Sur le fil

Ce n’est pas du tout le motif. Le motif, ce sont les problèmes qu’elle crée. + l’absence de réflexion, de débat con… https://t.co/7xMi5AFlbY

RT @remidupre: Football : la justice française enquête sur l’attribution des Mondiaux en Russie et au Qatar (avec @y_bouchez) https://t.co/…

RT @LiberoLyon: On va peut-être revoir bientôt du foot à Gerland... https://t.co/X2A0UQqPct https://t.co/QjYtj3sy0Q

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Débandade Bazile

"Bazile a rechuté." (lequipe.fr)

Pichichictionary

"L'échec du schéma en losange." (l'équipe.fr)

Zéro socios

"Malek Boutih : ‘Le PS a moins d'adhérents qu'un club de supporteurs de foot’." (Europe 1)

Manchester Cécité

"Blind soutient Blind." (lequipe.fr)

Croco vif… raidi

"Mozambique: un joueur de foot tué par un crocodile." (RMC Sport)

Richard III-0

"Shakespeare : 'Une performance qui restera dans les mémoires'." (football365.fr)

Trois bandes plus du tout

"Adidas et l’OM, c’est fini." (lemonde.fr)

Dinamo Viagrab

"Croatie : Un hooligan entre avec une barre de fer." (lequipe.fr)

Week-end réussi à Amsterdam

"PSG : victoire étriquée face à la lanterne rouge." (lemonde.fr)

1-6 et pari

"Barca-PSG : Un marseillais devine le score et remporte 9 200 €." (laprovence.com)

Paripatécienne

"PSG : une passe réussie en 10 minutes." (lequipe.fr)

96

"Le plus grand renversement de l'histoire." (lequipe.fr)

Frériscope

"Le frère de Serge Aurier en garde à vue." (sports.fr)

Les posts remarquables

Foot et politique

Mitch

25/04/2017 à 13h42

George Worst
aujourd'hui à 13h22
----
Rien de personnel, George, j'insiste, mais ce qu'il y a de bien avec ton dernier message c'est qu'il illustre parfaitement l'ambiguité qu'on retrouve sur ce fil depuis 2 jours et 60 pages.
Citons en vrac: la reprise in extenso de la phraséologie du FN anti-système, la qualification d'un centriste mou comme la droite odieuse (indice: la droite dit l'inverse de Bayrou), le coup de l'honneur blessé du militant à qui on ne la fait plus, trop de colère, et pour finir, mon préféré: le complot génial ourdi par Hollande pour pouvoir continuer sa politique néo-libérale masquée.
Sérieux, en changeant un peu les mots, on pourrait le substituer à toutes les diatribes enflammées pro-FN qui ont transformé mon fil Facebook en feu de poubelle ces derniers jours.

Je comprends le désarroi de tout le monde ici et ne cherche à convaincre personne d'aller voter le 7 mai. Mélenchonistes, vous êtes en pétard, l'affaire est entendue. Et je comprends cette colère, vraiment.
Mais il va falloir arrêter à un moment avec deux choses:
- le coup de "j'ai mal bordel, laisse moi souffrir avant de venir me convaincre que je dois aller voter." Quand il a fallu se fader des pages et des pages de morgue pédante avant le premier tour pour quiconque n'avait pas vu la lumière, c'est une affirmation qui ne manque pas de piquant. Et vous allez me dire qu'il a fallu se fader les Macronistes convaincus d'autre part, mais je dois avoir raté un épisode parce que je ne les ai pas trouvés bien nombreux.
Mais ça c'est pas très grave.
- Plus grave, la posture de supériorité morale qui conduit certains ici à nier tout lien de parenté avec le Front National. Je ne peux pas croire que je suis le seul ici à trouver les éléments de langage étonnament proches - la sortie de l'Europe ("non, la renégociation" merci, je suis déjà au courant), le "dégagisme" et maintenant l'UMPS. IMPORTANT: Je ne dis pas que les mouvements sont les mêmes, attention, mais ils procèdent de la même colère.
Et en soi, c'est pas grave, mais ça le devient quand, sous le coup de cette colère, vous versez dans un espèce de relativisme odieux.
On le connait, le relativisme, c'est la vieille chapelle trotskiste citée par Askolovitch dans un papier de Slate hier, qui faisait dire à un journal, après le débarquement de Normandie en 44, qu'il ne fallait pas se leurrer et que nos "libérateurs" américains ne valaient guère mieux que nos geôliers allemands. Sérieux, les mecs.

