Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Arbitrage : la polémique, oui, les solutions, non

En prononçant une sanction fort clémente contre Johan Micoud, la Commission de discipline de la Ligue a résumé la position de l'ensemble du foot français sur l'arbitrage.
Auteur : Pierre Martini le 15 Avr 2008

 

Le "scandale" de Bordeaux-Nancy (lire "Lynchage en famille") a trouvé son épilogue en toute discrétion vendredi dernier, la commission de discipline de la  Ligue ayant infligé à Johan Micoud une suspension d'un match pour la simulation ayant entraîné un penalty injustifié en faveur des Girondins. Le verdict n'a pas suscité de discussion. Le "débat" s'était achevé bien avant, avec l'exécution de l'arbitre.

Vidéophiles contre la vidéo
Pourtant, cette décision en dit long, justement, sur les polémiques actuelles. Elle dit simplement que le football français se contrebat de la justice sportive et de l'amélioration de l'arbitrage. Qu'un joueur ayant commis un acte d'antijeu qui a induit l'arbitre en erreur et changé le cours d'un match, ne doit pas être sanctionné de plus d'un match de suspension – et seulement si l'action a été fortement médiatisée. La "jurisprudence Fiorèse" reste virtuelle (lire "Une petite chute pour fiorèse, un grand pas pour l'arbitrage?"), l'éthique et son conseil national, des fantômes.

Un des moyens les plus simples pour lutter contre les erreurs est pourtant de mettre en place une politique de dissuasion des "comportements antisportifs". Un usage légitime et facile d'application de la vidéo tant réclamée est de se servir des images, en commission, pour sanctionner les tricheurs et réparer les lacunes de l'arbitrage sur le terrain... Mais cette solution et l'amélioration attendue n'intéressent personne, surtout pas ceux qui font commerce des "scandales" arbitraux.


leq_arb_sondage2.jpgSondage idiot
Entre-temps, L'Équipe – après avoir établi la liste très fantaisiste des "85 erreurs de la saison" – a aussi effectué un "sondage" auprès d'une centaine de joueurs de L1 en leur posant une question à la portée de ces derniers: "Les arbitres de L1 sont-ils bons?" 78% ont répondu par la négative, et l'on regrette que le quotidien n'ait pas fourni un point de comparaison en demandant aux détenus des prisons françaises s'ils trouvaient les juges "bons".

Un pas de plus ou de moins dans l'indignité ne faisant plus une différence très notable, les joueurs ont aussi été invités à désigner "le meilleur" et "le plus mauvais" arbitre de L1. L'occasion de sabrer "Poulat, le flop", celui-ci arrivant en tête du second classement. Tant pis s'il arrive aussi en seconde position des meilleurs arbitres... Poulat, l'arbitre qui a été abusé par Micoud. L'impunité des uns et la démolition des autres est bien organisée.


micoud_innocent.jpgMicoud à la barre
Cet épisode nous a tout de même valu un numéro de la part du milieu de terrain bordelais, protestant de son innocence devant une caméra de Canal+. Il ne sert à rien de rendre le joueur responsable du système qui le protège en proportion inverse de ce que subissent les arbitres, mais l'entendre se poser en victime a forcément quelque chose d'ironique.

"Ce n'était vraiment pas voulu, je n'ai jamais joué le penalty (1). Je n'ai jamais truqué quoi que ce soit durant ma carrière. Quand je lui tire le bras, je ne me dis pas je joue le penalty, je me suis dit, il ne veut pas que je joue le ballon, en contrepartie, je vais jouer le coup, tu toucheras pas le ballon toi non plus et voilà (2). Ensuite M. Poulat siffle, c'est peut-être très triste pour les Nancéens, mais voilà, c'est comme ça. Ça a été très dur, ça a été des mots très difficiles, on m'a traité de tricheur (3), j'ai eu beaucoup de mal à l'accepter (4) donc c'était surtout sur ce point-là que j'ai voulu insister. J'ai voulu expliquer que je n'étais jamais entré dans cette surface pour espérer obtenir quoi que ce soit (5). J'assume totalement ce que j'ai fait (6), on accepte la décision de la commission (7)".

