Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @suppsparterre: 📢 A Marseille, les MTP ne se sont pas reposés à la mi-temps... ▶️ Eux aussi avaient un message pour @JM_Aulas . ✅ Con…

[rappel] La tournée @suppsparterre est passé par Lille, à la rencontre de supporters passablement désespérés.… https://t.co/aAIT5eU8Gw

RT @qvtreize: On a remonté le temps avec Christian Gourcuff pour se remémorer sa riche carrière. 1ère partie : 1972-1988 - Jean-Claude Suau…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)

Abdoulaye Maïté

"L'OM cherche la recette." (lequipe.fr)

Makelelelele

"Saint-Etienne : Paul-Georges Ntep a 'une tige de 30 cm dans chaque jambe'." (lequipe.fr)

Charles-Édouard Corrida

"Un gardien écossais blessé par une vache." (sofoot.fr)

Taye Tai-break

"Football : des supporteurs manifestent leur mécontentement en recouvrant le terrain de balles de tennis." (lemonde.fr)"

Circoncision

"Sans Tete ni Cornet." (lequipe.fr)

Jean-Michel Parquet

“PSG : Diarra, Larqué déplore du bricolage.” (maxifoot.fr)

On craint des guns !

"Un policier réclame 700 000 euros à l'OM." (lequipe.fr)

Encore un entraîneur émincé

"Nancy : c'est fini pour Hognon." (lequipe.fr)

Les posts remarquables

Gerland à la détente

Gone n Rosette

21/04/2018 à 10h02

Je suis sidéré par les commentaires marseillais à propos de l'arbitrage de Lyon.
Alors certes, il y a un côté rafraîchissant à voir les marseillais pleurnicher, alors que c'est le reproche qu'on fait aux lyonnais depuis des années, mais entendre des supporters du seul club qui a été relégué pour avoir acheter un match parler de corruption, ça fait toujours drôle.
C'est un peu comme si les parisiens parlaient des droits de l'homme ou si les monégasques râlaient contre les avantages fiscaux de l'Alsace. Car oui, l'Alsace a des avantages fiscaux. Dont évidement personne ne parle du fait du complot Judeo Maçonnique Alsaco-reptilien, soit dit en passant.

Les marseillais projettent sur Lyon leur propres turpitudes, comme quand ils traînent les supporters lyonnais de nazis, alors que leur ville votent à 45% FN depuis 20 ans.

J'attends un peu le jour où ils feront des réflexions sur les ordures qui jonchent les rues lyonnaises ou l'accent trisomico-chantant de la Croix Rousse...

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

Pascal Amateur

20/04/2018 à 22h31

Au moins des étudiants auraient passé un examen.

>> voir ce post dans son fil

Changer l'arbitrage

Luis Caroll

19/04/2018 à 16h47

Sens de la dérision
aujourd'hui à 16h25
De toute façon, dès l'acronyme on sentait le truc foireux : Vidéo À Revoir, ça veut bien dire qu'on va multiplier les polémiques non ?
----

Ça changera de la Voice of Aulas Referee
(la blaahgue n'est pas de moi).


>> voir ce post dans son fil

Feuilles de match et feuilles de maîtres

Mitch

18/04/2018 à 19h19

Pierre Desproges nous a quittés il y a trente ans jour pour jour.
Je me suis fendu d'une longue série de tweets sur le sujet, mais je tenais à venir en parler ici aussi parce que je sais certains d'entre vous rétifs à l'usage des réseaux sociaux.
Le truc, c'est parti d'une blague (plutôt mauvaise) d'un twitto sur le fait que quand Desproges fait un truc nul, ou méchant, c'est forcément génial. J'ai pas répondu, mais j'avais envie d'en dire un peu plus, parce que Desproges a été un auteur très important pour moi.

Voilà à peu près ce que j'ai raconté:

On a trop longtemps laissé les médiocres et les imbéciles s'approprier n'importe comment Pierre Desproges, qui nous a quitté il y a trente ans.
Donc je vais en parler un peu, parce que c'est important, et peut-être, qui sait, que ça donnera l'envie à certains de le lire.
J'ai découvert Desproges bien après sa mort, sans doute en fin de collège , 94 ou 95 je pense, en piquant des bouquins cornés dans l'étagère du bas de la bibliothèque familiale.
J'en ignorais tout, ou presque. J'avais 13 ans, les références m'étaient étrangères, ses chroniques une terre inconnue. Tout me fascinait alors que je comprenais si peu.

En revanche, ce que j'ai saisi tout de suite, c'est la langue, la prose miraculeuse. C'est par là que je suis entré. Bien avant de découvrir Cyclopède et le Petit Rapporteur.
Parce que Pierre Desproges était un écrivain avant tout, même s'il s'en défendait.
C'est grâce à lui que j'ai appris que l'on pouvait conjuguer des subjonctifs imparfaits et dire des mots grossiers dans une même phrase. Quand Desproges parlait de couilles, il arrivait à en parler élégamment.
Il m'a appris la méchanceté jubilatoire aussi. Pas celle qui fait mal, celle qui fait rire. Son roman, malheureusement unique, "Des Femmes Qui Tombent", est d'une cruauté inouïe, et m'a tiré des larmes de rire.
J'ai tout lu. Plein de fois. En comprenant de nouvelles choses à chaque fois sur le personnage. Sur son époque.
Il m'a aussi appris à douter. Avec d'autres, hein, faut pas déconner. A ne pas refuser l'effort d'accepter la complexité du monde. A ne pas s'interdire de changer d'avis. Depuis cette rencontre littéraire, les thuriféraires de tout poil m'effraient.
Certains ont des coups de foudre littéraires en lisant Proust, ou Balzac, ou les Russes. Moi, je dois ma première vraie joie de lecteur à Pierre Desproges - la joie que l'on va chercher, qui se construit, que l'on assume, que l'on prend tout entière pour soi. C'est paradoxal, dans un monde où il y a tant d'immenses auteurs et d'immenses livres, de s'amouracher de la plume d'un amuseur. Et c'est d'ailleurs la dernière chose que j'en retire: il m'a aussi appris que l'orgueil du clown pouvait être immense.
Et je mesure fort bien le peu d'appétence qu'il aurait s'il devait me croiser ou me lire aujourd'hui. Enfin, quoi, un militaire, et de carrière en plus?
Il me haïrait.
Ou pas: il se dit qu'il était, en vrai, moins rude que dans ces textes.

