Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Pharmacie Football Club

Le procès du dopage à la Juventus de Turin met en lumière des pratiques médicales surréalistes, avec des wagons de médicaments administrés sans raison thérapeutique. La récente révélation de contrôles truqués laisse encore moins de doutes sur l'organisation du dopage dans le football d'élite italien.
Auteur : Julie Grémillon le 28 Oct 2002

 


Le footballeur, ce grand malade 281 types de médicaments ont été répertoriés dans la pharmacie, soit "une quantité incompatible avec une structure non sanitaire mais plutôt la quantité dont devrait être doté un hôpital petit ou moyen". Les trois-quarts des médicaments trouvés "devaient être prescrits par ordonnance, ce qui était incompatible avec une structure non sanitaire". "Ou bien les joueurs étaient toujours malades, ou bien ils prenaient des médicaments qui allaient au-delà du champ thérapeutique". Ainsi se sont exprimés les experts en pharmacologie cités au procès des responsables de la Juventus de Turin, pour des faits se déroulant entre 1994 et septembre 1998 (AFP, 21/10). Des stars au centre de l'instruction Rappelons que ce procès au long cours (commencé en janvier dernier) conclut l'instruction engagée en 1998 par le juge Guariniello, au cours de laquelle Didier Deschamps, Zinédine Zidane et Jean-Marcel Ferret ont notamment été entendus. Contrairement au médecin de l'équipe de France qui a récemment fait une apparition au tribunal de Turin, les internationaux français ne seront pas appelés à témoigner à la barre, ni aucun joueur majeur du Calcio. Les parties se sont en effet mises d'accord pour éviter des comparutions qui auraient été plus spectaculaires qu'utiles, les dépositions recueillies pouvant de toute façon être citées à l'audience. Ronaldo, Vieri, Baggio, Vialli, Conte, Di Livio, Ravanelli, Paulo Sousa, Filippo Inzaghi, Nesta, Rui Costa, Del Piero mais aussi Trappatoni ou Lippi ont ainsi échappé à cette épreuve. À l'origine de l'affaire se trouvent les déclarations fracassantes de Zdenek Zeman à l'été 1998, dans la foulée du Tour de France 98. L'entraîneur tchèque de la Roma avait déclaré que le milieu "devait sortir des pharmacies et des bureaux des financiers" et pointé "l'explosion musculaire" de Del Piero et Vialli. Il dénonça aussi "certains médecins, qui se permettent de faire des expériences sur les joueurs de football, pendant que d'autres utilisent des produits en doses massives sans savoir s'ils créent des problèmes ou pas..." Alors que le Comité olympique italien était en pleine tourmente concernant la gestion du laboratoire officiel de l'Acqua Acetosa, ces accusations à peine voilées avaient déclenché non seulement des enquêtes de la part des autorités sportives, mais aussi suscité l'intérêt de la justice civile, sous l'autorité du juge Raffaelle Guariniello. On s'est parfois interrogé sur les motivations de ce juge, qui laissa partir l'instruction dans toutes les directions — en cherchant notamment des liens entre cyclisme et football — et qui fut accusé de céder au spectaculaire. Une surmédicalisation coupable L'enquête a notamment saisi des dossiers médicaux faisant notamment état de taux d'hématocrites chez les joueurs (indicateur de la prise d'EPO) à des niveaux proches des cyclistes, avec des variations de 8 à 9 points et au-delà des 50% admis, concernant des joueurs majeurs de la Juve (notamment Didier Deschamps en 96) et de Parme. Elle a mis à jour pour le club piémontais un système d'approvisionnement impliquant l'établissement de faux documents médicaux (un pharmacien fait partie des inculpés), ainsi que le quadruplement des dépenses médicales entre 94 et 98. Le but de Guariniello, constatant notamment l'usage systématique de créatine dans le Calcio, était de prouver un recours à l'EPO voire aux hormones de croissance. Mais en l'absence de preuves formelles sur l'existence de ces produits, il a dû se rabattre sur l'évidence d'une médicalisation outrancière et sur les substances interdites (plus banales) trouvées lors des perquisitions. Les inculpations portent donc sur la "fraude sportive" par voie de dopage et sur la mise en danger de la sécurité des athlètes (administration de produits dangereux sans justification thérapeutique, obtenus par de fausses ordonnances). Ceux-ci n'étaient quasiment pas informés des "soins" qui leur étaient prodigués, ce qui en dit long sur la docilité des joueurs en la matière (on se souvient des déclarations de Daniel Bravo s'inquiétant rétrospectivement de connaître le contenu des injections qu'on lui faisait à Parme). Si l'existence d'un dopage organisé avec des substances "lourdes" ne peut être prouvé, les présomptions sont accablantes. L'hyper médicalisation des équipes professionnelles souligne s'abord la difficulté à cerner la frontière entre les pratiques licites et le coaching chimique, notamment lorsque des médicaments sont détournés de leur vocation thérapeutique. Surtout, elle porte les plus lourds soupçons sur l'usage de produits masquants. Les méthodes de dopage de pointe (EPO, hormones de croissance) nécessitent en effet une parfaite maîtrise de la pharmacopée de la performance et la mise en place d'un lourd dispositif de pour rendre les transgressions invisibles aux contrôles … Laxisme des instances et fraudes sur les contrôles On pourrait croire que le scandale provoqué par ce procès a alerté les instances sportives et renforcé leur détermination à mener la lutte. Mais, si l'on reste en Italie, on a pu constater que le laxisme restait la seule règle. L'été dernier, Edgar Davids et Frank De Boer ont bénéficié de la clémence des commissions après des contrôles positifs à la nandrolone (voir Les docteurs m'abusent). L'épidémie de contrôles positifs à cette populaire substance observée en 2001 — Couto, Stam, Torrisi, Guardiola en avaient également été "victimes" — s'était brutalement interrompue. On sait peut-être pourquoi. Le Monde (17/10) nous apprend qu'une perquisition a été ordonnée le 11 octobre par un magistrat florentin (en charge d'une enquête sur le cyclisme) au laboratoire de l'Acqua Acetosa, dans les locaux de la Federcalcio et au siège du Comité olympique national italien (1). Ses résultats sont spectaculaires. 126 échantillons d'urine ont été saisis, classés "non conformes" en raison d'un non-respect de la procédure. Leur nombre indique une proportion totalement anormale d'échantillons recalés, qui fait porter les soupçons sur 58 rencontres (25 en 2001, 33 en 2002) concernant la quasi-totalité des clubs. Certains sont plus explicitement désignés comme les éventuels bénéficiaires de la fraude: Côme, Citadella, Pérouse, Cagliari et Modène. Des analyses sont en cours sur ces prélèvements. La saison passée, le club d'Empoli (serie B) avait tenté de truquer les contrôles en manipulant la désignation des joueurs. Le médecin avait été suspendu pour quatre ans et licencié, mais le club avait été épargné. L'affaire avait cependant porté l'attention des enquêteurs sur des procédures qui offrent prise aux manipulations. Si de nouvelles malversations sont confirmées par l'instruction, il faudra tirer les conclusions qui s'imposent. Car les dirigeants qui auraient mis en place un système pour faire mentir les contrôles ne l'auraient pas fait sans avoir de bonnes raisons d'en redouter les résultats. Si jamais aucun élément direct ne vient apporter la preuve d'un dopage organisé dans le football professionnel (la détection de l'EPO lors de la Coupe du monde n'a rien révélé), les éléments dont nous disposons laissent de moins en moins de place au doute. On peut avoir la naïveté de croire que l'Italie est le seul pays concerné, mais pour cela, il faut également ignorer le fait que c'est le seul pays où les clubs de football font l'objet d'enquêtes de la part de la justice civile. (1) Acqua Acetosa avait déjà été gravement mis en cause par le scandale révélé en 98, qui avait établi que la plupart des substances interdites n'étaient pas recherchées dans les prélèvements des footballeurs. Le laboratoire romain n'a rouvert qu'après une fermeture administrative et la nomination d'un nouveau directeur.