(1) D'autant que cette règle de la faute dans la surface n'est pas très connue.
(2) Il s'agissait d'une banale dispute de cour de récréation, monsieur le juge.
(3) Techniquement, c'est quand même le mot qui s'applique.
(4) Assumer ses responsabilités et les conséquences de ses actes, ce n'est effectivement pas facile dans ce milieu.
(5) En fait, même Inzaghi essaie d'abord de jouer le ballon avant de voir s'il vaut mieux tomber.
(6) Pas vraiment.
(7) Tu m'étonnes.

Réactions

  • Loul le 15/04/2008 à 02h23
    [une remarque liminaire : en raison de l'actualité de ces dernières semaines le titre m'a induit en erreur quant au sujet de l'article autrement plus léger]

    Comment ne pas être d'accord avec le constat établi par Pierre Martini ?
    A coller sur les murs de la LFP, à envoyer à Escalettes, à faire lire à Laporte et à faire apprendre par coeur par la contrainte aux peu dignes membres du conseil national de l'éthique...

    Ne devrait on pas supprimer de la délégation à la LFP tout pouvoir disciplinaire sur les compétitions qu'elle organise afin de mettre fin à ce n'importe quoi qui ne satisfait que les amis qui se livrent à leurs petits arrangements douteux ?

  • tholotforever le 15/04/2008 à 09h17
    Je ne reviendrai pas sur le lynchage médiatique honteux orchestré à l'encontre de Micoud (oui il a fait une connerie, oui il s'en sort bien, mais il n'a pas été épargné ni par M. Poulat ni par les médias en des termes pas très amènes...) mais plutôt sur un aspect des choses qui m'inquiète, à savoir la judiciarisation à outrance de notre société.

    Le foot n'y échappe presque plus et c'est grave. Aujourd'hui, on ne tolère plus qu'il y ait des tricheurs, des erreurs d'arbitrage alors qu'il y'en a toujours eu (et que cela a fait parfois la légende du foot : la main de Maradona ou de Vata par exemple). Il y a dix ans, une femme obtenait des millions de dolars car le café de MacDo était trop chaud et qu'elle s'était brûlée. Puis vinrent les caméras dans les rues (la vidéo pour surveiller) et maintenant le foot. Orwell, réveille toi, ils sont devenus fous.

  • funkoverload le 15/04/2008 à 09h21
    Au delà du constat de portée générale de P. Martini avec lequel je suis assez d'accord, il y a deux choses qui me gènent.
    La première est que clairement Martini fonde son jugement intégralement sur la video. Les CDF et évidemment bien d'autres avant eux disent pourtant à juste titre combien les images peuvent être trompeuses, et quand bien mêmes elles pourraient refléter la réalité de l'instant, elles ne sauraient donner une idée de la genèse d'un fait.
    La seconde est ce jugement de valeur : Micoud est un tricheur. Le voilà à jamais marqué par l'opprobre des censeurs à la conscience tranquille. Je propose qu'on exige de lui une autocritique en bonne et due forme avant de l'envoyer pour 10 ans dans un camp.


  • Le Horla le 15/04/2008 à 10h02
    Micoud épargné par la Commission ?

    Oui si on considére qu'il a cherché un pénalty.

    Non si on ne peut pas dire quelle était son intention.

    Alors oui, on aurait tous voulu voir un beau geste de Micoud allant parler à Poulat pour lui dire qu'il n'y avait pas faute, que c'était lui qui avait empêché le défenseur de bouger. Mais là on parle de foot, du sport où tout les joueurs passent leur temps à lever le bras pour obtenir une touche, un hors jeu, un coup franc, un pénalty.



