair (en 3 manches à l'époque).

    Mais ils ont eu une vision court-termiste. Oui TPS proposait plus mais qui s'intéresserait lors du prochain appel d'offres a un sport devenu confidentiel ? Et bien, ça n'a pas loupé : c'est le seul sport pro où les budgets des clubs sont inférieurs à ceux qu'ils étaient il y a 10 ans (en francs constants).

    Le rugby a privilégié une exposition plus importante de son produit. Résultat, même la Pro D2 intéresse les diffuseurs ! Sport+ et France 3 la mettent à l'antenne tous les dimanches à 15h15 (comme par hasard l'ancien créneau du basket).

    Résultat, il y a 10 ans :
    - je ne comprenais rien au rugby (mais absolument rien)
    - Je ne jurais que par le basket européen, je connaissais bien les joueurs du championnat de France.

    Aujourd'hui,
    - je ne rate plus une grosse affiche du TOP 14
    - je ne peux même pas te citer les 2 derniers champions en basket ou les 1/2 finalistes de cette année
    - ne me demandes pas de te citer 5 joueurs de basket français et européen.

    Alors oui les présidents ont gagné plus d'argent mais ça signifie que pendant 4 ans, on ne verra plus Auxerre, Lille, Sochaux, Caen, Le Havre, Grenoble, Valenciennes, Le Mans, Lorient, Nancy... Ce n'est pas rien, ça fait déjà la moitié des clubs de L1. On verra dans 4 ans si les droits de la L1 vaudra aussi cher.

    Néanmoins, comme je le disais, je m'en tape : je regarderai toujours mes matchs anglais et espagnols, je suivrai la NBA.
    Les matchs de l'OM ? A la radio, sur Europe ! (oui j'ai grandi avec Hervé Davy devenu Quérivel)
    Le reste ? Tant pis, la nature ayant horreur du vide, mon attention se portera sur Séville au lieu de Rennes, d'Everton au lieu du Mans...

    - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Donc ça ne sera pas moins de football, mais un autre football. Car tout simplement on se passionne par ce qu'on peut voir.

  • José-Mickaël le 30/07/2008 à 15h09
    Voilà un article qui me fait réagir.

    La Rédaction :
    > il y aura donc moins de matches disponibles pour la plupart des téléspectateurs. Ce ne sera pas forcément un mal, la vraie vie étant ailleurs

    Si ! c'est un mal dans le sens où si l'on voulait voir un match, on avait jusqu'alors trois choix (l'un des trois que Canal + diffusait), alors qu'à présent on n'a plus le choix. Les abonnés de Canal + mais pas de Sport + (dont moi) vont donc devoir bouffer du Lyon, du Marseille et du P.S.G. toute la saison. N'étant attiré par aucune de ces trois équipes et n'ayant jamais trop suivi les championnats étrangers, je crois que j'aurais intérêt à résilier mon abonnement (ça tombe bien, la date anniversaire est pour bientôt).

    > "Canal Football Club" sera selon Cyril Linette – nouveau directeur des sports – "un grand show familial (...) un peu à l'italienne, avec un grand décor et un public de 300 personnes". Il comportera, outre les résumés des rencontres du samedi et du dimanche, "des débats, un module de divertissement, un journal people" (Le Parisien).

    Quelle horreur... Je sens qu'on va bien vite regretter France 2 Foot !

  • funkoverload le 30/07/2008 à 15h10
    Donc si je comprends bien fabraf, si demain F2 diffuse la premier league suisse de combat de naines tu t'y intéresseras subitement ?

    Etonnant.

  • bebustetedecactus le 30/07/2008 à 15h22
    Pour la comparaison rugby basket, elle est bonne mais il faut la pondérer. Le rugby a ce que le basket n'aura jamais, le Tournoi des VI Nations.

    Ce fut une bonne chose et ça l'est encore, le Tournoi est resté sur une chaine en clair (même s'il y a beaucoup à redire sur le traitement de F2) peut être parce que le rugby contrairement au Basket, a une compétition mythique qui passionne les foules (ce que le Basket n'a pas).

    L'autre élément dont il faut tenir compte sont les résultats des Equipes nationales, relativement quelconque en basket (à l'exception de la finale olympique dont le basket français peut s'enorgueillir de ne pas avoir su en profiter!) tandis qu'en rugby allait en finale de coupe du monde "grâce au french flair" et alignait quelques grands chelem dans le Tournoi.