Réactions

  • le troisieme frere neville le 28/10/2002 à 19h14
    Julie ne jete pas du tout le discredit sur le foot italien ! Elle montre au contraire que c'est le mieux organisé et le plus efficace ! Avec le retour au pouvoir d'un gouvernement qui aime mettre des batons dans les roues des juges, soyons en sur, le Milan Ac va être tres fort cette année ...

  • mollows le 29/10/2002 à 09h29
    Vicento,

    Quitte a repeter des propos tenus plus haut, Julie n'a pas pouvoir pour lancer les flics a l'assaut de tous les clubs europeens, si tu as des idées, elle sera surement preneuse (ca m'interesse itou), et ca lui permettra d'accumuler les "grains de sables" et faire un gros paté pour ton bon plaisir.

    Elle appuie son article sur l'action d'instances judiciaires qui font leur boulot...qu'elles le fassent ailleurs et on en saura plus sur les secrets de fabriques de l'elite du roi des sports...

    La lutte anti-dopage rencontre suffisement de freins, et c'est surement une bonne idee d'attendre d'avoir fait (sans moyens...) la lumiere partout avant de lancer une action d'envergure... aujourd'hui s'ouvre le proces de Conconi, Le Monsieur EPO qui, bien placé au sein des seins (sa sent la faute d'orthographe) des instances sportives, administrait ses bons produits a des athletes et promettait un test de depistage dudit produit qui ne venait jamais (mes desoles, ca concerne encore l'Italie). On peut en parler ou il faut attendre que les espagnols se bougent le train et commencent à avoir un debut de semblant d'intention d'aller voir du côté de la pharmacopée de leurs athletes ?

    signé Zorro

    PS pour le troisieme frere : sur que leur boulot est pas trop facilité, mais les juges italiens continuent tout de meme de se rebiffer (cf perquisitions recentes)

  • mollows le 29/10/2002 à 09h39
    Mince, encore l'Italie... et ca ne date pas de 94-99 cette fois... chuis' desolé et m'en va le coller sur le forum ad-hoc...


