Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Dis-moi comment s'appelle ton stade...

Le "naming" est prêt à profaner nos temples sportifs. Faut-il enterrer Félix Bollaert et Geoffroy Guichard et se rendre sans états d'âme à la Auchan Arena? Extrait du #38 des Cahiers du football.

Auteur : La chronique bolchevique de Jamel Attal le 13 Nov 2007

 

C’est devenu un thème récurrent, de plus en plus médiatisé – notamment parce que la Ligue en a fait un de ses chevaux de bataille: la modernisation de nos stades. Évidemment présentée sous l’angle du "retard français" (on peut s’amuser de ce que toute différence nationale est immanquablement qualifiée de "retard").

L'appel au public
Le problème est patent, du moins au regard des dogmes économiques actuels: inconfortables, nos enceintes se prêtent très mal à la multiplication des exploitations et des ressources qui permettraient d’épaissir le portefeuille de nos clubs. Ayant raté le train des rénovations de 1998 (effectuées sur un modèle déjà périmé), la France du foot espère que les exemples de Grenoble ou Le Mans feront école, que des métropoles comme Nice et Lille finissent par se doter d’équipements dignes, ou encore que Jean-Michel Aulas place un joyau moderne au centre de son OL Land.
Les contribuables, eux, doivent encore serrer les fesses, dans la mesure où les partenariats public-privé tant vantés s’apparentent à la dernière mode pour collectiviser les dépenses et privatiser les profits. D’autant que les élus locaux n’ont pas renoncé à exploiter ce filon politique en s’associant à des réalisations de prestige, quitte à les surdimensionner ou à offrir généreusement les bretelles d’autoroute ou les transports publics pour y accéder.

emirates_stadium.jpg


Conforama Stadium
Alors, pour financer des infrastructures peut-être plus difficiles à justifier que des écoles ou des hôpitaux, voilà qu’un remède est de plus en plus souvent évoqué: le naming, forcément moderne puisqu’il vient des États-Unis et qu’il fait fureur en Angleterre et en Allemagne. À nous la Casino Arena à Saint-Étienne, le Paribas des Princes à Paris ou le Conforama Stadium à Rennes. Opportunément, voilà qu’un sondage révèle que 48% des amateurs français de foot y seraient favorables. Sondage commandité par l’agence de marketing Sportfive, qui en assure le service après-vente. On est toujours d’une incroyable naïveté s’agissant des intérêts communs aux sondeurs et à leurs clients, mais passons. Cette enquête annonce également 44% d’individus prêts à voir leur club changer de nom pour prendre celui d’un sponsor... On devrait créer des équipes spécialement pour ce gibier de marketing.


Adieu Félix
Dans ce débat, on n’a plus le choix. "Le naming est un moyen de financement privé souhaitable et même indispensable", selon Frédéric Thiriez. "Rien ne s’oppose à ce que notre stade prenne le nom d’une société privée", assure Gervais Martel. Le président du RC Lens propose toutefois de "veiller à garder l’historique de l’ancien nom (...) pourquoi pas en appelant 'Bollaert' une des tribunes". Merci pour l’aumône, Félix appréciera. Cette obligation serait du même ordre que la nécessité absolue de tartiner le maillot d’un maximum de sponsors aussi laids que possible, en écartant un choix plus qualitatif. Voilà qui énonce bien la façon dont toute autre considération qu’économique devrait abdiquer devant cette nouvelle fatalité (en plus de la mort)... On en avait eu un exemple frappant, la saison passée, avec le début de sponsoring du maillot barcelonais: l’ONG humanitaire servant de cheval de Troie aux futurs sponsors.


À l'impératif
On dira qu’on ne doit pas faire abstraction des impératifs économiques. Mais étrangement, personne ne dit qu’on ne doit pas faire abstraction des impératifs symboliques. Il semble donc inimaginable que des dirigeants décident, en leur âme et conscience, de conserver le nom de baptême originel de leur enceinte, simplement parce que ce symbole a plus de valeur que les 500.000 à 5 millions d’euros annuels de recettes envisageables (selon Christophe Bouchet, désormais directeur général de l’agence Sportfive).
"Il faut surmonter nos réticences culturelles nationales", insiste Thiriez. Eh oui, notre culture est un obstacle. Pourtant, d’habitude, on fustige notre manque de culture footballistique. Difficile de s’y retrouver, sauf à comprendre qu’il faut dissoudre notre peu de patrimoine dans le grand creuset du marketing. Le football anglais y survit, pour le moment (1). Mais le nôtre ?
 

