Salary cap et taxe sur les transferts : les impasses de la régulation

Face à la dérive inflationniste des transferts, plusieurs voix s'élèvent en faveur de dispositifs de régulation: salary cap ou taxe sur les transferts… Mais auraient-il un véritable impact sur les inégalités? 

 

Les transferts de Neymar, Mbappé ou Dembelé ont fait tousser. La limite aurait été franchie, faute de régulation imposée par le haut. Le fair-play financier de l'UEFA (FPF) est apparue fébrile ou insuffisant. Le football n'échappe pas à la réalité de la crise économique qui voit le fossé entre les plus riches et les plus pauvres se creuser irrémédiablement.

 

Il est aujourd'hui établi que les résultats des clubs professionnels sont, sauf accident, corrélés à leur puissance économique. La "glorieuse incertitude du résultat", essentielle au spectacle sportif, est aujourd'hui beaucoup trop minée par des championnats nationaux déséquilibrés. C'est ce à quoi le salary cap, défendu entre autres par Aleksander Ceferin, président de l'UEFA, serait censé remédier. Dans une tribune publiée dans le JDD le 4 septembre dernier, l'économiste Pierre Rondeau et l'élu PS Richard Bouigue abondent aussi dans ce sens. 

 

 


Jeune keynésien enthousiaste s'apprêtant à réguler l'économie du football.

 


Le salary cap, seulement un garde-fou

L'idée du salary cap est de plafonner la masse salariale des clubs qui disposent ainsi d'un montant total identique à ne pas dépasser et à répartir entre les joueurs. Il ne s'agit pas de défendre l'idée d'une égalité salariale, mais bien de faire que les clubs disputent une compétition avec les mêmes moyens. Le but est de sauver l'intérêt du public pour la compétition en la protégeant de la domination totale d'une seule ou deux équipes, c'est tout.

 

Dans l'esprit de Rondeau et Bouigue, le salary cap ne serait pas contraignant pour les clubs. "Il n'y aurait pas de restriction sur le marché, mais simplement un plafond symbolique et une taxe de 5% sur la hauteur du dépassement salarial, que les clubs pourraient très bien payer". Si cette taxe inspirée de la luxury tax de la NBA peut avoir un effet dissuasif, elle n'est pas un obstacle à la spéculation [1].

 

Pour comprendre ce que donne une application concrète du salary cap, il faut jeter un œil outre-Atlantique, où il structure en partie l'équilibre sportif de compétitions souvent citées en exemple comme la NBA. Le salary cap sert à y encadrer un marché du travail à haute valeur ajoutée. Il agit, de la même manière que le système de la draft, comme garde-fou pour préserver le suspense du championnat. Le salary cap n'y prend son sens que dans le format de ligue fermée, sans montée ni descente.

 


Le spectre de la ligue fermée

Car derrière ces compétitions nord-américaines plus homogènes et plus équilibrées, resserrées autour de trente équipes franchisées, s'impose de fait un modèle beaucoup plus élitiste qu'égalitaire. En tant que compétition majeure dans son sport, tant à l'échelle continentale que mondiale, la NBA vampirise l'essentiel de la richesse liée à la commercialisation du basket-spectacle, avec une occupation intensive de l'espace médiatique (environ 1.300 matches par saison), les autres championnats de basket se contentant des restes.

 

Il s'agit certes d'une culture sportive différente de la culture européenne, mais il faut bien comprendre que limiter la masse salariale, donc la puissance de frappe des grosses écuries européennes, ne peut se faire sans les contreparties avantageuses offertes par une ligue fermée. L'assurance de participer chaque saison à une compétition lucrative supprimerait le risque "d'accidents industriels" et sécuriserait davantage les investisseurs, nous dit-on.

 

Si, pour le moment, cette hypothèse est officiellement exclue au sommet de l'UEFA, tout comme parmi les membres les plus influents de l'Association européenne des clubs (ECA), le spectre de la ligue fermée repointe régulièrement le bout de son nez. Enfin, un salary cap pourrait avoir comme autre effet pervers de réduire les effectifs et donc de mettre au chômage un certain nombre de joueurs. Ce qui équivaudrait à un plan social dans la logique de n'importe quelle restructuration.

 


Taxer les transferts pour limiter les dégâts ?

