Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Retour sur images

Treize ans après le dernier VA-OM, et alors que les Nordistes remontent dans l'élite, de nombreux protagonistes de l'affaire se retrouvent sous les feux de l'actualité, de Tapie à Borloo en passant par Olivier Rey…
Auteur : Mollows le 22 Mai 2006

 

Juste avant que la Ligue 1 ne livre le nom de ses trois relégués, le feuilleton de la montée avait accouché, le vendredi 28 avril, de son premier élu. Et le gagnant était... le Valenciennes Football Club, qui sprintait résolument depuis huit matches. Aux lendemains d'une finale de Coupe de France qui proposait l'autoproclamé clasico des familles OM-PSG, c'est la promesse d’un match à part qui se profile avec les retrouvailles de deux équipes, dont le dernier affrontement dans l'élite, il y a quatorze saisons, avait accouché de l’affaire de corruption dite OM-VA.
On pourrait s'abstenir de cette évocation un rien obligée, mais par une sorte de hasard ironique, plusieurs personnes plus ou moins concernées par l'affaire figurent aujourd'hui à la une de l'actualité politique ou médiatique.


Borloo-Tapie, toujours en vie
Du côté des "présidents", pour commencer. S'il n'a pas été inquiété lors de l’affaire, Jean-Louis Borloo a toujours des responsabilités dans le club de Valenciennes. Ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, il occupe aujourd'hui des fonctions politiques de premier rang. Aussi, suite aux soucis rencontrés par Villepin dans le cadre de la seconde affaire Clearstream, (pas celle des livres de Denis Robert, mais l'affaire d'Etat), son nom figure toujours en bonne place sur la liste des personnes susceptibles de remplacer l’actuel Premier Ministre. Lui y croit, en tous les cas… Valenciennes est définitivement hype.

Le destin politique de Bernard Tapie – qui paradait opportunément le 20 mai 1993 bras dessus bras dessous avec son ex-avocat et ami, au Stade Nungesser (lire l'article de L'Humanité du 13 mars 95) – est un peu plus contrarié. Après les 145 millions d'euros obtenus du Crédit lyonnais (et donc du contribuable - via le Consortium de réalisation) en octobre dernier dans l'affaire de la vente d'Adidas, puis une re-condamnation pour fraude fiscale en décembre, Bernard Tapie poursuit depuis le 20 avril Jean-Jacques Eydelie et son éditeur pour diffamation suite à la sortie du livre "Je ne joue plus!" Après avoir servi d'exocet à Mitterrand pour malmener la liste PS menée par Rocard aux élections européennes de juin 1994, il constitue encore, pour le Parti radical de gauche, un chiffon rouge intéressant à agiter devant le Parti Socialiste dans la perspective des Présidentielles de 2007 (lire l'article de L'Express du 2 février) – même si lui-même a déjà pu afficher un soutien à Ségolène Royal.


Vernon sur l'heure
Passons aux journalistes. À la mi-avril, lors d'une excellente émission de Xavier de la Porte sur le journalisme sportif sur France Culture (voir la présentation), Alain Vernon évoquait la manière dont il avait relayé l'affaire OM-VA: "J'appelle Jacques Glassmann parce que j'ai su, par un cameraman de la maison, que le soir du match il avait des choses à dire, mais qu'il ne les a pas dites réellement [NDLR: d'autant qu'Olivier Rey qui couvrait le match, tout comme la cassette de son reportage, étaient introuvables à l’heure de la diffusion au 13 heures de France 2 – lire l'article du Monde du 26 avril]. Donc j'appelle Jacques Glassmann, je vais à Valenciennes, il accepte de me recevoir. Je lui explique ce qui s'est passé entre moi et Tapie, la dent cassée [NDRL: Alain Vernon indique plus avant dans l'émission qu'à l'occasion d'un match de l'OM au Stade Lénine de Moscou au tout début des années 90, Tapie lui aurait mis un coup de poing lui cassant une dent, histoire de lui apprendre à faire son boulot de journaliste dans les clous]. Il connaît mon parcours de journaliste. Bon, Jacques Glassmann, comme c'est un mec honnête et plein de rigueur, il accepte de me recevoir. Ce jour-là, le 23 mai, il parle de ce qu'il connaît : de Bernès, des 200.000 francs. Il lâche toutes les infos, et le soir à 20H, on sort l'affaire. À tel point que l'AFP, à 20h40, fait une dépêche sur ce qui a été dit dans le journal. Dès le lundi, la Ligue de Foot, à l'époque dirigée par Noël le Graët, envoie deux commissaires pour commencer à enquêter sur cette affaire et puis ça débouchera sur tout ce que vous savez. Mais moi j'étais quand même content que ma dent cassée ait été remise en bon état".