    Je trouve aussi un peu étrange que étant des grands pourfendeur de la vidéo dans le foot, les CDF insistent autant pour que ce soit l'arme absolue d'une commission de discipline. Il y a tellement d'images ambigües, on ne voit pas tout les jours Jurietti mettre une baffe à un joueur à terre, image qui ne souffre pas de 36 interprétations...


    La solution n'est pas à mon sens de sanctionner aprés coup via une commission de discipline. C'est sur le terrain que doit se jouer le foot, pas dans des bureaux à Paris une semaine aprés le match. Des solutions doivent donc être apportées pour aider les arbitres sur le terrain, pour changer la mentalité des joueurs, et pour donner au foot des régles plus simples.


    Pour aider les arbitres, on peut penser à des personnes en plus autour du terrain. Doubler les arbitres assistants, ou mettre un gars derriére les cages. La vidéo exclusivement utilisée pour décider si le ballon est rentré ou non.

    Pour les joueurs, ça risque d'être plus compliqué. Ils n'ont pas à venir contester les décisions, ou tenter d'influencer l'arbitre en levant le bras. (d'ailleurs, c'est un des trucs qui m'insupporte le plus dans le foot ; penser que l'arbitre va prendre la déscision dans ton sens puisque tu léves le bras en réclamant c'est totalement stupide). Un joueur vient contester une décision ? Hop, on avance le coup franc ou la touche de 10 métres.

    Enfin, il faut rendre appliquables certaines régles. Une main volontaire dans la surface vaut un pénalty. Comment on fait pour savoir si le joueur a voulu toucher la balle de la main ? Un gardien en France obtiendra toujours faute en sa faveure si un joueur vient lui disputer une balle aérienne, en Angleterre, on laisse jouer. Pourquoi ?

    Je pourrais continuer longtemps comme ça, et j'ai même pas abordé le probléme des dirigeants, entraineurs, et journalistes....

  • Tricky le 15/04/2008 à 10h24
    tholotforever
    mardi 15 avril 2008 - 09h17
    Je ne reviendrai pas sur le lynchage médiatique honteux orchestré à l'encontre de Micoud (oui il a fait une connerie, oui il s'en sort bien, mais il n'a pas été épargné ni par M. Poulat ni par les médias en des termes pas très amènes...) mais plutôt sur un aspect des choses qui m'inquiète, à savoir la judiciarisation à outrance de notre société.

    Le foot n'y échappe presque plus et c'est grave. Aujourd'hui, on ne tolère plus qu'il y ait des tricheurs, des erreurs d'arbitrage alors qu'il y'en a toujours eu
    -----------------
    Parallelement, un autre aspect des choses qui m'amuse, c'est l'invocation recurrente de la judiciarisation de la societe. De la meme maniere que meme les paranoiaques ont des ennemis, il y a certaines choses qui doivent etre jugees.

    J'ai du mal avec la justification par 'il y en a toujours eu' et l'invocation de precedents illustres, surtout que la legende ne change rien a l'affaire, l'Angleterre a ete eliminee par une tricherie ehontee. Le genre de mecanisme qui legitime la meme tricherie par Lionel Messie vingt ans apres.

  • salatomatognon le 15/04/2008 à 10h32
    Le Horla, je suis d'accord avec l'intégralité de ton intervention, mais je pense quand même que lorsque les images sont incontestables et démontrent une tricherie importante restée impunie sur le terrain, on doit les utiliser pour sanctionner assez lourdement les tricheurs.

    C'est particulièrement vrai, à mon avis, pour les simulations. Je trouve toujours périlleux qu'un arbitre mettre un jaune à un joueur pour simulation, alors qu'il lui est difficile d'avoir des certitudes tant ces situations sont ambiguës. Donc traquer les trucages les plus grossiers et trancher a posteriori me semble une bonne solution, même si ce ne serait qu'une petite partie des dispositifs à mettre en place.

    Je suis également partisan de couper les mains (première infraction) et les bras (récidive) de tous les joueurs qui réclament à l'arbitre en sachant parfaitement qu'ils sont dans leur tort.