L'autre chantier principal des partisans de la régulation est de taxer les transferts. Pierre Rondeau et Richard Bouigue émettent ainsi l'idée d'une contribution inspirée de la Taxe Tobin en prélevant 1% de la somme des transactions, appelée "contribution Coubertobin". On tiquera au passage sur la référence au profasciste Coubertin, chantre de l'élitisme, qu'on nous sert à toutes les sauces depuis nos premiers émois sportifs. L'objectif déclaré de cette taxe est de limiter l'inflation sur le marché des transferts, liée à l'explosion de la manne des droits TV.

 

Divers courants s'affrontent sur l'efficacité de telles taxes d'inspiration keynésiennes. Mais quel impact cette mesure peut bien avoir sur les inégalités dans le football? Au mieux, on peut imaginer qu'elle ralentirait l'accroissement du fossé entre le cartel de clubs très riches et tous les autres. La marge de manœuvre d'une régulation du marché des transferts est pour le moins limitée, prise en tenaille entre deux menaces: celle d'une scission des clubs les plus dominateurs, qui pourraient considérer leurs intérêts trop menacés, et celle d'un repli protectionniste – option prise de façon drastique par la Chine [2].

 

Le numéro d'équilibriste consiste alors à maintenir la "libre circulation" instaurée par l'arrêt Bosman, qui a précipité la dérégulation, provoquant une hausse considérable du nombre de transferts et une segmentation accrue du marché des joueurs, en la justifiant par l'augmentation de la redistribution destinée à la "solidarité". Dans l'idée de Rondeau et Bouigue, cette taxe viendrait alimenter un fond de développement "en faveur de la formation, de la réinsertion et de la protection des sportifs en situation de précarité, au chômage, en dépression (…)".

 

 

Les inégalités sous le tapis

Raffaele Poli, du Centre international d'économie du sport (CIES), plaide pour sa part en faveur d'une meilleure rétribution du travail de formation réalisé par les clubs pour leur permettre "pas forcément de gagner des trophées, mais de travailler sur la formation de manière toujours plus efficace" (lire Raffaele Poli : "Il faut mettre les inégalités au centre du débat politique dans le football"). Une manière d'acter durablement l'ordre social du football à deux vitesses.

 

Dans une optique plus solidariste que solidaire, le caractère inégalitaire du football est mis sous le tapis de la division des tâches et de l'interdépendance des clubs formateurs et des grands clubs européens. On touche là à la limite de la régulation qui s'attache à gommer les "excès" sans s'attaquer aux causes qui les produisent. Proposer de réguler le marché des transferts – en épargnant l'édifice capitaliste du football-spectacle qui le sous-tend – promet de ne donner que des résultats superficiels.

 

Un football plus égalitaire ne peut émaner que d'un rapport de forces engagé depuis la base de cet édifice, soit la majorité des joueurs et des supporters. Et si tout faire "pour que le sport le plus populaire du monde ne soit pas accaparé par l'idéologie de l'argent et de l'ultralibéralisme" – comme se conclut la tribune du JDD – passait par un autre chemin que celui de la régulation?

 


[1] Contrairement à la NFL où c'est strictement interdit, plusieurs franchises NBA dépassent allègrement le salary cap, pariant sur un succès sportif et le retour sur investissement qui va avec. Plus le dépassement est élevé, plus la franchise paye. Par exemple lors de la saison 2015/16, si les Cleveland Cavaliers, champions NBA, durent payer 54 millions de dollars pour avoir dépassé le salary cap de 20 millions, cette taxe fut absorbée par le retour sur investissement réalisé. Notons qu'une repeater tax s'ajoute quand une franchise récidive.
[2] Après l'instauration de quotas limitant à trois le nombre de joueurs étrangers pouvant être alignés, le gouvernement chinois a mis en place une taxe à 100% sur tous les transferts de Super Ligue dépassant les 6 millions d'euros (45 millions de yuans).
 

16 commentaires
le Bleu

Tiens, le retour de la Chronique bolchevique.

José-Mickaël

Tiens, c'est marrant, contrairement à Le Bleu je n'ai pas trouvé cet article très bolchevique, c'est même tout le contraire...

Allons-y pour quelques remarques. Ce n'est pas pour critiquer l'article mais pour débattre.

> plusieurs voix s'élèvent en faveur de dispositifs de régulation: salary cap ou taxe sur les transferts… Mais auraient-il un véritable impact sur les inégalités?

Déjà, là, ça part mal : on dirait que l'auteur, d'entrée, ne veux pas entendre parler du plafond salarial. J'aurais préféré comme introduction : « mais quel serait leur réel impact sur les inégalités ? » ou (mais ça va peut-être trop loin dans l'autre sens) « mais comment leur donne un impact sur les inégalités ? ». Sinon, ça sonne comme une introduction défaitiste, un peu comme le fameux « ça marchera jamais » qui sert à balayer l'idée d'un revers de la main.

