En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'affaire Sacdefiel

Cela pourrait être un canular de notre Agence Transe Presse, mais Denir Balbir assigne vraiment les Cahiers du foot devant le tribunal correctionnel pour "injures publiques" et leur réclame 50.000 euros... En raison d'une chronique de Jean-Patrick Sacdefiel!
Auteur : La rédaction le 29 Jan 2008

 

Dans notre numéro anniversaire (actuellement en kiosque), nous n'avons pas manqué de rendre hommage à Jean-Patrick Sacdefiel, seul "membre" des Cahiers à être un tant soit peu starifié – peu importe son statut virtuel – au sein d'une rédaction qui fonctionne de manière très collégiale. Rien d'étonnant à cela: cette créature née de notre imagination au soir de la victoire des Bleus à l'Euro 2000, inspirée de journalistes aigris bien réels, est devenue un personnage familier, du genre de ceux que l'on aime détester, ou que l'on aime voir détester.

On peut alors s'étonner que Denis Balbir ait considéré comme réellement injurieuse une énième chronique parodique (celle du #38) – ni plus ni moins qu'un sketch – de cet énergumène inspiré du Desproges des Réquisitoires du tribunal des flagrants délires, ou du Gérard Languedepute interprété par Antoine de Caunes sur Canal+, il y a quelques années.
Car dans notre logique, être l'objet d'une chronique de JPS, sorte de repoussoir ou de contre-modèle à notre ligne éditoriale (qui ne va partager nos opinions qu'accidentellement), est un honneur... auquel les Cahiers ont eu eux-mêmes droit dès leur premier numéro, avec un texte nous qualifiant de "journalistes sportifs frustrés", de "guignols" dotés d'une "éthique de pacotille" qui se "mettent à quatre pattes" pour réaliser un "torchon", un "journal de tartuffes habité du seul esprit des beaufs à catogan". Au fil du temps, plusieurs "victimes" de notre pamphlétaire nous ont même confié leur amusement et la chronique est devenue un rendez-vous pour les lecteurs des CdF.

Et en effet, dans un journal satirique, au milieu d'une double page consacrée à la parodie (la rubrique "Comme elle vient"), précédé d'un avertissement, formulé dans des termes tellement outranciers qu'ils en perdent toute crédibilité, le billet de mauvaise humeur de Jean-Patrick ne peut décemment pas être pris au pied de la lettre. Pourtant, Denis Balbir a estimé, par la voix de son avocat, que la diatribe de JPS employait des expressions "grossières et de nature à porter atteinte à l'honneur et à la dignité" du journaliste de France Télévisions et qu'elle lui "occasionnent un préjudice moral"... Au point de justifier la demande de 50.000 euros au titre de dommages et intérêts.

Le débat ne porte même pas sur l'énormité de cette somme, mais bien sur le fond du problème: Jean-Patrick Sacdefiel a-t-il le droit "d'exister", et avec lui une façon de faire la satire d'un milieu comme celui du football professionnel et de ses médias? Nous ne plaiderons toutefois pas sur ces pages avant le procès devant le tribunal correctionnel de Metz (1) – dont ce dernier fixera la date lors d'une première audience le 6 février –, nous contentant d'en informer nos lecteurs et de faire part de notre étonnement, et même de notre consternation devant une telle démarche.

Compte tenu des circonstances, nous vous demandons évidemment d'observer de la retenue dans les réactions à cet article. Il sera surtout très utile de recevoir des lettres de soutien, par email ou par courrier, démontrant  que rien – pas même une perte de lucidité passagère – ne doit faire prendre une chronique de Jean-Patrick Sacdefiel pour argent comptant.


(1) Lieu de résidence du plaignant.

Réactions

  • Lucarelli 1 le 29/01/2008 à 11h42
    Ras le bol des comportements aigris. Je sais pas si ça va servir à quoi que ce soit, mais je vous transmets rapidement un mot de soutien.

    50.000 Euros, non mais ... Plus les avocats ... Et surtout le trajet Paris - Metz - Paris. Faites gaffe quand même, ils disent quoi, le Quai d'Orsay, sur les risques dans cette région ? Brrrr...

  • Raspou le 29/01/2008 à 11h47
    Allez, faut voir le bon côté des choses: pour un journal satirique, le premier procès, c'est un peu la perte du pucelage... On flippe grave avant, on prend pas vraiment son pied pendant, mais qu'est-ce qu'on fait le faraud après!

