Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Qu'est-ce qu'il y a dans le Larqué ?

Exercice de dissection du commentaire larquien, exécuté à la hache parce que le scalpel ne sert à rien pour les gros morceaux.

le 15 Mai 2003

 


(photo TF1)

 

À l'aide de la scintigraphie et des techniques les plus éprouvées de l'analyse sémio-linguistique, nous sommes parvenus (assez facilement et en suivant d'une oreille la demi-finale d'une compétition habituellement boycottée sur ces pages), nous sommes parvenus à établir les grandes constantes de la rhétorique du consultant star de TF1. Donc, dans le Larqué, il y a :

 

Des flopées d'onomatopées
"Ouh la la la la la la". "Aïe aïe aïe". "Ouop pop pop pop".

L'onomatopée est constitutive du commentaire du Jean-Michel Larqué, elle permet une identification immédiate, comme un logo identifie une marque déposée.

 

Des répétitions exclamatives et des exclamations répétitives
"Il n'est pas hors-jeu, il n'est pas hors-jeu, il n'est pas hors-jeu!". "Il y a en a pas un qui ne défend pas, il y en a pas un pas un pas un!". "C'est pas fini, c'est pas fini, c'est pas fini!". "Il y a eu le feu, il y a eu le feu, il y a eu le feu!".
Comme les onomatopées, les répétitions sont absolument fondamentales dans la logorrhée larquienne. Elles lui permettent d'abord de meubler les grands vortex sémantiques qui se créent entre lui et Thierry Roland (dont la vacuité cérébrale provoque de sérieux courants d'air, voir Thierry Roland, l'aspiration par le vide). Le martèlement est également tout à fait adéquat pour un commentateur qui aime par-dessus tout enfoncer le clou. Enfin, le Larqué a tellement peu de choses à dire qu'il veut être sûr que le téléspectateur ne les rate pas.

 

Des considérations tactiques de haute volée
"Il ne faut pas dégager dans l'axe". "Le gardien doit relancer côté opposé". "La protection de balle de Del Piero est une merveille". "Il va le tirer rentrant". "Les uns ont un moteur les autres n'en ont pas". "Ils sont toujours en retard les Madrilènes".

Ces remarques savamment distillées représentent la caution technique du Larqué, facilement accréditée auprès du téléspectateur naïf et peu exigeant qui constitue le tout-venant de l'audience de TF1. Un téléspectateur qui peut facilement s'approprier ces lieux communs rabâchés depuis vingt ans et se considérer comment un expert à chaque fois qu'il les entend.

 

Des anticipations pour prouver la science du commentateur
"Oh il est bien tiré" (au moment de prononcer "tiré", le coup franc est généralement repoussé par le mur). "Attention, attention, attention!".
Pour justifier de sa compétence à ses propres yeux comme aux oreilles rebattues du téléspectateur, le Larqué met un point d'honneur à prouver qu'il lit le jeu à livre ouvert, aussi bien au cours d'une action qu'au fil du match. Dix minutes lui suffisent généralement pour dégager le sens d'une rencontre, quitte à déformer un peu la réalité quand celle-ci refuse de se plier à ses injonctions.

 

Des pleurnicheries et des jérémiades
"Ah la la, il était tout seul au deuxième poteau, il était TOUT SEUL au deuxième poteau, il était tout seeeeuuul au deuxième poteau!" "Il ne sont pas bien les Madrilènes, ils ne sont PAS BIEN les Madrilènes, ils ne sont pas bien du tout du tout du tout les Madrilènes".
Notez les modulations dans la phrase ou l'insertion d'une forme adverbiale (répétée si possible), qui transforment avantageusement une répétition exclamative en jérémiade. La pleurnicherie est particulièrement utile pour commenter les matches des clubs français et de l'équipe de France quand elle connaît quelques déboires, la jérémiade étant le ferment du défaitisme national et de l'auto-dénigrement.

 

Des radotages
Quand il a vu quelque chose qui le contrarie, le Larqué va s'appesantir indéfiniment dessus, même quand cela n'a strictement aucun intérêt. Ex.: "Il n'était pas sur sa ligne Gian-Luigi Buffon" (X3) ou encore diverses variations sur les panneaux électroniques du quatrième arbitre.

 

Une tête de Turc par match
Généralement désignée dans le premier quart d'heure, elle sera exécutée à chaque fois qu'elle touche le ballon, voire même avant. Inversement, il y a des intouchables dans la cosmologie du Jean-Mi-Mi. Ainsi, parfait spécimen de la Zidanolâtrie ambiante (contractuelle sur TF1), Larqué prononcera 875 fois le nom du meneur de jeu lors d'un match réussi (ex.: Real-Manchester), contre 5 fois quand Zidane passe au travers (ex.: Juve-Real), en ayant l'extrême correction de ne surtout pas le faire remarquer.

