Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

"C'est l'incertitude qui crée la valeur"

Interview - Frédéric Bolotny, économiste, éclaire les tendances et les enjeux de l'économie du football actuel: arrêt Bosman, G14, rôle des instances, droits télé, spécificité sportive, place du foot français, DNCG européenne…

le 26 Jan 2004

 

 

Dans le dernier numéro des Cahiers, Frédéric Bolotny décrit le modèle économique mis en œuvre par Florentino Pérez pour le Real Madrid , impliquant notamment le recrutement de stars, véritables "marques" permettant de générer, outre du jeu sur le terrain, des synergies commerciales et des revenus périphériques. Le club madrilène, dont le président dirige également le G14, symbolise ainsi une économie du football de plus en plus dérégulée, creusant les écarts financiers et cherchant à réduire le risque sportif pour les clubs les plus riches…

 

La concentration de l'essentiel des moyens économiques par un petit nombre de clubs est-elle inquiétante

 

Ce qui me gêne dans tout cela, c'est que le sport est une activité où c'est l'incertitude qui crée la valeur. C'est le fait de ne pas connaître à l'avance le résultat d'un match qui motive l'intérêt du public. C'est une activité du spectacle dans lequel toutes les recettes, transferts mis à part (les transferts, c'est un jeu à somme nulle dans lequel les échanges s'équilibrent), pour lesquelles il y a une vraie création de valeur, sont liées à l'audience, et donc à l'assise populaire: billetterie, sponsoring — même si c'est le sponsor qui paie, en définitive c'est le fan — droits télé, merchandising… Tout est connecté à l'audience au sens large, et le principal moteur de cette audience, même s'il y en a plusieurs comme le drapeau, le beau jeu, les stars, etc., c'est l'incertitude. C'est le seul spectacle d'envergure dont le scénario n'est pas écrit à l'avance, dont le scénario n'est pas connu des acteurs. On est dans une activité où les lois naturelles du marché ne sont pas nécessairement efficaces, une activité qui doit préserver la logique sportive pour être optimale économiquement.

 

Paradoxalement, le sport professionnel américain ne suit pas la même évolution…

 

L'exemple américain est intéressant pour comprendre comment fonctionne le marché — mais pas pour servir d'exemple à ce qui devrait se faire en Europe, parce que les ligues fermées ne sont pas exportables ici, le public étant très attaché à la sanction sportive. L'organisation du sport américain est une organisation "collectiviste", avec le salary cap, la draft et la centralisation des droits. Les clubs ont décidé, il y a quarante ans, suite à une baisse des droits de retransmission, d'adopter cette organisation parce que les Américains, avec leur pragmatisme habituel, ont compris qu'on était dans un secteur où tout le monde était dans le même bateau, le seul secteur dans lequel les clubs sont à la fois adversaires au plan sportif et partenaires au plan économique. Pour qu'une compétition soit intéressante et donc créatrice de valeur, il faut qu'elle soit équilibrée… Quand on parle de spécificité du sport, elle est là. L'objectif d'un club ne peut pas être de tuer la concurrence, sinon, il n'a plus d'adversaire à son niveau.

 

Mais est-ce que les clubs du G14 n'ont pas justement pour ambition de n'avoir pour partenaires que les autres membres du G14?

 

Certains dirigeants n'ont effectivement pas conscience de ce risque. Il faut comprendre qu'ils sont soumis à un maximum de pressions à court terme et que leur problème est avant tout de finir l'année, ce qui explique qu'il y a peu de politique de développement à moyen et long terme — même si le Real, en l'occurrence, a une stratégie de ce type. Mais ce n'est pas aux clubs de dire "je ne veux pas tuer la concurrence", il faut avoir des autorités de régulation suffisamment fortes et suffisamment indépendantes — les ligues, l'UEFA — pour dire aux clubs qu'avec, par exemple, la formule de la Ligue des champions à deux tours, ils vont tuer la poule aux œufs d'or…

 

Comment cette évolution s'est-elle accélérée ?

