Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'angoisse de l'arrière gauche au moment du penalty

Le chef de notre cellule Statistiques & Maraboutage s'est penché sur les archives et en a extrait une terrible vérité: les arrières gauches sont maudits dans les séances de penalties!

Auteur : José-Karl Bové-Marx le 30 Jan 2006

 

 

En mai dernier, l’échec d’Andreï Chevtchenko en finale de la Ligue des champions, lors de la séance des tirs aux buts, face à un Jerzy Dudek en plein trip grobelaarien, a encore suscité, dans tous les cafés du commerce d’Europe et sur les plateaux de TF1, ce commentaire récurrent, le plus souvent prononcé avec affliction et fatalisme: "Ah, ça, c’est toujours les grands joueurs qui ratent leur péno!"

 

 



Adage menteur


Une affirmation qui semble évidente à tous, à un tel point qu’il serait sacrilège de la remettre en cause. Et bien, soit! Qu’on me brûle sur un bûcher, qu’on me jette dans un étang avec une pierre au cou, qu’on me fasse passer une journée entière entre les mains de Tiburce Darou, mais rien ne m’empêchera de crier la vérité à la face du monde! Et la vérité, c’est que lesdits "grands joueurs" ne ratent pas plus leurs pénos que les autres. Même moins. Eh oui. C’est seulement que ça se remarque davantage.


Oui, France-Brésil 1986 a vu Zico écrire la légende de Joël Bats et Platini ajouter un satellite de plus à l’orbite terrestre. Oui, Baggio a tiré une transformation de rugby contre ce même Brésil en 1994 en finale de la Coupe du monde. Et Raul n’a pas égalisé contre les Bleus à la dernière minute de France-Espagne en 2000.

 

Mais cette prétendue malédiction qui s’abattrait sur les plus talentueuses de nos stars n’est, en réalité, que la simple conséquence d’une statistique indéniable : ce sont le plus souvent les "grands joueurs" qui sont chargés des coups de pied de réparation. Du coup, les risques d’échec se multiplient. Et forcément, sur plusieurs décennies, on constatera les ratages de quelques stars mondiales dans cet exercice. Mais en tirer une conclusion définitive comme le fait souvent la vox populi, surtout avinée, est totalement injuste. Pelé, Maradona, Van Basten, Zidane, Vairelles en ont-ils manqué beaucoup? Platini n’en a raté qu’un seul de toute sa carrière...




Sacerdoce du latéral

Non, la vérité est ailleurs (et mon tailleur est riche, mais ça n’a pas de rapport). Il existe bel et bien une congrégation qui tremble à la seule idée de s’avancer dans la surface, de poser le ballon sur le petit rond blanc, de jeter un regard de défi au gardien qui fait la roue sur sa ligne, de prendre une profonde inspiration, de reculer, et de frapper du pointu en fermant les yeux. Cette cohorte de misérables, c’est celle des arrières gauches.

 

Poste ingrat que celui-ci ! Quel gamin doué, dans la cour de son école, s’écrierait : "Moi, quand je serai grand, je serai arrière gauche!" ? (oui, non, Cyril Rool, ça compte pas). Chacun veut être buteur, meneur de jeu, gardien, à la rigueur ailier de débordement ou libéro… mais arrière gauche, non merci! Or une fois au centre de formation, on doit se résigner, a fortiori si l’on est gaucher et moins technique que l’autre gaucher de l’équipe qui, lui, jouera devant. Dès lors, on passera son existence sans s’éloigner de plus de dix mètres de la ligne de touche, qu’on parcourra inlassablement d’un bout à l’autre pendant toute sa vie, taclant un ailier adverse par ci, combinant avec un partenaire par là, sans jamais entrer dans la lumière, sauf si l’on s’appelle Roberto Carlos et qu’on possède une frappe de balle qui devrait être interdite par la Convention de Genève.