> C'est ce à quoi le salary cap, défendu entre autres par Aleksander Ceferin, président de l'UEFA, serait censé remédier.

Je ne crois pas que le plafond salarial soit considéré comme *le* remède, c'est juste une des mesures de régulation qui pourrait améliorer les choses. Si le foot est un grand malade, c'est juste un des éléments du traitement. Comme le dit d'ailleurs le titre du paragraphe qui suit : seulement un garde-fou.

> Le salary cap n'y prend son sens que dans le format de ligue fermée, sans montée ni descente.

Cette affirmation me semble audacieuse. Mais peut-être la suite de l'article va-t-elle l'étayer ? (S'il y a plusieurs divisions, il suffit de définir un plafond salarial par division, non ?)

> Car derrière ces compétitions nord-américaines plus homogènes et plus équilibrées, resserrées autour de trente équipes franchisées, s'impose de fait un modèle beaucoup plus élitiste qu'égalitaire.

Très bien dit ! Je suppose que c'est l'argument que j'attendais plus haut.

> il faut bien comprendre que limiter la masse salariale, donc la puissance de frappe des grosses écuries européennes, ne peut se faire sans les contreparties avantageuses offertes par une ligue fermée. L'assurance de participer chaque saison à une compétition lucrative supprimerait le risque "d'accidents industriels" et sécuriserait davantage les investisseurs, nous dit-on.

Je ne comprends pas cette phrase. C'est justement pour lutter contre ça (qu'une petite poignée d'équipes richissimes soient assurées de participer aux compétitions lucratives) qu'on cherche des idées de régulation.
- Les gars, j'ai décidé de lutter contre la certitude économique en football.
- Bonne idée !
- J'ai juste un problème : la mesure en question est contraire à la certitude en football.
- Ben y'a qu'à leur donner des contreparties.

> La marge de manœuvre [est] prise en tenaille entre deux menaces: celle d'une scission des clubs les plus dominateurs, qui pourraient considérer leurs intérêts trop menacés, et celle d'un repli protectionniste – option prise de façon drastique par la Chine [2].

Je ne comprends pas en quoi la mesure protectionniste prise en Chine est une menace. En tout cas ça ne me paraît pas être une menace pour son football. Si les Chinois veulent former de bons footballeurs, bonne idée de leur laisser une place dans leur propre championnat, non ?

> Raffaele Poli [...] plaide en faveur d'une meilleure rétribution du travail de formation réalisé par les clubs [...]. Une manière d'acter durablement l'ordre social du football à deux vitesses.

Ah bon ? Si ça n'est pas *la* mesure géniale qui lutte contre le foot à deux vitesses, elle en est complice ?

> On touche là à la limite de la régulation qui s'attache à gommer les "excès" sans s'attaquer aux causes qui les produisent.

Par contre, là je suis entièrement d'accord !

> Et si tout faire [pour résoudre les inégalités] passait par un autre chemin que celui de la régulation?

Je suppose que cette phrase sous-entend qu'une meilleure idée serait de lutter contre les vraies causes. Dommage que l'article n'en parle à aucun moment (c'est pour ça qu'il m'a donné à première lecture l'impression qu'il s'agit d'un "ça marchera pas" justifiant qu'on ne fasse rien).

osvaldo piazzolla

Moi ya un truc qui me gêne dans les analyses économiques du football, particulièrement quand l'idée est une moralisation de son économie, c'est qu'elles font souvent semblant que l'économie du football est une économie autonome (avec des clubs plus ou moins gros qui achètent et qui revendent des joueurs en toute indépendance). C'est entretenir une vision Disney de l'économie du football et pudiquement cacher que : - L'immense majorité des clubs sont des acteurs mineurs de cette économie et leur pouvoir de décision est complètement anihilé par les superagents (Doyen, Mendes...) et les fonds d'investissement dont le champ d'action est bien au delà du club unique. - L'économie de ces acteurs est d'un nveau d'opacité extrême, le blanchiement y est monnaie courante, et les stratégies d'investissement utilisent le football comme un à-côté d'enjeux industriels ou financiers qui les dépassent. - Et toute cette économie est elle même entremêlée à l'industrie du pari sportif, qui est bien plus énorme que celle du football (ou du sport) et dont l'industrie audiovisuelle (qui elle même tient le football par les couilles) n'est que le bras armé de l'industrie du pari.