(1) Avec une majorité de clubs de Premier League sous contrôle d’actionnaires étrangers, des monuments historiques comme Highbury et bientôt Anfield liquidés, une formation et une sélection nationale sacrifiées, on peut quand même se demander si un seuil critique ne va pas être atteint.

Réactions

  • tholotforever le 13/11/2007 à 00h20
    "Rien ne s’oppose à ce que notre stade prenne le nom d’une société privée", assure Gervais Martel.

    Pas sûr que les supporters sang et or acceptent cela dit... On leur a quand même déjà fermé les mines !

  • Loul le 13/11/2007 à 00h26
    Et oui la pub veut s'insérer partout, même dans les derniers petits interstices de nos passions.

    "Alors, pour financer des infrastructures peut-être plus difficiles à justifier que des écoles ou des hôpitaux, voilà qu’un remède est de plus en plus souvent évoqué: le naming, forcément moderne puisqu’il vient des États-Unis et qu’il fait fureur en Angleterre et en Allemagne. À nous la Casino Arena à Saint-Étienne, le Paribas des Princes à Paris ou le Conforama Stadium à Rennes."

    Du reste après les stades on pourrait même passer au "naming" d'infrastructures moins 'difficiles à justifier".

    Un hôpital AVIVA, une école McDonald's, l'autoroute A75 Club Méditerranée, ...

    Dans un monde où les supporters ne sont plus écoutés (et rarement entendus) la seule issue n'est elle pas le modèle espagnol des socios ?
    Au moins les c***eries encore faites pour du fric se matérialiseront en chaussettes et crampons, pas en dividendes.


  • AWOL le 13/11/2007 à 01h51
    "Avec une majorité de clubs de Premier League sous contrôle d’actionnaires étrangers, des monuments historiques comme Highbury et bientôt Anfield liquidés, une formation et une sélection nationale sacrifiées, on peut quand même se demander si un seuil critique ne va pas être atteint."

    Ce seuil sera atteint dans les années qui viennent, quand les journées de Premier League auront lieu à 11 h-midi, pour coïncider avec le prime time des télés asiatiques... et Thiriez trouvera ça formidable.

  • José-Mickaël le 13/11/2007 à 03h41
    Pourquoi y aller progressivement, presque en douce ? J'estime qu'il faut y aller franchement ! Soyons direct ! En cyclisme, il y a des équipes de marque. On a bien compris que c'est le rêve de certains présidents, eh bien faisons des équipes de marque. A Sochaux, on fera jouer l'équipe du F.C. Peugeot. Enfin, plutôt l'équipe "Peugeot-Citroën S.A." (ou un nom dans le genre, j'y cnonais rien). D'ailleurs pourquoi la faire jouer à Sochaux ? Il y a d'autres grandes villes en France qui pourraient accueillir cette équipe. Par exemple, l'équipe "O.L.-Trading de joueurs" pourrait jouer au Stade de France : maintenant qu'elle a acquis une bonne notoriété nationale, elle attirerait sûrement pas mal de monde au stade. Et tout ça serait sûrement mieux adapté à une cotation en bourse des équipes (le but ultime de toute équipe de foot qui se respecte, comme chacun le sait) que les vieilles habitudes actuelles.

    Ensuite, il restera à régler les deux autres dossiers urgent : la suppression des équipes nationales (qui parasitent le football moderne) et le changement des règles du jeu (pour introduire des arrêts de jeu permettant de diffuser plus de publicité et pour utiliser l'arbitrage vidéo en partenariat avec les chaînes de télé). Comment, et le dopage ? Rassurez-vous, les magouilles actuelles au sein de l'A.M.A. vont bon train, bientôt on pourra enfin être débarassé du dopage (je veux dire : des histoires de dopage - car lorsque l'anti-dopage aura disparu, on ne parlera plus de dopage, frocément, donc le foot retrouvera une image positive, c'est-à-dire vendeuse).

    Heu, sinon... faut-il que je précise que je dis vraiment n'importe quoi ?

  • Toni Turek le 13/11/2007 à 04h05
    Pour rappel/information, voila quelques stades de 1. Bundesliga qui ont change de nom...