D’ailleurs, l’admirable Jimmy Adjovi-Boco n’est-il pas le seul joueur de champ de D1 à avoir joué plus de trois cents matches sans jamais inscrire le moindre but? La vie de l’arrière gauche se passe dans l’ombre. On lui permet seulement de temps à autre de toucher une éventuelle coupe, mais ce n’est pas lui qui la portera pendant le tour d’honneur. Et un jour, voilà qu’on le tire de la pénombre et qu’on lui intime l’ordre de marquer son tir au but, le sort de la patrie en dépend! Alors, la pauvre petite chose fragile cligne des yeux, tangue des genoux, et s’exécute en tremblant, tentant généralement de placer un ballon tout mou au ras du poteau. Du pain bénit pour le gardien adverse.




Les archives sont formelles

Et c’est ainsi que l’histoire des séances de tirs aux buts de l’humanité constitue une longue litanie d’échecs des arrières gauches. Et c’est ainsi que chaque fois que l’un d’entre eux s’avance, nous, devant la télévision, nous couvrons les yeux en hurlant "Naaaan, pas lui, il va le rater, je suis sûr!" Allez, pour la bonne bouche, quelques moments d’infamie des numéros 3 pénalteurs :


1982. Au lieu d'allumer Schumacher d’un missile en pleine face, Maxime Bossis frappe faiblement de l’intérieur du pied. Le monstre se saisit du ballon et serre son poing encore ensanglanté.
1991. Contre l’Etoile Rouge, Amoros, d’un tir de poussin, coule définitivement un OM bien triste.
1993. Stéphane Mahé en sixième tireur de l’AJA contre Dortmund. Mauvaise pioche.
1998. Lizarazu manque bien d’écrouler tout l’édifice bleu en quarts contre l’Italie.
2003. Allez hop, un exemple non hexagonal, histoire de montrer que c’est une règle universelle : en finale de Ligue des Champions, contre la Juve, l’arrière gauche du Milan AC, Kaladze, bute sur Buffon.
2004. Un autre cas non hexagonal, et même non européen : en finale de la Copa America, l’Argentin Heinze décoche un Scud au-dessus des cages de Dida.
2005. Eindhoven, le champion de France face à une bande de Bataves… Au bout de la nuit, le tir fuyant d’Abidal n’échappe pas aux longs bras de Gomes.
2005 encore. En finale de la Ligue des champions, ni Paolo Maldini ni Djimi Traoré ne tireront. Peut-être les entraîneurs ont-ils enfin compris? En revanche, les anciens arrières gauches que sont Riise et Serginho tirent… et ratent. On ne se défait pas aussi finalement du sceau du destin.
2005 toujours. À la dernière minute de Cameroun-Egypte, les Lions obtiennent un penalty. En dépit de tout bon sens, c’est leur arrière gauche Pierre Womé qui s’en charge. Le ballon rebondit sur le poteau et détruit sa maison et sa voiture.



Conclusion : ont-ils tous croisé un chat noir? Sont-ils passés sous une échelle? Ont-ils cassé leur miroir? Sont-ils simplement les derniers survivants de cette ancienne race de joueurs qu’on appelle généralement les "bourrins aux pieds carrés"? Quoi qu’il en soit, les faits sont têtus. Les arrières gauches sont les maillons faibles des séances de tirs aux buts. Espérons qu’au moment de désigner le dernier tireur français en finale de la Coupe du monde 2006, les Bleus n’enverront pas Sylvain Armand au casse-pipe…


PS : Andreas Brehme, auteur du penalty qui a permis à l’Allemagne de remporter l’horrible Coupe du monde 1990, n’était pas un arrière gauche, mais un robot. Ca ne compte pas. Et toc. D’autant qu’au tour précédent, l’Allemagne s’était qualifiée aux tirs aux buts contre l’Angleterre… grâce à l’échec de l’arrière gauche d’icelle, Stuart Pearce.

Réactions

  • TheGlide le 30/01/2006 à 19h01
    Encore une fois génial. Mais Amoros jouait arrièe droit à l'OM. Goethals connaissait votre stat : Di Meco n'a pas tiré !!!

