Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Domenech-Deschamps : choisis ton camp

Anciens de 98, présidents de club, sondeurs, experts et voisins de cantine... Ils ont voté. La France est coupée en deux, mais c'est Domenech qui a le plus petit morceau.
Auteur : Jérôme Latta le 1 Juil 2008

 


Verseau ascendant balancé

À quelques jours de la commémoration du 12 juillet 1998, c'est en rangs serrés que certains champions du monde se sont invités dans le débat sur la succession de Raymond Domenech. Sans grande élégance, ils sont montés à la tribune pour défendre très explicitement la candidature de Didier Deschamps, candidature que l'intéressé avait lui-même rendue publique à la veille de France-Italie.

Spectaculaires, les sorties de Christophe Dugarry ("Il n'est pas à la hauteur de la fonction. Il n'a jamais rien gagné et il n'a aucune humilité", "C'est déjà un petit miracle que Domenech ait été nommé sélectionneur") et Bixente Lizarazu (le soir même de France-Italie: "C'est la moindre des choses que Raymond Domenech soit démis de ses fonctions"), ont allié procès de Domenech et promotion de Deschamps. Dans le JDD, Franck Lebœuf y est allé de son plaidoyer: "Domenech partage largement les torts (sic). (...) L'opinion publique est de mon avis". Et Emmanuel Petit a enfoncé le clou: "Il a commis énormément d'erreurs. C'est un fiasco total". Significativement, cette brochette de consultants s'est exprimée comme des journalistes, mêlant toutes sortes d'arguments à charge pour faire porter le chapeau au seul sélectionneur.

Tandis que Marcel Desailly refusait de se prononcer, Barthez détonait, comme à son habitude: "Domenech et moi, ça s'est bien passé. Mais même si ça n'avait pas été le cas, tous ces donneurs de leçons, ça ne me plairait pas trop" (L'Équipe, 19 juin). Mais autour de la nébuleuse "France 98", l'association caritative se transformant en lobby, il y a un front commun en faveur du capitaine de 1998 et 2000, mêlant anciens joueurs et évincés du staff en 2004 (Philippe Boixel, Philippe Tournon, Jean-Marcel Ferret et Henry Émile).


duga_ff.jpg
"... Vous vous rendez compte, sans avoir rien gagné! C'est pour ça que je suis à fond derrière Didier Deschamps, vainqueur d'un titre de série B à la tête de la Juve, excusez du peu".


Domenech, t'es foutu, les patrons sont dans la rue

L'échec des Bleus à l'Euro entraîne une série de mauvaises nouvelles, dont certaines rappellent à s'y méprendre la situation de 2004. À commencer par la résurgence rituelle des dirigeants de clubs de L1 qui – au travers de la Ligue et de l'UCPF – réclament une nouvelle fois la tutelle de la sélection nationale, sous la forme d'un "Club France" (1) qui leur permettrait de reprendre la main. À quelques acteurs près, rien n'a changé depuis quatre ans (lire "OPA sur l'équipe de France", 6 juillet 2004). La tentative avait abouti à une délégation permanente de la Ligue auprès des Bleus, un "machin" finalement sans influence.
À l'époque, Jean-Claude Plessis et Gervais Martel montaient au créneau, cette année c'est Olivier Sadran, Jean-François Fortin, Bernard Caïazzo, Waldemar Kita ou Michel Seydoux qui s'y collent. "La gestion de cette équipe, c'était de l'amateurisme le plus complet. Heureusement que l'on ne fait pas ça dans nos clubs. On n'a que ce qu'on mérite", a confié un courageux dirigeant anonyme à L'Équipe (21 juin). Michel Moulin ne s'est pas exprimé (2).

On peut rire de la légitimité de cet aréopage et de la crédibilité de son expertise sur le choix et la gestion des entraîneurs. Mais le pouvoir de nuisance des dirigeants est réel, connaissant l'énergie qu'ils investissent en permanence pour réduire l'influence des autres familles du football et nourrir leur rêve d'un football gouverné par les actionnaires. Aux lendemains de ses échecs, l'équipe de France n'est plus qu'un enjeu d'influence, un os qu'il faut ronger aux dépens de la Fédération et de la DTN.