 

Des notations pittoresques "
Il est plein de neige le ballon de Figo".

Servie par un accent régional subitement ravivé, la notation pittoresque authentifie le commentaire en mâtinant l'appréciation technique d'un goût de terroir.

 

De la pub pour les clubs de Bayonne
Qu'il s'agisse d'aviron, de rugby (d'ailleurs c'est pareil), de football ou de scrabble, il n'y a pas de soirée de football réussie pour le Larqué sans allusion à sa région natale et à ses associations sportives. À son âge, il devient important de s'assurer une retraite au pays tous frais payés en rendant de menus services.

 

Des commentaires composés
Cette figure consiste en un savant amalgame entre plusieurs figures de style. "C'est totalement idiot, c'est idiot, c'est grotesque. C'est terrible de se comporter comme ça sachant qu'il y a une finale" (carton jaune pour Nedved qui le privera de la finale). Dans cet exemple, le sadisme larquien se révèle, car le Larqué n'a pas un bon fond, il se délecte inconsciemment de la déroute, de la déchéance et de l'échec.

 

Exercice :
Compose un commentaire à la Larqué en additionnant une onomatopée, une considération tactique de haute volée répétée trois fois, une autre onomatopée et une pleurnicherie à propos d'une tête de Turc ". Exemple : "Aïe aïe aïe, il est en retard, il est en retard, il est complètement en retard! Ah la la la la, il passe complètement à côté de son match Flavio Conceiçao".

Réactions

  • Carlos Alberto le 15/05/2003 à 12h25
    Je troyve que ce n'estpas assez corsé moi. Pour rappel je crois qu'il est à plus de 1 000 matchs commentés avec le rolland, donc sans être lèche cul, je pense que tout de même au bout d'autant d'année Jamel ou Richard ou Bruno je sais plus. (Martini) ahh ben ils seraient p'tet déjà arrivés àun autre stade.

    Sinon y'a un truc qui me rend fous c'est sa fixette sur le 4e arbitre. Il le sort à chaque match, il peut âs se plaindre ailleurs !

  • Axl le 15/05/2003 à 12h43
    Lucky, justement son commentaire à Séville est typique de son horripilance (si si, ça se dit).
    Six est à gauche, Giresse tout seul en retrait dans l'axe à 5 mètres de lui, la passe à faire est évidente.
    Là, normal, Larqué s'écrie "En retrait pour Giresse!"
    S'ensuit la séquence suivante:
    Six fait sa passe
    "En retrait pour Giresse!"
    La balle arrive sur Gigi
    "En retrait pour Giresse!"
    Gigi frappe
    "En retrait pour Giresse!"
    La balle entre dans le but, au ras du poteau
    "En retrait pour Giresse!"
    Giresse exulte et sprinte on ne sait trop où, les yeux fermés et les poings serrés:
    "En retrait pour Giresse! En retrait pour Giresse! En retrait pour Giresse!"

    Typique du bug larquien.

    Bref, excellent article, lol.

    Bon, je vais tenter l'exercice:

    "Ah là là, il n'y est pas Edmilson, il n'y est pas du tout, il n'y est pas, et ça, c'est impardonnable à ce niveau, il n'y est pas, il n'y est pas Edmilson, il a complètement le moral dans les chaussettes Edmilson, Thierry, dans les chaussettes".

  • Vamos Playa le 15/05/2003 à 13h00
    Tikko, si l'on suit ton raisonnement, on ne peut pas dire que "Baise-moi" est un film de merde, tant qu'on n'a pas réalisé son propre film, on ne peut pas dire que Le Pen est un enfoiré, tant qu'on n'a pas été raciste et insultant, on ne peut pas dire que la drogue, c'est d'la merde (dis leur merde aux dealers), tant qu'on n'y a pas goûté - je parle de la drogue, pas de la m... ???

    Il me semble que le droit à la critique n'est pas l'apanage des condisciples des critiqués...
    D'ailleurs, ton jugement sur Roland et sur Praud contredit totalement ton propos. Mais bon j'dis ça, j'dis rien... Et puis, bon, si les Cdf ne peuvent pas écrire comme ça, où va-t-on, hein, où, dis, euh?