    Les rugbymen peuvent quand même remercier l'incurie des dirigeants du basket français qui leur a filé un sacré coup de pouce, mais je pense que c'est autant grâce à l'EDF qu'au championnat si le rugby est sport collectif numéro 2 en France (en diffusion)




  • fabraf le 30/07/2008 à 15h25
    funkoverload
    mercredi 30 juillet 2008 - 15h10

    Je ne vais pas te répondre directement. Mais permets-moi de prendre un autre exemple.

    En juillet, le Tour de France passionne énormément de personnes (il suffit de voir les audiences TV ou le nombre de posts sur le fil cdf omnisports).

    Pourquoi ? Bien sûr qu'il y a beaucoup de passionnés de vélo mais la majorité s'intéresse à cet événement pour une autre raison : il s'agit du seul sport diffusé en juillet !

    Je ne suis pas sûr que toutes ces personnes s'intéressent aux classiques du Printemps, au Giro, au championnat du monde... J'irai même plus loin : si tu mettais le Tour de France à une autre date, beaucoup moins de personnes s'y intéresseraient.

    (D'où une autre de mes propositions, supprimer la trêve hivernale qui ne profite d'un point de vue marketing qu'aux Britanniques. En profiter pour assurer la promotion du football français en y disputant la Coupe de la Ligue par exemple.)

  • fabraf le 30/07/2008 à 15h35
    bebustetedecactus
    mercredi 30 juillet 2008 - 15h22

    Excuses-moi mais je tombe un peu des nues ! Dans les années 90, malgré le Tournoi, le basket était le 2e sport national. (Le patinage artistique en 3e) Aurais-tu oublié le nombre de diffusions des matchs de basket sur les chaînes publiques ?

    Et puis c'est effacer assez rapidement la médaille d'argent à Sydney ! C'est aussi ne pas se soucier que le basket (de rue ou en club) est beaucoup plus pratiqué que le rugby.


    Les résultats des équipes nationales ? Tu oublies les Euros de la fin des 90's en basket. En rugby, l'EdF a des "bons" résultats mais combien d'équipes peuvent gagner le Tournoi ou la CdM ?

    Je suis certain que si on faisait un sondage sur les sports préférés des personnes intéressées de plus ou moins prêts au sport, on aurait :
    1. football ; 2. basket (dont NBA) ; 3. handball ; 4. rugby.

    Faut se rendre à l'évidence, les dirigeants du rugby ont mieux assuré la promotion de leur sport que ceux du basket.

  • funkoverload le 30/07/2008 à 15h37
    (D'où une autre de mes propositions, supprimer la trêve hivernale qui ne profite d'un point de vue marketing qu'aux Britanniques. En profiter pour assurer la promotion du football français en y disputant la Coupe de la Ligue par exemple.)

    Tu sais fabraf, je crois pas que ta proposition aille très loin : tu devrais plutôt envoyer ton CV à la LFP.


  • fabraf le 30/07/2008 à 15h42
    Remplacez "prêts" par "près" dans le précédent post

    Qui sait peut-être que quelqu'un de la LFP nous lit. Et j'espère que tu as fait la même réponse à Dame Rédac concernant ces différents propositions.

    (Je précise que je suis pour la suppression de la CdL. Mais dans l'hypothèse où on la conserve, il y aurait des choses à faire pour assurer la visibilité du football français).

  • funkoverload le 30/07/2008 à 15h59
    La première chose que tu devrais faire fabraf serait donc d'arrêter de t'abrutir devant le spectacle dégradant et gerbant de la PL.
    Je crois que chacun est responsable de ses actes, et c'est par un engagement personnel et fort que le football français pourra sortir vainqueur de sa lutte contre le Mal.
    Tu dois cesser à présent de te comporter en consommateur béat. Si ta volonté de t'intéresser au championnat de France est autre chose qu'une posture convenue, il ne tient qu'à toi d'adopter une démarche dynamique. Tu commenceras par apprendre par coeur l'effectif de l'AS Moche.

  • bebustetedecactus le 30/07/2008 à 16h01
    fabraf
    mercredi 30 juillet 2008 - 15h35

    Je ne me souviens pas avoir dit que le rugby était le 2ème sport préféré des français ni dans les années 90 ni aujourd'hui (même après relecture de mon post)

    J'ai précisé "sport collectif" et je parle en terme de diffusion. Le nombre de licencié en rugby souffre des disparités géographiques de la pratique du rugby.

    Je ne minimise pas non plus la médaille d'argent, je dis juste que les dirigeants du basket français n'en ont pas profité pour "relancer" le championnat de France de Basket.

    Et je pense que plus de gens ont vibré pour la victoire contre les Blacks en 1999 que pour l'argent olympique. En rugby, le french flair nous a couté quelques belles déroutes mais aussi des victoires improbables qui contribuent à la popularité télévisuelle du rugby


La revue des Cahiers du football