Pour revenir à l'actualité, Alain Vernon dénonçait le mois dernier, en sa qualité de délégué du personnel CGT de la rédaction cette fois, la présence de Béatrice Schönberg à la présentation du 20H de la chaîne, pour des motifs déontologiques: "Nous demandons sa démission afin de mettre fin à une situation qui ternit l'image de la rédaction et peut laisser planer des doutes sur son impartialité", souligne Alain Vernon. "Il ne s'agit pas d'une attaque personnelle", précise-t-il cependant (lire l'article du Monde du 5 avril). Cette mise en cause tient à ce que la présentatrice est l'épouse de Jean-Louis Borloo. Elle est reparue dans le contexte particulier des mouvements sociaux qu'a connu le pays, avec feu le Contrat première embauche.


Rey, Juninho et les putes
Mais au rayon vintage, gardons le meilleur pour la fin avec le cas d'Olivier Rey. L'ex-journaliste de France 2 aura lui aussi brûlé les planches en ce printemps 2006 un rien pluvieux... Il s’est ainsi entiché de reprendre France Soir en duo avec Jean-Pierre Brunois, promoteur immobilier.
Les personnes qui fréquentaient le forum des Cahiers en 2003 avaient eu l'occasion d'apprécier, lors du passage du journaliste sur le site freegoal, son extraordinaire capacité à se mettre au niveau ou à dépasser la bêtise crasse de ses interlocuteurs. Il a pu, ces derniers temps, révéler ces talents au-delà du petit monde du ballon rond, avec un déboulé en fanfare chez les salariés de France Soir auxquels il a précisé: "On ne va pas couvrir un match de foot pour raconter que Juninho a marqué un coup franc. Moi, ce qui m'intéresse, c'est de savoir dans quelles boîtes de Lyon les joueurs sont sortis, après le match, et si Juninho s'est tapé une pute". Une phrase désormais célèbre…

Sa vulgarité a effrayé et il a dû se mettre en retrait dans l'opération de reprise. Le plan drastique de réduction de personnel, au service d’une ligne éditoriale de tabloïd, ont provoqué un mouvement de grève de la rédaction du quotidien, plus tenté par la reprise pourtant hasardeuse d’Arcadi Gaydamak, président du Club du Bétar Jerusalem (le foot encore le foot) – affublé de casseroles d'une bien autre dimension (mandat d'arrêt en France dans le cadre des l’Angolagate... voir les Cahiers #23), mais dont le plan est loin d'être aussi gourmand en matière de licenciements.


Mauvais coucheurs
Histoire de poursuivre cet inventaire à la Prévert, signalons au passage que l’affaire Schönberg, sur France 2, a été source d'une rumeur selon laquelle l’émission de décryptage télévisuel "Arrêt sur Images", souvent pertinente (parfois moins), était menacée de ne pas être reconduite la saison prochaine. Son animateur Daniel Schneidermann s'était inquiété dans sa chronique "Médiatiques" de Libération, sur le blog qu'il co-anime et dans son émission sur France 5, des possibles conflits d'intérêt évoqués ci-dessus. Paris-Match lui a lancé un procès en maccarthysme, Le Point et L'Express ont relayé la rumeur, quand Jean-Marc Morandini, abonné aux délices du mercato médiatique, enfonçait joyeusement le clou sur Europe 1. Cette rumeur a été démentie par la direction de France 5.

À part ça, le village footballistique a aussi ses petites affaires médiatico-institutionnelles. Estelle Denis, animatrice de 100% Foot sur M6, y a conversé pour la seconde fois, mine de rien et en le vouvoyant, avec son compagnon Raymond Domenech, sélectionneur national. Une posture un peu grotesque dont on pourrait s'amuser un peu si le journalisme sportif n'était pas le laboratoire de l'abandon de toute déontologie dans nos médias. Plus léger, toutefois: au début de cette année, le jeu à 1500€ de l'émission (0,56€ l'appel plus l'éventuel surcoût opérateur) posait la question suivante :
Qui est le sélectionneur actuel de l'Equipe de France ?
1) Raymond Domenech 2) Michel Platini
Même si elle n'était pas servie par Estelle Denis en personne mais par une voix off, on pouvait penser que la question avait tout de même des airs mutins de message à l'attention du monstre sacré du foot français... Une manière de lui rappeler un peu qui dîne actuellement chez Mémé la Fédé. Le service produits dérivés des Cahiers du foot s’attaquera peut-être à la confection d’un petit haut floqué de l'inscription : "Estelle Denis, partenaire officielle du sélectionneur".

