Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le foot rend con (ceux qui ne l'aiment pas)

Comment survivre aux commentaires non autorisés de ceux qui se croient fondés à nous fourguer leurs opinions sur le football? D'Elkabbach aux collègues de bureau en passant par les ironistes d'entrée de gamme, la Coupe du monde sera une épreuve.
Auteur : Étienne Melvec le 31 Mai 2006

 

Le foot rend con, c'est une certitude maintes fois établie, inutile de revenir dessus. En revanche, il y a une hypothèse qui tend à s'imposer, de plus en plus, à chaque grand événement sportif: le foot rend surtout con ceux qui ne l'aiment pas. On entend par là, d'abord ceux qui ne l'aiment pas spécialement, ensuite ceux qui ne l'aiment vraiment pas.

1998, début des emmerdements
Chez ces derniers, on va avoir droit, inévitablement, à l'habituel déferlement de clichés éculés, au mieux à une pseudo-critique idéologique de comptoir revenant à dire que, mon brave monsieur, le foot c'est vraiment l'opium du peuple – alors qu'en réalité, le foot est à la religion ce que le lexomil est à l'héroïne pure (1).
Mais les plus pénibles appartiennent sans conteste à la première catégorie, ne serait-ce que parce qu'ils sont infiniment plus nombreux et constituent une gamme d'emmerdeurs remarquablement nombreuse.

Cette engeance inclut les collègues de bureau qui, à l'occasion d'une Coupe du monde, vont s'autoriser à donner leur opinion sur tout et n'importe quoi, et surtout sur n'importe quoi. À commencer par l'équipe de France, devenue un "lieu commun" depuis un Mondial 98 qui a vraiment marqué le début des emmerdements. On ne dira jamais assez à quel point cette victoire constitua une calamité qui a amené une masse excessive de Béotiens à s'intéresser à notre sport préféré... Dans un pays de culture footballistique aussi médiocre que le nôtre, cette invasion devait forcément être catastrophique.


"De toute façon, ils sont nuls"
Tout le monde s'estime donc compétent pour parler de football (peut-être encouragé en cela par l'incompétence réglementaire de bon nombre de journalistes sportifs). Nous voilà donc contraints de subir, aux abords de la machine à café ou sur le formica des cantines d'entreprise, des opinions définitives et particulièrement originales, du type "De toute façon, ils sont nuls", préludant de manière sinistre aux ricanements qui salueront une élimination... Pour ceux qui ont l'instinct de mettre une couche de prudence à leur jugement, c'est évidemment le sélectionneur qui ramasse – bouc émissaire préventif et universel. Même la production quotidienne des Guignols de Canal+ témoigne de ce degré zéro de la critique, de ce plus petit dénominateur commun. "Domenech = gros bouffon", donc. Mais là, restons circonspects puisque la moitié des lecteurs des Cahiers va se sentir visée...


« Bien placés pour mesurer l'inculture, la citoyenneté minimaliste ou encore la vénalité des footballeurs, nous voilà quasiment contraints de leur accorder notre sympathie, voire de ressentir une forme de solidarité avec eux ».


La beaufrérie contemporaine s'accorde ainsi sur de grandes vérités transcendantes. Par exemple, celle qui établit que le footballeur est un connard surpayé... Mais bizarrement, pas le patron de multinationale qui touche des tickets de présence faramineux pour participer de loin à des conseils d'administration et liquider des emplois, et qui héritera du PIB du Lesotho en guise d'indemnités de départ, ni l'animateur-producteur qui gagne des fortunes grâce à sa science de l'abrutissement des masses.
L'ironie est bien là : nous qui sommes bien placés pour mesurer l'inculture, la citoyenneté minimaliste ou encore la vénalité des footballeurs, nous voilà quasiment contraints de leur accorder notre sympathie, voire de ressentir une forme de solidarité avec eux – contre le front commun des footophobes primaires.


Indignés
Ainsi, le philosophe Jean-Pierre Elkabbach a-t-il exprimé avec nuance son sentiment envers Raymond Domenech et "l'incident SFR": "Je souhaite qu'il perde! Une fois de plus, le football est livré à l'argent fou (…) Il a vendu sa parole, c'est scandaleux. C'est scandaleux. Le sélectionneur de l'équipe de France est là pour parler à tout le monde. Je proteste, je le dénonce!" (2) Elkabbach – symbole d'un journalisme de révérence et de connivence encalminé dans la médiocrité de ses analyses et le sentiment de son importance, spectateur actif de l'annihilation du débat politique, président très bien rémunéré d'une antenne polluée au dernier degré par la publicité –, qui vient donner des leçons de déontologie et de désintéressement à un entraîneur de foot!

Il faut aussi avoir vu le reportage du 13 heures de TF1 (évoqué dans notre numéro 26) pour saisir à quelle vindicte imbécile les internationaux français sont confrontés, simplement parce qu'ils n'ont pas fait coucou aux crétins qui les regardaient depuis le bord de la route – la scène évoque d'ailleurs un monde où les poissons seraient à l'extérieur de l'aquarium (3).