 

On a assisté à une très forte vague de déréglementation lors des dix dernières années en Europe. Ce qui nous tenait lieu de draft ou de salary cap, c'était les quotas de nationalité. En les supprimant, on prenait le risque d'aller tout droit vers des ligues fermées avec quelques clubs regroupant tous les plus grands joueurs. Les conséquences ont été très positives pour les clubs et les joueurs leaders, mais évidemment pas pour les clubs et les joueurs de second rang, l'arrêt Bosman ayant contribué à accroître les disparités entre clubs. Une des conséquences, c'est que de nombreux pays ne sont plus représentés dans les phases finales de compétitions et que les audiences y baissent. On l'a vu en France avec la chute des droits de télévision pour la Ligue des champions, et donc des recettes. Au bout d'un moment, le serpent se mord la queue avec la sur-domination des clubs et des pays leaders. Lors des six années ayant précédé l'arrêt Bosman, les trois pays les plus performants trustaient un tiers des places en quarts de finale de la Ligue des champions. Les six années d'après, cette part est passée à deux tiers. On assiste donc à une concentration du marché, des moyens financiers et humains, sur quelques clubs d'élite.

 

Quelles sont les risques de cette concentration?

 

C'est très bien de développer du business, mais la base, c'est quand même le foot. Un analyste disait: "Considérez les fans comme des clients, mais ne les appelez surtout comme ça". Il y a un lien émotionnel entre le public et les clubs qui fait qu'on n'est pas dans une économie classique. Les gens savent qu'on fait du business, du marketing. Mais il faut arrêter de le dire sans arrêt, parce qu'il risque d'y avoir un phénomène de rejet si la ficelle est trop grosse. En affaires, on doit communiquer sur ses stratégies, jouer la transparence pour sécuriser les partenaires… Mais il y a un risque dans le contexte du football, parce que c'est l'image qui est au centre de ce modèle.

 

Trop de marketing tue le business?

 

Toutes les compétitions qui ne sont montées que sur des critères marketing, comme le Super 12 en rugby, finissent par péricliter. Le marketing doit être discret, et doit servir à mettre en valeur le joyau qu'est le sport. Malgré le caractère visionnaire des dirigeants madrilènes, il y a un danger pour le système: on est dans une logique où le sport pourrait presque devenir accessoire. On peut développer les revenus périphériques, recruter des joueurs sur le critère de leur nationalité ou de leur potentiel commercial dans telle ou telle zone… Mais c'est quand même le sport qui crée la valeur.

 

Ce système-là risque donc d'atteindre ses limites…

 

C'est évident, et c'est même souhaitable. En regardant les comptes des clubs italiens il y a deux ans, on voyait déjà que la banqueroute était inévitable. Les dirigeants du Calcio reconnaissent d'ailleurs leurs erreurs, ils sont tout simplement en train de redécouvrir les bases de l'économie du spectacle sportif !

 

Les acteurs du sport sont donc en pleine prise de conscience?

 

Avec ce qui s'est passé en Italie, ou même en Formule 1, la compréhension du public a progressé concernant le fonctionnement spécifique des activités sportives professionnelles. Il y a aujourd'hui une forte contradiction entre le modèle européen du sport — fondé sur une logique sportive et un principe de qualification-relégation auxquels le public est très attaché —, et la logique nécessairement économique des clubs. Mais la finalité de l'ensemble du système doit rester sportive, parce que si elle devient seulement économique, cela compromettrait même la viabilité économique du système.

 

Comment rétablir un équilibre ou instaurer des régulations?

 

Il y a deux façon de prévenir les conséquences économiques du risque sportif sans le tuer. Au niveau macro-économique, vous mutualisez le risque avec des système de redistribution. La Ligue française de rugby, par exemple, l'a bien compris : les clubs qui ne sont pas qualifiés pour les play-off touchent plus que ceux qui sont qualifiés. Après, il ne faut pas être jusqu'au-boutiste, il faut savoir où mettre le curseur. Plutôt que des répartitions égalitaires, il faut des répartitions équitables, avec lesquelles chacun s'y retrouve en fonction de ce qu'il apporte. L'autre façon de "lisser" le risque sportif, c'est de diversifier ses ressources afin notamment d'être moins dépendant, en particulier, des ressources télévisuelles.

 

Quelle est la spécificité économique du football français dans ce contexte?

