Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

France Football: des hontes au logis

Rétro de la saison – L'été dernier, FF nous offrait de grands moments de journalisme sportif avec une interview virtuelle de Ribéry et un canular gobé tout entier avec le transfert d'un joueur imaginaire... La "bible du foot" ne dit plus la bonne parole. Extrait du n°28 des Cahiers du football, septembre 2006.

Auteur : Jamel Attal le 13 Juil 2007

 

Le journalisme sportif est-il encore un journalisme? On peut en douter, à en juger par le nombre des dérives ordinaires dont il est le théâtre. Dans ce domaine, l’été de France Football a été un peu compliqué. L’affaire de l’interview de Franck Ribéry a notamment eu un écho assez large, ne serait que parce que l’intéressé lui-même a rué dans les brancards en déclarant n’avoir jamais donné l’interview parue le 25 août dans les colonnes du bi-hebdomadaire, titrée "Je ne suis plus un enfant" et dans laquelle le joueur critiquait l’attitude de Pape Diouf. Embêtant, alors que le "feuilleton Ribéry" avait livré quelques jours auparavant son épilogue avec la décision du joueur de rester à l’OM...


Numéro de ventriloque

Furieux, Ribéry convoque une conférence de presse et assure que jamais il n’a tenu de tels propos: "Je n’ai plus vu, ni adressé la parole à Marc Benoist depuis la fin de la saison dernière (...) je ne comprends pas comment (...) un journal aussi sérieux et respectable [sic] que France Football a pu en arriver là".
Le mardi suivant, ledit journal rend compte de la différence entre la version de son correspondant dans le Sud-Est et celle du footballeur.
Cependant, l’article (non signé) suggère fortement que l’agent du joueur, Bruno Heiderscheid, a pu jouer un rôle dans cet "imbroglio" en parlant à la place de son client. Plus troublant, dans la colonne voisine, un "billet" du directeur de la rédaction Gérard Ernault avoue que "n’étaient la notoriété du joueur, l’ampleur du litige et le fait que Ribéry l’ait exposé sur la place publique, nous n’y serions pas davantage revenus ici-même". Faut-il comprendre que des informations présumées fausses, si elles ne sont pas dénoncées comme telles, par une tierce personne et avec suffisamment de retentissement, ne seront pas rectifiées par le journal? C’est, hélas, ce que l’on va pouvoir vérifier un peu plus loin...

bout_berth_ff.jpg


Délayage et bonne conscience


En attendant, Ernault fustige l’Olympique de Marseille à la fin de son texte, coupable d’avoir, sur son site Internet, dénoncé un manquement grave à la "déontologie professionnelle en journalisme". Et s’il y a quelque chose qu’un journaliste n’aime pas, c’est qu’on lui donne des leçons de journalisme !
Pourtant, dans le numéro du 1er septembre, l’éditorial de Gérard Ernault se démarque cette fois très nettement de la version de son rédacteur, accusé de "développer une théorie fluctuante": "la difficulté que rencontre France Football avec Marc Benoist est celle que l’OM rencontrait récemment avec Ribéry. Un jour il voulait aller à Lyon; l’autre jour, il n’avait jamais autant adoré le Stade Vélodrome et les supporters de Marseille" (tiens, dénigrer la victime revient-il à minimiser le délit?). Présumant toutefois que l’entretien était bien "imaginaire", le journal "dit à Franck Ribéry et à ses lecteurs sa profonde désolation et leur présente ses plus vives excuses".

Le reste de l’édito est un grand numéro de délayage, un long laïus pérorant sur les conditions actuelles du journalisme, déplorant à demi-mot la désinvolture des "nouvelles générations de professionnels", flattant le lecteur épris de vérité et étalant sa propre bonne conscience sans jamais se départir de son indécrottable moralisme...



Entre ici, Borisio Ferrara !

L’épisode serait en soi suffisamment édifiant, mais une autre anecdote nettement moins médiatisée s’est avérée tout aussi éclairante.
Le 18 juillet, deux amis adeptes d’un forum Internet décident d’inventer un joueur et de lancer la rumeur de son transfert à Saint-Étienne: "Selon la Gazetta Dello Sport du jour, l’ASSE se serait renseignée pour un prêt de Borisio Ferrara, jeune milieu de terrain de 20 ans appartenant à Livourne. Ce jeune joueur est un numéro 6 connu pour être un aboyeur, il prend modèle sur Gattuso mais est surtout connu pour faire comme son idole Lucarelli: porter un t-shirt du Che sous son maillot". Tout est faux, mais les deux compères crédibilisent la nouvelle en postant également un texte en italien qui fait tomber les membres de leur forum dans le panneau...