domdesch_ffune.jpgPignons publics

Au terme d'un mois qui a vu défiler les "people" – toujours les mêmes – sur les plateaux des émissions, Le Parisien / Aujourd'hui en France n'a pas hésité à leur demander très sérieusement leur avis. Sachez donc que si Fabien Onteniente et François Berléand se prononcent pour l'éviction, Michel Drucker, Marc Lavoine, Lorant Deutsch et Gérard Darmon soutiennent l'actuel sélectionneur. Avec ça...
Le quotidien en a également appelé à "l'opinion publique", avec un sondage dont il a conclu que "Les Français lâchent Domenech". Pourtant, dans l'actuelle atmosphère de dénigrement obligatoire, le chiffre des 42% qui demandent le départ de Domenech (contre 25% favorables à son maintien) apparaît assez faible. 57% des sondés le trouvent même courageux, 57% sympathique et 50% compétent... L'opprobre est donc relative.

Dans les médias – qu'ils soient spécialisés ou non –, les réflexes portent à réclamer une tête. Avec une hargne inquiétante ("La médiocrité finit toujours par être sanctionnée et [...] l'hypocrisie ne réussit en aucun cas à masquer les réalités"), Denis Chaumier (France Football) est au coude à coude avec Jean-Philippe Leclaire (L'Équipe Magazine) pour le prix de l'édito de plomb. Le bihebdomadaire tout entier, revanchard, est lancé dans une entreprise de démolition du sélectionneur et de la Fédération (3).
Du côté de L'Équipe, on est presque mesuré en dépit de la tendance locale à l'éditorialisme vengeur, avec un Vincent Duluc qui a dû rencontrer l'ange de la miséricorde récemment, tant il est peu belliqueux. Mais l'arc du consensus anti-Domenech traverse la société tout entière, du chroniqueur radiophonique aux experts de machines à café en passant par les humoristes de Daily Motion (4).


domdesch_mapping.jpg


Jeu d'arcanes

Pourtant, Domenech n'est pas complètement isolé. Chez les présidents, Jean-Louis Triaud et Jean-Michel Aulas ont exprimé leurs doutes quant à un changement. Surtout, ses meilleurs soutiens émanent de ses joueurs: Vieira, Ribéry, Thuram, Boumsong, Lassana Diarra et Sagnol ont publiquement affiché leur souhait d'une continuité au poste.
"L'élection" se jouera aussi dans les arcanes de la Fédération, dont les courants sont moins connus que ceux du PS, et sous la pression d'intérêts plus discrets – comme les sponsors et les diffuseurs des Bleus, qui ont vu s'envoler audiences et millions d'euros avec leur élimination.

Si Didier Deschamps est choisi, il ne devra pas se leurrer sur la nature du consensus qui accompagnerait sa nomination: son prédécesseur peut témoigner de la rapidité avec laquelle les opinions s'inversent dans ce milieu. Tout va très vite dans le football...


(1) Une appellation qui date de 1987 et du "superintendant" Claude Bez.
(2) Après vérification, il l'a fait, sur RMC.
(3) "La faillite Domenech, c'est la faillite du système qui l'a fait roi et lui a donné les pleins pouvoirs", estime Denis Chaumier, qui écrit aussi: "En six ans, n'oublions pas qu'avec trois sélectionneurs différents mais pareillement incontrôlables, distants et parfois méprisants, [l'équipe de France] a connu la débandade la plus totale à trois reprises, le désordre de ses mœurs et l'inanité de sa gestion sportive".
(4) S'il y a quelque chose d'absurde à entendre des joueurs sacrés en 1998 et 2000 émettre des critiques qu'on entendait alors contre Jacquet et Lemerre, la palme de la tartufferie (ou de l'amnésie) revient à Luis Fernandez qui, dans Téléfoot, fustige un sélectionneur qui "change tout le temps de système". Autre ex-entraîneur, Guy Roux, lui, se rabiboche avec Mexès sur le dos de Domenech.

Réactions

  • Le_footix le 01/07/2008 à 09h43
    Il y a aussi Pape Diouf qui soutient Domenech et vilipende la pression médiatique, vous auriez dû le mettre juste à côté d'Aulas dans la balance, ça aurait eu de la gueule. :)

    Pour le sélectionneur, je suis pour celui qui alignera Mathieu Bodmer titulaire.

    Tricky, le grand Archidiacre de l'Eglise bodmériste, produira une encyclique à ce sujet, frappant d'excommunion tout soutien à Diaby et Alou Diarra.