 

Dans un système comme celui du foot français, avec des compétitions emboîtées et des sanctions sportives — et une incertitude qui permet de maintenir sa forte attractivité avec des audiences en progression —, la répartition optimale des ressources ne peut pas être totalement égalitaire: on peut tout à fait introduire un critère de notoriété, voire d'autres critères comme la participation à la formation — en lien avec un principe de "développement durable", en quelque sorte. C'est toute l'ambivalence de notre système… Il faut creuser un peu les écarts pour que nos clubs soient plus compétitifs à l'échelle européenne, mais il faut aussi limiter ces écarts… Il faut aussi remarquer qu'en France, les droits télé ne baisseront pas, sauf s'il y a une fusion entre TPS et Canal+. Mais le foot français est excessivement "télé-dépendant". Avec les nouveaux contrats, qui ont légèrement augmenté, 65 à 70% des budgets hors transferts des clubs proviendront des droits télé…

 

Quels sont les obstacles à une DNCG européenne?

 

Le problème est en effet de trouver des critères de convergence pour ce contrôle de gestion, dans un espace européen extrêmement hétérogène. De façon utopique, on pourrait imaginer un plafonnement des salaires, mais il faudrait que ce soit sur des montants nets d'impôt. Ce serait difficilement compatible avec le droit européen, même si la position de l'Europe a considérablement évolué: la Commission n'accepte pas encore un retour en arrière sur les quotas de nationalité, pour des raisons politiques, mais elle a pris la mesure de la spécificité du sport en acceptant le principe des droits centralisés, comme au travers de l'accord avec l'UEFA qui est autorisée à centraliser la vente des droits des compétitions européennes à condition qu'elle segmente les lots. Idem en Angleterre. En tout cas, le principe d'une DNCG européenne est très bon, il va dans le sens d'une nouvelle régulation. Il faut absolument que le foot français le comprenne — je crois que c'est le cas de Frédéric Thiriez — et fasse du lobbying en faveur de la licence européenne des clubs, même si je crains que sa mise en application soit très délicate.

 

Frédéric Bolotny est économiste au Centre de droit et d'économie du sport de Limoges et auteur de l'étude "Les clubs de football" (Eurostaf - Les Echos, juillet 2002).

Réactions

  • ouais.super le 28/01/2004 à 10h10
    Le contraire de quoi baygon ?

  • baygonsec le 28/01/2004 à 10h21
    le contraire de ce que dit frenchy005

  • Jesper Olsen le 28/01/2004 à 11h05
    Pas faux baygon, juste même... Je ne plains absolument pas les joueurs dans ce système ou tout du moins pas les "stars" qui évoluent dans ces grands clubs.

    Au sujet de Aulas, toujours cher baygon, c'est son "tirage" de ficelle à la Ligue (donc dans la négociation des droits télé), c'est sa volonté forcénée d'être reconnu par ses pairs au G14-18 (donc participation active aux décisions qui vont contre le football "solidaire" que je prône même s'il n'est pas leader dans ce domaine) qui me gênent.

    Si on ajoute à célà ses pleurs chroniques avec l'argument "on ne peut pas lutter à armes égales avec les autres "grands" clubs européens à cause de la Bourse, de la fiscalité, de la non possession d'un stade... plus ses supplications (moins présentes acutellement je te l'accorde) contre les arbitres, bah globalement j'estime avoir des raisons de ne pas aimer le personnage.

  • baygonsec le 28/01/2004 à 11h29
    je ne parlais pas tellement des raisons qui font qu'on ne l'aime pas, car je peux les comprendre, même si elles tiennent surtout selon moi à un problème de communication plus qu'à des problèmes de fonds. Le G14 ? Ouais, l'OL y a une voix contre une vingtaine au Real... Tu penses vraiment qu'Aulas influe en quoi que ce soit sur l'évolution du football européen ???
    Sur son influence à la Ligue, encore une fois, quel sont les vrais exemples concrets ? Parce que bon, s'il a fait quelques trucs pas très catholiques, ils ne sont pas légion selon moi. Par contre, la moindre broutille est montée en épingle. Dernier exemple en date avec la colère de Pavon sur le match décalé OL-Bordeaux, lorsqu'il fustige "certaines personnes plus puissantes que d'autres". Qui n'a pas pensé à Aulas immédiatement ? Et surtout, combien de media se sont empressés de faire le rapprochement ? Il aura fallu un entrefilet dans l'Equipe pour savoir que Pavon visait les bureaucrates qui pondent les calendriers, et non JMA... Bref, j'aimerais bien qu'on m'explique en quoi la position de JMA à la Ligue (position qu'occupent d'autres présidents de club) a profité de manière éhontée à l'OL. Je rappellerai quand même que JMA a longtemps défendu l'application de critères sportifs pour la répartition des droits TV. Ce n'est pas lui qui a demandé un quelconque indice de notoriété. Même s'il peut sembler évident que les critères choisis l'arrangeaient bien...