L’histoire aurait dû s’arrêter là mais, à la plus grande surprise des blagueurs, ils retrouvent "l’information"... dans la rubrique transferts du France Football du 21 juillet! La boule de neige dévale désormais une forte pente, et l’information sera reprise sur différents sites de football (dont l’inénarrable Maxifoot), ainsi que par que l’hebdomadaire But!, qui réussira même l’exploit de mal recopier le nom du joueur virtuel et de lui attribuer la nationalité brésilienne. Borisio reste quelques jours dans le tableau des transferts de FF, avant de disparaître. Nous avons épluché les parutions ultérieures du journal pour y trouver un erratum, en vain. Et en effet, pourquoi se fendre d’un rectificatif, alors que le canular se distingue à peine dans le grand bazar de l’actualité des transferts? Et pourquoi diable s’embarrasser de scrupules, alors que le journalisme sportif, ce n’est quand même pas du vrai journalisme, hein?

Réactions

  • Vinocrator le 13/07/2007 à 04h17
    Ba ! France Football a juste anticipé de quelques mois "la France d'Après": Journalistes aux ordres et/ou manipulateurs, notes et reportages orientés, morale et déontologie liquidées comme un vulgaire Schneidermann.


    En résumé une vulgaire éthique de droite : épater le gogo et faire du show. En évitant évidemment de traiter le fond au profit de la forme.

    FF était déjà dans la France des vachettes.

  • fredrcl le 13/07/2007 à 10h42
    Bel article !

    Abonné depuis plus de 15 ans (j'ai encore en mémoire la couverture post France-Bulgarie avec un Cantona qui se prend la tête surmonté d'un énorme "Maintenant, ça suffit"), je n'ai pu que constater les dérives de ce journal, symptomatiques de la presse en général. Course au scoop, recherche de l'information la plus vendeuse sans aucun souci de vérification (qui est pourtant l'un des fondamentaux du travail de journaliste), sans oublier de servir la soupe et de s'autocongratuler (le Ballon d'or, entre autre).

    Ceci m'a tout naturellement amené à me désabonner, et je me permets d'apporter d'autres exemples qui ne sont malheureusement qu'une infime partie des énormités que j'ai pu lire 2 fois par semaine :
    - la double page "pourquoi Pedretti a choisi Lyon" à l'été 2004, alors qu'il s'engage la veille de la parution avec Marseille
    - une photo de Bruno Cheyrou pour illustrer une brève concernant Benoît Cheyrou (je veux bien qu'ils se ressemblent, mais pour les apôtres de la "bible du football" confondre les maillots de Rennes et Auxerre c'est moyen)
    - des erreurs factuelles effrayantes : parler de "RFA" dans un article consacrée à la Mannschaft... en 2006 !
    - sans oublier les numéros "spécial transferts" complètement inintéressants où chaque joueur est pressenti dans au moins 10 clubs ! et une demi-page sur Wiltord pour expliquer qu'il ne partirait pas de Lyon avant l'été (c'était fin 2006). Quel intérêt ?
    - je ne parlerais pas des éditos pompeux et ridicules de Gérard Ernault, du courrier des lecteurs pathétiques, etc., etc.

    Enfin, on comprend mieux cette déchéance en constatant que ce titre fait partie du même groupe de presse que Le Parisien et L'Equipe...

    Merci

    Fredrcl


  • Jon-Dahl Tomasson le 13/07/2007 à 10h43
    Il y a eu un autre canuleur fumeux cet hiver :

    Le RC Lens aurait engagé un joueur au nom italien qui serait un formidable passeur et un milieu gauche de grande renommée.
    Il porte un tshirt de Roy Keane sous son maillot.

    Il aura fallu l'arrivée de Guy Roux pour le démenti officiel, en engageant immédiatement Akalé à ce poste.

  • animasana le 13/07/2007 à 14h14
    la question est toute simple:
    Pourquoi un mag qui parait le mardi et le vendredi s'occupe des rumeurs de transferts? alors que celles ci sont démenties le lendemain ou le lundi soir...

  • Dinopatou le 13/07/2007 à 16h28
    animasana
    vendredi 13 juillet 2007 - 14h14

    Tout part de là (cf "Pedretti a choisi lyon")

    Encore récemment, trouvant chez moi en rentrant le vendredi 21 juin l'exemplaire du jour de FF, j'avais pu louablement me distraire à base de une indiquant parmi les 4 cibles de l'OM un certain Benoit Cheyrou, de grands articles de type "Malgré cela, le marché n'est pas parti très vite côté OM, au delà des définitions de postes à pourvoir. Alors que les dirigeants lyonnais annonçaient clairement leur intention de recruter Bodmer et Keita, ce qu'ils réalisaient dnas la foulée, l'OM se lançait dans des contacts tout azimuts.
    [...]
    Le président olympien n'est pourtant pas inquiet
    [...]
    Du coup, même si José Anigo annonce des arrivées imminentes, il ne devrait pas y avoir énormément de têtes nouvelles lundi matin à la Commanderie, pour la preise de l'entrainement"

    Et autres demi-pages intitulées "Tamas, en tête de défense" ou, au milieu de l'article, on trouve un "une autre idée marseillaise serait de recomposer l'ancienne charnière monégasque Rodriguez - Givet. [...] Givet a manifesté son envie de partir, mais il a un prix qui ne rentre pas, pour le moment, dans les cordes de l'OM"
    Et en fin d'article, c'est Paisley qui était évoqué, en disant que troyes n'en demanderait que 1M€ pour Strasbourg contre 2 M€ pour l'OM, et que du coup, la piste Chalmé aurait été réactivée...