Je lui dois énormément. Le passé simple dans Jonquille, c'est lui. Les phrases longues, c'est lui. Les jurons assumés avec enthousiasme, c'est lui.
Alors par pitié, ne le laissez pas aux andouilles.
Ne laissez pas les cuistres qui brâment pathétiquement "qu'on peut plus rien dire" se faire les seuls héritiers autoproclamés de Pierre Desproges pour illustrer toutes sortes d'ordures sur internet.
Il valait mieux que ça, et sa plume aussi.

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

forezjohn

17/04/2018 à 19h22

Easy Sider
aujourd'hui à 19h02
Par contre, Josip, si tu cherches à me faire dire qu'avoir les 10% automatiques sans rien pouvoir y faire, et faire un montage financier pour payer moins d'impôts à l'étranger, c'est la même chose, c'est peine perdue.

-------------------

Ca fait partie des grands combats idéologiques de notre temps de chercher à faire croire que les gens qui déclarent 20k€ et déduisent leur frais kilométrique, c'est la meme chose que ceux qui gagnent 10M€ envoient tout dans des sociétés offshore aux caïmans et finissent avec un taux d'IR de 0.5%.
Ca et le fait que le revenu est le reflet exact du mérite des individus.

>> voir ce post dans son fil

Foot et politique

Milan de solitude

16/04/2018 à 20h37

Arthur33
aujourd'hui à 20h06
Y a que moi qui prends la phrase de Macron "remettre la France au travail" dans son sens basique "réduire le chômage" ?

---

Comme la plupart des hommes politiques, Macron manie assez bien le français et, surtout, sa langue est bien assez formatée pour que ses déclarations, et notamment les plus rodées, soient analysées sémantiquement. Il y a une signification politique très puissante derrière l'utilisation des mots et des formules, une connotation dont il est fréquent que l'importance dépasse le message évident de la phrase, lequel est souvent très convenu (qui peut être contre la réduction du chômage ?).
Tu perds une information substantielle en faisant l'équivalence entre ces deux phrases, un peu comme si tu traduisais un vers de Pouchkine via Google trad.

>> voir ce post dans son fil

Paris est magique

gurney

15/04/2018 à 23h50

Félicitation les gars !
Un des titres les plus exaltant depuis le debut.
Je me souviendrais particulierement de... des branlees un peu partout et puis... enfin voila quoi, c etait top #ensemblevouslavezfait
Comme chaque année le hypoint reste la c1 et pourtant dans cette joie pleine et sincere de vos joueurs, on se dit que ça reste pas trop marqué dans les coeurs.
A croire que martyriser des clubs de niveau en dessous leur suffit.
Du coup on devrait revivre ce cycle encore quelques années (pour la plus grande joie de Contact !)

>> voir ce post dans son fil

En rouge et noir !

PCarnehan

14/04/2018 à 22h13

Mevatlav Ekraspeck
aujourd'hui à 22h01

C'est à dire qu'il serait temps de penser à saccager la fin de saison si vous voulez finir à la première place non-qualificative pour la C3. Vous commenciez à nous inquiéter avec votre Lamouchi, là...
-----------

D'autant qu'une victoire de Marseille en coupe d'Europe pourrait rendre la septième place du classement qualificative en C3.

Il va falloir cravacher sec pour terminer à une bonne huitième place cette année.

>> voir ce post dans son fil

Observatoire du journalisme sportif

Tonton Danijel

13/04/2018 à 17h52

Il y a donc des gens qui, non contents d'écouter les commentaires de Balbir, tiennent aussi à écouter ce qu'il dit en off.

Il y a de ces masos...

>> voir ce post dans son fil

La Ligue des champions

Henri Désiré Landreau

12/04/2018 à 21h45

PAYEEEEEET BALLON D4OOOOR

>> voir ce post dans son fil


Hamburger SV, dinosaure au bord de l'extinction

Engagé dans une lutte désespérée pour échapper à la première relégation de son histoire, le HSV recevait Fribourg, samedi. Récit d'une rencontre qui a surtout démontré l'amour des supporters pour cette institution. 


Christophe-Cécil Garnier et Frédéric Scarbonchi
2018-04-22

dernière réaction
22/04/2018 à 15h48

Les ultras lillois au premier rang de la catastrophe

Supps Par Terre – Situation sportive désastreuse, relation dégradée avec la direction: les supporters du LOSC vivent une saison à part. Quelques jours après nos entretiens avec eux, les Dogues Virage Est se sont mis en sommeil…


Arsène Wenger : son best of du Diaporama

Son aventure à la tête du club d'Arsenal se terminera à la fin de la saison. Plutôt qu'une longue biographie, optons pour un récit en images et en légende(s). Avec une large part consacrée au recrutement de jeunes talents.