Donc, allez ou n'allez pas voter. Mais de grâce, à titre personnel cette fois, si vous pouviez nous épargner les "pudeurs de gazelle" dont vous vous gobergiez il y a quinze jours, je vous en saurais gré.




>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

Gone n Rosette

24/04/2017 à 10h06

Aaaaaaaah, les résultats d'élections présidentielles, quel grand moment de bonheur.

Je travaille avec des Fillonistes convaincus, qui voit dans la défaite de leur protégé la preuve du complot des juges gauchistes, des médias à la solde du pouvoir corrompus, mais surtout pas la preuve que leur candidat a cristallisé un dégoût profond pour sa personne et son projet.

Je côtoie des mélanchonnistes convaincus, qui voit dans la défaite de leur protégé la preuve du complot des oligarques de droite, des médias à la solde du pouvoir corrompus, mais surtout pas la preuve que leur candidat a cristallisé un dégoût profond pour sa personne et son projet.

Et puis y'a l'argument Ouin Ouin du "c'est pas moi c'est l'autre". Si Dupont Aignan n'avait pas été là, c'est notre champion qui serait au deuxième tour. Et si Hamon s'était retiré, on serait devant Le Pen.

Ou comment la défaite permet d'obtenir des dons de voyance. Si, si, si, si.
Non, y'a pas de si. Quand on vote Hamon, c'est qu'on a décidé de ne pas voter Mélenchon. Quand on est de droite et qu'on vote Dupont Aignan, c'est pas un nananère qu'on adresse à Fillon. C'est un choix politique personnel. Pas une manipulation des médias.

Maintenant, il nous reste un choix. Celui de le Pen ou celui de Macron. Le Fascisme ou la République.

Car oui, Marine est fasciste et Macron est Républicain. Pas l'idéal républicain qu'on aimerait tous voir, mais un républicain qui me fait pas gerber quand il prononce les termes de liberté, égalité et fraternité.
Le Pen, quand elle parle de liberté, je vois le nombre de procès qu'elle a fait à la presse. Quand elle parle d'égalité, je me marre devant la "préférence nationale". Quand elle parle de fraternité, je pleure.

Allez voter Macron. Vous n'avez aucune excuse pour ne pas le faire. Il est républicain. Elle non.

Vive la République.
Vive la France.
Vive le chocolat.

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

Classico

23/04/2017 à 22h20

Vous vouliez que Mélenchon s'humilie à appeler à voter pour le Mozart de la finance ? ... Alors qu'on sait à 100% que ce dernier va gagner la présidentielle ?

Vous pourriez pas juste avoir la victoire digne et reconnaître que ce mec a fait une belle campagne et a rempli d'espoir des millions de gens qui n'ont pas votre réussite sociale ?

Vous arrêtez quand d'être moches ?

>> voir ce post dans son fil

Stades ultimes

lyes215

22/04/2017 à 15h45

Tiens je savais pas trop ou raconter ça -
- ni même si j'en avais envie - depuis un moment. Lors d'un vagabondage alcoolisé en retour de soirée en quittant des amis je me suis retrouvé à passer devant le stade du Ray à Nice.
Et la sans préméditation, sur une pulsion bizarre j'ai grimpé une des portes métalliques et je me suis retrouvé dans le stade. A 3h du matin en semaine dans le calme absolu de la ville autour.