    En quoi tout cela était fort amusant ?
    Nous avions eu vent le mercredi soir d'un accord avec Cheyrou, le jeudi soir d'un deal avec Givet, et j'avais pu voir plus tôt dans la journée du vendredi sur le sitoff' de mon club favori une photo montrant Benoit Cheyrou, Gaël Givet et Laurent Bonnart agitant chacun un maillot floqué à leur nom...
    Du coup, forcément, la valeur ajoutée de l'information apportée, hein...




    Leur problème, c'est qu'ils sont les fesses entre 2 sièges, notamment avec l'avènement d'Internet et la propagation à vitesse supersonique de la moindre rumeur grace aux lien et autres lien ... Un quotidien comme kiplé "colle à l'actualité" et essaye de lutter contre lesdits sites, par le biais de sources d'information théoriquement plus développées, un mensuel comme Onze Mondial ne peut que se ficher "officiellement" de l'actualité par obligation et fait des grands reportages, mais pour eux, bi-hebdomadaire, il faut faire un peu des deux, de l'actualité mais avec plus grande capacité de recul qu'un quotidien, histoire de justifier le temps pris
    Autant en cours d'année, ça peut aller, publier le mardi après une journée de L1 et avant une de LDC et le vendredi après une journée de LDC et avant une journée de L1 peut donner des choses à analyser et des évènements à introduire, autant en période de transferts, un délai de publication d'un jour, c'est beaucoup trop... Fini le temps où j'apprenais le transfert d'un Kopke en le voyant dans Onze Mondial, maintenant, ça va beaucoup plus vite




    Pour en revenir à l'article, j'en suis bien content et j'approuve... J'avoue que, de la part de Borrisioferraraiseurs, les voir balancer du "L’Olympique de Marseille ne semble pas le club le plus indiqué pour venir donner des leçons de déontologie à quiconque l’année même où il se trouve sanctionné par le Conseil national de l’éthique (affaire du match Paris-SG - Marseille) et par le tribunal correctionnel de Marseille (procès des transferts suspects, treize condamnations). Il est vrai qu’il en a connu de plus sombres encore. " au lieu de reconnaitre leurs torts dans le FF du mardi, j'avais failli m'étrangler...

  • lamermousse le 13/07/2007 à 17h00
    - des erreurs factuelles effrayantes : parler de "RFA" dans un article consacrée à la Mannschaft... en 2006 !

    Cela dit le nom actuel de l'Allemagne réunifiée est bien la RFA... mais je t'accorde que ça n'a rien à faire dans un journal de foot qui dit rarement "ce soir match République Fédérale Allemande contre République Française".

  • Santaclaus le 13/07/2007 à 21h43
    je ne veux pas faire le donneur de leçon ni prendre la défense de france foot que j'ai lu assidument pendant des années avant de le délaisser mais, Fredrcl, l'allemagne réunifiée s'appelle la RFA. La RDA a disparu, elle, mais pas la RFA

  • Santaclaus le 13/07/2007 à 21h47
    pardon Lamerousse, je n'avais pas vu ta réaction.
    Dont acte, désolé pour la redite

  • negation le 13/07/2007 à 23h09
    Magnifique et très attendue, la leçon de déontologie journalistique dans les Cdf... "Copa América, une affaire d'état" ne sera bientôt plus même un souvenir.

    In memoriam, je voudrais tout de même rappeler que France-Football fut, pendant quelques mois (quelques mois seulement, mais quels mois!) le porte-flambeau d'une entreprise mort-née mais qui ne manquait pas de panache, celle de "l'assainissement du football français" contre ses dérives. C'était pendant l'été et l'automne 93, et la cible principale était Bernard T., tycoon d'un club méridional. Il est vrai que FF s'était lancé dans la bataille... après la justice.

  • 5ylV@iN le 14/07/2007 à 12h40
    hmm de toute façon, les infos sur les transferts servent (dans le désordre) à faire fantasmer les supporters, aider les agents à faire grimper la côte de leurs poulains, faire pression sur les clubs pour augmenter les salaires, vendre du papier journal etc. Bref typiquement de l'information qui ne sert à rien d'autant que les entraîneurs préfèreront toujours rester discrets !

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.