La vieille haine du footballeur se réveille après quelques années de semi-hibernation: ce racisme de classe particulier qui s'appuie sur le constat que des individus sans bagage ni héritage, pour la plupart issus de classes très moyennes (et de plus en plus des banlieues), gagnent des sommes considérables et paradent au fronton des médias. On note aussi que le populisme s'appuie tout aussi bien sur les victoires des équipes de foot que sur leurs défaites: il peut en effet toujours compter sur une vaste majorité de pékins qui sauront basculer d'un côté ou de l'autre en fonction des résultats...


(1) À signaler la parution aux éditions L'Harmattan de "Football - Sociologie de la haine", sous la direction de Camille Dal et Ronan David et de la réédition de "Football et politique - Sociologie historique d'une domination", de Patrick Vassort.

(2) Propos tenus lors d'une rencontre avec des étudiants nantais, rapportés par Ouest-France du 24 mai.

(3) D'après Etienne Moatti (L'Équipe du 30 mai), la vindicte de TF1 s'expliquerait par la non-signature d'un contrat qui aurait assuré à "la chaîne des Bleus" l'exclusivité d'interviewes du sélectionneur et des joueurs, tout au long de la compétition. Lors de Téléfoot, dimanche, un nouveau reportage à charge a suscité la colère de Raymond Domenech.

Réactions

  • frank.riijcard le 30/05/2006 à 23h52
    Le jugement pour tant est qu'il est sensé me semble tout de même disproportionné..

    Les amis de la rédac font ils tous partie d'une caste imperméable aux discussions de comptoirs et de critiques en tout genre.
    Cet article ressemble pourtant à s'y méprendre au piège de l'arroseur arrosé..

  • barbaque le 30/05/2006 à 23h56
    Tu veux dire que l'auteur aurait un peu exagéré? Oh, ça ne ressemble tellement pas aux Cahiers du foot ;-))

  • Monsieur Foot le 31/05/2006 à 00h15
    "sont infiniment plus nombreux et constituent une gamme d'emmerdeur remarquablement nombreuse…"

    étendue plutôt ?

    ------------

    Sinon +1.

    Je m'interdis personnellement toute critique à l'encontre de l'edf devant les footix de tous poils. Heureusement que c'est que tous les quatre ans, parce que je commence à être à cours.

    Notons que le supporter de l'OL que je suis vit une double peine puisque les olix apparaissent chaque jour plus nombreux.

    Je crois que la palme devrait revenir à la quotidienne qu'itélé consacrera au foot et dont nous avions eu un apperçu après la liste.

  • tatayé le 31/05/2006 à 00h20
    L'article ne fait pas (seulement) référence aux amis de la rédac', mais aussi est surtout aux Elkabbach, TF1 et autres...

    J'ajouterais une anecdote.

    Un de mes amis se moque souvent de ma passion et de ma compassion envers des "mecs qui sont payés des millions pour courir derrière un ballon".
    Sans vergogne, il osa m'annoncer qu'il avait assisté à un concert de U2 à Amsterdam pour la modique somme de 160 euros...deux jours après m'avoir sermonné sur mes 7 euros payés au stade la Meinau.

    Ok, vous me direz en vrais amateurs de L1 orangina: "c'est déjà trop!".

    C'est vrai...;-)

  • tatayé le 31/05/2006 à 00h25
    J'ajoute une chose.

    Franchement, on est bien content d'avoir les cdf et leur forum pour déverser notre bile footixienne.

    Sans ça, je crois que mon casier judiciaire ne serait plus vierge...


    (N.B.: Avec une telle déclaration d'amour, je mérite bien un abonnement gratuit, non? Allez, un T-shirt?...)

  • thibs le 31/05/2006 à 01h07
    Pour rendre aux footix tout le mal qu'ils font au football, il faudrait que l'edf arrive en finale, histoire de les faire ressortir du bois avec leurs maillots de 98 et leur enthousiasme opportuniste, et qu'elle perde, histoire qu'ils comprennent VRAIMENT ce que c'est que d'aimer le foot.

  • wedr2 le 31/05/2006 à 01h21
    ce genre d'article (trop rare) me permet de soigner mon ulcère.
    J'en peux déja plus des "zidane il sert vraiment à rien" et autre "il est nul d'avoir pris dhorasoo à la place de pirès".
    Sans les cdf je me sentirais seul au monde.

  • olerouge le 31/05/2006 à 01h42
    Ce qui est frappant, c'est que les commentaires les plus navrants du genre "Bah ouais, ils perdent, pas facile de courir avec les poches pleines d'argent" sont parfois le fait de personnes par ailleurs brillantes dès qu'il s'agit d'évoquer un autre sujet.
    Ce qui nous ramène au titre "le foot rend con".

    CQFD, merci les Cahiers.

  • Jihaime le 31/05/2006 à 01h58
    Ceci dit, tatayé, ton pote a pas tort : 7 euros pour voir Strasbourg, c'est quand même beaucoup. (Bon, les 160 pour U2, ça dépasse l'entendement. J'ose espérer que tu as oublié une virgule.)

  • Carlos Alberto le 31/05/2006 à 05h50
    J'espère que la rédac' m'aurorisera exceptionellement cet url relatant la campagne de pub avortée des CDF :

    lien