Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ligue des champions : on ferme !

La présence de quatre clubs anglais en quarts de finale de la C1 confirme une tendance très lourde: l'Europe s'est rétrécie à une poignée de pays. Et l'ère anglaise ne fait que commencer...
Auteur : Guillaume Toulouse le 13 Mars 2008

 

Quel est le plus surprenant à la lecture des qualifiés pour les quarts de finale (1) de la Ligue des champions 2008? La présence de quatre clubs anglais, que la réforme Platini rendra irréalisable à partir de la saison 2009-2010? L’absence du Milan AC, pourtant abonné à cette étape de la compétition lors des cinq dernières saisons? Ou la qualification d’un club turc, représentant des marchés "de seconde zone", de plus en plus laissés pour compte de la C1?
Ces trois épiphénomènes soulignent chacun l’une des conséquences de la "libéralisation" de la Ligue des champions. La domination des clubs issus des "grands" championnats y est évidente, tout comme leur confiscation du pouvoir sportif, les équipes des petits pays se contentant des miettes du festin. La fin des quotas de nationalités, conséquence directe de l’arrêt Bosman, rendue par la Cour de justice de la Communauté européenne en décembre 95, confirmée depuis par l’arrêt Malaja et les accords de Cotonou, et la modification du format de la compétition par l’UEFA – accueillant les deuxièmes, troisièmes puis quatrièmes des plus riches championnats – a conduit à une "ouverture fermée". La Champion’s League est un squat de riches, et la prochaine réforme de la compétition ne corrigera qu’à la marge la concentration du pouvoir.


Les places sont chères

S’il ne viendrait à l’idée de personne de critiquer la qualité de jeu, l’intensité ou la passion entourant les dernières étapes actuelles de la C1, il convient malgré tout de constater – et de s’alarmer – de la disparition progressive de la diversité de la compétition. La coupe n’avait jamais semblé aussi ouverte que lors des années précédant l’arrêt Bosman, sept pays remportant le trophée et vingt-cinq pays envoyant un représentant en quarts de finale. On assiste à une réduction drastique dans les années suivant la décision de la Cour européenne: onze pays seulement en quarts, pour seulement cinq pays vainqueurs.

tableau_c1b.jpg


Note 1. Suite au drame du Heysel, les clubs anglais ont été suspendus de toute compétition européenne de 1985 à 1991. Il leur a ensuite fallu plusieurs saisons pour retrouver le plus haut niveau européen.
Note 2. Autres pays quart de finalistes:
– de 1985 à 1996 : Portugal (8), Belgique (7), Pays-Bas (6), Russie et Suède (5), Roumanie, Écosse, Yougoslavie, URSS, Grèce, et Turquie (3), Tchécoslovaquie (2), Angleterre, Croatie, RDA, Pologne, Danemark, Bulgarie, Finlande et Ukraine (1).
– de 1998 à 2008 : Portugal et Pays-Bas (4), Ukraine, Turquie et Grèce (2), Norvège (1).



Quatre-quarts anglais

Plus grave encore, les trois nations dominantes sur la période, l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne, "confisquent" près des deux tiers des places de quart de finalistes.

tableau_c1a.jpg

De là à parler de l’ouverture d’un "cycle" anglais, succédant aux cycles italien et espagnol, il n’y a qu’un pas, confirmé par la qualification de trois clubs anglais en demi-finales la saison dernière, et donc de quatre en quarts cette année. Si les cycles ont, semble-t-il, toujours existé (seules des équipes hollandaises, allemandes et anglaises ont gagné la C1 entre 1970 et 1984), une certaine diversité des vainqueurs rafraîchissait l’épreuve. Désormais, ce sont toujours les mêmes têtes. Pour reprendre l’exemple british, Manchester entamera la saison prochaine sa treizième campagne consécutive en C1, Arsenal sa dixième! Quant on sait que les dividendes générés par la compétition sont partagés entre les participants, en favorisant les représentants des gros marchés, on peut légitimement penser que le cycle anglais risque de durer.


À la traîne : la France, et bientôt l’Italie?

Pas de cycle français en vue. Les clubs de l’Hexagone ont été les principales victimes des réformes juridiques et structurelles (un tiers de qualifications en moins en quart de finale). Mais la prochaine victime pourrait être l’Italie. Pas aidés par des stades inadaptés à une exploitation commerciale lucrative, les clubs milanais, turinois et romain vont voir leur part de recettes, issues de la nouvelle vente mutualisée des droits télévisés, stagner au profit des petits clubs, qui font aussi vivre la compétition. Des petits clubs qui font encore vivre une compétition? Mais dans quel monde on vit?


(1) Les quarts de finale sont une étape de la compétition qui est restée relativement constante au fil des transformations de l’épreuve.

Réactions

  • Qui©he le 13/03/2008 à 01h21
    Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help.

  • Kasti le 13/03/2008 à 03h44
    On peut toujours rêver qu'Abramovich, en bon milliardaire russe, se retrouve derriève les barreaux, que Ferguson avale son chewing gum de travers , que Wenger soit arrêté pour contrebande de jeunes joueurs de foot ou que Colony Capital rachète Liverpool.

  • Roberto Cabanastonvilla le 13/03/2008 à 09h31
    les clubs milanais, turinois et romain vont voir leur part de recettes, issues de la nouvelle vente mutualisée des droits télévisés, stagner au profit des petits clubs, qui font aussi vivre la compétition.