    Bielefeld : Bielefelder Alm > SchücoArena
    Bochum : Ruhrstadion > rewirpowerSTADION
    Dortmund : Westfalenstadion > Signal Iduna Park
    Francfort : Waldstadion > Commerzbank-Arena
    Gelsenkirchen (Schalke) : Arena AufSchalke > Veltins-Arena
    Hambourg : Volksparkstadion > AOL Arena > HSH Nordbank Arena
    Hanovre : Niedersachsenstadion > AWD-Arena
    Leverkusen : Ulrich-Haberland-Stadion > BayArena
    Nuremberg : Frankenstadion > easyCredit-Stadion
    Rostock : Ostseestadion > DKB-Arena

    Mais on en trouve aussi en 2. BL. ...

    Fürth : Sportplatz am Ronhofer Weg > Playmobil-Stadion
    Cologne : Müngersdorfer Stadion > RheinEnergieStadion...

    ... voire plus bas :
    Unterhaching : Stadion Am Sportpark > Generali-Sportpark...


    En Autriche aussi, cette triste mode est d'actualite :
    Altach : Schnabelholz-Stadion > Cashpoint Arena
    Graz : Liebenauer Stadion > Arnold Schwarzenegger-Stadion > UPC-Arena
    Klagenfurt : Wörtherseestadion > Hypo Group Arena

    Le paroxysme etant a Schwanenstadt, avec le hideux nom de " lien ARENA"...



    Franchement, si c'est ca la modernite, autant rester aux anciennes valeurs !
    (Z'imaginez un stade Bordeau Chesnel au Mans ?)

  • El mallorquin le 13/11/2007 à 07h44
    Loul
    mardi 13 novembre 2007 - 00h26
    Et oui la pub veut s'insérer partout,
    (...)
    Un hôpital AVIVA, une école McDonald's, l'autoroute A75 Club Méditerranée, ...
    ------------------------------
    Et après aux Etats-Unis, quand tu amènes ta gosse en bas âge qui fait une poussée de fièvre dans l'hopital Danone alors que t'es abonne chez Yoplait, ben ça se finit parfois en mort de l'enfant le temps d'aller dans le bon.
    La pub est mauvaise pour la santé.

  • El mallorquin le 13/11/2007 à 07h44
    le "bon", entre guillemets

  • El mallorquin le 13/11/2007 à 07h56
    Et j'aime bien aussi l'ironie de l'article qui critique la pub juste à côté d'un bel encart clignotant qui n'existait pas il n'y a pas si longtemps. Certes, il y a la question de la quantité et de l'utilisation intelligente des ressources "offertes" (guillemets parce que c'est pas gratuit du tout) par la pub, mais quand même, c'est ironique. Et puis une fois qu'on a fait un pas, qu'est-ce qui garantit que l'on ne trouvera pas le prochain dans cette direction tout aussi nécessaire? Capitalisme quand tu nous tiens.


    Autre point sur l'unicef et barcelone, je me suis posé la question l'année dernière, et comme souvent, ya qu'ici que je trouve un écho aux questions que je me pose autour du foot. (Même si c'est pas encore fait pour les autres sponsors du barça).

  • Kasti le 13/11/2007 à 08h06
    @ Toni Turek
    mardi 13 novembre 2007 - 04h05

    "Le paroxysme etant a Schwanenstadt, avec le hideux nom de " lien ARENA"...

    Franchement, si c'est ca la modernite, autant rester aux anciennes valeurs !
    (Z'imaginez un stade Bordeau Chesnel au Mans ?)"


    Déjà que le Bayer s'appelle le Bayer à cause de la firme du même nom...
    J'aimerais bien voir un Nutella Stadion un jour... ca fera venir les gamins aux Nutelleria (Nutelleries?) environnants.

  • Le_footix le 13/11/2007 à 09h01
    Selon moi le seul nom digne que pourrait prendre le futur stade de Lyon, c'est Stade Dr Albert-Trillat.

    Fondateur de l'OL, humaniste, ancien Résistant, médecin, spécialiste de la chirurgie du sport.

    On respecte l'histoire du club, ses valeurs locales, et les valeurs humaines et sportives en général (tant il est vrai qu'un sportif n'a pas forcément besoin de croiser Raymond Domenech pour avoir besoin d'une opération à la cheville, même Eric Abidal).