Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

À double titre

Enfin, L'Équipe parvient à nous faire rire. Avec du tragique de répétition et la défaite de l'OL, mais c'est quand même chouette. Découvrez comment le quotidien organise le recyclage en interne...
Auteur : Jérôme Latta le 4 Oct 2007

 


Dans les journaux, il y a des titres qui utilisent des doubles sens, des titres à double détente, et puis il y a des titres qui font carrément doublon. Le quotidien L'Équipe a ainsi en stock une collection de tubes immuables ressortis à chaque fois que l'actualité le permet – c'est-à-dire souvent: "Lyon a les crocs", "Ça se corse pour Bastia", "Pari perdu pour le PSG", "Govou parti pour rester", etc.

Pour les plus grandes occasions, le journal balaie également un spectre limité de superlatifs ou d'exclamations: "Le jour de gloire", "La consécration", "Monumental" ou, inversement, "Impardonnable", "Indéfendable". Les érudits savent d'ailleurs attribuer ces titres aux événements correspondants: lire la légendaire Sixième leçon de journalisme sportif.

Mercredi, notre quotidien sportif a salué la défaite de l'OL contre les Rangers d'une amusante façon: en utilisant exactement le même titre que pour la précédente désillusion lyonnaise en Ligue des champions – l'élimination par l'AS Roma en mars dernier.

lequipe_gifle.jpg

Les pages 3 des éditions du 7 mars et du 3 octobre.


Un choix tout de même un peu étonnant, dans la mesure où cette métaphore n'est ni très naturelle, ni très heureuse (un monument qui flanquerait une baffe, ça ne ressemble à rien). Quant à la retrouver pour le même club à quelques mois d'intervalle, cela peut difficilement procéder de la coïncidence... Alors allons-y de nos hypothèses – que nous vous soumettons via le sondage idiot.


Cinq explications à ce bégaiement
1. Les journalistes de la rubrique foot n'ont qu'une idée par an.
2. C'est un pari du secrétaire de rédaction : "50 euros que personne ne remarque rien!"
3. L'Équipe se conçoit vraiment comme un journal jetable pour amnésiques.
4. Vincent Duluc a, lui aussi, envie de mettre des baffes à Jean-Michel Aulas.
5. Ils avaient d'abord mis "Perrin 0, Glasgow 3" avant de se raviser en dernière minute.


On peut toutefois noter un changement majeur. Alors que la saison dernière, le titre de Une était un modéré "L'immense déception", cette fois, un peu charitable "Lyon, le désastre" cingle les sept colonnes. Si L'Équipe met sa puissance de feu au service de la "crise à l'OL", vous allez voir que ce sera l'AS Nancy Lorraine le champion de France 2008.

Réactions

  • Di Meco le 04/10/2007 à 00h55
    Une ressucée bien observée, cela dit je trouve dommage que dans un article qui met en exergue les tics journalistiques vous vous fendiez d'un "lire la mythique Sixième leçon de journalisme sportif" qui me rappelle les pires poncifs publicitaires de type "Enfin disponible, l'album mythique de Christina Aguilera".

  • la rédaction le 04/10/2007 à 01h01
    Va pour légendaire. Mais pas moins.

  • Di Meco le 04/10/2007 à 01h25
    Bon, c'est vrai que " la Sixième leçon de journalisme sportif de la consécration", ça le fait pas trop; alors ok pour "légendaire".

  • Zof le 04/10/2007 à 05h39
    Il y a un truc que j'adore : dans la "mythique"/"légendaire"/"inoubliable" Sixième Leçon, il y a comme exemple "Pari gagné pour le PSG".
    Dans l'article "à double titre", l'exemple repris est devenu "pari perdu pour le PSG".
    Je laisse les pro- et anti-PSG s'entretuer quant à la conclusion à en tirer.

  • Der Zak le 04/10/2007 à 08h57
    La plus beau titre (ou sous-titre ?) dont je me souviens. C'était à l'occasion d'une double confrontation FC Nantes-Porto, après le match retour dans Midi Libre :

    "L'envol tardif des canaris n'a pas réussi à mettre Porto en bouteille"

    Elle est magnifique de lourdeur.

  • Der Zak le 04/10/2007 à 08h58
    Une virgule entre "retour" et "dans". Désolé.


  • Jeune Mavuba Vaincu le 04/10/2007 à 09h21
    Et les "Un Bordeaux grand cru", on les voit pas chaque année peut-être? Bon ok, ils altèrnent avec des "Un bon Bordeaux" mais quand même.

  • 5ylV@iN le 04/10/2007 à 09h49
    Ce matin "Marseille c'est inoui" antithèse de "Born Toulouse" du tour préliminaire.

  • ULF le 04/10/2007 à 09h52
    ils pourraient faire un effort pour accorder le commentaire à l'opposition quand c'est possible :

    "Urgences! glasgow a 3"

    "et à barca, ca va?"

    c'est mauvais, hein? ;-)


  • ULF le 04/10/2007 à 09h54
    >5ylV@iN
    >Ce matin "Marseille c'est inoui" antithèse de "Born Toulouse" du tour préliminaire.

    "l'OM inouï, docteur gerets"

    elle est vilaine aussi :-p