  • Fleur y dîne à l'eau le 15/04/2008 à 11h36
    salatomatognon
    mardi 15 avril 2008 - 10h32
    Je suis également partisan de couper les mains (première infraction) et les bras (récidive) de tous les joueurs qui réclament à l'arbitre en sachant parfaitement qu'ils sont dans leur tort.
    ~~~~~

    La phrase convient meme sans le "en sachant parfaitement qu'ils sont dans leur tort".

    Et au cas où la proposition (certes un tantinet barbare) du coupage de membre est rejetée, je propose à la place un pyrogravage cutané à l'aide d'une paire de pinces, d'un chalumeau et d'un fer à souder, histoire de la jouer bien moyen-ageuse.


    Le levage de bras est probablement la chose qui m'exaspère le plus dans le foot, précédant meme les célébrations seules de passe-décisives (ou les célébrations seules de conclusions faciles de buts, ou les contestations diverses ou les résumés de matchs qui ne montrent que la conclusion d'un but en zappant la moitié de sa construction ou les gens qui ne jurent que par les frappes extérieur qui finissent dans la lulu tout comme elles auraient pu blesser un spectateur en tribune ou...).

  • Obiwan Kenobi le 15/04/2008 à 11h57
    La règle du carton jaune pour simulation est source de problèmes c'est vrai, mais la substituer par la video a posteriori pose le problème du monde amateur, qui n'a pas la video.

    Attention, je ne suis pas de ces intégristes qui refusent toutes les innovations au prétexte de conserver des règles universelles...

    Mais si on supprime le carton jaune pour simulation, cela risque d'ouvrir la porte à tout si on sait qu'il n'y a pas la video a posteriori.

    L'arbitre peut se tromper sur l'intentionnalité d'une main et mettre un carton jaune. Qu'on lui laisse aussi la possibilité de se tromper sur l'intentionnalité d'une chute dans la surface.


    Quant aux joueurs qui lèvent la main, je suis d'accord que c'est énervant, mais c'est quand même pas très grave, il me semble. Et puis on peut toujours demander, tant qu'on accepte la décision par la suite.

    Cela me gêne plus de voir un joueur hurler et postilloner à la tronche d'un arbitre à moins de 10 centimètres, comme une sorte de défi ou de provocation physique.
    Ou ne pas le regarder dans les yeux en faisant de grands gestes mérisants du type "de toute façon tu n'y comprends rien".

    Si on veut parler d'exemple à donner aux gamins, là on est dans l'horreur absolue.

  • Tricky le 15/04/2008 à 12h08
    Fleur y dîne à l'eau
    mardi 15 avril 2008 - 11h36
    -----------
    Et la contestation systematique en levant le bras des touches, surtout si le juge de se trouve a moins de trois centimetres de l'action ?

  • On meinau score le 15/04/2008 à 12h08
    Pour ce qui du levage de bras, je me suis souvent dit que, si j'étais arbitre, le premier gars que je vois qui lève le bras sur une action pas net, je siffle faute contre lui.
    En effet s'il le fait c'est qu'il a quelque chose à se reprocher. S'il est normalement à la lutte et qu'il récupère la balle sans faire faute, il va jouer le ballon, si sa première idée c'est de lever le bras, c'est qu'il se dit que l'arbitre va siffler, et ce, parce qu'il a fait faute.

    Un peu tordu comme raisonnement mais c'est vraiment le genre de reflexes idiots qu'ont les joueurs, un peu comme les attaquants qui regardent le juge de touche pour savoir s'ils sont hors jeux avant de jouer le ballon (alors que si c'est le cas l'arbitre le leur fera savoir très rapidement) ou les défenseurs qui s'arrettent de jouer parce qu'ils pensent que y'a hors jeux mais en fait non. Les joueurs feraient mieux de se contenter de jouer et de laisser l'arbitre arbitrer.