C'était assez irréel, presque mystique (bon j'étais bien bourré ok) de voir ce stade comme figé par le temps. Il ne manque que les vilaines tribunes tubulaires latérales et les cages de foot.
Je me suis balladé des marches de pierres de la tribune nord en passant par les présidentielles de grillage en grillage. Des tracts sont encore éparpillés dans les couloirs, les toilettes fonctionnent avec de la lumière pour lire un vieux résumé d'un Nice-Montpellier avec doublé de Bahoken (je l'avais oublié celui-la).
Je vais jusqu'aux populaires, grimper à la place du capo, j'ai l'impression de voir Robby Langers juste en dessous un soir de barrage, je vois venir de loin une frappe folle de Pablito Rodriguez qui nous envoit quasiment en D1.

Je saute sur la pelouse, l'herbe m'arrive jusqu'à la taille et c'est pénible de marcher, la ou plus aucun ballon ne pourrait rouler. J'exhale mon haleine chargée sur quelques-uns des milliers de pissenlits, ils frétillent dans l'air frais et sous la faible lumière.

A ma gauche les bancs de touche n'ont pas bougés avec sponsors d'époque. Je m'allonge au centre du terrain, j'ai froid, je suis bourré et j'ai l'air bête tout en risquant la garde-à-vue.

Mais pinaise sans l'avoir prévu je suis quand même content de lui avoir dit adieu au Ray. J'étais plus passé dans le quartier depuis longtemps, je le pensais déjà bien entamé. Je ne sais pas trop quand ils vont le finir le vieux bonhomme. Mais c'est bon je l'ai vu une dernière fois. Seul et vieux comme jamais.

>> voir ce post dans son fil

Gerland à la détente

Gouffran direct

21/04/2017 à 16h01

Du repos pour Lacazette comme ça il sera pas lessivé pour l'Ajax.


>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

OLpeth

20/04/2017 à 13h48

Non mais que des gars viennent tranquillement te soutenir en creux que le système médiatique français est pluraliste, égalitaire, pas du tout orienté idéologiquement, lébrasmentombent. C'est quoi déjà, 90% des médias mainstream qui appartiennent à des milliardaires ?

Il y a, parmi de nombreux exemples, le traitement des grèves en général dans les médias (avec ce légendaire moment Pujadesque face au syndicaliste sommé de s'excuser), cette défense permanente du TINA, dogme qu'on peut facilement décrire : il n'y pas d'alternative à l'austérité, la précarisation généralisée, la baisse des salaires sont inévitables (pour les classes moyennes et pauvres s'entend) ; les riches et les entreprises doivent payer moins d'impôts parce que ça bénéficiera à la société à la fin ; la finance doit être complètement dérégulée parce que c'est bon pour l'économie, etc. On peut rajouter l'ostracisation des économistes devenus atterrés, qu'on interdit littéralement de rechercher sur d'autres pistes en France : le cadre est néolibéral ou il n'est pas.

Tout cela montre un vrai effet de système (conscient ou intériorisé) qui pousse l'éditocrate bon teint à repousser les idées "déviantes". Ainsi les écolos, qui avaient raison avant tout le monde (cf. Tchenobly et Fukushima entre autres), étaient des babloches qui voulaient nous faire revenir à la bougie, les économistes atterrés qui avaient prévu l'effet de l'austérité généralisé en période de crise des irresponsables dangereux (avant que le FMI confirme leurs analyses).

Le Monde, à sa grande époque, vantait la finance libre, la flexibilité totale et n'avait pas de mots trop durs contre notre modèle français passéiste trop protecteur... Avant que la crise de 2008 tempère (si peu) leur enthousiasme.

Nier que le français moyen qui s'informe via la télé et la grande presse a une vision très conditionnée de l'économie et des enjeux internationaux, c'est pour moi de l'aveuglement.

>> voir ce post dans son fil

Noir, Jaune, Foot

narcoleps

19/04/2017 à 14h36

Chaban del Match
aujourd'hui à 10h57

Dîtes moi chers spécialistes de la Jupiler League, pourquoi le champion de D1B (assuré de la montée en JupiLeague) ne participe pas aux play-offs 2, alors que d'autres clubs de D1B y participent, sans avoir le droit de disputer la qualif pour l'Europa League via ces mêmes play-offs 2 ? (question sous entendue, pourquoi on ne joue pas qu'entre clubs de la JupiLeague ?)
--------
Sur le pourquoi de l'absence du champion de D1B aux PO2, tout le monde se pose la question (enfin, tout le monde qui n'a rien d'autre à faire, ça ne fait pas non plus la une des journaux). Une possibilité : personne n'en ayant rien à foot des PO2 (à une exception près), une participation à cette compétition est perçue comme tellement punitive qu'il est délicat de "récompenser" un club champion en l'obligeant à les jouer.