    Dopage - Ouverture d'une enquête pénale sur l'affaire Empoli
    FLORENCE (Italie), 28 oct (AFP) - Le procureur du parquet de Florence, Luigi Bocciolini, a ouvert une enquête pénale concernant le club de football d'Empoli (1re div. italienne), accusé de dopage la saison dernière, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

    Les hommes de la brigade antistupéfiants des carabiniers (NAS) ont effectué à ce sujet une série de perquisitions au siège de la Fédération italienne de football (FIGC), de la commission antidopage du Comité olympique italien (CONI), de la Ligue des clubs, et au cabinet de l'ancien médecin officiel d'Empoli, Francesco Ammanati.

    Le docteur Ammanati est accusé de fraude sportive présumée et de violation présumée des normes antidopage en vigueur.

    Les dirigeants du club toscan avaient été une première fois accusés devant la justice sportive d'avoir truqué les contrôles antidopage sur deux joueurs, au terme de deux matches de Championnat de division 2, contre Pistoiese et Reggina.

    La commission de discipline de la Fédération italienne avait décidé de ne pas retirer de points au club mais avait en revanche décrété la suspension de quatre ans du docteur Ammanati et une amende de 60.000 euros au club. Ces deux verdicts avaient été confirmés en appel.



  • El mallorquin le 29/10/2002 à 10h06
    Si on parle aussi souvent de l'Italie, c'est peut-être aussi parce que c'est l'un des endroits ou la lutte anti-dopage est menée le plus sérieusement. Non ?

  • mollows le 29/10/2002 à 10h17
    Si. c'est evoqué ci-dessus. mais c'est aussi peut-etre par reaction. Il y a eu implication du Comité national olympique italien (CONI) dans les affaires.

  • mollows le 29/10/2002 à 10h26
    pour appuyer un peu ma prose (interessant / arsenal juridique versus volonté des juges)...
    c'est tiré de la concurence :

    "L’Italie, la crise (d’hormone) de croissance
    Un mois après une récolte extraordinaire aux Jeux de Sydney, le sport italien découvre en son sein l’institutionnalisation d’un dopage d’Etat, par l’intermédiaire de son Comité Olympique. Où l’on reparle pour la dernière fois de l’étrange Professeur Conconi.

    L’Italie, c’est comme le cyclisme : s’il y a dans ce pays une vraie culture du dopage, il y a également une vraie culture de l’antidopage, bataille menée depuis quelques années -comme en France- par les juges. Malgré un arsenal juridique peu dissuasif (le terme de «fraude sportive» - au lieu de celui de dopage actif- dont est par exemple accusé Marco Pantani implique que le parquet italien établisse un lien entre la prise d’adjuvants interdits et le résultat final d’une course), les petites juges de Turin ou d’ailleurs ont multiplié les coups de force, les enquêtes, les réouvertures de dossiers et parfois les intrusions au sein même du CONI (Comité Olympique Italien) pour mettre à la lumière, ce qui aujourd’hui apparaît comme un dopage d’Etat. Ce terme, c’est un procureur, Pierguido Soprani, qui l’utilise le premier au sortir des Jeux évoquant «la pratique institutionnalisée du dopage sportif». Tout ça sent bon la RDA aux portes du Mont-Blanc. [...]"

    par Charles Challes
    25/12/2000 - 15:47 Rétro - Best-of Affaire Dopage en Italie

    la suite est interessante, avec des references a Donati -voir aussi des articles du Monde...


    lien

  • harvest le 29/10/2002 à 11h39
    En citant le football italien , c'est toute la planète du football qui est dénoncée à travers ses vedettes. On se souvient que l'immense majorité des ténors du football mondial jouait dans le calcio au cours de ces années là. Et en bon patriote , il ne faut pas se leurrer : La victoire de 98 n'est sans doute pas étrangère aux bons "soins" reçus par certains bleus en italie ( et ailleurs ).Remember l'agressivité de Zizou lors de certain match du premier tour.
    Et si le dopage est évidemment aussi une institution en Espagne , celà prouve que nos amis ibères sont encore plus chèvres en football qu'on ne croyait, puisque , bourrés jusqu'aux yeux , ils ne savent rien gagner en sélection.
    Quant à réclamer une investigation poussée sur le sujet , vicento oublie où il se trouve: Les CdF , magazine qui vit d'eau fraiche ( quoique , un ptit controle nous révélerait peut-être des choses ) , n'a pas les moyens de l'Equipe, et comme dirait notre ami plumitif : "C'est pas parce qu'on a rien prouvé , qu'il faut fermer sa gueule".

La revue des Cahiers du football