  • Jesper Olsen le 28/01/2004 à 12h26
    'tain baygon, lis mieux ce que j'écris... J'ai changé de paragraphe pour dire mes ressentiments à l'encontre de JMA justement pour pas l'englober dans le paragraphe où je parlais de son pouvoir à la ligue et son appartenance au G14.

    Pareil pour le G14, quand je dis "qu'il n'est pas leader dans ce domaine", ça voulait dire que même si l'oL appartenait au G14 bah Aulas n'y avait qu'une petite voix par rapport à ses camarades...

    Sinon, laisse moi avec mes a priori sur Aulas. Moi j'appellerai ça "non nâiveté" mais tu peux appeler ça mauvaise foi i tu veux et je sens que tu ne seras pas d'accord et que tu pourras facilement contredire mes affirmations en me disant "comme d'hab, on tape sur Aulas pour délit de sale gueule". Quand il demande que les droits télé soient calculés en fonction des résultats sportifs et non de l'indice de notoriété, c'est à mon avis (mais je comprendrai que tu es un avis contraire) parce que l'OL est le meilleur club français sur les dernières années et qu'il souffre d'un déficit de notoriété par rapport aux mastodontes PSG et OM... Ce ne sont que des supputations je te l'accorde hein, mais laisse moi penser qu'à la place de Bouchet, Aulas aurait défendu la notoriété et l'audience plutôt que le classement du dernier championnat pour la répartition des droits. JMA (mais c'est pas le vilain petit canard, nombreux sont les dirigeants de clubs à ne chercher que leurs propres intérêts) a beau jeu de paraître grand prince en en appelant à la "méritocratie sportive"... D'ailleurs, tu le dis toi-même "les critères choisis l'arrangeaient très bien". Ce mec est brillant et parvient à retourner sa veste assez facilement. Exemples au hasard : le soutien puis le lâchage de Bourgoin lors de son élection à la présidence de la Ligue ; le soutien du projet de L1 à 20 clubs avant retournement cette année en faveur d'une L1 à 18...

    Enfin, même si je sens que je n'en ai pas fini avec toi :-), Pavon visait explicitement Guy Roux qu'il soupçonne d'avoir usé de son poids pour avancer la date du match contre Auxerre... Le "bon" Guy Roux, rusé au possible...

  • baygonsec le 28/01/2004 à 12h33
    pas grand chose à ajouter, si ce n'est que tu fais erreur quand tu dis qu'Aulas a soutenu la D1 à 20 clubs. Il s'est abstenu lors du vote, et il a maintes fois répété qu'il aurait voté contre si son ami Martel ne lui avait pas instamment demandé de ne pas le faire.

  • Jesper Olsen le 28/01/2004 à 12h38
    J'ai donc raison sur le reste... Cool !

    Et donc Aulas vote ou ne vote pas, non en fonction de l'intérêt supérieur du football, mais en fonction de ce que ses amis lui demandent... CQFD ! :-)

  • baygonsec le 28/01/2004 à 12h44
    "J'ai donc raison sur le reste... Cool !"

    pas vraiment, mais comme chacun restera sur ses positions ;-)

    "Et donc Aulas vote ou ne vote pas, non en fonction de l'intérêt supérieur du football, mais en fonction de ce que ses amis lui demandent... CQFD ! :-) "

    Exemples de présidents de club qui "votent en fonction de l'intérêt supérieur du football" ?

  • Jesper Olsen le 28/01/2004 à 12h52
    Déjà répondu avant baygon, je cite : "JMA n'est pas le vilain petit canard, nombreux sont les dirigeants de clubs à ne chercher que leurs propres intérêts"...

    Je pense qu'au final on est d'accord... JMA, comme beaucoup d'autres, n'agit qu'en fonction de ses porpres intérêts à courts termes. Donc, si tu me permets de pousser mon raisonnement jusqu'au bout, si jamais il a l'occasion de modifier les règles du jeu pour voir son équipe triompher, il n'aura pas de scrupules à le faire. Même si ça va à l'encontre du football que nous pronons sur ce site...

  • baygonsec le 28/01/2004 à 13h04
    je suis d'accord. Aulas n'est certainement pas meilleur qu'un autre, mais pas franchement pire non plus.

    Quant au football que "nous" pronons, il est malheureusement largement utopiste...

La revue des Cahiers du football