Réactions

  • Si le vin vil tord le 23/05/2006 à 07h12
    Tiens prem's.

    C'est un article intéressant qui fait un peu peur quand même. Si j'ai tout compris, il y a des personnes politiques qui sont de mêche (voire pire) avec des journalistes et en plus ils baignent dans le monde du football.
    Comme ça ils sont sûrs de toucher le plus de monde possible.

  • 5ylV@iN le 23/05/2006 à 07h23
    Enfin du foot !
    (et un article à envoyer à un mec de droite)

    :—)

  • reset le 23/05/2006 à 08h45
    Le monde est vraiment petit dans ce genre de milieu..


    Par contre, le coup de la question sms "anti-platoche" à la fin, j'y crois moyen.. c'est surtout le meilleur moyen de gagner de la tune en faisant croire à tous les français qu'ils sont super calés en football.
    En tout cas, si le nom de platini a été choisi délibéremment, moi ça me fait rire :)

  • Le_footix le 23/05/2006 à 08h56
    >Si j'ai tout compris, il y a des personnes politiques qui sont de mêche (voire pire) avec des journalistes

    Ca, ça n'est pas que dans le football. La connivence entre politique et médias est une institution, une particularité française (la presse est bien plus libre aux Etats-Unis, et là-bas ils sont carrélebt FIERS d'être indépendants du pouvoir vous vous rendez compte). Pourquoi ? Respect monarchique mal compris, proximité de deux "élites" (nous parlons de la presse nationale), histoire contemporaine (l'ORTF gaulliste)...

  • cris le 23/05/2006 à 08h59
    C'est Anigo qui va être heureux de rencontrer VA la saison prochaine. Il va encore en faire une histoire perso (cf. sa joie d'avoir battu Guingamp il y a 2 ans).
    L'histoire serait belle pour VA de battre l'OM et de les condamner à la ligue 2... La boucle serait bouclée, chacun aura coulé l'autre.

    Sinon, c'est toujours les même qui s'en sortent. Pauvre Glassman, joueur honnête et devenu paria dans le milieu.

    Ben oui, en dénonçant le système, il était devenu plus difficle pour les autres de croquer. Attention, je ne sous-entend pas que ces pratiques n'existent plus !!!

  • Raspou le 23/05/2006 à 09h12
    La fin sur Domenech, Estelle Denis et Platoche est un peu en trop, non? Ca n'a aucun rapport avec VA-OM, et comme scandale de collusion médiatico-footballistique, on a vu pire, me semble-t-il :-)

    Ca fait un peu (les initiés apprécieront): "And remember, you heard it here first, under the q.t., and very hush-hush" :-)

  • Raspou le 23/05/2006 à 09h18
    oups, "on" the QT, avant de me faire allumer par tous les docteurs en anglais... :-)

  • l'enchois le 23/05/2006 à 09h45
    Le_footix - mardi 23 mai 2006 - 08h56

    la presse est bien plus libre aux Etats-Unis, et là-bas ils sont carrélebt FIERS d'être indépendants du pouvoir vous vous rendez compte
    ...
    c'est du 2nd degré ? ou alors, c'est encore un moyen de montrer à quel point la France est à la rue par rapport à la grandeur du model anglo saxon ? Si la presse américaine (qui jouie effectivement d'une grande liberté) en profitait réellement (de cette liberté) y'a fort à parier que la population de ce dit pays réfléchirait autrement ! La presse est effectivement mais s'est elle-même enchaînée au pouvoir !

  • barbaque le 23/05/2006 à 09h46
    le_footix - mardi 23 mai 2006 - 08h56
    (...) la presse est bien plus libre aux Etats-Unis, et là-bas ils sont carrélebt FIERS d'être indépendants du pouvoir vous vous rendez compte.

    >> Il faudrait arrêter avec ce cliché à deux sous. On a vu à l'occasion de la guerre en Irak comment les merveilleux journalistes américains indépendants avaient avalé et relayé sans moufter les mensonges énormes et les manipulations grossières de l'administration Bush. Les grands groupes audiovisuels se sont carrément mis au service du gouvernement pour déverser une propagande invraisamblable.
    A ce jour il n'y a que le NY Times qui a fait un début de mea culpa.

    Alors elle est où l'indépendance des journalistes américains là-dedans? Dans la bonne conscience qu'on se donne à ne pas coucher avec les élus?

  • l'enchois le 23/05/2006 à 10h02
    Sinon, allez VAFC, l'année prochaine ça va être terrible l'ambiance à Nungesser (avec une tribune de 5000 places de plus)

La revue des Cahiers du football