Sur la question sous-entendue, attention, subtilité. La confusion vient peut-être du ressenti (bien naturel) que la D1B est une D2. Que nenni, m'fi', que nenni : la D1B, comme son nom l'indique, fait partie de la D1 (en fait : tous les clubs pros du royaume), mais, pour ne pas encombrer la saison régulière avec trop de matchs, huit clubs de la D1 (ceux qui ont fini aux huit premières place de la D2 l'an passé, avant application de la réforme) sont mis à part : ils jouent quatre fois les uns contre les autres jusqu'en mars, puis le vainqueur d'un test match entre les deux vainqueurs de tranches (le championnat de D1B est ssub-divisé en deux séries de 14 matchs) gagne le droit de jouer en D1A la saison prochaine, tandis que les 3 équipes ayant obtenus les résultats idoines joignent les PO2 avec les équipes de D1A pas qualifiées pour les PO1 (à noter que cela implique que deux équipes auront la joie de se rencontrer une 5e et une 6e fois cette saison).


(ici, une petite pause, le temps pour ceux qui sont arrivés jusqu'ici d'avaler une aspirine ou une Triple Carmélite)


Et si j'ai bien tout compris, parce que j'ai tout lu Freud, le dernier de JupiLeague est déjà en vacances car relégué, mais ces PO2 ne servent pas à reléguer/promouvoir d'autres équipes ?
------
Tu as bien compris Freud. En revanche sache qu'il y a des PO3 (sais pas si c'est leur vrai nom) entre les 4 équipes de D1B ayant fini dernière de ce championnat (qui se joue à huit, donc). Le dernier de ces PO3 est rétrogradé en D1 Amateur, dont est promue une équipe ... pour autant qu'elle ait obtenue la licence appropriée pour évoluer en D1B.



J'ai écouté ces deux derniers samedis le multiplex des PO2 sur Vivacité, et les commentateurs comparaient ces matches à des matches amicaux.
------
Car oui, il y a aussi la question des licenses. Ainsi, remporter les PO2 offre normalement la possibilité de disputer un test-match contre une équipe des PO1 avec pour enjeu le dernier ticket qualificatif pour la Ligue Europa. Encore faut-il pour cela avoir demandé et obtenu une license répondant aux critères européens, ce que au bas mot la moitié des clubs participant aux PO2 n'ont pas fait, ce qui signifie que pour eux, la compétition est 100% amicale. L'exception, c'est Genk (pour l'heure quart de finaliste de l'Europa League), qui a foiré la 1ère phase du championnat et veut sauver les meubles en décrochant le dernier ticket européen. Le Standard aurait dû faire pareil, mais bon, là, c'est une autre histoire.

A noter concernant les licences toujours, que le champion de D1B (l'Antwerp) s'est vu refuser la sienne, de même que Mouscron qui avait fini 15e de D1A. Les deux clubs sont en appel (pour Mouscron, ça doit faire la 3e ou 4e année consécutive que cela arrive).



Sinon le système de la D1B avec l'équipe qui fait le plus de points sur la saison mais qui nepeut prétendre à l'accession, c'est du grand art !
------
Et encore, personne sur ce forum n'a encore évoqué le cas du Stade national censé être construit pour l'Euro 2020. Là, tu verrais ce que le mot "Art" veut réellement dire dans la bouche d'un Belge.