    µµµµµµµµµµµµµ


    il était urgent que l'italie réagisse car la différence entre les 4 gros (milanais, juve, rome) et le reste, devenait de plus en plus atroce.

    Bravo l'italie! (una foisi nesta pas costuma)

  • visant le 13/03/2008 à 09h37
    "S’il ne viendrait à l’idée de personne de critiquer la qualité de jeu, l’intensité ou la passion entourant les dernières étapes actuelles de la C1 (...)"

    Pour la qualité et l'intensite, ok.
    Pour la passion, franchement, si tu n'as pas la chance d'être italien, espagnol ou anglais tu passes souvent ton tour...
    Je vais sans doute prendre du plaisir (visuel) à regarder les prochains quarts de finale mais pas au point de vibrer, crier et transpirer. Et je ne vais pas me forcer à devenir un supp mancunien ou barcelonais juste pour simuler ces symptomes entre mars et mai.
    Snif.

    Sinon, d'accord avec vous sur toute la ligne!

  • Björn Björk le 13/03/2008 à 10h14
    Le truc, c'est que déjà 4 clubs anglais en quarts, c'est chiant.

    Mais à part le tirage au sort, je vois pas trop ce qui peut empêcher d'avoir 4 clubs anglais en demies.

  • abinpourkoa le 13/03/2008 à 10h19
    Le constat est fait, mais quelles sont les solutions ? Est-ce que l'on peut imaginer qu'il y aura une lassitude des (télé)spectateurs dans quelques années à force de voir toujours les mêmes duels en 1/4 et en 1/2 finales ? Et même dans ce cas, est-ce que les annonceurs publicitaires , et par voie de conséquence les diffuseurs, finiraient par faire la fine bouche, et renâcler à payer le prix fort pour des matchs moins médiatiques qu'avant ? Quand on voit au niveau national, comment cela s'est passé pour les droits de la L1, on peut en douter.
    Finalement, que recherche le téléspectateur ? Un spectacle de haut niveau entre des clubs "historiques", ou le frisson de l'épopée d'un petit club, différent chaque année, qui viendrait défier les "grands" ? Qui s'est passionné pour le parcours de Porto, à part les portugais, quand ils ont gagné la LDC ? Qu'est-ce que vous préférez comme finale, pour cette année ? Fenrbahce-Scalke04, ou MU-Barca ?


  • salatomatognon le 13/03/2008 à 10h31
    abinpourkoa :

    "Qui s'est passionné pour le parcours de Porto, à part les portugais, quand ils ont gagné la LDC ?"
    > ceux qui aiment le foot?

    "Qu'est-ce que vous préférez comme finale, pour cette année ? Fenrbahce-Scalke04, ou MU-Barca ?"
    > je trouve mieux que personne ne choisisse, et que le terrain décide plutôt que la puissance financière. Si Schalke 04 arrive en finale, c'est qu'il l'aura mérité, et peut-être produit du beau jeu en révélant de grands joueurs. C'est ça, le sport, en théorie. Ça ne fait problème que pour les médias et les annonceurs.
    PS : je préférerais sincèrement S04-Fenerbahce que MU-Barça...

  • Diablesse Rouge le 13/03/2008 à 10h31
    abinpourkoa
    jeudi 13 mars 2008 - 10h19
    Qu'est-ce que vous préférez comme finale, pour cette année ? Fenrbahce-Scalke04, ou MU-Barca ?

    Un vrai bon match de foot avec de l'action, des buts, du suspense, de la passion! Que ce soit Fenerbahce-Schalke ou MU-Barcelone... de toute manière ça nous concerne pas directement en tant que "supporters" (sauf si on en est réduits à se réjouir de la présence d'un des "nôtres" sur le terrain dans le meilleur des cas ou sur le banc...). Mais bon, paraît qu'on peut pas commander ça au menu...

  • Le P le 13/03/2008 à 10h46
    abinpourkoa
    jeudi 13 mars 2008 - 10h19
    Qu'est-ce que vous préférez comme finale, pour cette année ? Fenrbahce-Scalke04, ou MU-Barca ?

    Oui bah forcément MU-Barca, elles existent pas, les autres équipes.

  • Björn Björk le 13/03/2008 à 10h49
    abinpourkoa > Tu prends le problème complètement à l'envers.

    Si le foot n'était pas en train de faire marcher sur la tête, des joueurs comme Tevez, Nani, Anderson, Silvestre, Park, Saha, Marquez, Edmilson, Deco, Gudjohnsen ou Bojan ne seraient pas sur le banc de ManU ou Barcelone, mais titulaires dans des clubs moins huppés.

    Du coup, le S04-Fener serait très agréable à suivre, car bourré d'excellents joueurs. Essaie de faire cet exercice avec les remplaçants des clubs "historiques" comme tu dis, tu verras les équipes de maboule qu'on pourrait constituer rien qu'avec des remplaçants.

    Après si ça te parait normal d'être privé des passes de Deco parce que le Barca aime bien avoir un remplaçant à Iniesta qui soit du même niveau...

    Au passage : je ne sais pas l'age que tu as, mais Aston Villa, Anderlecht, Bordeaux, Benfica, Eindhoven, ou le Dynamo de Kiev, ce sont des clubs "historiques". Plus que Chelsea, en tout cas. Il faudrait pas que le marketing vienne à te faire penser le contraire.