  • nyrgal le 01/07/2008 à 09h49
    Non mais s'il vous plait messieurs des CDF arrêtons de chercher des poils sur les oeufs et restons simples:

    Croyez vous vraiment que l'on puisse garder Domenech après:

    Les résultats de cette euro ( 1N, 2D, 1bp, 6bc)
    Le jeu pratiqué ( 0 passes dans le temps, je prends le ballon et je percute ( Benz, Rib...)
    La communication des différents acteurs
    La sortie ultime et classieuse de Domenech ( épouse-moi Estelle)

    Mettez de côté tout le reste et restons simple..Je veux que le coeur parle..

    Et dire que ce mec va rester.
    Vous pouvez dire ce que vous voulez mais si il reste ce sera uniquement pour des raisons politiques, et le raymond on pourra dire qu'il nous aura bien eu. La place est bonne quand même.


  • visant le 01/07/2008 à 09h51
    Merci pour cet état des "forces" (plus ou moins obscures) en présence.

    - Waldemar Kita dans le lot de ceux qui affirment: "La gestion de cette équipe, c'était de l'amateurisme le plus complet. Heureusement que l'on ne fait pas ça dans nos clubs. On n'a que ce qu'on mérite", c'est hilarant.
    C'est sûr que quand on relègue le seul club que l'on a dirigé de plusieurs divisions on peut donner des leçons...

    - "Si Didier Deschamps est choisi, il ne devra pas se leurrer sur la nature du consensus qui accompagnerait sa nomination: son prédécesseur peut témoigner de la rapidité à laquelle les opinions s'inversent dans ce milieu. "
    Très juste. Vivement qu'il commence à se faire démonter pour que je le soutienne. Certains donnent l'impression qu'avec DD on n'aura plus de de purges ni d'éliminations précoces. Je le souhaite, mais je ne vois pas ce qui tend à l'affirmer.


    PS: selon la loi des poids et des frottements, votre dernier schéma est inexact. Un Guy Roux, placé tout en haut, devrait la faire pencher très largement. Je dis ça, je dis rien.

  • nyrgal le 01/07/2008 à 09h58
    Visant

    Certains donnent l'impression qu'avec DD on n'aura plus de de purges ni d'éliminations précoces. Je le souhaite, mais je ne vois pas ce qui tend à l'affirmer.

    Je comprends pas très bien; Personne n'a dit cela, on aimerait juste essayer pour voir.
    Domenech est resté 4 ans c'est bien.
    On fait quoi, on lui signe un contrat de 10 ans et on attend en se disant, de toutes façons les autres ça sera pareil?

    ( je rappelle que parfois un changement d'entraineur a des effets spectaculaires même en gardant le même noyau de joueurs. Ricardo/Blanc, Emon/Gerets.
    Vu d'où on part, je ne vois pas très bien ou est le risque.






  • Qui me crame ce troll? le 01/07/2008 à 10h05
    Dieggo
    mardi 1 juillet 2008 - 02h48
    Se planquer derrière les blessures ou les méformes, c'est limité. Vieira, Thuram et Henry, ça fait un an qu'ils sont pas en forme. Y'avait largement le temps de s'y préparer et de trouver un système qui convienne. Parier qu'ils aillent mieux le jour de la compèt, ça fait pas une stratégie...
    -------
    Le problème c'est que c'est ce qui avait marché en 2006... On avait peur en 2006 de la forme de l'équipe, et cette équipe est revenue en forme. On avait peur en 2008, et cette équipe n'est pas revenue en forme. Est-ce qu'elle n'a pas eu le temps? Après tout, la France ne se qualifie pas pour la suite, sur un rien. Une faute d'Abidal qui entraîne un rouge et un but. Est-ce que la France, à 10, a démérité face à l'Italie? Non. Il s'en est donc fallu de peu pour que la France réussisse un peu mieux son tournoi, et ensuite qui sait ce qui se serait passé?


    nominoe
    mardi 1 juillet 2008 - 03h53
    Rien que les trois matchs de préparation, qui peuvent rendre 4 heures 30 de stérilité offensive complète, sans un pénalty généreux et un newbie qui a eu la bizarre idée de tirer deux fois au but... et rappelons que les "terribles" adversaires n'étaient que la Colombie, le Paraguay et l'Equateur...
    ------
    Mince, pourtant Domenech pour l'un d'entre eux avait sélectionné d'autres joueurs, comme Mexes justement.