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

PiMP my Vahid

18/04/2017 à 19h15

A l'attention des zélenchonistes du forum:
Je me trouvai tantôt fort dépourvu, une fois digérée la double déception Hamon - qu'il se révèle être en-deçà des espoirs que j'avais placés en l'homme, et que son cercle de votants se réduise jour après jour jusqu'à ne plus compter que ceux qui porteront les cierges.
Après la tentation du vote inutile, je me résignai à porter mon écot pour éviter de me retrouver la semaine suivante entre la Peste et le Choléra. Un coup d'oeil à droite, un coup d'oeil à gauche, j'ai un temps été séduit par Mélenchon, sa vraie posture sociale, son engagement écolo, sa maîtrise des débats.
Tout ça n'a duré qu'un temps. D'abord la faute à certains aspects rédhibitoires de son programme (le rapprochement avec la Russie sur le dos du peuple syrien; le risque de sortie de l'UE, fût-il minime - mais faut-il ressortir la généalogie du Brexit, ce référendum imperdable lancé par un dirigeant opposé à la sortie de l'UE mais tenu par une promesse de campagne, pour mesurer l'incertitude du pari européen de Mélenchon?).

Et puis aussi échaudés par l'attitude générale des plus fervents défenseurs de l'Insoumittude, où le Livre à Trois Modiques Euros a le même caractère sacré que le Coran. (Quasi-)Jamais je ne vois un militant confesser un doute sur l'infaillabilité de telle ou telle mesure. Qu'on doute des risques d'une relance keynésienne à 11 chiffres, qu'on revendique un vote tout juste centriste, qu'on croit de bonne foi aux vertus du modèle scandinave ou aux impasses du modèle cégétiste, qu'on s'interroge sur le dithyrambisme de JLM sur Chavez, qu'on s'inquiète du temps qu'il faudrait pour que l'Europe sociale germe sur les terres brûlées d'une UE frexitée, qu'on se résigne à voter Macron pour faire barrage à l'autre côté du Rubicon: n'importe lequel de ces coming out vous donne droit à un apostat immédiat, puisqu'au final la seule raison du choix de l'autre est évidemment la défense de son propre intérêt de dominant. Moi par exemple je ne voterai pas Mélenchon parce que je pense aux massacrés de Syrie avant les opprimés de France, ça me donne droit à ma carte de social-traître?

Ce que je revendique comme éthique en politique, c'est le droit de se planter, et le devoir de le reconnaître. Si le cercle le plus intime de JLM partage l'émerveillement de certains ici, qui est le premier pas vers l'aveuglement, ça me fout les miquettes.

Tout ça pour dire: si vous gardez encore espoir d'attirer dans vos filets quelque perdreau égaré en ces parages, et c'est tout à fait noble de votre part, un ton un poil plus humble et moins condescendant servirait votre cause. Maintenant si le but c'est de faire manger son chapeau à Edji, et beh je vous souhaite bien du courage.

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

O Gordinho

17/04/2017 à 18h54

des projections basées sur le prolongement des dynamiques en cours... Ca nous met Hamon en dessous de zéro ça.

>> voir ce post dans son fil

Gerland à la détente

CHR$

16/04/2017 à 17h35

Cela dit, si le barème d'une attaque à la bombe, c'est un décalage de 22h du coup d'envoi, c'est normal que si on en reste à mains nues, ça ne soit que d'un peu moins d'une heure.

>> voir ce post dans son fil


Arbitrage vidéo : le passage en farce de la FIFA

Une Balle dans le pied – Gianni Infantino a mis fin à la comédie: oubliant les promesses d'expérimenter l'arbitrage assisté par la vidéo, il a annoncé son adoption pour le Mondial 2018. Pas de tests, pas de débats… mais bien des désillusions à venir.


Mevatlav Ekraspeck
2017-04-27

dernière réaction
aujourd'hui à 16h15

À nos vieux stades

L'antique enceinte lavalloise fait partie de ces derniers représentants qui n'ont pas été remplacés par des stades modernes. Aller à Francis-Le-Basser, c'est se replonger dans les seventies.


La rédaction
2017-04-26

aucune réaction

Vu du Banc : Saison 2, Episode 38 - le top 15 des jeunes joueurs de Ligue 1

Comme chaque année, voici le top 15 des jeunes joueurs de Ligue 1, cette fois sous forme de podcast. Avec un numéro 1 surprise (ou pas...).