  • thibs le 15/05/2003 à 13h21
    Ah lala, mais ce q'il faut savoir c'est que TF1 en a rien a faire des lecteurs des CdF!!! On est vraiment trop peu par rapport aux millions de gens qui s'y connaissent a peine en foot. Et le commentaire roland-larqué est destiné (a juste titre) a la masse. Pas aux spécialistes.

    Le secret de la longévité des 2 gars, c qu'ils commentent le matche comme un bon pote qu'on aurait a coté de soit, qui raconterait bcp de conneries et qui dirait 2 ou 3 trucs intelligents dans le match.

    Et faut voir parfois sur Canal leurs commentaires soi disant plus techniques....C pas toujours folichon. Ca vous interesse vous connaitre les stats de tel arbitre avec telle équipe ou telle autre?

    Moi meme si j'aimerais personnellement plus de commentaires techniques, roland et larqué sont parfaits a leur place, et pour l'instant irremplacables.

    TF1 vend des emotions, surtout pas du foot!! ca deviendrait rebarbatif

  • Brouche le 15/05/2003 à 13h30
    Excellent !!! A quand le même sur Bietry?

  • LokomotivDallas le 15/05/2003 à 13h45
    bon Major l'aviron et le rugby n'ont rien a voir mais ta fibre rubipède n'a pas à honnir une assimilation à la mentalité de rameur
    à part ça le pire est que Larqué est loin d'être le pire, c'est vous dire

  • tikko le 15/05/2003 à 13h48
    Les méfaits des drogues, c'est com pascal praud, c'est une évidence ;o)
    J'ai pas dit "interdit de critiquer", j'ai simplement essayer de faire comprendre que la critique était un poil trop systématique. Sur certains pts.
    Qd les cahiers se plaignent de la facon dt l'actu footballistique est traitée, ils proposent une alternative (on y adhère, on y adhère pas, chacun son choix, perso, j'y adhère), là, ils se contentent de tomber ds la facilité en trouvant ds 90 mn de commentaires trois quatre trucs qui s'avèrent à coté de la plaque, déplacé, redondant etc etc.
    (C'est donc là le sens de ma remarque)

    Comme si le but de cet article était juste de taper sur une de leur tête de turc pr brosser ds le sens du poil les lecteurs ici présents.. En fait, c limite démago comme article. Car globalement, on sait en l'écrivant que la majorité va dire "c vrai, quel gros minable avec ses commentaires à deux balles lolol".

    Admettre qu'il (Larqué) fasse qq bourdes, ok, dire qu'il maitrise rien du foot, c'est qd même aute chose non ?
    Autant Praud n'apporte rien, mais alors, rien, le néant total, une éclipse ce gars à lui tout seul, mais Larqué a qd même des compétences.
    Ah, ca oui, il sait pas du tout se servir des stats, c l'emmellage complet de pinceaux (le coup des 35% de passes en avant de Carrière ds je sais plus quel match c'était fort !).
    Et oui, il a des défauts.. com nous tous ?

  • MajorFatal le 15/05/2003 à 13h50
    J'ai compris loko...aviron bayonnais....
    Personne n'avait relevé, j'étais content.
    Maintenant la honte abat sur moi son long manteau de ténèbres.

  • jack bauer le 15/05/2003 à 13h51
    tout à fait d'accord thibs. D'ailleurs, le nb de cdfistes est insignifiant par rapport au nb d'électeurs FN. TR, grâce à ses allusions douteuses et son chauvinisme pitoyable, est donc parfait à sa place, pour reprendre ton terme.
    Sinon, après quelques mois d'acalmie, TR et Larqué ont repris leur blague sur Tortora, soigneur de la Juve.

  • Vamos Playa le 15/05/2003 à 13h52
    On ne demande pas un commentaire de spécialiste, mais au moins, quelque chose qui ne soit ni raciste, ni méprisant pour ceux qui regardent la télé... (Moi, un mec qui dit quarante conneries à la télé en une heure, qui fait la même private joke pour ses potes pendant deux ans, et dont je sais qu'il se fait 10 barres par mois sans préparer quoi que ce soit, je me dis qu'il se fout de ma gueule et qu'il me prend pour un blaireau).
    C'est comme l'argument qui est de dire que ce n'est pas grave qu'il y ait des fautes d'orthographe dans les journaux parce qu'une majorité de Français en fait...

    A partir du moment où certains s'y connaissent en football, et ils sont à mon avis plus nombreux qu'on ne le pense, il n'y a pas de raison qui justifie qu'ils se tapent des commentaires en bois, sans aucune info et sans aucune statistique (dont certaines apportent tout de même des éclairages), avec des "Il me semble que, je crois me souvenir que..."
    Zob !