  • Anne-Perrette Cool le 30/01/2006 à 19h06
    Oook - lundi 30 janvier 2006 - 19h01
    (oui, j'aime les joueurs blessés)

    Bah c'est bien là le problème ! Un ami à moi citait A. Cole mais cette saison on l'a pas vu beaucoup...
    (Ma question s'entendait au niveau international)

  • Flying Welshman le 30/01/2006 à 23h03
    Tir au but de poisson rouge de Maradona en quarts de la CdM 1990 contre la Yougoslavie. Sans conséquence au final.

  • Toni Turek le 31/01/2006 à 01h10
    L'angoissante question : Viveros aurait-il ose une Panenka ?

  • Raspou le 31/01/2006 à 02h39
    Ah, merci José-Mickaël d'apporter un éclairage scientifique à ce qui n'était qu'une intuition de supporter sur l'incroyable solidité teutone lors des TaB, à tel point que pour les battre, il faut le génie d'un Panenka...

    Ca doit être lié à leurs arrières-gauches: Breitner (qui n'a pas raté, lui, en 74) ou Brehme (idem en 90), par exemple... Donc en fait, cette 2e théorie vient renforcer celle de l'article de départ:
    - les arrières-gauches sont nuls aux pénos
    - les Allemands ont compris ça très tôt et ont développé un programme de formation spécial pour sur-renforcer leurs AG à cet exercice
    - donc les Allemands gagnent tjs aux TaB

    C'est simple, la vie, en fait...


  • CHR$ le 31/01/2006 à 07h06
    "Chacun veut être buteur, meneur de jeu, gardien, à la rigueur ailier de débordement ou libéro… mais arrière gauche, non merci!"

    C'est bien vrai ça. Moi même je voulais être arrière droit.

  • Ponda le 31/01/2006 à 14h11
    > Jeune Mavuba Vaincu - lundi 30 janvier 2006 - 17h16
    Excellent article, certainement inspiré par l'arrivée du fabuleux Bruno Basto à Saint-Etienne, cela me semble évident. Helas, je n'ai pas souvenir d'un penalty tiré par le grand Bruno. Pourtant, je suis sûr qu'il le raterait. Dommage que Sainté soit éliminé des deux coupes, on ne saura sans doute jamais.

    ____________________________

    J'ai souvenir d'un pénalty décisif, en coupe, tiré par l'ami Basto à Lescure. Il était le 5ème tireur et avait qualifié les Girondins en réussissant brillament son tir (comme quoi Basto n'est pas un joueur de foot...).

    Je le revois encore tirer ce péno, face au virage nord, marquer et partir en courant comme un dératé vers la tribune pestidentielle en embrassant son alliance et ce, sans qu'aucun coéquipier ne le lien certainement être abasourdis de voir le fier Bruno scorer)

  • Numéro 14 le 31/01/2006 à 14h54
    Un des meilleurs articles des CDF de tous les temps. Je tenais vraiment à le dire.

    Chapeau bas, messieurs.

  • Richard N le 01/02/2006 à 12h06
    A-t-on cité Antonio Cabrini, le seul homme à ce jour à avoir manqué un penalty en finale d'une Coupe du Monde ?
    Il était bien, si je ne m'abuse, l'arrière gauche de la Squadra Azzurra 1982, non ?

  • Larry Poste le 01/02/2006 à 12h54

    A un moindre échelon (tournoi amical à Villers Semeuse) , l'angoisse que notre équipe partageait était la possibilité que notre ARG tire le péno (égalité parfaite après neuf tirs des deux équipes), qualifiant à coup sur l'autre équipe.

    La seule raison de sa titularisation, en dépit de la technique catastrophique du gaillard était que son papa avait fourni un jeu de maillot d'une classe étincelante.

    Cependant, il n'était pas gaucher.

    Toujours dans la série du foot d'en bas, ma première tentative s'est soldé par un joli décroché du drapeau du corner (qu'on appelle en d'autres circonstances support de la manifestation de joie du buteur alais le youpi happy goaler, mais c'est dans le foot d'en haut)

    Je suis gaucher.