    Allez voir le père Cavanna pour qu'il vous raconte ses démêlés avec justice et autorités, ça vous consolera des méchancetés d'Anastasie...

  • plat du pied le 29/01/2008 à 11h53
    finalement gagner des procés est peut-être le seul moyen qu'a trouvé France TV pour se financer une fois la publicité supprimée... allez savoir

  • Croco le 29/01/2008 à 12h04
    "Et en effet, dans un journal satirique, au milieu d'une double page consacrée à la parodie (la rubrique "Comme elle vient"), précédé d'un avertissement, "

    Quelqu'un peut-il me rafraîchir la mémoire sur cet avertissement car
    - il m'a pas marqué (dans le cas où je l'ai lu)
    - comme la plupart des gens j'ai bien compris dès la première fois le ton de l'article ne serait-ce qu'en ayant lu le nom de Sacdefiel.

    Merci d'avance.

  • sansai le 29/01/2008 à 12h14
    Avec 50 000 euros ils vont pas aller loin.

    Pour la question SMS de dans quelques dimanche je verrais plutôt un : "les arbitres du tribunal de Metz ont-il le niveau quand ils ne voient pas le hors-jeu de Jean-Patrick Sacdefiel ?". N'oubliez pas que les coupables, au bout du bout, ce sont les arbitres.

    Bref, atterré je suis. Les chroniqueurs de M. Balbir passent leur temps à verser leur fiel sur la ligue 1, sur les arbitres, sur les joueurs, les clubs, le tout avec une bonne dose de premier degré, de mauvaise foi et sans aucune retenue, et quand on en arrive à lui croquer le portrait, M. Balbir se rend compte que finalement, l'humour c'est pas drôle. Surtout quand ça touche beaucoup plus juste que ses chroniqueurs.

    Raison de plus pour continuer à se gausser d'un homme qui pense qu'on peut tout dire n'importe comment sur les autres sous prétexte qu'on est détenteur d'une carte de presse, mais qui s'offusque tel la vierge effarouchée dès qu'il devient la cible d'une satyre amplement méritée.
    Merci à toi, ô juste graoully, dieu bienveillant du classement à l'envers, de remettre les choses à leur place.
    Free JPSDF !

  • Géant Vert le 29/01/2008 à 12h18
    Moi, j'attends juste la prochaine livraison de tee-shirts que la Rédac' va nous trouver. Y en aura forcément un sur Sac-de-Fuel, ma zoute à couper !! Ou alors sur la partie adverse mais ça sera moins drole forcément... A moins que, un tee shirt qui dit que par décision du Tribunal de Metz, Denis Balbir est condamné à la publication de ce jugment sur un tee_shirt.... La gloire est à vous.
    Courage à la Rédac' (quel nom, ça fait un genre Gaston Lagaffe que j'adore, ça doit être son pull ManuFrance sans doute !!)

  • Jean-Pierre Ronaldo le 29/01/2008 à 12h26
    Moi aussi j'ai des potes messins qui sont assez chatouilleux en ce moment.

  • tofsanne le 29/01/2008 à 12h54
    Et oui, quelle pitié. En même temps, s'il est conseillé par ceux qui lui ont fait recruter Lucas, faut pas s'étonner.
    Reste qu'avec la liberté de la presse, il faudrait que Balbir réussisse là où même Mahomet a échoué.

  • José-Mickaël le 29/01/2008 à 12h55
    N'ayant pas trop confiance en la justice de mon pays (je crains que le gagnant soit celui qui a le plus de moyens - la meilleure équipe d'avocats, etc.), j'ai quand même un peu peur. J'espère qu'après la première entrevue, une solution à l'amiable sera trouvée.

    De toute façon, je pense que le vrai préjudice moral de Balbir, ce sera s'il persiste à attaquer les Cahiers, car en France on a tendance (il me semble) à trouver ridicules ceux qui assignent en justice les satiristes. Cela dit, les Cahiers du Football, c'est tellement méconnu que personne ne sera au courant, donc Balbir échappera peut-être au ridicule ?

  • Davy Crocket le 29/01/2008 à 13h05
    Cédéfistes du monde entier, unissons nous pour bouter Denis Pâle pire hors du paysage footballistique français.

    Courage les CDF et surtout tenez bon.