    De toute façon, il perd tout crédit quand il n'emmène pas Landreau quelques semaines après avoir fermement indiqué l'immuabilité de son ordre des gardiens...
    -----
    Rigolo qu'on nous ressorte toujours ça, alors qu'en 2006, personne (ou presque) n'avait bronché quand il s'était contredit, dans le sens inverse, sur les gardiens...


    Mais je n'ai en mémoire aucune image de ces matchs, juste la certitude de les avoir regardé. Alors que je me souviens encore bien des matchs amicaus d'il y a dix ans, et même certains du temps d'Hidalgo.
    ----
    Ca c'est juste la vieillesse. Celle qui te fait dire, c'était mieux avant.


    il s'est clairement planté à certains niveaux de communication... et dieu sait à quel point la communication est un élément important de nos jours.
    ----
    Au moins, si Deschamps est nommé, on aura de la "bonne communication". A partir de là, l'essentiel c'est les trois points. Pitié!




    Ceux qui parlent de reconstruction devraient se rappeler l'époque pré-retour des vieux. Là il y avait de nouveaux joueurs. Et leurs derniers matchs était constructifs et intéressants. Mais la vindicte populaire, soufflé dans l'oreille de Zidane par on ne sait qui, a décidé que les vieux devraient obligatoirement revenir pour que cette Equipe de France se qualifie. On ne peut malheureusement pas refaire l'histoire, mais si Domenech n'avait pas pris cette année, Henry, Vieira ou Sagnol (je vous rappelle que Sagnol était l'un des joueurs les plus demandés ici), ça aurait été un tollé. Limite il aurait fallu que Raymond vire avant la Coupe du Monde.

    Quant à Duga (que j'aime bien) et qui pense qu'un entraîneur doit avoir eu de bonnes performances en club, faut-il lui rappeler que Jacquet (sacré meilleur entraîneur français depuis la Coupe du Monde......) a, à son palmarès, trois titres de Champion de France et deux Coupes de France, ce qui est, il est vrai, largement mieux que Domenech et ses deux championnats de France et ses deux Coupes de France.

  • visant le 01/07/2008 à 10h05
    Nyrgal,

    Je ne vise pas forcément les contributeurs de ce forum qui alimentent rarement les débats radiophoniques, audiovisuels ou autres-médias.

  • tatayé le 01/07/2008 à 10h10
    Je trouve que mettre ZZ dans les pro Dech', c'est un poil exagéré. J'ai trouvé son soutient un peu plus nuancé...
    Maintenant, c'est vrai qu'il a une réputation de neuneu (qu'il entretient lui-même?) et que cela incite à faire abstraction de toute nuance.

    Je n'ai lu aucune déclaration de Vikash, mais je trouve quand même croustillant de le voir (apparemment) défendre son vieux "pote" Raymond...

    Cette équipe de France, c'est vraiment plus belle la vie...ou quatre mariages et un licenciement?



  • nyrgal le 01/07/2008 à 10h20
    Juste une petite question au passage qui appelle de vraies réponses:

    Qu'aurait-il pu se passer de plus ces 2 derniers mois pour pouvoir justifier le licenciement du sélectionneur Raymond Domenech?

    Parceque j'ai beau réfléchir, je vois pas.

    La question peut être poser différemment:
    Domenech est il intouchable? et pourquoi?

  • tatayé le 01/07/2008 à 10h23
    Tiens, apparemment Platoche soutient Mr. Estelle Denis...

    Là, ça devient vraiment Dallas!

  • Qui me crame ce troll? le 01/07/2008 à 10h28
    nyrgal
    mardi 1 juillet 2008 - 10h20
    Qu'aurait-il pu se passer de plus ces 2 derniers mois pour pouvoir justifier le licenciement du sélectionneur Raymond Domenech?
    Parceque j'ai beau réfléchir, je vois pas.
    La question peut être poser différemment:
    Domenech est il intouchable? et pourquoi?
    ----
    Parce qu'il a un contrat et qu'un contrat se respecte, et que le changement de sélectionneur/entraîneur qu'on voit dans le foot n'est pas tout le temps une réussite (certes on peut citer Emon/Gerets, mais on peut aussi citer les dix derniers entraîneurs parisiens dans le sens inverse).